30 avril 2013

L'instable programme de stabilité européen et François Hollande

Il est allé clore les Assises de l'entrepreneuriat. Il avait des annonces à faire, quelques messages. Il fallait laisser les polémiques du jour ou du weekend sur l'inutile union nationale ou l'ineffable germanophobie occuper les commentateurs.

A Paris, le "débat" occupait malheureusement encore la scène. Un débat d'experts puisqu'il était sans fin ni objectivité. Il faut y croire pour le voir.

Sous couvert de prétendues attaques contre le "modèle" conservateur allemand, c'est une part du programme de stabilité européen qui est fustigé. On accuse ce dernier de créer un carcan incompatible avec la nécessaire relance de nos économies. Là est le vrai sujet. Le reste n'est que "pugilat" et diversion médiatiques.

1. Ce programme ne date pas d'hier, mais il évolue régulièrement.
Le 17 avril dernier, le plan 2014-2017 a été présenté en conseil des ministres: 14 milliards d'euros d'économies à trouver sur le budget 2014 de l'Etat (y compris collectivités locales), et 6 milliards de "recettes nouvelles", via de nouvelles suppressions de niches fiscales notamment. "Pour rappel, de 2002 à 2012 la dépense publique progressait en moyenne de 2 % par an. La page de ce dérapage est bel et bien tournée. Il en est de même pour la dette. En 2014, celle-ci va malheureusement atteindre son niveau maximal à 94,3 % de PIB" expliquait le gouvernement dans sa communication de l'époque. Moscovici voulait se réjouir d'"inverser la spirale de la dette. "

Rappelons que l'endettement public est l'une des plus sinistres manoeuvres politiques des gouvernements conservateurs. Préférer l'endettement à l'impôt, le créancier - par ailleurs défiscalisé - au contribuable, est une marque de fabrique statistiquement prouvé des différentes formules de politiques conservatrices que la France a connues.

2. Le programme de stabilité est distinct du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance, TSCG. Un pacte budgétaire qu'on reproche à Hollande de n'avoir pas renégocié. En juin dernier, nous trouvions positifs qu'une enveloppe de 120 milliards d'euros ait pu être obtenue à côté de ce pacte budgétaire. La croissance était enfin replacée dans l'agenda européen. Pour preuve, les résistances au conservatisme du gouvernement Merkel n'ont cessé de croître. Certes, la chancelière tient bon, elle sera même sans doute réélue en septembre prochain. Et en décembre suivant, les espoirs ont été  douchés par une énième réunion des chefs d'Etat européens pour le budget européen 2014-2020. La réticence allemande ne date pas de l'élection de Hollande en mai dernier. On se souvient d'un autre Noël, en décembre 2008. On croyait que notre monde boursier s'effondrait et nos économies avec. L'Europe, pourtant présidée par notre Napoléon de l'époque, le grand Nicolas, s'était doté d'un plan global de relance de 170 milliards d'euros rapidement dégonflé.

3. Réduire l'endettement public faisait presque consensus. Ce sont plutôt les moyens d'y parvenir qui font débat. Prenez Jean-Luc Mélenchon. Lors de sa mémorable intervention télévisée sur France 2, en janvier dernier contre Jérôme Cahuzac, le co-président du Parti de Gauche expliqua: «Voilà ce que dira mon gouvernement: on paiera quand on pourra». Et d'ajouter: «C'est la Banque centrale (européenne) qui va financer si jamais les taux d'intérêt explosent... La dette, on la paiera à mesure qu'on pourra. Et d'ici là, ceux à qui on doit attendront.» On l'a connu plus brutal. Pendant la campagne, il expliquait: "En fait tout dépend en réalité de qui détient la dette et du rapport de force du pays endetté avec ceux qui lui prêtent." (novembre 2011). En avril, le même leader s'enflamme davantage - sans surprise -  contre le programme de stabilité. Puis, devant Jacques Attali, sur France 2 à nouveau, prédit que les seules issues pour se désendetter sont la guerre, la croissance, l'inflation, ou la mort. Et de souligner sa préférence: "Vous préférez l'inflation ou la mort ? Je préfère l'inflation". Pour la première fois, il évoque l'hypothèse fatale: "Pour éviter la chute, la solution serait de ne pas rembourser la dette."

Ne pas rembourser la dette... quelle belle formule...

