8 avril 2013

Moralisation: les 40 affaires de Sarkofrance

Elle a fini par énerver. Depuis que l'affaire Cahuzac a produit la déflagration que l'on connaît, une large fraction de l'ancienne droite sarkozyste est montée au créneau de la moralisation de la vie politique avec une virulence et une amnésie hors normes.

Voici un bref rappel de 40 affaires, scandales petits ou grands qui ont suffisamment entachés le précédent quinquennat pour l'on soit en droit de réclamer silence et mesure aux responsables de l'ancienne Sarkofrance.

1. KARACHIGATE: Nicolas Sarkozy est soupçonné d'être impliqué dans le financement occulte de la campagne balladurienne de 1995. A l'époque ministre du Budget, il a donné son accord pour le versement de rétrocommissions à deux intermédiaires imposés à la dernière minute par le gouvernement Balladur dans la vente de sous-marins nucléaies au Pakistan en 1994. Dans le cadre d'une instruction sur le sujet, Thierry Gaubert et Ziad Takieddine ont été mis en examen en 2010 puis 2011. Les épouses des deux derniers ont témoigné de retraits d'espèces en faveur du clan Sarkozy.
On découvre que Ziad Takkiedine est également un proche de Copé, qu'il a invité à de nombreuses reprises alors que ce dernier était ministre (villa, voyage, yacht). Mediapart en fait un feuilleton estival qui nous régale.

2. KADHAFIGATE: Quand il était ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy a oeuvré pour vendre de l'équipement d'espionnage à la dictature libyenne de Kadhafi. Son directeur de cabinet, aidé par l'intermédiaire Ziad Takkiedine entre 2005 et 2007, ont multiplié les contacts avec les hautes autorités libyennes. En 2011, quelques anciens officiels libyens accusent Sarkozy d'avoir reçu en contrepartie des donations occultes. Le patron du fournisseur français, la société AMESYS, s'est vu décoré de la Légion d'Honneur par Nicolas Sarkozy.

3. NEUILLY: Nicolas Sarkozy a menti, au moins par omission, sur le financement de l'acquisition de son duplex à Neuilly-sur-Seine en 1997. En 2007, Nicolas Sarkozy avait prétendu bénéficier d'un prêt de 3 millions de francs de l'Assemblée nationale entre 1995 et 1997. Ce qui était ... faux. La confirmation est venue du président de l'Assemblée Nationale lui-même en avril 2012.

4. OPINIONGATE : En 2009 éclate l'affaire des sondages de l'Elysée. La Cour des Comptes découvre que Patrick Buisson et Patrick Giaccometti se sont vus offrir, sans appel d'offre, une commande de près de 2M d'euros annuels de conseils d'opinion. En 2008, l'Elysée a commandé pour 3 millions d'euros de sondages. Ces sondages sont ensuite fourni à quelques médias sans que le financement élyséen ne soit mentionné. Nombre de ces sondages sont sans rapport avec l'activité de la présidence mais simplement pour l'UMP.

5. ABUS: deux frères de la ministre Fadela Amara occupent le logement de fonction de cette dernière; 120 m² pour trois pièces, un bureau, deux salles de bains et un cuisinier à disposition, pendant plusieurs semaines. Une ministre qui héberge ses proches aux frais de la République, quoi de plus normal ?

6. CIGARES: le ministre du Grand Paris, Christian Blanc, fait acheter pour 12 000 € de cigares en dix moi, sur le budget de son secrétariat d'État . Il finit par rembourser 3 500 euros correspondant, selon ses dires, à sa « consommation personnelle », puis la totalité de la dépense, avant de démissionner.

7. ABUS: En juin 2010,  LA présidente de la HALDE nommée par Nicolas Sarkozy, Jeannette Bougrab, fait doubler son indemnité, de 6 900 à 14 000 euros mensuels. Après avoir déposé plainte pour diffamation contre le Canard Enchaîné qui dénonçait l'affaire, elle est déboutée. le tribunal  souligne que l'enquête du journal était "sérieuse" et que les chiffres déclarés étaient « tout sauf fantaisistes ».

