26 février 2013

La défaite de Mario Monti est-elle prémonitoire ?

Jusqu'au bout, les différents camps se sont disputés la victoire législative en Italie. Mais il y a une certitude.

Mario Monti, le président du Conseil sortant, est gravement défait.

L'homme, présenté comme le technocrate qui allait sauver l'Italie de son marasme quand il succéda à l'exécrable Silvio Berlusconi en 2011, a lamentablement échoué à convaincre l'électorat italien. Moins de deux années d'austère gestion pour redresser les comptes publics et la cote de crédibilité du pays plus tard, Mario Monti va quitter le pouvoir.

1. Le message démocratique est clair et sans ombrage. La liste de Monti est bon quatrième, aux alentours des 10% des suffrages. L'austérité est impopulaire. Qui en douterait ? Qui peut penser qu'un tel programme puisse fédérer une majorité des suffrages dans les urnes ? Rappelons que la potion Monti n'avait rien d'agréable, même si une fraction du bilan était imputable à son prédécesseur: 80 milliards d'euros de coupes depuis l'été 2011, une petite réforme du travail (suppression des contrats précaires mais assouplissement des procédures de licenciement), une autre pour les retraites (allongement de la durée des cotisations, recul de l’âge de départ en retraite, à 70 ans en 2015), pour déboucher sur une récession en 2012 et en 2013 (-2,3% du PIB prévus). Pire, elle n'a pas produit de résultats positifs perceptibles. Certes l'Italie se finance moins cher que l'Espagne (quelle performance!), mais la dette est encore phénoménale (2.000 milliards d'euros). Et Monti n'a enclenché aucune réforme bancaire.

2. Marion Monti était aussi l'homme de l'élite européenne, le favori de nos éditocrates néo-libéraux, un rêve technique contre l'ambition démocratique. Il est arrivé au pouvoir parce que le clown populiste adepte de Bounga-Bounga nocturnes avec des demoiselles parfois mineures avait dépassé les bornes de l'inefficacité. L'Italie n'inspirait plus confiance pour financer sa dette. Monti est arrivé au pouvoir sans légitimité démocratique, propulsé à la tête du gouvernement sans élection, mais avec le seul assentiment des forces politiques en présence. Monti, ex-associé de Goldman Sachs, avait le soutien de la Banque Centrale Européenne (BCE), le fonds monétaire international (FMI) et la Commission européenne.

3. En novembre 2011, Silvio Berlusconi est tombé sous la pression des marchés financiers, d'une perte de confiance politique et d'une fragilité institutionnelle. On aurait tort de croire que le scenario qui se déroule sous nos yeux est une mauvaise nouvelle pour les créanciers du pays et leurs porte-parole. C'est un paysage éclaté qui sort des urnes, plus éclaté encore qu'en Grèce en juin dernier. La gauche tient péniblement la Chambre des députés, mais la droite berlusconienne conserve le Sénat. Lundi, il était curieux d'observer le comportement spéculatif des marchés pendant la journée de lundi. Quand les premiers décomptes donnaient la gauche vainqueur dans les deux chambres, les indices de la Bourse de Milan montaient, pour mieux reculer dès la publication d'informations contradictoires sur le Sénat - où la coalition berlusconienne était alors donnée en tête avec un gros tiers des suffrages. L'anxiété était manifeste. Une fois passée cette phase d'incertitude, la messe sera dite. Faute de majorité, le pays sera dans les mêmes mains qu'avant - celles de ses créanciers.

4. D'aucuns trouveront dans cet échec la preuve que l'austérité a été rejetée, au moins en Italie. Soit. Mais faut-il se réjouir qu'un autre clown -  l'ex-comique Beppe Grillo et son Mouvement cinq étoiles (M5S) - soit parvenu à créer la surprise ? On le créditait, lundi en fin de journée, d'environ 20% des votes à la Chambre haute du Parlement. Faut-il se réjouir que l'alternance prenne peut-être la forme d'un retour aux affaires gouvernementales d'il Cavaliere ? Ce résultat doit être considéré comme désespérant, même pour celles et ceux qui croient à une autre voie que l'austérité budgétaire.

5. Le vote italien comporte certainement quelques messages utiles pour la France. Le premier est politique. Le gouvernement sortant a été pulvérisé par trois assauts simultanés - sur sa gauche, sur sa droite, et par le M5S de Grillon. En France aussi, l'actuelle majorité est potentiellement exposée à trois menaces - gauche, droite et extrême-droite. Deuxièmement, le redressement des comptes publics est une ambition terne, douloureuse, insupportable si une autre trajectoire politique plus aspirante n'est pas communiquée, défendue, expliquée. Il assure même la mort politique rapide si aucun résultat positif n'est rapidement tangible - une contradiction avec ce que le temps politique réclame parfois. Avec Monti, l'Italie a ramené son déficit budgétaire sous le seuil fatidique des 3% du PIB. Ce dernier partait de moins haut - 3,9% en 2011, dernière année berlusconienne. Mais l'Italie en récession reste surendettée à 127% de son PIB !

Pour la France, voici toute l'ambiguïté du message italien: il n'y a nulle majorité de rupture (à gauche), mais une urgence pour le gouvernement Hollande à tracer autre chose qu'une simple perspective de rigueur.



6 commentaires:

  1. Il existe d’autre solution que l’austérité !
    Exemple la France peut et doit relancer le logement social, trouver les moyens pour que sa jeunesses rural retourne a la terre. Et surtout protéger sont industrie même en trichant, en prennent des mesures qu’elle n’annonce pas a l’union européenne. Puis pour les impôts et taxes, en finir avec les niches fiscal inutile, elles sont légions ! Les premiers tricheurs en Europe se sont les allemands ; ils trichent sur leurs dettes, sur l’état de leurs banques, sur le marcher du travail, sur les retraites etc., donc je ne voie pas au nom de quoi les autres n’aurais pas le droit de protéger leurs marchés du travail ! Pour l’Italie je n’ai aucun crainte comme au foot ont les voies jamais gagner et ses eux qui ont le plus de coup du monde !

    RépondreSupprimer
  2. C'est une alerte ! On ne peut pas continuer avec comme seule perspective les grimaces d'Angela Merkel et le mandarinat technocratique bruxellois.

    A 12 000 chômeurs du record de 1997, avec 266 usines fermées en 2012, le constat est absolument clair. La construction européenne est à revoir.

    RépondreSupprimer
  3. Je crois que çà l'est, prémonitoire. Comme l'ont été les défaites de tous ceux qui ont sacrifié leur parti au nom de la rigueur.
    On pourra mettre tous les meilleurs sentiments, toutes les meilleures raisons derrière la rigueur, promettre qu'après on sera libre. Çà n'enlève plus auprès de nous-autres, quelles que soient nos étiquettes, le constat qu'on achète cette liberté en payant le tribu aux banques. Le rejet des politiques vient autant des faits de corruption que de la rage de les voir ses soumettre en notre nom.
    Aussi quand tu dis que l'instabilité laisse l'Italie entre les mains des rentiers, tu as raison mais on pourrait croire qu'elle le serait moins si la majorité PD était stable : c'est faux tant son discours s'inscrit dans la lignée de Monti.

    RépondreSupprimer
  4. si Merkel pouvait suivre...mais avec une majorité pour gouverner pour le SPD

    RépondreSupprimer
  5. Oui, elle est prémonitoire. Cette défaite de Monti devrait amener les oui-ouistes, dont nous gouvernants actuels, qui vont continuer sur la même voie*, à se poser des questions pour eux et surtout pour les Français. Leur expérience va tourner court.

    * voir les dernières déclarations d'Hollandréou

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.