4. Contre l'endettement, l'inévitable ajustement des prélèvements sur les dépenses que l'on juge nécessaires et solidaires est une question d'importance. On peut se désoler ou se moquer de quelques exonérations partielles de taxation des plus-values de cession d'entreprise promises aux créateurs de PME, l'essentiel des niches fiscales et du déséquilibre de notre système d'imposition est ailleurs. "Un gouvernement n’appliquant pas un impôt suffisant pour couvrir ses dépenses s’expose inexorablement à toutes sortes de difficultés générées par la dette" comment un chercheur américain de l'université de Berkeley, publié par les Echos ce 29 avril.

5. La seule vertu de l'agitation anti-Merkel ambiante est qu'elle contribue à consolider un rapport de forces extérieur, et notamment vis-à-vis du gouvernement Merkel. Hollande est paraît-il dans une "lessiveuse européenne", la même qui a lessivé Nicolas Sarkozy en son temps. Car on a oublié ce qu'un ancien candidat à la présidentielle, 18 mois avant le déclenchement de la Grande Crise, osait clamer du haut d'une tribune de campagne...


24 commentaires:

  1. Pas mal pour quelqu'un (Sarko) dont la campagne a été financé par l'un des pires dictateurs arabes, pas mal pour un pays qui a livré spontanément ses propres juifs aux nazis sans qu'ils leur demandent quoi que ce soit, pas mal pour un pays qui a colonisé par la force une bonne partie de l'Afrique, la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie et j'en passe, pas mal pour un pays qui a fait des expériences nucléaires sur les Polynésiens sous Mitterrand et Chirac (Polynésiens qui meurent aujourd'hui), pas mal pour un pays qui a trucidé ses huguenots, pas mal pour un pays qui continuent à piller l'Afrique en financant les pires dictateurs pour qu'ils oppriment leur population jusqu'à la mort(faim, exécutions, meurtres), pas mal pour un pays qui va tuer des enfants soldats au Mali, pas mal pour un pays qui a imposé la technologie la plus mortifère au monde (le nucléaire) à tout le pays sans le moindre plébiscite, pas mal pour un pays qui jette ses poubelles chez les pauvres de toute la planète, pas mal pour etc...
    Blanche comme neige, la France, on vous dit !
    Quant au totalitarisme, il est déjà là, alors pas besoin de l'installer.
    D'ailleurs même si Marine Le Pen est élue en 2017, on continuera à dire qu'il n'y a jamais eu de totalitarisme en France.
    En France ce qu'il n'y a jamais eu c'est d'aveu de ses propres crimes.
    La France est la championne toute catégorie de la dénégation.

    RépondreSupprimer
  2. On restera donc dans cette nasse, à défaut d'une politique de relance d'une part, fût elle nationale,et de mise en place d'eurobonds d'autre part...Il va falloir être politiquement solide pour tenir...

    RépondreSupprimer
  3. "fût elle nationale" et dans ce cas adossée à un grand emprunt et orientée vers des secteurs ou équipements structurants

    RépondreSupprimer

  4. BONJOUR
    Vous êtes bien au Fan Club François Hollande, vous pouvez laisser un commentaire, pas trop critique quand même.

    RépondreSupprimer
  5. ENNUI ....OU INQUIETUDES ?

    Si pour Juan c'est l'ennui de sources d’inspiration depuis le départ de Sarkozy, ….pour les Français, c'est l'inquiétude du quotidien et du lendemain avec un chômage record et des déficits et endettements qui se creusent et la baisse du pouvoir d’achat.

    L'ancien Président, avec ses qualités et défauts très marqués, apportaient matières aux articles assassins de Juan…Le pauvre Sarko, ....Premier Voyou de France !!

    Avec Hollande, candidat soutenu par Juan, l'exercice est plus difficile par la situation économique et sociale qui se dégrade et puis ce Président se dit « homme normal » alors que la responsabilité de la fonction vous fait obligatoirement un anormal.
    Peut-on parler d’ennui après l’affaire Cahuzac, et la révélation de comptes aux Caïmans du trésorier de campagne du chef de l’état et que Marianne nous dit, qu’il le savait ?

    Et que dire des couacs avec des ministres qui se rebellent contre la politique arrêtée. Et des socialistes qui accusent les Allemands de leurs maux !!!

    Les français expriment leur déception du fait du décalage des promesses de campagne et de la réalité des mesures gouvernementales face à la crise qu’Hollande niait durant la campagne.

    Les français, le moral dans les chaussettes, ont en effet baissé le son Monsieur Juan représentant du PS... ils ne veulent plus entendre des formules comme
    « Le changement, c’est maintenant », ils savent dans le silence, que les temps sont de plus en plus durs…ils regrettent Sarkozy et même ils préfèrent Marine Le Pen...Pauvre Hollande !!