8. BIDON: Pour sa mission bidon sur la "mondialisation" confiée par l’Élysée, Christine Boutin était rémunérée 9 500 euros par mois, auxquels elle a ensuite renoncé, et qu'elle cumulait avec sa retraite mensuelle de députée et de conseillère générale.

9. WAUQUIEZ: En juillet 2010, l'affaire Woerth bat son plein. Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat à l'Emploi, va à Londres rencontrer des hommes d'affaires, banquiers et responsables de Hedge Funds, à Londres. Pour leur demander des fonds pour son micro-parti LA DROITE SOCIALE. Il nie puis reconnait les faits. D'après la Commission Nationale des Comptes de Campagne, le micro-parti de Laurent Wauquiez a récolté 14 dons de personnes physiques en 2009, de 2400 euros en moyenne, pour 34.452 euros au total.

10. ESTROSI: en 2010, le ministre Christian Estrosi annule les réservations d'un vol régulier d'Air France pour louer à sa place un Falcon 900. D'après le Canard Enchaîné, les horaires du vol d'Air France ne lui convenaient pas. Ce changement de programme a coûté la somme de 138 000 euros à l'État. Christian Estrosi a présenté ses excuses.

11. APPARTEMENT: le même ministre Christian Estrosi occupe deux logements de fonction: un appartement à Bercy et un un hôtel particulier parisien de 2 900 m² (avec cuisinier) appartenant à la République, qu'il prêta à sa fille aux frais de la République.

12. ABUS: Pénélope Fillon, épouse du premier ministre, utilise un jet privé pour se rendre à Roscoff, dans le Finistère, où avait lieu le baptême d'un navire de la flottille des Britanny Ferries qui fait le lien entre la France et l'Angleterre. Coût du vol : 10 000 euros. Elle n'aurait pas voulu prendre le TGV, dont le coût n'aurait été que de 130 euros aller-retour.

13. ABUS:  Fin septembre 2008, François Fillon et sa famille étaient sur le trajet retour d'un « week-end privé » dans la Sarthe quand un avion de tourisme aurait frôlé l'avion du Premier ministre. Problème. On découvre alors que la famille Fillon aime utiliser les Falcons de la République pour retourner le weekend dans la Sarthe. Son château de la Sarthe n'est pourtant qu'à 1h20 de Paris en TGV.

14. CONFLITFin 2010, Fillon et sa famille séjournent à titre privé en Égypte dans des hôtels luxueux d'Assouan,  invités par l'autocrate Hosni Moubarak, déchu quelques semaines plus tard suite à la révolution égyptienne.

15. CONFLITlors de ses vacances italiennes (en Toscane) en 2011, François Fillon aurait obtenu le prêt d'une Ferrari bleue pour la journée, et ce gratuitement, auprès du patron de la marque (Charlie Hebdo). Au cours de l'été 2012, le même Fillon est encore hébergé par un milliardaire italien pour ses vacances.

16. CONFLITJean-François Copé a cumulé ses mandats de député-maire avec la profession d'avocat d'affaires pour le cabinet Gide-Lorette entre 2007 et 2010. Mis en cause pour ce conflit d'intérêt par Martin Hirsch, ancien Commissaire aux Solidarités Actives de Nicolas Sarkozy dans un ouvrage sur le sujet, il se refusera à dévoiler l'identité de ses clients privés.

17. CONFLIT:   Le 28 février 2011, le site internet Lesinrocks.com révèle que Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a passé les fêtes de fin d'année en Libye.

18. CONDAMNATION: Brice Hortefeux est condamné le 4 juin 2010 par le tribunal correctionnel de Paris à 750 euros d'amende pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine, à 2.000 euros de dommages-intérêts à payer au MRAP, et à la publication d'un communiqué de presse compte tenu de « l'effet délétère sur le lien social d'un tel propos, quand il est tenu par un responsable de si haut niveau ». La phrase incriminée, visant un jeune homme d'origine maghrébine, était la suivante : « Quand y'en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes. »

19. CONDAMNATION: Brice Hortefeux a également été condamné le 17 décembre 2010 par le tribunal de grande instance de Paris pour atteinte à la présomption d'innocence de David Sénat, ancien conseiller de Michèle Alliot-Marie. Il avait laissé entendre que David Sénat était à l'origine de fuites au journal Le Monde dans l'affaire Woerth-Bettencourt. Il a fait appel des deux condamnations.

