31 janvier 2013

Mariage Gay: comment l'hystérie française se poursuit

Le sujet est sensible, évidemment. En novembre dernier, il avait déjà secoué la twittosphère et quelques éditocrates en panne d'inspiration. Hollande avait simplement évoqué ce que d'aucuns avaient compris comme une clause de conscience. Cette fois-ci, après quelques manifestations, voici qu'une cascade d'errements hystériques frappa notre charmant pays.

Une catastrophe.

A l'origine, il s'agissait d'une promesse de campagne (l'engagement numéro 31 du candidat Hollande) et d'une avancée des libertés. Vu le contexte politique, certains ont rapidement qualifié le projet de diversion. Quand Hollande ne tient pas ses promesses, il trahit. Quand il les tiens, il divertit. Allez comprendre nos états d'âmes échauffées... A minima, reconnaissons que les réformes sociétales sont plus aisées à gauche que l'action économique ou fiscale.

Pour calmer les esprits, et faciliter l'adoption de cette promesse de la légalisation du mariage homosexuel, le président fait retirer la PMA. La Procréation Médicalement Assistée sera traitée plus tard, dans un autre texte. Elle clive d'ailleurs aussi à gauche.

Mais il fallait continuer le procès d'intention.

Le weekend dernier, Henri Guaino livra sa grande idée - organiser un référendum. Le gars - élu député dans une circonscription protégée des Yvelines en juin dernier - jouait au gaullisme "buissonnien". Il s'inquiétait de l'immigration qualifiée de nuptiale par ses nouveaux collègues de l'extrême fascisante. Car, croyez-le, le mariage pour tous allait donc favoriser l'immigration clandestine ! "L’étude d’impact ne s’arrête nullement sur les flux d’étrangers qui pourraient vouloir venir se marier en France du fait de ces nouvelles dispositions" a-t-il écrit. Pauvre homme, intoxiqué par ces années de débats sarko-buissonniens sur l'identité nationale. Guaino était suivi par un autre dérangé de l'affichage médiatique, Laurent Wauquiez. L'ancien secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy voulait aussi un référendum. Un député socialiste lui rappela en pleine assemblée qu'il prétendait l'exact contraire voici peu.

Mardi 29 janvier à l'Assemblée, la ministre avait livré un très complet rappel historique à une assistance visiblement perdue dans les travées de droite: le mariage civil est une affaire de liberté. Et la ministre livra aussi une leçon d'éthique républicaine.

Pourtant, contre un projet qui étendait encore davantage cette liberté à une fraction qui en était encore exclue, l'opposition UMPiste a lâché 5.166 amendements. Au-delà de l'habituelle tactique d'obstruction - pratiquée à gauche comme à droite - c'est le contenu de certains amendements qui a choqué. Leurs auteurs visaient le grotesque ou l'insulte. Jacques Bompard, cet ancien néo-frontiste et maire d'Orange, suggérait de supprimer le mariage tout court, autoriser les unions incestueuses, ou donner aux enfants adoptés le prénom de l'officier d'état civil qui reçoit la déclaration... Deux autres amendements cosignés UMP et Front National voulaient donner la possibilité aux maires ou adjoints de refuser la célébration d'un mariage homosexuel, pour "objection de conscience", rapportait le JDD.

Mercredi matin, la France devait s'inquiéter d'une circulaire signée par la Garde des Sceaux, exhumée par je-ne-sais-quel enquêteur médiatique: le ministère enjoignait les greffiers de délivrer un certificat de nationalité française pour les cas où il existe un lien de filiation avec un Français. Oh Mon Dieu !

Quel scandale ! Un à un des ténors anti-mariage gay défilèrent sur nos plateaux radio-télévisées pour exprimer leur indignation ! Cette gôche satanique légalisait la GPA (*) !!. A les écouter, c'était la preuve de l'intention cachée du gouvernement, et, derrière lui, de ces "groupes de pression minoritaires qui veulent fragiliser le mariage" (Marion Maréchale Le Pen). ces gens-là étaient prêts à tous les amalgames. Primo, cette circulaire n'avait rien à voir avec le projet de mariage gay. Secundo, pouvait-on s'amuser enfin de constater combien ces prétendus défendeurs des droits des enfants étaient incapables de saisir cette situation dramatique ?  Tertio, cette circulaire ne visait ... que 40 cas bien réels recensés en 4 ans. Quarante enfants que l'on qualifiera de fantômes, dix par an. 