    RépondreSupprimer
  6. Donc, si on comprend bien, les "marchés" sont rois à jamais, le peuple Français doit se serrer la ceinture d'un cran chaque année pour rembourser une dette de type crédit révolving, inremboursable, puisque déjà remboursée par les intérêts versés.
    Cet article en dit plus :http://celluledecrise.owni.fr/2011/04/08/dette-publique-interets-illegitimes/
    Juan aussi anti sarkoziste que pro Hollande devient inintéressant parce que sans objectivité, l'esprit de parti prend le dessus depuis un moment, on regrette le miroir aux alouettes anti sarko.

    RépondreSupprimer
  7. "une enveloppe de 120 milliards d'euros"

    ==> qui s'est avérée fausse !

    Un effet d'annonce ; un tour de passe- passe en deux temps trois mouvements auquel la communication politique est rompue : à l'arrivée moins 15 milliards. Pour des explications regarder cette vidéo à partir de entre 15'20 et 16'10 ==> https://www.youtube.com/watch?v=7imSCAIBRUs

    RépondreSupprimer
  8. il évoque l'hypothèse fatale: "Pour éviter la chute, la solution serait de ne pas rembourser la dette."

    Ne pas rembourser la dette... quelle belle formule...

    ==> neine ! Il préconise la monétisation de la dette par la banque centrale européenne qui prêterait "directement" aux Etats. Il s'ensuivrait une inflation (4 - 5 points) ! Qu'effectivement il juge préférable à la mort à petit feu [3] par asphyxie de l'économie via les politiques d'austérité imposées aux peuples pour préserver les économies des épargnants et notamment des retraités, allemands entre autres.

    ==> par ailleurs l'Argentine a refusé de rembourser sa dette au début des années 2000. [1]
    ==> d'autre part ni Attali ni Langlais n'ont démenti le fait que cette dette ne serait jamais remboursée [ dans sa totalité ] [1] & [2].

    ==> enfin, merci de préciser à quel moment il dit cela que l'on puisse vérifier et restituer le propos dans le contexte.

    1] https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=7imSCAIBRUs#t=4770s

    2] https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=7imSCAIBRUs#t=4870s

    3] https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=7imSCAIBRUs#t=4885s

    RépondreSupprimer
  9. "« Avec le “mariage pour tous”, le PS a fait une erreur électorale énorme »"

    « Le PS vient de s’aliéner ce qui a été à la base de son succès lors des dernières élections. » le démographe Hervé Le Bras

    Hervé Lebras démographe

    ==> http://www.rue89.com/2013/04/28/mariage-tous-ps-a-fait-erreur-electorale-enorme-241844

    RépondreSupprimer
  10. Mardi 30 avril 2013 :

    Un article à pleurer de rire !

    L'ex-ministre Claude Guéant explique le versement de 500.000 euros sur un de ses comptes par la vente de toiles du peintre flamand Andries van Eertvelt.

    Et soudain Andries van Eervelt est devenu célèbre ! Grâce à Claude Guéant, nul ne pourra désormais ignorer le nom de ce peintre flamand du 17e siècle (1590-1652), auteur de marines plus ou moins spectaculaires.

    Alors que des juges s'interrogent sur un éventuel financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par des fonds libyens, l'ancien ministre Claude Guéant a en effet expliqué le versement depuis l'étranger de 500.000 euros sur un compte bancaire par la vente en 2008 de tableaux d'Andries van Eervelt.

    Parmi les musées qui présentent son œuvre, le National Maritime Museum de Greenwich (près de Londres) est le plus riche, avec une quinzaine de toiles. Le Louvre ne possède aucun de ses tableaux.

    En vente publique, la carrière de van Eervelt est à géométrie variable. En mai 2010, sa "Bataille de Lepanto de 1571" (bataille navale qui vit la victoire des flottes chrétiennes sur la flotte turque) s’est vendue 168.750 euros à Amsterdam. Avant cette vente, elle était depuis les années 1970 la propriété d’une famille anonyme, européenne probablement.

    En juillet 2011, une autre "Bataille entre Turcs et Chrétiens" a été achetée 93.930 euros. L’œuvre provenait d’une collection privée espagnole.

    En novembre 2012, toujours à Amsterdam, un tableau du même artiste ("Guerriers dans la tempête") qui avait été acheté chez Christie’s à Londres en juillet 1978, a été revendu seulement 19.000 euros.

