9 février 2013

301ème semaine politique: de Paris à Bruxelles, la démocratie abimée.

De l'effroyable débat sur le mariage pour tous à l'échec du sommet européen de Bruxelles, la démocratie fait triste mine. 

Le ridicule gaulois
Cent heures déjà de prétendu débat sur le mariage pour tous. L'UMP opposante au mariage civil homosexuel avait lâché 5.300 amendements. Leur défense fut grotesque. Certains réclamaient encore un référendum. Le spectacle de ces interminables séances diurnes puis nocturnes pour « débattre » des propositions UMPistes les plus dégradantes est humiliant. Il abîme notre conception de la démocratie, et l'image du pays. Quelques UMPistes l'ont réalisé, regrettant que les échanges soient filmés ou tweetés.

Ces affronts à la démocratie parlementaire ont toutefois consacré Christiane Taubira. La Garde des Sceaux confirme qu'elle est une figure qui compte. Une immense culture, un sens de l'histoire, des principes républicains intangibles. C'est une heureuse révélation.  La ministre est restée là, dans l'hémicycle, nuit et jour, pour cueillir ces effroyables réactionnaires UMPistes un à un. Elle ne fait qu'une bouchée verbale de David Douillet.  

Mediapart n'est pas content. Jérôme Cahuzac fait savoir qu'une note de la banque UBS l'innocentait sur un point: il n'aurait pas clôturé de compte en Suisse en février 2010. Le journaliste Fabrice Arfi s'agace.

Manuel Valls s'inquiète des dérapages de la colère sociale. Jean-Pierre Elkabach, d'Europe1, cherche la petite phrase quand il l'interviewe - horrible franglais - jeudi matin. L'édition matinale de Libération dresse le bilan du ministre. Il expulse plus et mieux - formidable ou infâme ? A Strasbourg, des ouvriers d'ArcelorMittal sont fouillés avant leur arrivée au Parlement européen. Grenades lacrymogènes contre boulons, où est le dialogue sociale ? Il n'y a que la rage. Valls a raison d'être inquiet.

Laurence Parisot récuse l'adoption législative de certaines dispositions de l'accord sur la flexibilité de l'emploi signée avec la CFDT en janvier dernier. La dame patronne a levé le voile sur ses intentions. Le texte arrive sous forme de loi au Parlement, quand l'UMP aura cesser de jouer l'obstruction sur le mariage pour tous. En fait, la patronne du Medef fait savoir jeudi 7 février qu'elle se refuse à ce que les députés touchent à une quelconque ligne de cet accord. Elle ne veut pas non plus que la loi intègre la généralisation des mutuelles complémentaires santé, la création des droits rechargeables d'indemnisation chômage. La belle arnaque ! Le Medef a révélé la chose, il attendait des « études d'impact ». Pauvre dame...

L'automobile française n'a pas fini son effondrement. PSA a annoncé quatre milliards de dépréciation d'actifs en 2012, une perte historique. Quelques ministres et conseillers réfléchissent à une entrée de l'Etat au capital. L'ex-strausskahnien Pierre Moscovici n'a pas envie, même via le FSI.  «Une entrée de l'Etat au capital n'est pas envisagée, n'est pas nécessaire et n'ajouterait rien ».

Il y en a qui travaillent. Heureusement. La députée Karine Berger poursuit les auditions sur cette loi bancaire qui heurte. L'auteur de ses lignes n'a jamais souhaité le découpage des banques. Pour l'heure, l'Assemblée n'a pas entamé ces débats. Quelques députés travaillent lourdement en coulisses. Et l'on découvrent l'imprudence des banquiers auditionnés, trop heureux de cette réforme.

Raccourcis maliens
Avant ce sommet européen, on s'intéresse au mali. Certains médias- pas tous - adorent les conflits "live". Le suspense est toujours là. Au Mali, certains journalistes jouent donc à la guerre. Le contrôle médiatique est total. Nous aurons les images d'un général faisant des pompes sur sa jeep, des témoignages d'habitants de Gao effrayés après un attentat suicide, le premier, jeudi 7 février. Nous avons les commentaires enthousiastes de sérieux des spécialistes en tous genres sur la progression militaire des forces franco-africaines. Lundi, Hollande reçoit le vice-président Joe Biden, le soutien à l'opération française est total. Le ministre de la défense espère un retrait en mars prochain.

