17 avril 2013

Le trio infernal des anti-mariage gay

Depuis ce mercredi 17 avril 2013, l'examen de la loi du mariage pour tous entre donc dans sa dernière étape.

Enfin.

Depuis quelques mois, l'affaire a dérapé. Les caricatures avancées pour s'opposer au simple alignement des droits des homosexuels sur ceux de la majorité hétérosexuelles ont fait du mal, parfois avec violence.

Trois personnes se sont beaucoup données à ce petit jeu: l'effroyable Alain Escada, président du mouvement CIVITAS que personne ou presque ne connaissait avant le projet de loi; Frigide Barjot qui accumule les bévues et mots violents aussi rapidement que ses excuses publiques; et Christine Boutin, l'ancienne ex-ministre qui a retrouvé les mêmes folies verbeuses que du temps de l'adoption du PACS.

Un trio de choc, excellemment mis en image par Do-Zone Parody.








18 commentaires:

  1. Juan et sa traditionnelle mauvaise foi (Cahuzac-Médiapart, mariage & adoption) de nouveau à l'oeuvre pour empêcher un débat serein autour des nombreux enjeux anthropologiques attachés au volet filiation.)

    Comment faudra-t-il vous expliquer que ce qui fait bigrement problème, outre le passage en force dans la légalité démocratique en l'absence de légitimité sur une "réforme de civilisation", c'est l'égalité quant au "simple alignement du droit" pour tous les enfants à avoir un père et une mère.

    C'est aussi, favorisées, appelées par l'ouverture de la filiation aux couples de personnes de même sexe, l'extension puis la généralisation inéluctable de la PMA et de la GPA dans les mois, les années à venir.

    Il y a tant à débattre que cela va sans dire ! Vos dénégations performatives sont amusantes de ce point de vue !! Elle trahissent suffisance et/ou inconscience ! Les deux allant fort bien de paire et s'entretenant mutuellement :)

    RépondreSupprimer
  2. MireilleLoretta17 avril 2013 à 17:21

    Mon dieu, @desmotscratie, en quel siècle vivez-vous pour parler du droit de l'enfant à avoir un père et une mère, comme si les parents isolés et singulièrement les mères célibataires n'existaient pas. Quand j'étais enfant, on les montrait d'ailleurs du doigt.
    Autre chose qui me gonfle, c'est pas de débat, ça fait des semaines qu'on en débat partout, à l'Assemblée, au Sénat, dans les médias. Qu'on vote cette loi et qu'on passe à autre chose comme dans les autres pays civilisés

    RépondreSupprimer
  3. @demotscratie je ne pense pas que vous arriviez à faire changer d'avis Juan, tout comme lui n'arrivera pas à vous faire changer d'avis. Alors si les billets de Juan vous énervent passez votre chemin.

    RépondreSupprimer
  4. @ Desmotscratie

    Escada, Boutin et Barjot ont déjà participé à un débat serein ?

    RépondreSupprimer
  5. @desmotscratie
    Ne t'obstine pas à parler avec des bas du front... On ne peut pas débattre avec eux . Ils ont été dupés et maintenant ils essaye de défendre l'indéfendable .
    Disons leur plutôt bon courage dans leur guérison.

    RépondreSupprimer
  6. Nofate ==> ++

    Brassus ==> j'ai l'air énervé ? je tiens à vous rassurer il n'en est rien :)

    Mireille ==> les enfants en question ont tous un père et une mère, qqe part, dans un coin de leur vie. Même absent. Ils ont été engendrés normalement, c'est à dire naturellement, par une femme avec un homme. Et par ailleurs, ils ne sont pas affublés de deux pères ou de deux mères ! Dans leur infortune, cette invraisemblance et ce ridicule leur ont été épargnés ... Ils n'ont pas à supporter d'être le fruit d'expérimentations sociales hasardeuses et non pas civilisées.
    Permettez que là où vous voyez de la civilisation d'autres puissent davantage y voir une forme de régression barbare où s'affirme le fantasme de toute-puissance ! Il suffit pas de dire "civilisation", "civilisation" pour avoir de ce fait raison ! Une réforme de civilisation peut traduire un processus de dégradation à l'oeuvre dans celle-ci.

    Je ne vois pas bien ce qu'il y a de civilisé à vouloir étendre la filiation à des couples de personnes de même sexe et à la mettre sur un même plan ...

