1 janvier 2013

2013: bonne année ?

En écrivant ces lignes, j'ai pensé au dernier jour de cette dernière année d'une trop longue séquence politique. L'effet de calendrier produit toujours un mélange de mélancolie et d'espoir.

L'année 2012 est terminée et c'est heureux. J'ai pu confier à Samuel Laurent, journaliste au Monde, ces réponses à la question de l'avenir des blogs politiques et notre situation personnelle.

L'exercice Sarkofrance s'est clos le 17 juin. Il était épuisant mais simplissime. Le sujet était prédéfini, Nicolas Sarkozy. Depuis le 6 mai, j'ai vécu trois périodes:  le soulagement euphorique, l'hésitation blogosphérique, le soutien critique. La victoire de Hollande, puis de la gauche aux législatives était riches d'inspirations. Observer les premiers pas, le changement dans la forme, poursuivre la critique antisarkozyste puisqu'il y avait encore un scrutin à gagner.

Après le 17 juin, la période a été plus compliquée: la difficulté à trouver des sujets était réelle et naturelle: l'action gouvernementale n'a véritablement commencé que fin aout, et la relative retenue médiatique de Hollande et de ses ministres n'a rien facilité. En 2007, Sarko nous avait déjà sorti les Ray-Bans, le Fouquet's, le yacht, les vacances à Wolfeboro avec Rachida et Cecicia en bikini. Là, presque rien. En plus, le Hollande-Bashing est rapidement venu dans les grands médias... et sur le Net. La polémique sur Valls et les Roms a beaucoup divisé.

On s'est écharpé.

Le moindre billet positif sur Hollande a déclenché de jolies salves contre nous, et surtout à gauche.

Mais les critiques contre Hollande étaient tellement rapides, systématiques et violentes que l'équilibre s'est trouvé tout seul vers la fin septembre: le soutien critique. On sait que la période est et sera dure.

L'inspiration est et sera plus libre, je ne me suis jamais senti la "vocation" de suivre quotidiennement Hollande comme je suivais Sarkozy.

Je ne me sens même plus d'obligation d'écrire du tout.

Hollande nous a débarrassé de Sarkozy, ce qui, pour moi, était la première urgence. Il n'avait pas d'alternative. Ensuite, Hollande n'a pas trahi son programme. Il n'est très certainement pas le gauchiste que certains ont voulu voir. Il a a été élu sur une majorité composite et fragile (gauche, extrême gauche, centristes, écologistes, etc) à un moment historique difficile et hystérique. La propension que certains ont à extrapoler des slogans électoraux en projet de loi qu'ils ne lisent même pas est hallucinante. Il y a beaucoup de postures dans tout ça, des calculs pour demain ou après-demain. Enfin, Hollande ne tient pas de discours clivants. Il n'oppose pas les uns aux autres, à la différence de Sarko qui nous découvrait des boucs-émissaires chaque mois. Le débat devrait être plus serein.

Au sein des LeftBlogs, on s'est écharpé. Mais nous avons l'habitude des disputes. Le groupe s'est créé juste avant le Congrès de Reims et comprend beaucoup de non-socialistes. La période a été difficile, avec pas mal de déchirure et de "portes qui claquent". Mais on saura gérer la dissension. La famille se dispute mais reste une famille.

La blogosphère politique est maintenant plus variée encore: bien sûr, la droite et surtout l'extrême droite devraient s'y mobiliser davantage. Provisoirement, et bizarrement, la droite classique me paraît toujours atone. Elle a trois obstacles à surmonter: primo, elle n'a pas le monopole de la critique, bien au contraire. Mediapart est largement aussi violent contre Hollande que le Figaro. Dans la blogosphère, c'est pareil. Secundo, la droitosphère aura du mal à faire oublier qu'on sort d'une décennie de droite. Je me fiche pas mal de connaître la position de ceux qui nous ont conduit dans le mur.

Le Web est hystérique mais pas amnésique.  Tertio, la droite politique est encore très fragile, surtout après le feuilleton UMP qui vient de clore son premier épisode.

Ensuite, il est devenu plus difficile de savoir qui sont les blogueurs. Une cinquantaine de blogs politiques amateurs ont quitté l'un des rares classements qui existaient, Ebuzzing. Ce n'était pas un caprice. Mais le site nous mélangeait avec des agrégateurs collectifs et des blogs d'hommes politiques (Mélenchon, etc) ou d'éditorialistes.

Bref, un vrai foutoir.

Les relations avec l'Elysée ou le gouvernement sont protéiformes et saccadées. Il y a toujours nos échanges avec Romain Pigenel et Mehdi Yanis, des camarades du jeu blogosphérique. Certains d'entre nous ont été invités à rencontrer des ministres pour des séances de questions/réponses. Cette fluidité est amusante. Cela permet de se faire préciser des points. Mais ces échanges restent très rares.