Le même jour, des catholiques intégristes se sont livrés à une prière de rue à Paris, devant l'Assemblée nationale contre ce fameux mariage pour tous. Où était donc cette droite soudainement laïcarde quand certains musulmans nous encombraient des mêmes manifestations de rue ? Nulle part. Pire, cette démonstration fut jugée légale et autorisée. Quelle tolérance républicaine ! « Les prières de rues ne sont pas interdites en tant que telles dès lors que leur périodicité et leur ampleur ne troublent pas l’ordre public » confirma mercredi la préfecture de Paris.

A l'Assemblée, le dérouté François Fillon fut à la traîne de son rival Jean-François Copé: "le projet de loi remet en cause le cadre juridique et fondamental du mariage" justifia-t-il... 

Au final, il ne s'agissait que d'une promesse de campagne à réaliser, et une avancée des libertés. Pourquoi donc tant de haine et de soupçon  ?

A suivre...







(*) Gestation Pour Autrui

11 commentaires:

  1. Quand je vois des curés qui prient à genoux dans la rue, je comprend mieux pourquoi on a des connections internet de pays sous-developés en France.

    RépondreSupprimer
  2. Est ce qu'ils relevaient leurs soutanes avec les dents ?

    RépondreSupprimer
  3. les dépités ump dévaient encore cuver le champagne de leur réveillon quand début janvier C Taubira annonça cette circulaire en commission à l'assemblée

    RépondreSupprimer
  4. " que d'une promesse de campagne à réaliser,"
    ==> Juan on n'a pas voté Hollande pour son programme fourre-tout comme tout programme ! On a voté Hollande parce que vous nous avez convaincu du Tout Sauf Sarkozy ! Malgré cette promesse spécieuse qui ressemblait plutôt à un piège !

    "et une avancée des libertés."
    ==> ben voyons : comment être contre une avancée des libertés ! ca ne se discute pas. Performatif !

    "Pourquoi donc tant de haine et de soupçon"
    ==> de quel soupçon parlez-vous ? Peut-être faites-vous allusion aux mensonges de Elisabeth Guigou qui en 99 déclarait qu'il ne serait pas question de mariage, qu'elle y était opposée.

    ==> Pourquoi une présentation aussi caricaturale de l'opposition à ce projet !

    Il y a surtout deux visions différentes ainsi que le député PS Yann Gallut l'a reconnu mardi sur le plateau de LCP, en présence «d'une réforme de société et on peut même dire une réforme de civilisation» dixit Christiane Taubira le 7 nov dernier dans les colonnes de Ouest-France.

    Permettez, indépendamment de ce qui se passe à l'Assemblée, que tout le monde ne partage pas votre vision. Et comme la liberté est aussi importante à vos yeux qu'aux nôtres, pourquoi refuser la liberté d'expression pour tous en organisant un débat référendaire pour tous. Après le conseil constitutionnel nous dirait si oui ou non cette initiative est conforme à l'article 11.

    RépondreSupprimer
  5. Quel bobo, vous faîtes, la mariage gué est une monstruosité, je connais le prix d'avoir traversé ce cercle de l'hideux.

    RépondreSupprimer
  6. la droite en fait a du mal à poser le débat sur le refus parce qu'elle a idéologiquement perdu du coup elle cherche des distractions (référundum, parler de la gpa...)

    RépondreSupprimer
  7. Jeudi 31 janvier 2013 :

    Karachi : un témoin accable le contre-espionnage français.

    Un professionnel du renseignement affirme que les services "savaient" pour le financement occulte de la campagne de Balladur via des contrats d'armement.

    Un professionnel du renseignement affirme que le contre-espionnage français était au courant dès 1994 d'un financement occulte de la campagne de Balladur via des contrats d'armement et dès 2002 de la piste financière de l'attentat de Karachi qui a coûté la vie à quinze personnes. Le témoignage de Gérard Willing, qui dirigeait une société de renseignement privé, est pris au sérieux par les enquêteurs et les parties civiles qui vont demander de nouvelles auditions, selon des sources proches de l'enquête.

    La Direction de la surveillance du territoire (DST) "savait tout dès 1994-1995" sur un financement de la campagne présidentielle d'Édouard Balladur grâce à des rétrocommissions liées aux contrats d'armement avec l'Arabie saoudite (Sawari II) et le Pakistan (Agosta), a témoigné Gérard Willing dans un entretien à l'AFP après une audition lundi chez le juge antiterroriste Marc Trévidic. La DST a, selon lui, surveillé le siège de campagne du Premier ministre, filmant les allers et venues et "les valises" d'argent liquide. Les services "n'ignoraient rien", a affirmé cet homme, qui dit avoir travaillé ponctuellement pour la DST.