    Nous n’avons trouvé aucune trace de la vente aux enchères de deux tableaux de van Eervelt atteignant les sommes évoquées par Claude Guéant pour l’année 2008. Reste que celui-ci a pu les vendre à un marchand ou à un particulier. Mais il serait très étonnant que ceux-ci aient accepté de payer ces tableaux au-delà de la cote du peintre, d’autant qu’aujourd’hui, ce type d’œuvre n’est guère recherché. La marine ne fait plus rêver….

    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130430.OBS7681/affaire-gueant-mais-qui-connait-monsieur-van-eervelt.html

    RépondreSupprimer
  11. Bon billet mais qui laisse le lecteur sans solution (englué dans le maudit TINA) et sans grand espoir de voir la situation évoluer favorablement.
    L'on en est réduit à faire le président : courber l'échine et attendre que l'ouragan passe.
    A ce sujet je viens de finir ma déclaration de revenus par un calcul de l'impôt 2013 sur les revenus 2012 : soupe à la grimace. Avant la hausse de la TVA en 2014 c'est jouasse tiens.

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Juan,

    Le chômage galopant et le mariage gay, quel cocktail explosif pour la gauche caviar ! Je suis de gauche, mais je peste contre Hollande parce qu'il a ruiné la gauche en pensant que les fantasmes de Bergé et Delanoe passaient avant les problèmes réels du peuple d'en bas et de ceux qui ont peur du déclassement social en raison de l'économie en berne. Pitoyable Hollande !

    A2N

    RépondreSupprimer
  13. @Brucolaque
    je viens de me livrer au même exercice, il est effectivement douloureux...

    RépondreSupprimer
  14. Finis les termes « père » et « mère » à Saint-Maur

    Depuis peu, les formulaires d’inscription aux activités périscolaires de la mairie de Saint-Maur (Val-de-Marne) affichent «Parent 1» et «Parent 2» à la place de «Père» et «Mère».

    ==> http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/finis-les-termes-pere-et-mere-a-saint-maur-30-04-2013-2769727.php

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  16. Mère porteuse : En Belgique, «six parents» condamnés

    Après sept ans de rebondissements dans l'invraisemblable histoire de la petite Donna, née d'une mère porteuse belge qui l'avait revendue 15.000 euros à un couple de Néerlandais, après l'avoir «promise» (pour 8000 euros) à son père biologique et à sa compagne stérile, puis à un couple de gays, le tribunal d'Audenaerde vient de statuer: les six «parents» ont été condamnés. La justice belge avait finalement décidé de poursuivre les trois couples (la mère porteuse et son mari, les Néerlandais et le père biologique et sa compagne) devant le tribunal correctionnel pour avoir infligé des «traitements inhumains et dégradants» à Donna. Quant à la fillette, elle demeurera aux Pays-Bas, auprès de ses parents adoptifs, sans jamais connaître son père naturel.

    ==> http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/11/12/01016-20121112ARTFIG00386--l-etranger-les-accrocs-du-mariage-gay.php

    RépondreSupprimer
  17. CA VA PLUS TOUT !!!!

    J'ai vu Charles Beigbeder, le neuneu capitaliste, absolument enchanté du discours d'Hollande, il était aux anges le mec comme si il venait de gagner au loto.

    Sérieux c'est koi ce bordel ? Hollande il va pas prendre Copé comme 1er ministre, non plus ?
    Je suis très très inquiet...

    RépondreSupprimer
  18. Mardi 30 avril 2013 :

    Les propos de Guéant mis en doute par le marché de l'art.

    Selon Artprice, les toiles du peintre flamand Van Eertvelt ne se sont jamais vendues plus de 140 000 euros, alors que Claude Guéant affirme en avoir vendu deux pour 500 000 euros.

    Le peintre flamand Andries van Eertvelt, dont Claude Guéant dit avoir vendu deux tableaux pour un total de 500 000 euros, est un artiste du XVIIe siècle dont le prix record hors frais aux enchères se monte à 140 000 euros, a indiqué mardi à l’AFP la société Artprice.

    Un grand tableau de van Eertvelt (1590-1652) réalisé en 1640 et intitulé "La bataille de Lépante" a été adjugé 140 000 euros au marteau (hors frais) en 2010 par Sotheby’s Amsterdam.

    Les frais, qui varient en fonction du montant du lot, «sont de 20% en moyenne», selon Sotheby’s. L’acheteur de cette toile a donc déboursé environ 168 000 euros. «Cette bataille de Lepante a été vendue dans les meilleures circonstances pour atteindre le meilleur prix. C’est-à-dire que le tableau a été présenté par une grande maison de vente internationale, à Amsterdam, le meilleur lieu possible pour un artiste hollandais», analyse Artprice.

