12 mars 2013

La vraie visite de Hollande à Dijon

François Hollande visite Dijon, lundi 11 mars 201, la première étape de deux jours en Cote d'Or, et le début d'une tournée des régions. Nul excès de visites aussi expresses que factices comme du temps de Sarkozy, nous promet-on à l'Elysée. Mais dès lundi, quelques heures après l'arrivée sur place, François Hollande a eu ce qu'il voulait voir, un échantillon d'une France réelle mécontente. Un épisode court mais repris en boucle comme au bon vieux temps de la Sarkofrance finissante.

Et si Hollande avait trouvé ce qu'il souhaitait ?

De Sarkozy à Hollande
Difficile de ne pas voir dans ce déplacement de terrain une certaine ressemblance avec les opérations sarkozyennes. Aller sur le terrain, quand on est président de la République, n'a rien de réel tant tout est préparé.

Nicolas Sarkozy et ses conseillers n'avaient pas compris que leurs mises en scènes tournaient au ridicule macabre: table ronde sur-éclairée et caméras d'Elysée.fr, thème sans rapport avec l'actualité sans débat contradictoire; zone rurale ou reculée pour être mieux bouclée; assistance invitée sur carton, figurants dans les usines ou militants UMP dehors; aller-retour de quelques heures en Puma ou jet présidentiel. Bref, rien ne ressemblait au fameux terrain que l'ancien monarque prétendait visiter. C'était même tout l'inverse: Sarkozy visitait une France factice deux fois par semaine.

Les conseillers de François Hollande ont voulu changer de formule: les visites seraient plus urbaines et plus longues (48 heures de prévu pour la Côte d'Or); elles resteraient plus rares (une toutes les 6 ou 8 semaines, contre deux par semaine du temps de Sarko 1er); on prévoit des déambulations au milieu de vrais gens, l'arrivée serait en train: « la mise en scène vantée par l'Elysée n'était pas sans rappeler "l'homme normal" de la campagne présidentielle » relate l'accrédité du Monde, Thomas Wieder

A Dijon, le menu prévoit ainsi la visite d'associations dans un quartier populaire, la signature de quelques contrats d'avenir, un dîner républicain avec des parlementaires locaux, deux visites d'entreprises, un discours à la mairie.

Incident dijonais
Mais à Dijon, ce lundi 11 mars, on a failli frôlé le fiasco. La journée débute avec une interview publiée par le quotidien local Le Bien Public. Le président énonce ces trois priorités du moment: « la lutte contre le chômage, la compétitivité de nos entreprises et le financement de nos retraites
Il rappelle aussi l'exigence de soins de proximité (« l’hôpital public, en liaison avec les médecins de ville, doit assurer l’accueil en urgence dans un délai qui ne peut pas excéder 30 minutes. »), la future limitation du cumul des mandats (« une réforme attendue depuis longtemps ») ou les contrats d'avenir.

Il y a ensuite quelques images d'un président au milieu d'une foule dijonaise, de belles images. Mais cette foule qui l'accueille était pour l'essentiel composée de militants socialistes.

Quelques minutes plus tard, Hollande et sa troupe débarquent dans le quartier jugé populaire des Grésilles, en banlieue de Dijon. Il y a des anti- et des pro-Hollande. En marge du cortège, une petite troupe est plus hostile que souhaitée, juste devant des caméras de télévision. Elle est tenue à l'écart par un épais cordon de sécurité. La déambulation "zen" a ses limites. 
Thomas Wieder, du Monde, est l'un des premiers à témoigner, sur Twitter puis sur leMonde.fr: « Des syndicalistes de Solidaires se sont notamment réunis "pour lui rappeler qu'il est socialiste". Plusieurs personnes lui lancent des reproches, l'accusant de "faire la politique du patronat", et de se soucier davantage de la guerre au Mali et du mariage pour tous que des problèmes quotidiens des Français.» L'un des membres du groupe crie : "M. Hollande, elles sont où les promesses ?" Le malotru est rapidement évacué, « manu militari ».