20. ABUS: Alain Joyandet, alors ministre de la Coopération, loue un jet privé aux frais de l'Etat, pour 116.500 €, afin de se rendre en Martinique, où il devait participer à une conférence internationale.

21. CONFLIT: Le même Joyandet conserve la présidence de son entreprise personnelle de distribution de bateaux en bois précieux africain alors qu'il était ministre de la Coopération. Le même ministre renonce à l'agrandissement de sa villa de la Var quand le Canard Enchaîné révèle que son permis de construire était illégal.

22. PROTECTION: Guy Wildenstein, ami de Nicolas Sarkozy, a été accusé par son ex-belle-mère - décédée en 2011 - d'avoir détourné avec son frère quelque 4 milliards d'euros d'avoirs et de biens dans des paradis fiscaux pour les soustraire à l'héritage. Malgré les preuves apportées par la dame, les ministres du budget Woerth puis Baroin n'ont jamais voulu ouvrir d'enquête officielle.

23. FRANCAFRIQUE: En 2009, Pierre Péan publie un livre explosif, "Le Monde selon K" sur Bernard Kouchner, alors ministre des Affaires Etrangères de Nicolas Sarkozy.  Il révèle que Bernard Kouchner était consultant pour des autocrates africains (Gabo, Congo) dans le cadre de la réforme du secteur de la santé de ces deux pays. Bernard Kouchner serait aussi intervenu dans le recouvrement de factures pour deux sociétés de conseil, Africa Steps et Imeda, alors même qu'il était ministre des affaires étrangères de Nicolas Sarkozy.


24. CONFLIT: L'épouse de Bernard Kouchner, Christine Ockrent, est rapidement nommée à la direction de France 24, chaîne publique d'informations dépend de la tutelle du... ministre des affaires étrangères. Elle sera virée en 2011 après la révélation d'une affaire d'espionnage interne.



25. TAPIE-GATE: Le 10 mai 2011, le procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, a demandé une enquête pour « abus d'autorité » contre Christine Lagarde dans l'affaire de l'arbitrage privé ayant débouché sur l'attribution de plusieurs centaines de millions d'euros à Bernard Tapie en 2008. Jean-Louis Borloo, ancien avocat de Bernard Tapie dans les années 90, fut également l'éphémère ministre des finances de Sarkozy en 2007 qui décida d'accélérer la procédure en faveur de son ancien client. Une enquête préliminaire sur d'éventuels "abus de pouvoirs sociaux" dans l'affaire Lagarde-Tapie a finalement été ouverte. Elle vise les décisions prises par des hauts fonctionnaires (Jean-François Rocchi et Bernard Scemana), qui auraient dissimulé des éléments de la procédure d'arbitrage et ajouté dans le projet d'arbitrage la notion de préjudice moral (chiffrée à 45 millions d'euros pour les époux Tapie).

26. FINANCEMENT:  Thierry Gaubert, ancien conseiller spécial de Sarkozy à l'intérieur, proche ami de Brice Hortefeux, a été dénoncé par son ex-femme pour (1) détenir des comptes en Suisse non déclarés, (2) d'y être allé chercher de l'argent pour du financement occulte de la campagne de Sarkozy en 2007. Dans la même affaire, l'ami Nicolas Bazire, témoin de mariage du couple Nicolas/Carla Sarkozy, a été mis en examen, comme Thierry Gaubert, pour la même affaire.

27. FINANCEMENT: Pendant la campagne de 2007, Eric Woerth alors trésorier, allait solliciter des donateurs suisses ou français exilés pour son Premier Cercle.

28. SYSTEME: En septembre 2009, deux journalistes (Gérard Davet et Fabrice LHOMME) publient SARKO M'A TUER, 27 témoignages de personnes victimes du système Sarkozy: fonctionnaires mutés, carrières brisés, parfois pour rien, juste le tort de déplaire.

29. PISTON: Olivier Marleix, conseiller technique de Nicolas Sarkozy et fils de l'ancien ministre Alain Marleix circule  à bord d'une voiture du parc automobile de l’Élysée lorsqu'il est arrêté par les gendarmes pour excès de vitesse (119 km/h au lieu des 70 autorisés). Il fait valoir ses relations auprès des militaires et leur aurait comprendre qu'il serait « préférable de classer l'incident ».