Au Mali, certains couinent encore contre l'intervention. Jolies âmes... On aimerait qu'elles aillent donc sur place, visiter en touristes ces jolis coins où l'on vous coupe une main pour une affaire de charia.

Plus intéressant était l'avis critique de Serge Halimi dans le Monde Diplomatique de février. Il dénonce "le mauvais choix", la peste ou le choléra:  "C'est quand il est trop tard, parce qu'on a tourné le dos à toutes les meilleures options, qu'on nous somme de choisir entre le mauvais et le pire." L'auteur de ce blog soutient l'intervention française depuis la première minute. Cette guerre a été brillamment mené jusqu'à lors. Mais force est de constater qu'ici au Mali comme ailleurs en Libye, les raccourcis sémantiques sont trop nombreux.

Dans le même Monde Diplomatique, un chercheur explique comment le trafic de drogue, qui implique l'ancien régime, le nouveau et la filiale locale d'Al Qaïda, a détruit les fondements politiques du pays. Le Mali est notre Colombie. Le putsch de janvier 2012 n'était que cela, une révolte de militaires exaspérés par la corruption de leurs hiérarques et de la présidence. Pourrait-on nous expliquer pour les médias sont si rares à mentionner l'affaire ? La Fabrique de l'Opinion est exaspérante de prévisibilité.

François Hollande est ailleurs. Il revient du Mali, une visite surprise. A Strasbourg, il s'explique devant les députés européens. C'est heureux. Il a presque des accents trop gauchistes. Le voici qui doute de l'austérité, condamne l'euro fort. Il est constant en réclamant des euro-bonds.  Mais le drame intervient plus tard, à Bruxelles. 

Echec européen
Vendredi 8 février, les chefs d'Etat de l'UE adoptent un budget pluriannuel 2014-2020 pour la première fois ... en baisse (de 3%). La Politique Agricole Commune est toutefois prorogée. La FNSEA sera heureuse de ces euros européens. Les gros céréaliers européens ont touché 15 milliards d'aide au revenu l'an dernier, alors que leurs marges étaient portées par l'inflation des matières premières ! Pour le reste, tout le monde peut grimacer. L'aide alimentaire, en particulier, baissera de 500 à 300 millions d'euros annuels.

Quand il sort, vendredi en fin de journée, expliquer l'accord aux journalistes présents, François Hollande ne cache aucune ironie. Il qualifie l'accord de « bon compromis dans les conditions que l'on sait, et dans les circonstances que l'on connaît. » Il tente de se satisfaire de la progression de certains crédits, comme sur les transports. Ou du niveau global des dépenses prévues - 908 milliards d'euros.

C'est pourtant la fin de l'illusion européenne pour François Hollande, un revers évident. Les collègues du président français ne sont pas alignés sur autre chose que la rigueur. Le pacte de croissance à 120 milliards d'euros de l'été dernier est donc enterré. Or, comme le rappelle Hervé Nathan, la rigueur française se justifiait si l'Europe s'accordait sur une relance. Cette dernière option, soutenue par l'Italie, l'Espagne ou la France, a été dégommée par le couple Cameron/Merkel.

Quelques députés européens préviennent. « Nous aurons le dernier mot » (Marielle de Sarnez). Même le MJS affiche son opposition. Faudra-t-il se barrer de l'Europe ?

Il faut se préparer au « système démerde », comme disait la Pecnaude.


A suivre...

11 commentaires:

  1. Quelques députés européens préviennent. « Nous aurons le dernier mot » (Marielle de Sarnez). Même le MJS affiche son opposition. Faudra-t-il se barrer de l'Europe ?

    il faut bouter les anglois hors de l'Europe, cene sont que des épiciers tatchériens
    CDG n'en voulait pas et il avait raison

    RépondreSupprimer
  2. La mère Parisot ne veut pas que la loi intègre la généralisation des mutuelles complémentaires santé, la création des droits rechargeables d'indemnisation chômage. Surprenant de la part d'une femme soucieuse du dialogue et juste récompense pour les syndicats signataires d'un tel accord.
    Et dire que la bien pensance nous assomme, nous soûle à longueur d'articles et d'interventions radio ou télé sur l'absence de dialogue social en France. Pour en comprendre la raison, faut-il vous faire un dessin ?

