11 mars 2013

Silence médiatique sur ces chômeurs qui n'ont rien


Le ministère du travail a publié une évaluation de ces chômeurs non indemnisés. Les données portent sur l'année 2011. Le travail statistique est toujours très long et âpre. Pire, il ne reçoit que rarement les honneurs du commentaire médiatique éclairé.

Quand le résultat tombe, c'est pourtant plus brutal qu'une anecdote extirpée. C'est plus profond aussi, parce qu'on perçoit l'ampleur d'un mal collectif. Et cette fois-ci, il y avait tout pour remettre quelques pendules à l'heure.

Ce ne fut pas le cas. 

Le silence fut presque complet.

Des soupçons...
Ceux qui pensent encore que notre régime social est trop généreux sont nombreux. On les trouve dans des endroits parfois inattendus. L'indemnisation chômage est ainsi régulièrement la cible de critiques de tous ordres. Le clan sarkozyste a abusé de l'argument jusqu'à la campagne ratée de 2012. L'UMP de Jean-François Copé a pris le relais. Laurent Wauquiez et sa Droite (anti)sociale crèche à proximité. Patrick Buisson les biberonne en coulisses. Ces opposants internes sont à peine plus mesurées. NKM, qui cherche à tout prix comment faire parler d'elle, voudrait qu'on oublie son porte-parolat de la campagne 2012 de l'ancien monarque.

A gauche, il y eut ce curieux éditorial de Nicolas Demorand, assez rapidement taclé non par la majorité de ses confrères si confraternellement prévenants mais par quelques blogueurs ou journalistes résistants: « il faut travailler à sauver le travail. Ou ce qu’il en reste. Oui, pour cela, il faudra rendre des droits chèrement acquis et des protections sociales.» Demorand n'est pas seul.

C'est une chose de dire que le régime craque faute de financements (déficits), de moyens correctement dimensionnés (pôle emploi) ou attribués (formation professionnelle), c'en est une autre d'expliquer que sa prétendue générosité freine des cohortes de chômeurs à travailler.

... à la réalité
L'étude publiée ces derniers jours concerne 2011. Dix-mois plus tard, difficile de croire que la situation se soit améliorée. Imaginons donc que le portrait est aujourd'hui pire.

Cette étude de la DARES aurait dû remettre quelques pendules à l'heure. Encore aurait-il fallu la lire, la relayer, la commenter. En faire un sujet médiatique aussi important que les parties de fesses de Marcela Iacub, ou que les innombrables commentaires sur la cacophonie politique à gauche comme à droite.

Commenter le long cours de la précarité n'intéresse que quelques journaux et blogueurs bénévoles.

1. En France, moins d'un chômeur sur deux est indemnisé par le régime d'assurance chômage (RAC). Officiellement, le score est de 49% des inscrits à Pôle Emploi. Mais l'on oublie alors ces chômeurs qui ne sont pas enregistrés.

2. Cette moitié non indemnisée par le RAC est évaluée à 2,43 millions de personnes au 30 septembre 2011. Ils n'ont pas suffisamment cotisé (45%), ou ont épuisé leurs droits à indemnisation (55%).

3. Quatre-vingt pourcent d’entre eux, soit 1,93 million, n’étaient pas non plus indemnisables par une quelconque autre allocation du régime de solidarité (allocation de solidarité spécifique – ASS, allocation équivalent retraite – AER, allocation transitoire de solidarité – ATS). Cette information est capitale. Elle contredit frontalement les soupçons d'assistanat cumulard véhiculé par les chantres de la Droite Sociale.

La répartition de ces derniers est la suivante:
  • 644.000 ne déclaraient aucune activité même réduite, ni RSA non plus.
  • 532.000 bénéficiaient du RSA
  • 273.000 exerçaient une activité réduite, mais sans RSA.
  • 118.000 cumulaient une activité réduite et un complément RSA.
  • Près de 40 % de l'ensemble ont moins de 30 ans.
La DARES explique 41% de ces derniers sont des fins de droits au RAC qui « ne satisfont pas les conditions d’activité ou de ressources du foyer nécessaires pour une ouverture de droits au régime de solidarité. »

4. Parmi les 20% restant, ceux qui donc bénéficiaient de l'un des minima sociaux existants,
  • 39 000 personnes (pour les deux tiers des femmes) avaient un droit ouvert à l’Allocation Equivalent Retraite, un dispositif fermé par Nicolas Sarkozy.
  • 405 000 personnes étaient indemnisables par l’Allocation de Solidarité Spécifique (636 euros par mois, par personne, quand elle est à taux plein). La DARES note que trois quart de ces bénéficiaires sont des déchus du RAC. Et ils y restent longtemps à l'ASS: « la durée médiane en ASS pour les entrants en 2011 est de 349 jours ». 87% d'entre eux n'ont aucun diplôme supérieur au BAC.








Référence: « Les demandeurs d’emploi non indemnisables par le régime d’assurance chômage : les allocataires de l’ASS, de l’AER et les demandeurs d’emploi n’ayant aucun droit ouvert en 2011 » DARES, février 2013 • N° 013

Crédit illustration: article publié dans le Monde Diplomatique de mars 2013, par Alain Garrigou.

11 commentaires:

  1. Oui Juan, un monde parallèle que je ne connaissais pas et dans lequel je suis tombé il y a 10 mois après 29 années de travail. Un monde ou à 48 ans le pôle emploi te case dans la catégorie "Sénior". Un monde ou il ne te reste que ta carte vitale et encore plus que pour 2 mois. Le RSA est une usine à gaz et un revenu minimum devrait être instauré au plus vite.

