2 février 2013

300 semaines de chroniques politiques: rien ne change mais tout a changé.

Ces chroniques hebdomadaires ont débuté sur un autre blog voici 300 semaines. A l'issue d'une première agitation victorieuse de l'autre Sarkozy devenu monarque, nous étions épuisés, étourdis, effarés.

L'homme de Neuilly avait gagné, et Sarkofrance fêtait tristement sa première bougie. Il fallut attendre 260 autres semaines pour enterrer la chose, et passer à une autre. En trois cent chroniques de la sorte, le blogueur politique s'interroge et constate.

S'attacher à la symbolique du nombre rond permet de fixer la pensée et quelques constats. Trois cent semaines plus tard, nous essayons d'écrire d'autres lignes, plus incertaines, plus tranquilles, plus ambivalentes. Nul besoin de chercher loin pour trouver la critique. Soutenir Hollande est facilement plus difficile qu'attaquer Sarkozy dans ses premières semaines.

Pour cette trois-centième semaine couchée par écrit 2.0, il est facile de constater combien le débat politique s'est normalisé à l'excès autour de trois axes: l'insatisfaction permanente, l'incapacité hystérique, et le raccourcissement de la pensée.

Trois cent semaines après ce 6 mai 2007, rien ne change, mais tout a changé.

Insatisfaction permanente
Nicolas Sarkozy a 58 ans, mais il ne sait plus faire un discours. Il parle souvent, richement payé pour cela. Il a un fond à un milliard d'euros à constituer. Cette fois-ci, à Genève, pour un dîner de gala de collecte de fonds, il a livré ses leçons... sous les huées.

A l'inverse, François Hollande nous repose. Il ne clive plus. Il ne lance aucun oukaze contre qui que ce soit. Il sourit plus qu'il ne dénonce.  Il écoute plus qu'il n'accuse. La moindre des politesses démocratiques seraient de laisser davantage de place à l'intelligence du débat.

Il est parti au Mali. François Hollande semble vouloir rapidement clore une séquence militaire française. Le 11 janvier dernier, l'intervention avait été rapidement décidée pour stopper net une offensive islamiste vers le Sud du pays. Passée une quasi-unanimité de quelques heures, l'opposition de gauche comme de droite se jeta sur l'affaire: l'opération était trop forte, trop tardive, trop floue, trop incertaine, trop intéressée, trop coloniale. Aucune - soulignons le terme - aucune de ces critiques nationales ne reposaient sur un plan alternatif et censé.

Bizarrement, ils étaient (presque) tous d'accord pour faire barrage à l'établissement toujours trop durable d'un Etat islamiste. Bizarremment, au Mali comme hier en Libye, les locaux étaient heureux de cette libération.

Rien ne change, mais tout a changé. 

Jeudi, des fonctionnaires manifestent. Hollande n'a rien fait de mal mais pas suffisamment de bien. La suppression de la suppression systématique d'un départ à la retraite sur deux n'est plus noté. Hollande recrute 40.000 enseignants, mais avait promis la stabilité générale des effectifs. En 9 mois, la planète France n'a pas suffisamment changé pour ces récalcitrants. Et les habituels éditocrates raillent ces fonctions protégées. Mais oser donc critiquer l'incongruité de ces cortèges, nombreux mais maigrichons, et vous serez raillés à votre tour. Ces fonctionnaires manifestent en prévention d'un cycle de négociation salariale, et, pour certains, par déception. 

Incapacité hystérique
Ils s'étaient déplacés en masse, moins nombreuse que ces effectifs mobilisés de toute la France pour un cortège au Champs de Mars. Mais ils étaient motivés et heureux, ces supporteurs de la loi pour le mariage pour tous. Samedi puis dimanche, les cortèges sont variés. Justement, le texte est enfin étudié à l'Assemblée. Christiane Taubira (Justice) et Dominique Bertinotti (Famille) livrent des discours qui feront datent.

Le mariage pour tous à l'Assemblée, c'est de la bombe. Plus de 5.000 amendements UMP/FN/UDI pour faire durer le plaisir : du grotesque (abolition du mariage) et de l'odieux (légalisation de l'inceste ou de la polygamie).

