19 mars 2013

Les demandes des chômeurs que Michel Sapin n'a pas voulu entendre.

Vendredi 15 mars 2013, la réunion organisée au ministère du Travail avec des associations de chômeurs n'a rien donné de concret.

C'est un drame.  La rencontre était attendue, et le ministre en personne y était présent. Michel Sapin était-il sourd ? Non. Il a reporté les décisions à une ... prochaine réunion.

Une réunion pour rien...
La situation des chômeurs est précaire. Nul besoin de grandes analyses. L'ampleur du non-emploi est telle que la conséquence est évident. La France compte environ 5 millions de demandeurs d'emploi: 2,2 millions sont effectivement indemnisés par l'UNEDIC: 456.000 touchent l'allocation de solidarité spécifique créée au forceps et sous la pression sociale en 2011; 755.000 touchent le RSA. Et près de 1,4 millions ne touchent aucune indemnisation. La moitié de cette dernière catégorie travaille "trop" pour être indemnisé.

Au troisième trimestre 2012, plus de 80% des recrutements du secteur privé étaient ... des CDD d'après une étude du ministère du Travail publiée le jour même de l'entretien au ministère.

Pôle Emploi recense une cinquantaine de menaces de suicides depuis la mi-février. Le 13 de ce mois, un homme en fin de droits s'était immolé devant une agence nantaise.

Vendredi, une réunion. La seconde depuis ... juillet dernier. Une coordination semestrielle entre associations (AC ! – APEIS - MNCP) et le ministère. Michel Sapin était paraît-il « caché sous la table ». L'expression est curieuse. Elle n'explique tout. Il a publié un drôle de communiqué, et refusé toute mesure d'urgence. Il s'est abrité derrière des mesures réelles, déjà en place, mais insuffisantes par rapport à l'urgence (revalorisation du SMIC de 2%, renfort de 2 000 CDI pour Pôle emploi, décret sur la retraite à 60 ans, revalorisation du RSA, etc.) Sur le fond, c'est incompréhensible.  « Le chômage explose, le désarroi s'installe et des pauvres gens acculés se suicident, mais ça n'urge pas.» commente le site Actuchômage (*).

Michel Sapin a peu de marge de manoeuvre, mais cela n'excuse pas tout. Il a renvoyé à une prochaine réunion... en juillet.

Fichtre...

... et l'urgence
Les cas problématiques et urgents sont nombreux mais facilement identifiables. Les associations, membres du Comité National de Liaison de Pôle emploi, et soutenues par le SNU et SUD Pôle emploi ont quelques demandes urgentes:

1. Simplifier l'accès aux minima sociaux. Les procédures sont complexes, parfois faites pour décourager le bénéficiaire. En novembre dernier un rapport de l’Odenore (Observatoire des non-recours aux droits et services), révélait que près de 7 milliards d'euros d'assurance sociale ne sont pas versées à leurs bénéficiaires de droit chaque année. Pour l'essentiel, les sommes non versées concernent le RSA. Les associations réclament que l'inscription au minima sociaux soit automatique dès lors qu'un demandeur d'emploi se trouve exclu de l'indemnisation chômage.

Posons simplement la question: en quoi cette mesure est-elle compliquée à mettre en oeuvre ? Pourquoi la décision tarde-t-elle ? Par crainte de payer 5 ou 7 milliards d'euros d'aide supplémentaire imprévue mais due ?

2. Décider un moratoire sur le remboursement des indus: la "machine" s'enraye jusqu'à réclamer parfois avce des mois de retard et sans qu'il y ait une quelconque fraude quelque 300 millions d'euros par an d'allocations versées par erreur par Pôle emploi. Pire, ces indus ne sont pas pris en compte dans le calcul de nouveaux droits à indemnisation. Là encore, assouplir la procédure coûte encore moins cher ! Le Médiateur de Pôle Emploi en avait parlé dans son rapport... 2011.

Re-posons simplement la question: en quoi cette mesure est-elle compliquée à mettre en oeuvre ? 

3. Réformer les règles régissant les radiations administratives. Pour le coup, on peut comprendre que la chose demande du temps. Encore faudrait-il donner une perspective... Pôle Emploi est une grosse machine. Agir Ensemble Contre les Chômage réclame  la publication de la circulaire sur les radiations transcrivant les préconisations du médiateur national de Pôle emploi.

4. Augmenter les minima sociaux afin de les porter au-dessus du seuil de pauvreté. Là, la mesure coûte cher.

5. Rétablir la dispense de recherche d’emploi (DRE), supprimée par Nicolas Sarkozy. La part des seniors au chômage, et de surcroît de longue durée, explose. Merci qui ? Sujet parallèle, les associations veulent le rétablissement de l’Allocation Equivalent Retraite dans son intégralité.

Bien sûr, il y a d'autres demandes, telles la revalorisation du contact humain, la suppression de l’offre raisonnable d’emploi (créée par Nicolas Sarkozy) voire la « suppression de tous le motifs de radiations hors cas de fraude avérée»  (sic!). Mais cela, c'est encore une autre histoire.


A suivre.





