18 janvier 2013

Mali: peut-on accuser Sarkozy ?

La question est provocatrice, elle frise l'acharnement. Elle est surtout là pour rappeler d'où nous venons. Bien sûr que Nicolas Sarkozy n'est pas seul responsable de cette situation. Il est seulement complice.

1. A peine élu, Nicolas Sarkozy fait tout un cirque autour de l'évidente importance du renseignement dans notre défense nationale. Depuis, il y eut le désastre de l'affaire Merah. Un attentat à séquence commis par un garçon dégivré que la DCRI pourtant surveillait. Bernard Squarcini, l'homme fort et damné de cette DCRI qu'il fonda pour le compte de son patron élyséen en 2008, fut limogé par Manuel Valls. Il était visiblement plus efficace pour débusquer les sources de rumeur d'adultère sur le couple Carla/Nicolas. Nous voici en 2012 pour constater combien nos armées sont fragiles.

2.  Jeudi soir, le journal télévisé de France 2 s'échappait quelques instants des dernières opérations au Mali et en Algérie pour consacrer quelques-unes de ses précieuses minutes à investiguer le curieux retard français en matière de drones. Notre armée en a bien quelques-uns. Deux d'entre eux viendraient d'ailleurs de Belfort. Notre confrère Jean-Dominique Merchet, expert de la chose militaire chez Marianne, s'en est fait l'écho. Visiblement, c'est insuffisant, largement insuffisant. Que s'est-il donc passé depuis 2008 ? Un sous-investissement de nos armées dans ces technologies de renseignement dans lesquelles notre ancien Monarque plaçait tous ses espoirs ?

La question de l'équipement en drones de nos armées avait suscité l'étonnement de certains professionnels l'an dernier, quand en août 2011, le choix du ministère, tardif, se porta sur Dassault contre EADS. L'ancien monarque voulut ensuite réconcilier les deux concurrents. Que de temps perdu pour un prétendu volontarisme industriel !

3. Depuis près d'un an, on s'interrogeait également sur la propagation d'armements en tous genres dans la zone, après la guerre en Libye. Aqmi, ou les différentes factions qui s'en réclament, se sont régalés. A en croire les spécialistes et autres experts, la chose est grave, mais, en Sarkofrance, tout le monde s'en fichait. La guerre en Libye fut chirurgicale. Le courage sarkofrançais s'est déployé à distance de missiles. Quelques troupes furent infiltrées en support des rebelles libyens pour déloger l'ancien régime. Mais après ? Après, Nicolas Sarkozy est venu faire le brave une fois le colonel Kadhafi exécuté sans procès par on-ne-sait-qui. Pour ce qui concerne les armes récupérées par les combattants de tous bords, aucun mot, nulle consigne. Le silence était assourdissant.

4. La gigantesque prise d'otage dans un site gazier d'Algérie rappelait combien nous étions encore fragile. Les autorités ont répliqué sans nuance, par l'assaut du site. Des dizaines d'otages auraient été tués. Ce seul site représente 18% des exportations de gaz algériens. La real-politik est partout. En fin de soirée jeudi soir, l'offensive des autorités était terminée, et quelque 600 otages libérés.

5. Il y eut quelques crétins plus bellicistes que les bellicistes d'entre nous pour donner des leçons depuis leur salons. Jugez donc cette députée européenne UMP, Françoise Grossetête, élue du Grand Sud-Est. Elle n'y connaît pas grand chose, n'a pas fait grand chose non plus, mais a de grandes leçons: « Je ne peux m'empêcher de penser quelle aurait été l'action de Nicolas Sarkozy ? Il n'aurait sûrement pas laissé la France isolée dans cette guerre. Toute son énergie aurait été consacrée à s'assurer du soutien effectif de nos alliés européens pour lutter ensemble contre le terrorisme ».
Au passage, elle flingue la ministre européenne des affaires étrangères nommée dans l'indifférence générale par le couple Sarkozy/Merkel voici 3 ans: «à quoi sert Mme Ashton nommée, il y a 3 ans déjà, au poste de Haut Représentant de l'Union aux Affaires étrangères et à la Politique de Sécurité ? » A rien. Cela fait 3 ans qu'on vous le dit.

Ce jeudi au Mali, les premières forces africaines s'installaient en renfort et support de l'armée française.



18 commentaires:

  1. Belle tentative de retour sur la déstabilisation de la région.
    Mais quant à la prise d'assaut par l'armée algérienne du site gazier,"real politique"?
    Et si le site avait sauté, combien de morts ? Tu écrirais quoi ? Je lis des choses délirantes !
    Sur Sarkozy ... à qui a-t-il prêté main forte ? Quels intérêts a-t-il servi à part ce qu'on imagine bien,sans preuves pour le moment, être le sien : faire fermer sa bouche à son ancien ami ?
    Belle journée

    RépondreSupprimer
  2. Encore une attaque à charge sur Le Nabot, alors qu'il a oeuvré pour la sécurité des bons français en enferment en prison pendant un an, un dangereux terroriste qui vendait des légumes bio à Tarnac.