30. PRESSION: en janvier 2012, Frédéric Martel dans Marianne accuse Carla Bruni-Sarkozy de s'être servie de son statut d'épouse du chef de l'Etat pour détourner des sommes significatives de sa Fondation au profit de ses actions « philanthropiques » et, notamment, de l'un de ses amis dénommé Julien Civange.

31. AMITIES: Patrick Ollier, compagnon de Michèle Alliot-Marie, ancien président de l'Assemblée nationale, ministre des relations avec le Parlement depuis le 14 novembre 2010 est aussi un ami de Mouammar Khadafi, et est à la tête du groupe d'amitié France-Libye à l'Assemblée nationale.

32. AGRESSIONS: Le 22 juin 2011, Georges Tron est mis en examen pour « viols et agressions sexuelles en réunion » sur deux employées de sa Mairie de Draveil. Il est placé sous contrôle judiciaire.

33. La presse a en outre relayé les doutes des élus d'opposition de la ville de Draveil concernant la provenance des fonds qui auraient financé l'installation d'un cabinet de réflexologie de Georges Tron attenant à la Mairie.

34. WOERTHGATE: L'épouse d'Éric Woerth, ministre du Budget, aurait, selon les dires de Patrice de Maistre enregistrés par un majordome de Liliane Bettencourt, été engagée pour faire plaisir au ministre, au sein de la société Clymène chargée de gérer le patrimoine de la milliardaire héritière de L'Oréal. Florence Woerth a démissionné le 25 juin 2010 après des accusations de conflits d'intérêt concernant son mari. Éric Woerth a remis la Légion d'honneur à Patrice de Maistre.

35. Éric Woerth a également été critiqué pour le cumul de ses fonctions ministérielles avec celle de trésorier de l'UMP. Or, selon l'ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claie Thibout, 150 000 euros d'argent liquide, dépassant le plafond légal de 7 500 euros, auraient été remis à Éric Woerth par l'intermédiaire de Patrice de Maistre pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Le ministre a annoncé sa démission du poste de trésorier de l'UMP le 13 juillet 2010.

36. Mme Bettencourt a reconnu quelques dizaines de millions de d'euros de fraude fiscale. Elle n'avait jamais subi de contrôle fiscal depuis au moins 10 ans, malgré des remboursements d'impôts pour cause de bouclier fiscal d'environ 30 millions d'euros annuels...

37. Quand la presse fait ses révélations sur l'affaire Woerth/Bettencourt en 2010, Claude Guéant fait espionner des journalistes (dont Gérard Davet). La DCRI remonte à David Sénat, conseiller de MAM, qui se fait muter à Cayenne en septembre 2010 (sic!). En parallèle, le procureur Philippe Courroye, ami personnel de Nicolas Sarkozy, avait également demandé aux services secrets d'espionner pendant quelques semaines les moindres recoins de la vie de deux journalistes devenus gêneurs.

38. L'affaire Visionex concerne une société qui aurait proposé à des cafetiers l'achat de bornes internet qui, selon l'accusation, seraient en fait des machines à sous permettant des paris clandestins. Une enquête pour infraction à la législation sur les jeux de hasard a été ouverte. Mais le 6 octobre 2011, Le Canard enchaîné révèle que lors d'une perquisition effectuée chez David Sénat (mis en examen le 1er octobre 2010) les policiers de la brigade de répression du banditisme auraient trouvé une lettre écrite en juillet 2008 par Michèle Alliot-Marie, annotée par Rachida Dati, alors ministre de la Justice, pour demander de « clôturer les investigations dans le cadre de la commission rogatoire, car la bonne foi a été prouvée ». Or, l'enquête impliquait le fils de l'ancien garde des Sceaux Albin Chalandon, Fabien Chalandon, mis en examen le 20 mai 2010. Rachida Dati dément.