Notre rôle, si nous devons en avoir un, est d'éclaircir le débat politique, qui est devenu hystérique.

Le Web n'a pas de problème d'espace à consacrer à l'analyse.

On peut et on doit prendre du recul.

11 commentaires:

  1. Je vois que tu es toujours là, le premier jour de l'année à 6h30. Je serai rn retard, ce matin (trop bouffé, malade comme un chien : pas de sommeil).

    Nous serons là toute l'année !

    Que je souhaite bonne à tous les copains blogueurs !

    RépondreSupprimer
  2. Tu as été le premier billet que j'ai lu en 2013. C'est une bonne habitude à prendre.

    RépondreSupprimer
  3. Si "le web est hystérique", les politiques en sont les premiers responsables en MENTANT GROSSIEREMENT et en MANIPULANT en permanence les électeurs. Retrouver un climat moins violent, moins agressif passe par le respect(bis) des électeurs par les politiques et les technocrates, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui et ne s'arrangera pas demain.

    Comme l'écrit Jacques Sapir avec lucidité, les socialistes mènent une politique de FAUX-SEMBLANTS et D'AMATEURISME. L'affaire de l'imposition des revenus à 75% l'illustre parfaitement. Pas de monétisation de la dette et des Français pressurés et écrabouillés pour la réduire, voilà notre destin pour les années à venir. Hollande, quoi que ces laudateurs puissent en dire, en est le maître d'oeuvre.

    Que l'année 2013 soit la meilleure possible pour chacun à titre individuel, je vous le souhaite, mais ouvrons les yeux sur la politique funeste qui est menée pour la contrecarrer.

    RépondreSupprimer
  4. Merci d'être encore là.
    D'accord avec vous pour dire que le débat publique est devenu hystérique.

    RépondreSupprimer
  5. Un dernier regard en arrière sur l'année politique 2012, qui vient de se terminer.

    Je regrette pour ma part que nombre d'ardents opposants de gauche à la politique injuste de Sarkozy se soient transformés en fervents promoteurs de la politique sociale libérale hollandaise. Justifications, diversions, esquives, procès d'intention et accusations des autres partis, à commencer par les autres formations de gauche, ne serviront à rien. Ces manoeuvres tactiques n'éviteront pas aux soc'lib' de connaître des lendemains qui déchantent, et pour nous, citoyens Français, d'avaler potion amère sur remède de cheval pour des résultats désastreux : récession et régression sociale.

    Félicitations à ceux qui vont continuer à défendre et à valoriser
    des mesures socio-libérales en demandant du temps au temps, exacte réplique du discours bien rôdée d'Hollande.

    Vous avez entendu les voeux du nouveau Président : emploi, compétitivité et croissance ou comment s'apercevoir qu'on a voté Merkel en pensant voter socialiste.

    RépondreSupprimer
  6. Les blogs et leurs commentaires ne sont-ils pas les premiers responsables de l'hystérisation du débat politique?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour celles et ceux qui ne supportent pas la diversité et n'aiment rien tant que le calme ouatée d'échanges conformes et policées, il reste l'alternative de la Chine ou de la Corée du nord ou encore, pour ceux qui sont candides, le pays des Bisounours.

      Vive la démocratie et le débat vivant !

      Supprimer
    2. Pour celles et ceux qui ne supportent pas la diversité et n'aiment rien tant que le calme ouatée d'échanges conformes et policées, il reste l'alternative de la Chine ou de la Corée du nord ou encore, pour ceux qui sont candides, le pays des Bisounours.

      Vive la démocratie et le débat vivant !

      Supprimer
  7. Je souhaite à mon tour une excellente année à l'auteur de ce blog et à ses lecteurs. Le point d'interrogation en titre de cette article résume parfaitement ce que tout le monde pense de ce qui nous attend, et pas seulement en France.

    Pour les déçus de gauche qui attendaient de Hollande une autre politique, plus "socialiste", j'ai envie de leur demander s'ils ont vécu la période 1981-1983 et de nous dire ce qu'ils en pensent. Les méthodes du Front de Gauche ont été testées en grandeur réelle, elles n'ont pas marché, inutile de recommencer. Celles de droite n'ont fait qu'enrichir un peu plus les riches. Restent les programmes sociaux-démocrates des pays nordiques, dans l'esprit d'Olof Palme, qui n'ont pas encore été mis en oeuvre. Je fais confiance à Hollande et Ayrault pour mener cette politique là. Attendons les effets d'ici 2 ans avant de juger si c'était la bonne.


    RépondreSupprimer
  8. bonne et heureuse annee a tous les bloggers que je lis regulierement

    jeamy

    RépondreSupprimer
  9. L'hystérie vient de la situation économique. Parce que Hollande et Ayrault sont en train de se planter méchamment. Le seul qui a une bonne vision de la situation, c'est Montebourg car c'est un des rares qui se confrontent à la dure réalité de ce marasme intégral. Du coup, sa côte monte.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.