    RépondreSupprimer
  3. Monsieur Hollande aurait pu opposer le veto de la France au vote du budget pluriannuel européen et il ne l'a pas fait. Quel courage pour l'ancien secrétaire du PS qu'on nous décrivait à juste tire comme le spécialiste du consensus. Du consensus mou tendance reddition en rase campagne. Décidément les jours se suivent et se ressemblent avec Monsieur Hollande et c'est Waterloo tous les jours. D'ailleurs, les descendants de Nelson doivent encore bien rire de l'avoir piégé, des Anglais qui décident de ce que nous devons faire, alors qu'ils n'ont même pas adopté ce cher euro. C'est à vous dégoûter de tout accepter de l'UE avec autant de facilité.

    Bon courage à Juan, qui aura bien du mal à défendre et encore plus à promouvoir la politique de Monsieur Hollande face à des Français passés de l'interrogation au doute pour finir par comprendre que le nouveau Président n'est qu'un clone du précédent. Posez la question à Angela, vous verrez !



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Demos, quand les prix augmentent dans un supermarché, on ne s'en prend pas à la caissière. Hollande c'est le concierge du palace et le palace appartient au prince du quatar. La France a été vendue par un gangster brésilo-hongrois, ouvrez les yeux.

      Supprimer
  4. "Au Mali, certains couinent encore contre l'intervention. Jolies âmes... On aimerait qu'elles aillent donc sur place, visiter en touristes ces jolis coins où l'on vous coupe une main pour une affaire de charia."
    Mon cher Juan,ce que tu dis est stupide car les guerres sont un moyen de propagande pour l'islam radical et que donc la charia est justement renforcée par cette intervention. C'est donc toi qui devrait aller au Mali.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu préfère qu'on laisse la région se consolider en base arrière d'Al Qaida davantage encore qu'elle ne l'était encore ? Le vrai problème est qu'on n'avait plus le choix.

      Supprimer
    2. c faux on avait le choix, il aurait fallu réagir en amont bien avant et imposer des élections comme condition de notre aide. Et l'autre truc important c'est de mettre en place le projet d'une armée dirigée par l'UA pour régler ce genre de conflit projet qui dure depuis 10 ans. Je te rappelle que si Al quaida se développe dans cette région c'est un peu à cause d'Areva. Enfin, je sais pas si t'a remarqué mais ya eut 2 attentats suicide en une semaine à Gao. c ce qui nous attend durant les 5 prochaines années chouette hein?

      Supprimer
    3. Pour moi, il est évident que la guerre au Mali a été pour nos dirigeants imposée par la nécessité et l'urgence dans une situation politique internationale où les autres (UE, USA ...) n'avaient aucun intérêt économique ou stratégique à défendre. Pour la France, la question devait se poser en ces termes : comment garantir nos approvisionnements en uranium ? Ni plus, ni moins.

      Supprimer
  5. * * * ALERTE INFO * * *

    "Johnny Halliday se fout de ce que l'on peut dire de lui."

    Nous aussi.....

    RépondreSupprimer
  6. Juan, soyez assuré de ma voix lors du vote pour l'attribution du PS d'or saison 1 :) Merci pour votre prestation.

    RépondreSupprimer
  7. "Il expulse plus et mieux - formidable ou infâme ?" C'est marrant, la question ne se posait même pas avant, serait-ce hypocrite? "L'auteur de ses (sic) lignes n'a jamais souhaité le découpage des banques." Là par contre je vous félicite, il est trop rarement souligné qu'il faudrait circonscrire la minorité d'activités les plus risquées des banques, et celles en compte propre, et non trancher bêtement entre banque de dépôt et banque d'investissement, ce qui serait irréalisable et contre-productif de toute façon.
    Votre critique des subventions de la PAC, qui profitent aux 'fat cats' au lieu de remplir leurs nobles objectifs, devrait s'étendre à d'autres domaines, comme le syndicalisme français par exemple.
    Démos a raison de rappeler l'enjeu majeur de la sécurisation de notre approvisionnement en uranium, il suffit de regarder où sont nos sources sur une carte pour comprendre qu'on ne pouvait laisser une milice hostile prendre le contrôle de la zone. Au Quai d'Orsay on parle plus de pétrole et d'uranium que de lapidation de femmes adultères et de mains coupées.
    Justice vit dans des théories de complot, et sa xénophobie sied mal à son pseudo. Qu'est-ce que tu entends par "la France a été vendue" ? Si tu parles de qui détient notre dette, je t'invite à regarder plus loin que le dernier quinquennat pour ce qui est des déficits publics (votés par le parlement). Oh, et qui sont les champions de la privatisation au fait?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.