    Vous rendez vous seulement compte, des légumes bio ? c'est dangereux ces trucs là !

    EN TAULE LE NABOT !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit rappel: extrait de l'article de Juan du 5 janvier, intitulé : " La maison ne prend plus les commentaires"


      "Votre serviteur a désactivé les commentaires sur ce blog. Trop d’effort à tout lire, contrôler, vérifier. J’en ai censuré certains, toléré d’autres. J’ai expliqué de temps à autres qu’il fallait se montrer du respect dans l’expression. Du temps de Sarkofrance, il fallait rappeler déjà combien l’antisémitisme était inacceptable. Ou pourquoi il ne fallait pas traiter l’ancien monarque de Nabot. "

      Supprimer
    2. Pouvez vous me faire une liste des mots qui sont dans le dictionnaire et que l'on a plus le droit d'utiliser, afin de ne pas choquer les âmes sensibles. Merci.

      Pendant que vous y êtes envoyer en une à l'Académie Française.

      Supprimer
  3. C'est vrai qu'on a les "experts"..et certains inévitables Umpistes (genre Lucca)qui racontent un peu n'importe quoi. Ce n'est pas l'invasion de l'Irak, nul besoin de troupes et d'armements supplétifs allemands, italiens belges etc pour traquer ces poignées de djihadistes en pick up.(Sinon l'armée française a encore bien des réserves !)
    Dany C.Bendit a quand même raison de fustiger l'apathie de Merkel, d'Ashton et d'autres . Il fallait surtout des symboles de solidarité, et le paradoxe, ce sont les anglais qui veulent quitter l'Europe qui en donnent , une fois de plus, dès que " ça barde"! Etonnant, non ?

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il n'aurait sûrement pas laissé la France isolée dans cette guerre. Toute son énergie aurait été consacrée à s'assurer du soutien effectif de nos alliés européens pour lutter ensemble contre le terrorisme"

      Peut-être, mais à quel prix pour la France. Qu'aurait négocié, concédé Sarkozy en échange d'éventuels soutiens ?

      Par ailleurs on peut effectivement se demander pourquoi une entrée en guerre aussi isolée ? Y avait-il une telle urgence qu'il faille précipiter le déclenchement des hostilités le 11 ou 12 janvier, avec une opération commando qui tourne au fiasco en Somalie ? Pourquoi cet empressement et un relatif état d'impréparation, diplomatique à tout le moins ? Quels sont donc les éléments qui ont pu pousser notre président à prendre une telle initiative à ce moment précis ?


      "La guerre en Libye fut chirurgicale. Le courage sarkofrançais s'est déployé à distance de missiles. Quelques troupes furent infiltrées en support des rebelles libyens pour déloger l'ancien régime."

      Pour rendre justice aux faits considérons plutôt que nous eûmes droit à une intervention internationale en bonne et due forme, sous pavillon Armée libre libyenne qui en dépit des apparences ne fut qu'une force d'appoint bien désappointée d'ailleurs. Laquelle fut portée à bout de bras par la logistique et le commandement de l'Otan et arrosée de pétro-dollars largués par le Qatar de Sarkozy et ayant reçu de sérieux renforts en hommes venus, entre autres, de ce même Qatar. Enfin bref nous assistâmes là à une grande mise en scène d'une guerre moderne alors qu'au départ il s'agissait, nous disait-on, de protéger un "no-fly corridor". Les Russes et les Chinois n'ont d'ailleurs pas marché deux fois dans la combine ... et on décrété que cette fois-ci on ne les y reprendrait plus à se laisser ligoter par les bonnes grosses ficelles !

      Mais après ? Après, Nicolas Sarkozy est venu faire le brave une fois le colonel Kadhafi exécuté sans procès par on-ne-sait-qui."
      Vous avez écrit exécuté. Mais vous pensiez certainement lynché ?

      Supprimer
    2. Quelles sont donc, d'après vous, les raisons de cette intervention militaire au Mali ?

      Pourquoi l'ONU, les Etats-Unis ou l'Union européenne, avec ou sans les pays africains, n'ont-ils rien fait depuis la fin de la guerre avec la Lybie ?

      Faut-il que la France intervienne dans chaque conflit en Afrique ?

      Peut-on être ne pas être d'accord avec le choix d'Hollande ou est-on un mauvais Français si nos analyses ne sont pas conformes aux positions officielles ?

      Enfin, il va falloir, à un moment ou à un autre, cesser d'agiter "l'épouvantail" Sarkozy à chaque occasion pour légitimer ce qui se passe aujourd'hui.
      La démarche est cousue de fil blanc.

      Supprimer
    3. Mon interrogation porte sur les raisons qui ont motivé la date du départ en guerre dans des conditions plutôt précipitées. Pourquoi maintenant alors que la France était seule ?