L'UMP se saisit aussi de l'occasion pour brandir une circulaire du ministère de la première enjoignant les greffiers en chef de régulariser les enfants nés d'un parent français mais par gestation pour autrui hors de France. Le nombre de cas est totalement marginal (une dizaine par an), la circulaire traine sur les bureaux d'une quarantaine de députés UMP depuis deux semaines déjà, et même Hollande confie par écrit combien il est opposé à la GPA en général, mais il fallait faire le scandale pour justifier tous les amalgames.

Jeudi, l'opposant Henri Guaino déroule un discours qu'il voulait grand. Une "psychanalyse à la tribune de l'Assemblée" commenta le Twittos Maître Eolas. L'ancien conseiller inutilement spécial de l'ancien monarque, fait référence à ses "deux femmes qui l'ont élevées", sa grand-mère et sa mère, pour fustiger l'afflux de faux mariages avec des immigrés clandestins que la légalisation du mariage gay favoriserait. Quelle ignominie ! D'autres députés, UMP ou frontistes, lancent des milliers d'amendements.

La même UMP, peu avare en contradictions, dénonce la diversion de cette opération législative. Si diversion elle était, pourquoi donc ralentir son adoption avec quelque 5.300 amendements ? Même à gauche, certains s'agacent de que cette promesse présidentielle-là soit enfin adoptée.

En 1982 déjà, une majorité des députés de droite votait contre la dépénalisation de l'homosexualité.

Rien ne change, mais tout a changé. 

Raccourcissement de la pensée.
Rien n'a changé, et tout a changé. L'actualité s'excite sur l'achat d'un nouvel éphèbe pour le PSG par ses propriétaires quataris, David Beckham. Une étude, conduite en Languedoc Roussillon, mesure combien la précarité favorise le diabète chez les jeunes... Pas un mot chez nos médias préférés.

La précarité est partout. Mais rarement chez nos éditocrates.

Le Forum de Davos se termine sur une note d'espoir... pour ces Grands qui nous gouvernent. Banquiers, patrons et chefs d'Etats (riches) se réjouissent que la planète finances n'ait pas sombré. C'est une information, une vraie. Mais la véritable gageure eut été de relever combien le monde n'avait pas changé, sauf en pire. Pauvreté, crise, inflation, corruption... Tout va bien à Davos, mais ailleurs ?

Il faut un plan social pour marquer les esprits. Goodyear annonce la fermeture du site d'Amiens, 1.700 emplois menacés, Jean-Michel Aphatie sur RTL est ravi. Il peut tacler un responsable CGT pour obstruction à la nécessaire flexibilité. Le chômage est massif mais inéquitable. Il en frappe certain(e)s plus d'autres. Mais on en reste aux grands concepts, flexibilité contre embauche...

Des parlementaires s'étripent à nouveau sur l'exploitation du gaz de schiste. Une commission sénatoriale vient de décider d'évaluer d'autres techniques d'extraction. L'écologiste Jean-Vincent Placé s'énerve. C'est une ligne rouge à ne pas franchir... Sans doute... Mais pourquoi ne pas s'arrêter plus longuement, à l'instar de Mediapart, sur le mal-logement qui frappe aussi les campagnes ? Un mal logement dont la Fondation Abbé Pierre dénonce encore l'aggravation : 3,6 millions de mal-logés, et encore 5 millions de situations fragiles.... Rien que ça.

Ah... le sujet n'est ni sexy, ni vendeur.



Rien ne change mais tout a changé. 

9 commentaires:

  1. "La moindre des politesses démocratiques seraient de laisser davantage de place à l'intelligence du débat. "

    Comme Nathalie Kosciusko-Morizet, Juan a un côté PUNK.
    Gabba Gabba Hey, hein ?

    RépondreSupprimer
  2. les images de l'armée française au Mali sont directement inspirés de "Call of Duty - Modern Warfare 2", la scène du sniper est frappante, je ne serai pas étonné que Activision fasse un procès pour plagiat aux très profesionnelles rédations d'informations.
    La presse française toujours au top, le jeu doit avoir 5 ans, on le trouve d'occase à 8 euros sur Ebay. Cocorico !