L'information déboule en trombe sur Twitter et les sites d'info. Les chaînes d'informations s'en donnent à coeur joie. La séquence de quelques secondes de cet homme hurlant, sourire aux lèvres, "M. Hollande, elles sont où les promesses ?", tourne en boucle. Le Parisien, qui titre sur ce « chahut à Dijon », évoque trois personnes qui auraient pris à partie le président.



A Dijon, un homme interpelle Hollande et se... par francetvinfo

Des conseillers élyséens s'excusent. Hollande n'a rien vu, les forces de sécurité locales ont fait de l'excès de zèle. L'entourage du PR a demandé au service d'ordre de calmer le jeu, confirme Camille Langlade d'Europe1.

Le déplacement a repris son cours. Il y a d'autres choses à commenter mais cette aspérité-là que nous devions retenir. 

Finalement, il fallait comprendre cette visite comme une rencontre à double entrée: François Hollande devait rencontrer des Français, d'abord pour expliquer son action, « expliquer le cap qui est pris et les mesures qui le traduisent en prenant le temps de l'écoute, du dialogue, de la pédagogie » détaillait Aquillino Morelle un peu plus tôt dans la journée, à un journaliste de l'AFP...

Mais il y avait un autre objectif, plus important que le premier qui n'était qu'un prétexte. Il fallait sortir Hollande de cette tour d'ivoire de la Vème République qu'est l'Elysée, une tour qui finit par isoler le pouvoir de la réalité.

Rencontrer la France qui gronde est la meilleure chose qu'il faut souhaiter à un président en place.





18 commentaires:

  1. Très bon billet sur nos gouvernants.

    (Moi aussi j'ai un flingue sur la tempe...)

    RépondreSupprimer
  2. "Rencontrer la France qui gronde est la meilleure chose qu'il faut souhaiter à un président en place."

    Vous avez trouvé le juste ton entre soutien mesuré et critique mesurée.

    RépondreSupprimer
  3. Il y a un vrai mythe dans ces sorties pour "rencontrer les vrais gens et sortir de la tour d'ivoire de l' Elysée": s'il s'agit de rencontrer des militants de Solidaires, autant les recevoir à l' Elysée; sinon, les députés et les maires savent très bien sentir le pouls de l'opinion et faire remonter leur perception.

    Mais vouloir écouter des gens pris au hasard n'a aucun sens: on peut aussi bien tomber sur un retraité qui dira que sa pension est devenue insuffisante que sur un actif qui dira que ses cotisations sont devenues trop lourdes; après quoi, on est bien avancé.

    RépondreSupprimer
  4. "Rencontrer la France qui gronde est la meilleure chose qu'il faut souhaiter à un président en place."

    Le 24 mars le président aura une autre occasion de rencontrer la France qui gronde puisqu'elle sera à sa porte, avenue des Champs-Elysées ;) Il pourra ainsi s'offrir un petit bain de foule à peu de frais ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour écouter la France qui gronde, encore faut-il ne pas être sourd !
      Question : quelle est la différence entre les visites d'Hollandréou et celles du lider minimo ?
      Réponse : la distance à laquelle se trouvent les Français et la réactivité des forces de l'ordre.

      Note : peut mieux faire pour rattraper le lider minimo.

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Monarque a pris le train pour Dijon. Il serre la pogne des cheminots et distribue des sourires béats à ses militants, ils sont tous là, SARKOFRANCE doit être là aussi. Les quelques contestataires qui ont réussi à s'infiltrer on été brutalement exfiltrés.
      Le Monarque va dormir dans un lit de 2,5 m, prévu pour DE GAULE, alors qu'il n'est pas plus grand que SARKO le maudit.

      Le Monarque vient à la rencontre de la France qui gronde, oui, et tracer le cap, expliquer la cohérence de sa politique. Sauf que son cap est pipé (l'inversion de la courbe du chômage fin 2013, qui y croit ?), et sa politique est brouillonne et surtout ANXIOGÈNE : il n'est pas un jour sans une nouvelle annonce (livret A, retraités, diesel, allocations familiales, assurance vie, etc...) aussitôt démentie.

      Là, on annonce un tarif personnalisé de l'électricité ou chaque foyer aura un quota autorisé et, au delà, il paiera un malus (malheur aux personnes seules, et les retraités dont il faudra bien reparler car, eux, ils vont cumuler les prélèvements !). L'électricité va augmenter de 40% pour payer les énergies "propres", autant dire qu'il sera préférable de se chauffer au fioul. COHÉRENCE.