    Le prix médian des œuvres de van Eertvelt, peintre de moyenne envergure, spécialiste des marines et des batailles navales, est de 41 000 euros, selon la société française, numéro un mondial des données sur le marché de l’art.

    Le chiffre de 500 000 euros pour la vente en 2008 de deux marines de van Eervelt, évoqué par Claude Guéant, apparaît donc comme «une anomalie par rapport au prix du marché, au regard des données indicielles et économétriques sur cet artiste», considère Artprice.

    Un autre grand tableau du même artiste sur La bataille de Lépante avait été proposé en 2005 par Sotheby’s France, avec une estimation entre 300 000 et 500 000 euros mais il n’avait pas trouvé preneur lors de l’adjudication. Les deux tiers des œuvres de van Eertvelt sont vendues à moins de 10 000 euros. «Il n’y a pas de recherche frénétique sur ce peintre», relève Artprice.

    Le Canard enchaîné a révélé que des juges s’interrogaient sur le versement de plus de 500 000 euros depuis l’étranger sur un compte de Claude Guéant.

    L’ancien ministre de l’Intérieur a démenti lundi, à l’AFP, tout lien entre cet argent et un éventuel financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. L’ancien secrétaire général de l’Elysée justifie le demi-million d’euros reçus par la vente en 2008 «à un confrère avocat» de deux tableaux de ce peintre hollandais représentant des bateaux dans la tempête.

    «J’en avais fait l’acquisition une vingtaine d’années auparavant», a-t-il redit mardi sur Canal+. «C’était un achat dans des circonstances personnelles, mais je ne suis pas un investisseur en matière d’art», a déclaré Guéant.

    http://www.liberation.fr/politiques/2013/04/30/des-estimations-d-art-contredisent-les-propos-de-gueant_900092

    RépondreSupprimer
  19. SVP les anonymes, mettez un pseudo. Sinon, je change les filtrages.

    RépondreSupprimer
  20. On peut prendre "Pseudo" comme pseudo ?

    signé Pseudo

    RépondreSupprimer
  21. There is only one problem : the european Union. We must leave it or we'll suffer for a long, long time, man !

    RépondreSupprimer
  22. Le Pacte de stabilité et de croissance a été adopté au Conseil européen d’Amsterdam le 17 juin 1997 que les pays signataires se sont engagés à respecter vis-à-vis de leurs partenaires. Qu'est-ce que ce Pacte et qui était au pouvoir à ce moment-là ? Le Pacte (source wikipédia) est l’instrument dont les pays de la zone euro se sont dotés afin de coordonner leurs politiques budgétaires nationales et d’éviter l’apparition de déficits publics excessifs. Et qui était le Premier ministre de la France quand la France a signé le Pacte ? Monsieur Lionel Jospin. Après Delors, promoteur zélé de l'UE et avant Lamy, président de l'OMC. On dit merci qui ?

    RépondreSupprimer
  23. En dehors des tableaux, autre défense lamentable : Guéant ne sait pas comment on fait pour blanchir de l'argent !!! Vu les postes qu'il a occupés et ses "amis", c'est grave :-)

    Quant à R. Bachelot , elle l'attaque au sujet des primes
    Pour elle : «totalement impossible» que Claude Guéant ait reçu de telles primes. «Les primes de cabinet avaient été supprimées par Lionel Jospin» en 2001. «Soit c'est un menteur, soit c'est un voleur!», conclut-elle.

    "Si quand il était chef de cabinet de Nicolas Sarkozy de 2002 à 2004, Claude Guéant a touché des primes de cabinet, soit il ment, soit il y avait peut-être au ministère de l'intérieur de l'argent qui circulait, parce qu'il faut rémunérer un certain nombre d'indicateurs, d'informateurs, mais il n'avait pas à mettre cet argent dans sa poche", a poursuivi l'ancienne ministre. "J'attends ses explications".

    La justice s'occupe des amis de NS ...Pourvu que ça aboutisse.

    RépondreSupprimer
  24. L'Europe n'existe pas c'est un concept. Par contre il y a deux France, celle de l'élite ultra libérale, étatique mondialiste qui se gave comme sous l'ancien régime et celle du peuple affamé dans un enfer bureaucratique stalinien de crétins juste bon à regarder TF1 et M6. Aucune passerelle entre les deux. Mais des blogs pour croire que nous sommes libres et en démocratie, ah la bonne blague, monde de clowns.

    Pseudo.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.