    RépondreSupprimer
  3. Ceci est mon dernier commentaire, je vais relancer l'industrie chinoise du textile en achetant le maillot de beckham à 85 euros, au passage le prince prendra sa com qu'il investira au Brésil avec qui vous savez et après j'irai bouffer des cailloux en Russie si Vladimir me donne un passeport enfin si je me suis pas pendu entre temps tellement ce pays me déprime.

    RépondreSupprimer
  4. "A l'inverse, François Hollande nous repose.
    ==> oh que oui

    "Il ne clive plus. "
    ==> disons qu'il ne fait plus du clivage une marque de fabrique. Mais il n'est pas à l'abri (ex : le mariage pour les couples homos). Il n'a pas recherché le consensus là ! Il passe en force. sur un sujet de société c'est assez regrettable ! Pour ne pas dire davantage !

    Symboliquement c'est un un coup gagnant - perdant. La gauche se fait plaisir ; mais elle risque d'y laisser des plumes car on ne promeut pas les libertés autoritairement ! Sous le fallacieux prétexte digne de la rhétorique du prédécesseur de "tenir une promesse" !

    Et puis aussi et surtout, ce projet aura obligé les militants progressistes à montrer un visage que je ne leur connaissais pas : parfois proche du sectarisme ! A croire que la religion du progrès génère elle aussi des excès !

    RépondreSupprimer
  5. A propos de Goodyear et des effets de la politique de l'Union européenne, dont M. Hollande partage les choix : en 2001, l’Europe importait 55,9 millions de pneus et en 2010, les importations avaient doublé, à 108,3 millions. Alors que les Etats-Unis, qui font, à ma connnaissance, partie de l'OMC, en interdisent l'importation, la Chine représente 30% des importations de pneus en valeur en Europe.

    Les sociaux-libéraux français sont juste capables d'accompagner la destruction de ce qui reste du tissu industriel en France par des discours creux et ridicules. Et pendant que l'industrie continue de s'effondrer sans bruit, dans l'indifférence, ils siègent jour et nuit pour voter une loi sur le mariage homosexuel ou se rendent au Mali.

    Leurs priorités expriment, on ne peut plus clairement leurs ambitions.

    NB : à propos du Forum de Davos, vous avez sûrement noté que ceux qui y sont présents se trouvent également aux commandes de l'Union européenne.

    RépondreSupprimer
  6. "Hollande n'a rien fait de mal mais pas suffisamment de bien."
    Alléluia, Juan, que Frère François soit béni ! Que sa bienveillance, sa pondération, ses vertus anesthésiantes et soporifiques soient loués et reconnus urbi et orbi !

    Malheureusement, les hommes sont ingrats et il se pourrait que ses brebis se réveillent brutalement et sortent de leur torpeur, de leur passivité. Frère François pourrait alors être banni, chassé comme un vulgaire bonimenteur.

    RépondreSupprimer
  7. Rien ne change mais... rien n'a changé. Ce sont toujours des libéraux qui sont au pouvoir (voir le TSCG). La gauche est toujours fustigée, ses propos déformés. Le chômage s'aggrave tranquillement comme à l'accoutumée. Le ministère des Finances a toujours autant de très hauts salaires très hautement inutiles.

    Tout a changé ? Où çà ?

    RépondreSupprimer
  8. Hé, à propos de ce qui n'a pas changé, qu'en est-il de l'interdiction du trading haute fréquence ou de la loi sur la séparation des activités bancaires au sujet de laquelle Mosco a déposé un projet de loi le 19 décembre 2012 ? Nothing, nada, rien. Encore un renoncement de plus de la part des socialistes !
    Mon cher Juan, la seule chose qui a changé, ce sont les apparences.

    RépondreSupprimer
  9. Dimanche 3 février 2013 :

    Le business-plan secret de Sarkozy et Minc.

    Alain Minc a été imprudent de démentir nos informations selon lesquelles il préparait, avec Nicolas Sarkozy, la création d'un fonds d'investissement : Mediapart publie le projet dans sa version intégrale.

    Si pour l'instant l'ancien chef de l'État n'a pas encore décidé ce que serait son implication, il apporte sa contribution en cherchant des investisseurs. Dénommé Columbia Investment Company, le fonds aura son siège à Luxembourg et d'autres bureaux à Londres. Mais pas à Paris...

    http://www.mediapart.fr/journal/economie/010213/le-business-plan-secret-de-sarkozy-et-minc

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.