    Sinon, vous ne vous en rendez peut-être pas compte mais il y a deux expressions assez inopportunes dans votre commentaire qui là aussi dénotent un état d'esprit emprunt de supériorité ou de mépris (au choix) que rien dans vos propos ne justifient pour le moment :
    - "dans quel siècle vivez-vous ?"
    et
    - "les autres pays civilisés"

    Vous ne le savez peut-être pas mais je votais à gauche depuis 1985. Je connais assez bien la gauche : et là je dois avouer que j'en ai assez de ce complexe de supériorité que l'on retrouve chez un certain nombre de militants qui semblent persuadés avoir tout compris mieux que les autres !
    J'étais des manifs contre Devaquet. Puis de celles contre la réforme Juppé en 1995 ; puis en 2003 et 2010 pour la défense des retraites ; en 2006 contre le CPE. En 2003 ou 2004 à Paris contre l'entrée en guerre en Irak. J'étais à Bastille avec Mélenchon en 2012. J'ai fait partie d'Attac de 1999 à 2006.
    Aujourd'hui, je ne peux plus dire que je me sens de gauche car je ne me reconnais plus du tout dans les méthodes crapoteuses, car insidieusement subversives, de cette gauche-là !
    Si vous ne voyez pas de quoi je veux parler, je vous invite à vous rendre p.345 du remarquable ouvrage de François Cusset "French Theory" ...
    Un extrait : "Porteurs d'une différence irréductible, les marginalités sexuelles, (...)[et d'autres (f)acteurs] sont là qui tracent un plan de consistance minant le plan d'organisation du Monde et des Etats. (...) "Un nouveau type de révolution est en train de devenir possible" - cette fois au présent, in vivo dans des modes de désertion ou, plus tactiquement, de sabotage, mais loin en tout cas du mythe du "Grand soir" ...

    RépondreSupprimer
  7. Pour bien se rendre compte du ridicule de ce combat anti-mariage homo, liste des pays où le mariage homosexuel est légalisé: Afrique du Sud , Argentine, Belgique, Brésil dans certains États, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis dans certains États ou certaines villes, Islande, Mexique dans certains Etats, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Uruguay.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne cherche pas à être désobligeant Elie, mais vous rendez-vous compte du ridicule qu'il y a à citer pareille liste à titre d'argument ...

    RépondreSupprimer
  9. merci Elie, Mireille, Brassus, ZapNow.

    RépondreSupprimer
  10. "Ce n'est pas dans le pays des Droits de l'Homme que nous allons priver un enfant d'un père ou d'une mère !"

    RépondreSupprimer
  11. @ Desmotscratie

    Vous verrez que même le Vatican y viendra.

    RépondreSupprimer
  12. Michel Houellebecq sur le mariage "homosexuel" :

    "Soumettons ça au référendum. La décision sera légitime. On appelle ça la démocratie. Moi, je m'abstiendrais sur le sujet. Car je n'ai pas d'avis nettement formulé. Je ne sais pas si il est bon ou non pour un enfant d'avoir un père ou un mère ou si cela peut marcher avec deux pères et deux mères. Je ne sais pas. Quand je ne sais pas, je me tais. Soumettons ça en référendum. "

    ==> http://www.rtl.fr/actualites/culture-loisirs/article/michel-houellebecq-un-peu-stupide-de-revenir-en-france-7760397551

    RépondreSupprimer
  13. "traditionnelle mauvaise foi"
    "ridicule"
    "méthodes crapoteuses"


    Vous prétendez vouloir débattre, mais personne de sensé ne veut débattre avec des énergumènes qui n'ont que l'invective à la bouche.

    RépondreSupprimer
  14. "simple alignement des droits des homosexuels sur ceux de la majorité hétérosexuelles"

    Erreur : alignement des droits de la majorité hétérosexuelle sur ceux des homosexuelles via les modifications apportés au code civil.

    En ligne de mire ce que d'aucuns appellent dans la rhétorique des gender studies une prétendue hétéronorme assimilée à une hétérodomination discriminatoire !
    Où l'on voit qu'il n'est pas tant question ici d'égalité de droits que de subversion d'une norme sociale constituée par 95 % de la population concernée afin d'aligner tout le monde sur une nouvelle norme tendant à occulter autoritairement les différences objectives. C'est l'égalité pour tous à marche forcée. Sachant que le mariage, institution qui fonde la famille et encadre la filiation est une institution forte qui structure notre société.
    La réforme de civilisation elle est là ! A travers une inédite rupture juridique et symbolique tout à la fois hypocrite, arbitraire et illégitime ! Ce qui s'appelle "une ruse avec les principes". Procédé dont Aimé Césaire disait d'une civilisation qui y recourait qu'elle était "moribonde".