(*) Par ailleurs, ce site d'informations a besoin d'un soutien financier pour poursuivre son activité.

9 commentaires:

  1. Le coût du travail est trop élevé, c'est un fait.

    Comme les politiques, je fais semblant de travailler pour pas creuser les déficits, les chômeur se donnent même cette peine, faudrait les taxer lourdement ces faigniasses.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour cet excellent billet. Oui vous avez raison, toutes ces mesures sont faciles à mettre en œuvre rapidement, mais elles coûtent de l'argent. On peut les financer par une taxe immédiate sur les licenciements, les ruptures conventionnelles, et les fins de CDD. Un peu l'idée du pollueur-payeur.

    RépondreSupprimer
  3. "bobcestmoi9 janvier 2013 08:49 [ à propos de l'ouverture d'une enquête
    par le parquet de Paris dans l'affaire Cahuzac ]
    médiapart la voulait
    il l'a
    et j'espère que ce sera pour plenel une cuisante déculottée"

    ==> si cuisante déculottée il y a ce soir, elle n'est assurément pas pour Plenel.

    [ http://sarkofrance.blogspot.fr/2013/01/Cahuzac.html ]

    Par ailleurs voici un commentaire que je déposais le 15 janvier suite à sa mission en réhabilitation médiatique face à Mélenchon, qui trouva à cette occasion une opportunité providentielle inespérée de pouvoir débattre avec un dirigeant socialiste en chair et en os sur un plateau télévisé :

    "J’ai écouté l’émission en différé et j’ai acquis à cette occasion une forte présomption de culpabilité vis-à-vis de Cahuzac au sujet des choses qui lui sont reprochées. De manière fort surprenante, son débit était légèrement saccadé par des difficultés à contrôler sa respiration comme s’il subissait un stress qu’il ne parvenait pas à maîtriser. C’est vraiment très rare à ce niveau de "compétition". C’est dire si le sieur Cahuzac est en proie à de sérieuses difficultés sur ce dossier. Par ailleurs, nous savons que les politiques mentent comme des arracheurs de dents car au même titre que pour ceux-ci il est considéré que cela relève des qualités professionnelles dont il faut savoir faire preuve à l’occasion. C’est donc sans aucun état d’âme que ces personnes-là recourent au mensonge chaque fois qu’il le juge nécessaire."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes J. Cahuzac n'est coupable de rien à cette heure ... sauf de pieux mensonges quant à la véracité de l'enregistrement ... désormais avérée ! Alors, qui a menti une fois à ce point verra le discrédit grandir quant à la valeur de sa parole !

      Supprimer
    2. Y reste plus qu'à l'envoyer à Chypre. Lui, au moins, il a de quoi payer la taxe décidée par les amis de Monsieur Hollande, Schaüble en tête.

      Supprimer
  4. Il est évident que la situation des chômeurs est terrible et même pire, mais Monsieur Hollande et ses amis ont décidé que la SEULE priorité était de REDUIRE le déficit de la Fraaance, comme disent certains lib' soc'. Les bons comptes font les bons amis à Bruxelles et à Franfort. Les lib' soc', au lieu d'agir peaufinent leur com' et font de la pé-da-go-gie. Ils sont REELLEMENT EN-DESSOUS DE TOUT.

    Si, par le plus grand des hasards, ils voulaient changer quelque chose à la situation de nos concitoyens, qui souffrent, ils pourraient mettre en application les mesures que tu leurs proposes, Juan :
    - Simplifier l'accès aux minima sociaux
    - Décider un moratoire sur le remboursement des indus
    - Réformer les règles régissant les radiations administratives
    - Augmenter les minima sociaux
    - Rétablir la dispense de recherche d’emploi
    Mais tu sais très bien, en dépit de ton affectation pour eux que les lib' soc' ne feront rien. Rien. Absolument R-I-E-N.

    Ils ne valent pas mieux que celui qui a été éjecté il y a moins d'un an, et même moins dans la mesure où ils trahissent les idées humanistes et fraternelles (ringardes, of course) de ceux qui les ont précédé. Beuuurk !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En dépit de ton AFFECTION et non de ton affectation. Nous savons bien qu'il ne s'agit pas d'affectation et que ta sympathie pour les lib' soc' est grande tant les articles que tu écris ici sont bienveillants. Bienveillants au-demà du raisonnable.

      Supprimer
  5. Hier Valls, aujourd'hui Sapin...Quand vous vous les serez tous farcis, ce sera le tour de Hollande?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Valls et Sapin n'ont pas plus d'importance que Dupont ou Durand. J'en ai assez, comme bien d'autres de cette starisation. Ce qui compte pour moi, comme pour de nombreux Français, ce sont les idées qui guident ces hommes et ces femmes et, surtout, les actions qu'ils-elles conduisent.
      Idem pour "Monsieur" Hollande qui met en oeuvre la même politique que son prédecesseur en dehors des questions sociétales, comme le mariage homosexuel, qui, reconnaissons-le, est d'une importance extrême. Aujourd'hui, le constat est incontestable : UMP = PS (beurk), quel que soit le nom de ceux-celles qui s'en réclament.

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.