    #1erMai2013 tous dans la rue.

    RépondreSupprimer
  2. Un article où je te retrouve, Juan et ça fait du bien!
    Merci et continue!

    RépondreSupprimer
  3. oui ! j'en fais partie. Depuis un long moment.
    Mais maintenant que j'ai recouvré des droits à des indemnités chômage, pôle emploi ne veut pas m'inscrire pour des raisons que j'ignore malgré lettres recommandées, visites, etc.
    je vais passer la journée à écrire à monsieur Sapin. C'est mon seul et dernier espoir pour que ça s'arrange.
    Et ensuite ?
    j'irai probablement m'immoler devant le ministère de l'emploi.

    merci d'en parler
    merci d'en perler plus souvent

    RépondreSupprimer
  4. Le RSA "socle" est de 423 €, soit moins de la moitié du seuil de pauvreté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On vit quand même dans un pays où le seuil de pauvreté est d'environ 300 euros inférieur au salaire minimum. Et après on s'étonne que rien ne tourne rond !

      Supprimer
  5. Bravo d'écrire sur ce sujet en dépassant les discours et les slogans généralistes qui se résument à une présentation des "chiffres du chômage". Ceci, ce ne sont pas les média, si souvent critiqués ici ou là, à juste titre, qui doivent se mettre au travail, mais bien les politiques qui doivent s'emparer de cette question. Un sujet aussi vaste et complexe nécessiterait la mise en place d'un vrai plan Marshall. Mais est-ce une vraie priorité pour les gouvernements qui se succèdent ?

    RépondreSupprimer
  6. il est très facile de faire disparaître les gens des statistiques
    après des années de chômage et d'ASS, je n'ai plus un centime depuis novembre 2012 car je suis en arrêt maladie depuis que mon propriétaire m'a frappée en mars 2012...
    les services sociaux de mon arrondissement étiqueté socialiste sont totalement inexistants, les élus refusent de me recevoir, les travailleurs sociaux ne font rien, refusent des prestations sans motif, délivrent des infos bidons
    je n'existe même pas dans les statistiques de ce gouvernement qui ne fait rien, ni au national ni au local
    je me demande combien nous sommes réellement... à la merci des marchands de sommeil et présumés coupables dans toute situation par les flics
    je réclame au moins le triangle noir de l'associale !

    RépondreSupprimer
  7. Il y a beaucoup trop de dégâts dans l’emploie et je ne croie pas en la relance pour stopper le problème. Les politiques nous parle de l’innovation de la création de la relance ou d’autres de la rigueur, bien moi je ni crois pas, il ni a pas d’autre solution que de taxés les importations. Et que l’ont arête de dire que sa nui au commerce mondial nous savons tous que nos industriels vont dans les pays du Thiers-monde pour échappé au salaire et a la législation européen ! Les industriels réclame encor plus de libéralisme en Europe et il préfère investir dans les dictatures ou les ouvriers non pas de droit ! L’Europe et entré en convergence avec la chine, a l’UMP ils le savent très bien puisque ils ont signé un accord de coopération avec le parti communiste chinois (d’ailleurs ont ne sais pas en quoi consiste l’accord ?) ! Et la mère Parisot en parlent de dictature elle ferait bien de regarder sa maison ; pour elle défendre les pauvres et la justice c’est de la dictature !je suis en colère pars que il y a des solutions et si la gauche ne les mets pas en œuvres qui vas le faire ? Et que l’ont arête de nous parler de l’impossibilité du protectionnisme c’est se que font tous les autres sauf la France et les pays qui ont cru que les autres venais investir chez eux ! Avec une TVA forte sur certain produits les industriels serais obligé a relocalisé ici ou disparaitre, a qui ils vont vendre ? Si ça continu même les produits des terroirs français, les vins fromages et autres produis de l’agriculture et l’élevage vont être produis dans les pays de l’est et en Asie ! Il nous faux une nouvel fiscalité une grand réflexion sur la TVA la solution a l’emploi et là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien d'accord avec toi. Les dirigeants et leurs communicants peuvent continuer à nous raconter leurs balivernes. Ce n'est pas plus l'équilibre des comptes de la Nation que l'innovation ou la recherche qui vont offrir un emploia aux millions de chômeurs. On nous a déjà "fait le coup" pendant plusieurs années avec les services, avenir de l'économie et blablabla ...et on peut voir le résultat. Qu'ils commencent par protéger notre économie comme le font les autres (EU, Chine, Corée du sud ...), à limiter la circulation des capitaux et à revenir sur les accords européens, qui nous emmènent droit dans le mesure avec son cortège de mesures nuisibles. Effet boule de neige : l'austérité provoque une baisse de la consommation et des recettes fiscales, phénomène aggravé par la mise en place de nouvelles taxes et par la diminution des dépenses publiques , ce qui accroît le déficit et amène une nouvelle vague de mesures d'austérité et ainsi de suite .... Vive Hollandréou, digne successeur du lider minimo !


      Supprimer
  8. Bonjour.
    Les médias oublient (sciemment, j'en suis sûr) de noter que les plus assistés, de très loin, sont les grands patrons, les grands administrateurs multi-jetons de présence. Mais pour eux, c'est normal sans doute, et il n'y a pas de péremption.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.