    Alors la belle affaire que d'autres, appartenant à la même civilisation que la nôtre ait déjà adopté une réforme analogue ! "Une erreur n'est pas une vérité parce qu'elle est partagée par beaucoup de gens, tout comme une vérité n'est pas fausse parce qu'elle est émise par un seul individu." Gandhi

    RépondreSupprimer
  15. " Sachant que le mariage, institution qui fonde la famille et encadre la filiation est une institution forte qui structure notre société."

    Houhou! Revenez sur terre, et en 2013!

    Il y a plusieurs années qu'en France:

    -la majorité des couples ne sont pas mariés,

    -la majorité des enfants ( 57 % en 2012) naissent hors mariage,

    - un mariage sur trois, et un mariage sur deux dans les grandes villes, se termine par un divorce.

    RépondreSupprimer
  16. @ Desmotscratie

    "Erreur : alignement des droits de la majorité hétérosexuelle sur ceux des homosexuelles via les modifications apportés au code civil. "

    Oh ? Vraiment ? Vous êtes sûr de vouloir vraiment débattre ?

    Laissez-donc Aimé Césaire hors de ça. C'est curieux comme n'importe qui se réfère aujourd'hui pour n'importe quoi à Césaire. Le discours sur le colonialisme n'a rien à voir avec la situation présente, où précisément il n'y a aucune ruse avec les principes, puisque ce sont les principes d'égalité, de liberté de notre civilisation qui sont étendus à une minorité.

    RépondreSupprimer
  17. ZapPow,

    Colonialisme et genre sont apparentés par les cultural studies et l'option méthodologique commune qui y prévaut : gender studies et postcolonial studies.

    Ceci dit, je vous donne raison sur le fait que ce à quoi nous avons affaire au point de vue anthropologique est totalement inédit et relève d'une mutation au croisement du naturel et du culturel.

    L'enjeu juridico-symbolique de ce qui pourrait bien être interprété comme un événement charnière entre deux époques de l'histoire de l'humanité, l'une finissante l'autre en train d'émerger, peut être envisagé comme le déni, la répudiation du naturel au profit d'un basculement dans le tout culturel !

    Vouloir situer le débat aussi à ce niveau de la problématique n'est pas refuser de débattre. C'est en cela que la réforme en cours peut être interprétée comme

    un "alignement des droits de la majorité hétérosexuelle sur ceux des homosexuelles via les modifications apportés au code civil".

    Puisqu'on ne peut pas aligner purement et simplement les droits des homos sur ceux des hétéros (catégories façonnées et montées par la gender theory pour penser le citoyen et la cité, en lieu et place des hommes et des femmes), alors il convient de faire évoluer la norme pour créer de toute pièce une norme égalisante de facto en corrigeant une inégalité naturelle originelle des conditions.

    L'effet recherché et clairement induit par la démarche propre à des cultural studies très stratégiques est bien de subvertir l'ancienne norme pour en instaurer une nouvelle !
    La révolution n'est plus exogène en qqe sorte mais endogène. Elle ne vise plus le renversement ostentatoire des acteurs et des structures du pouvoir mais leur subversion en pointillés.
    D'un certain point de vue, les cultural studies ambitionneraient d'être à la politique ce que l'impressionisme fut à la peinture !

    voici qui mérite aussi débat ne pensez-vous pas ZapPow & Co ...

    RépondreSupprimer
  18. Elie,

    Décollez un peu et envisagez aussi la dimension symbolique de l'institution mariage qui coiffe à ce titre tout le dispositif encadrant la famille qui en découle tout en l'adaptant aux évolutions de la société. Il en va ainsi de la filiation.

    D'ailleurs, si le mariage ne possédait pas une telle portée symbolique il ne ferait pas l'enjeu d'une telle bataille ... politique aux dimensions stratégiques reléguées dans un angle mort mais qui n'en sont pas moins décisives !
    Nous avons affaire à des stratèges de haut vol, tels ceux qui offrirent un cheval aux Troyens ... A ceci près qu'au XXIe siècle, le cheval a gagné en raffinement conceptuel :)

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.