    C'est dans ce cadre, selon lui, que la DST lui aurait demandé d'identifier des personnes filmées devant le QG de M. Balladur qui réfute tout financement occulte de sa campagne. Mais, selon M. Willing, "tous les documents ont été détruits en 2011". Gérard Willing a réaffirmé par ailleurs avoir fait, dès le 13 mai 2002, cinq jours après l'attentat, un compte rendu oral à l'intention de la DST, faisant le lien entre l'attentat et une piste financière. Il aurait également rédigé une note écrite à l'intention du général Philippe Rondot, alors patron du renseignement français.

    Les services français "savaient" tout.

    Dans cette note consultée par l'AFP, Gérard Willing écartait, sur la base des témoignages de correspondants au ministère britannique des Affaires étrangères et du chef d'état-major de la marine indienne, la piste d'al-Qaida, privilégiée par le juge Jean-Louis Bruguière. Il émettait "l'hypothèse" d'un attentat commis en représailles après l'arrêt, en 1996, des commissions et leur "captation par les amis orientaux du camp chiraquien" après l'élimination des premiers intermédiaires, Ali Ben Moussalem, Abdul Rhaman El-Assir, et Ziad Takieddine. Leur mise à l'écart a financièrement "lésé beaucoup de monde", notamment au Pakistan, selon Gérard Willing.

    La thèse d'un détournement des commissions est aussi défendue par M. Takieddine, mis en examen dans le volet financier du dossier. Mais "la DST n'a pas tenu compte" de sa note, explique Gérard Willing. Cette piste d'un attentat de représailles est privilégiée par le juge Trévidic, qui a repris l'enquête en 2007, après la découverte fortuite, en 2008, dans les locaux de la Direction des chantiers navals (DCN), du rapport Nautilus écrit quelques semaines après l'attentat, et qui faisait état de la piste financière.

    Le juge a récemment demandé la déclassification de la note de M. Willing, jamais versée au dossier. "Les services français savaient et ont tout caché, ils devront s'expliquer devant la justice", a réagi Gilles Sanson, qui a survécu à l'attentat et pour lequel "on est au coeur d'une affaire d'État".

    http://www.lepoint.fr/economie/karachi-un-temoin-accable-le-contre-espionnage-francais-31-01-2013-1622141_28.php

    RépondreSupprimer
  8. "Les services français savaient et ont tout caché..."

    Déja que c'est pas des cadors si en plus ils doivent publier leur rapport et emploi du temps, tu veux pas qu'ils aillent faire une chronique sur Direct 8 avec la grosse Bachelot, non plus ?

    RépondreSupprimer
  9. Ravi de savoir que, pour le mariage gay, "à l'origine, il s'agissait d'une promesse de campagne (l'engagement numéro 31 du candidat Hollande)". Tout ça pour expliquer que nous savions ce qui allait se passer, voire mieux, que nous avions voté pour le candidat Hollande, donc pour son programme.

    Ah bon, mais alors, où sont donc passées les autres promesses pour lesquelles nous avons voté, les promesses économiques et financières de l'Ennemi de la finance ? Hollande aurait-il égaré son programme ? Ou faut-il que nous lui envoyons des vitamines pour recouvrer la mémoire, un Larousse pour y rechercher la définition de social ou un GPS pour retrouver son chemin ?




    RépondreSupprimer
  10. J'ai le sentiment qu'on en arrive à un point ou, si le mariage pour tous ne passait pas, Hollande en tirerait plus de bénéfices que de désagrément. Parce qu'il lui reste des promesses de campagnes économiques à dérouler, répondant ainsi à son électorat de gauche, et parce que la droite ne pourrait pas exploiter de retour arrière convenablement, vu qu'elle est aussi divisée sur le sujet. Enfin, les déçus verraient sans doute une amélioration des contrats civils déjà en vigueur.

    RépondreSupprimer
  11. Je vous renvoie à ce que j'ai écris sur le sujet :
    "Mariage pour tous", mères porteuses et PMA http://goo.gl/1JGZw
    "Mariage Pour Tous" Cette couverture de Elle a pas mal buzzé http://goo.gl/gtZ9b
    Une femme de gauche noire entre dans l'histoire ... http://goo.gl/dGmLt

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.