      Les gens questionnent "qu'est-ce que le Monarque est venu faire à Dijon ? Personne ne le sait... sauf SARKOFRANCE.
      Ah! si, depuis Dijon, il siffle la mobilisation générale face aux intempéries (MOI Président, je ne m'occuperais pas de tout...).

      Supprimer
    2. bien tenté, Ulysse. Essaye d'en faire un blog.

      Supprimer
    3. Merci.
      Mais je suis pas assez motivé pour ça.
      Tu a bien noté que j'ai tenté de copier ton phrasé ? Si je suis souvent en désaccord avec tes commentaires (clairement partisans), je reconnais tes talents.
      Sinon, j'ai un blog qui a son petit succès, plus de 1000 followers très accros ...

      Supprimer
  6. Un voyage présidentiel est une opération de com, et cela exige un certain professionnalisme:

    http://tinyurl.com/bunlkn7

    RépondreSupprimer
  7. Des émeutes urbaines en France ?

    Info blog : "L’armée française, se prépare à la guerre des cités, et a construit spécialement dans ce but à Sissonne, dans l’Aisne, une cité fantôme (centre d’entraînement aux actions en zone urbaine – Cenzub) comparable à une ville de 5000 habitants, pour y entraîner ses soldats. Le budget de ce programme de guérilla des banlieues, nommé « Scorpion », est de 400 millions d’euros par an pendant 10 ans". Idem en Allemagne.

    400 millions, pas mal, non ?

    RépondreSupprimer
  8. "François Hollande devait rencontrer des Français, d'abord pour expliquer son action". C'est une blague, non ?

    Déambuler dans les rues d'une ville avec un essaim d'officiels et de policiers en serrant quelques mains amies s'appelle maintenant "rencontrer des Français pour expliquer son action".
    Hollandréou aura bu la coupe jusqu'à la lie et aura, après moins d'un an, complètement enfilé le costume du lider minimo.

    Pitoyable, tragi-comique. Qu'il s'amuse bien et que ces amis continuent à se moquer de nous ! Il comprendra dès 2014 que son temps est compté et que son congé sera long, très long ....

    RépondreSupprimer
  9. plan scorpion....

    j'interroge le net.... les blogs se répandent

    même un second couteau socialiste.. !
    j'interroge quelques journaux sérieux ? niet !

    je poursuis mes recherches demain et si elles sont positives j'écris au Président et au Premier Ministre qui cherchent comment faire des économies.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'idée de manifestations pas vraiment pacifiques est peut-être dans les têtes des uns et des autres, dirigeants et citoyens. Ainsi, Jérôme Leroy de Causeur y fait référence dans un article de ce jour (point 2)

      "Pour prévenir les prises de risques insensées qui ont contribué à la crise financière de 2008, le Parlement européen s’apprête tranquillement à plafonner les bonus bancaires au niveau du salaire annuel fixe, devenant ainsi la zone la plus stricte du monde du monde en la matière…"

      "Il faut dire que les pays de la zone euro sentent bien que le point de rupture de la résistance des peuples aux mesures austéritaires est proche. À moins de faire tirer dans les foules grecque, espagnole ou portugaise, il va falloir donner des gages à ceux qui en bas se sacrifient depuis trop longtemps ..."

      Etonnant, non ?

      Supprimer
  10. http://www.defense.gouv.fr/dga/equipement/terrestre/le-programme-scorpion

    plan de 2005.... loin des banlieues ..... ???

    intox ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://pagedesuie.wordpress.com/2013/03/03/nos-gouvernements-se-preparent-a-nous-combattre/

      Info ou intox ?

      Supprimer
    2. http://www.defense.gouv.fr/terre/presentation/directions-commandements-et-centres/centre-d-entrainement-aux-actions-en-zone-urbaine

      Supprimer

    3. Budget surévalué ? Possible.
      Information fantaisiste ? Probablement pas.

      Sur le même sujet en Allemagne entre autres :
      "L'Allemagne se prépare-t-elle à combattre ses citoyens ?" sur actuwiki.fr/actu/6503

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.