      Supprimer
    4. Parce que, alors que, depuis le début de la prise de contrôle du Nord du Mali par des groupes djihadistes, on s'appliquait à mettre laborieusement en place une intervention africaine pour les en déloger, la soudaine offensive vrs Bamako a obligé à réagir immédiatement, et que la France, du fait de ses bases militaires dans la région, était la seule à même de le faire.

      Supprimer
    5. Merci pour cette précision.

      Ceci dit, n'était-ce pas le but recherché par les rebelles :élargir le conflit sur le front militaire en profitant d'une relative impréparation ? On peut se poser la question à lire les propos d'un spécialiste du Mali, Michel Galy, politologue et sociologue qui, à la question :

      "On peut se demander si les terroristes font de l’intimidation pour dissuader la communauté internationale de les attaquer."

      répond :

      « Non, Mopti est à leur portée. Ils font tout pour provoquer l’intervention militaire. Ils s’imaginent que l’armée malienne ou le pouvoir de Bamako est en situation de faiblesse ».

      ==> http://www.afrik.com/mali-les-islamistes-tentes-de-prendre-mopti-et-bamako

      Et en ce qui concerne le raid raté en Somalie, pourquoi avoir donné le feu vert pour cette date ...

      Supprimer
    6. Pour le raid en somalie, je vous invite à lire l'article de Merchet, très bien renseigné, qui vous expliquera que les deux navires de la marine portant l'opération étaient en route depuis fort longtemps, et que les responsables sur le terrain guettaient un créneau favorable, qu'ils pensaient avoir ce jour là. Ce n'est pas l'Elysée qui leur a demandé d'attaquer précisément à cette date.

      Supprimer
    7. "les responsables sur le terrain guettaient un créneau favorable, qu'ils pensaient avoir ce jour là"

      C'est quoi un créneau défavorable ???

      Supprimer
  5. Mali: peut-on accuser Sarkozy ?

    Oui.

    Maudit
    soit le père de l'épouse
    du forgeron qui forgea le fer de la cognée
    avec laquelle le bûcheron abattit le chêne
    dans lequel on sculpta le lit
    où fut engendré l'arrière-grand-père
    de l'homme qui conduisit la voiture
    dans laquelle sa mère
    rencontra son père.
    Et encore plus maudit fut le jour où il gagna les élections.

    (d'après, un peu quand même, Desnos).

    RépondreSupprimer
  6. "Ce jeudi au Mali, les premières forces africaines s'installaient en renfort et support de l'armée française."

    Les forces africaines en renfort et support de l'armée française ? Logique ?
    Etonnant, non ?

    RépondreSupprimer
  7. Mauvaise nouvelle pour l'économie française.
    Austérité et dévaluation interne = amplification de la crise et installation dans la durée avec explosion du chômage.

    Dans le même temps, "le VRP de la méthode Coué", premier Ministre officiel de notre beau pays, nous annonce une année 2013 difficile. Tu parles, Jeannot. Ca me rappelle une chanson de Graeme Allwright, qui se termine mal pour les bidasses et quirépétait :"on n'avait de l'eau jusqu'au genou (puis jusqu'à la taille et ainsi de suite) et le vieux con disait d'avancer .."

    C'était prémonitoire, Graeme, et en fait de vieux cons, ils sont plusieurs à entraîner volontairement dans le marécage malsain de la finance et du mensonge.

    RépondreSupprimer
  8. A propos, si vous voulez sortir de la vision Bisounours, de la télé N&B avec le gentil Hollande, les tout doux socialistes et le vilain Sarkozy, bouh ... enfin comprendre sérieusement quelque chose à ce qui se passe, je vous invite à lire le dernier article de Jacques Sapir sur Russeurope. Ca vous changera de Voici et des scoops pour les ados attardés si vous voyez ce que je veux dire. Aucune hystérie là-dedans, hein Juan.

    RépondreSupprimer
  9. Interventions qui peuvent intéresser :
    * * *
    Conférencier : Florian Rouanet.
    Thème : Un exposé synthétique sur la doctrine du nationalisme français.
    Date : Le 12 janvier 2013.
    Lieu : En salle de l'AFS.
    Présentation : Par Louis.
    Fond sonore : Les dragons de noailles.

    http://www.dailymotion.com/video/xwqqzj_florian-rouanet-doctrine-du-nationalisme-francais_news#.UPojE2f_Ce2

    Introduction, Genèse, définition, critique, conclusion...

    Blogue : http://florianrouanet.wordpress.com/
    Compte vidéo : http://fr.gloria.tv/?user=73763
    * * *
    André Frament & Florian Rouanet
    Entretien du 7 janvier 2012
    Sujets de société et d'actualité
    La culture de mort.
    Présentation, la théorie du « genre », l’homosexualité, avortement, euthanasie, conclusion :

    http://fr.gloria.tv/?media=387443

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.