39. Michèle Alliot-Marie est contrainte à la démission après des vacances de fin d’année en Tunisie, alors que les Tunisiens avaient déjà commencé leur révolution. Michèle Alliot-Marie, son compagnon Patrick Ollier, et ses parents auraient effectué deux trajets dans le jet privé d' Aziz Miled, un homme d'affaires qui aurait été proche de la famille Ben Ali-Trabelsi. Il aurait même été question d'une transaction immobilière en Tunisie. Mediapart a ajouté que Michèle Alliot-Marie se serait également entretenue au téléphone avec « le Président en fuite » pendant ses vacances.

40. CARLAGATE: au printemps 2010, l'Elysée mobilise les services secrets mobilisés pour une rumeur d'adultère présidentiel.







13 commentaires:

  1. Il en manque des affaires et un paquet ! moi j'aime bien les 3 millions de dollars détourné du fond mondial du sida par Carlita et j'aime bien aussi la vente et rachat des imprimeries nationales, faut dire que l'escroc à talonettes nous a montré toute sa palette de compétence en la matière.

    RépondreSupprimer
  2. Billet quelque peu risqué en ces temps agités. En pleine crise morale, rappeler les turpitudes de la droite, c'est risquer d'attiser encore plus l'ire des citoyens sans que la gauche en tire un quelconque avantage. Mais bast, si l'adversaire aussi est coupable de crapulerie, c'est que la chose n'est point si grave et surtout pas lorsqu'on est en charge des affaires.
    A ce petit jeu personne n'est gagnant.
    Billet étrange d'Hubert Huertas ce matin. En gros les citoyens seraient au pire indifférents au mieux blasés de ces moeurs politiques que feignent de découvrir nos représentants et élites politiques.
    La crise économique solliciterait leur attention davantage que la crise morale dans laquelle ils baignent depuis plus de 30 ans.
    Mandieu...

    RépondreSupprimer
  3. Pour moi, ce billet est indigne.
    En réaction à l’affaire CAHUZAC, SARKOFRANCE a épluché ce WE les pages du CANARD ENCHAÎNE, pour arriver au chiffre mythique de 40 (voleurs), un pot pourri ( pourri est le mot!) de vraies affaires avec des faits divers, tout ça, à jeter à la face de SARKOZY :
    - un excès de vitesse du fils d’un ANCIEN ministre,
    - AMARA qui héberge ses frères,
    - l’affaire TRON (qui n'est pas comparable à celle de DSK)
    - même un « CARLAGATE », rien que ça ! qui n’existe que dans la tête de Juan, etc…
    Et la plupart de ces « affaires » ne sont pas jugées !

    Juan devrait être plus prudent, l’affaire CAHUZAC n’est qu’au début. Aujourd’hui on parle beaucoup de MOSCOVICI et de FABUIS….
    Dans ces temps troubles, à quoi sert de remuer les poubelles pour en faire sortir des odeurs nauséabondes ?
    Vraiment Juan me désole.

    RépondreSupprimer
  4. @ulysse : et tu as de la chance car juan n'a pas parlé des affaires Chirac, Pasqua et autres "broutilles" de la droite.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce travail Juan ! On a envie de hurler quand on voit la droite donner des leçons de morale à gauche.

    RépondreSupprimer
  6. P.S Et n'hésitez pas à compléter cette liste grâce aux commentaires qui vont suivre.

    RépondreSupprimer
  7. @Brassus : les affaires concernent surtout les hommes qui sont au pouvoir, ce qui peut se comprendre.

    Je propose à Juan d'ouvrir le compteur pour la HOLLANDIE.

    J'ai écouté MOSCOVICI ce samedi sur EUROPE 1 et je suis confondu par ses mensonges, lui-même ne croyait pas ce qu'il disait.

    La droite n'a pas à donner des leçons, mais la gauche n'est pas plus vertueuse, souvenez-vous de l'époque MITTERRAND .....

    RépondreSupprimer
  8. les mains comme ça sur la photo : c'est pour cacher les menottes ?

    RépondreSupprimer
  9. à Ulysse : ah bon ! vite...des preuves !!!

    RépondreSupprimer
  10. Au contraire, que ce qui est le plus frappant, dans l'attitude de l' UMP vis-à-vis de l' "affaire Cahuzac", c'est sa relative et surprenante modération.

    (rien à voir avec les articles que Juan aurait écrit si Cahuzac avait été un minbistre UMP de Sarkozy...)

    RépondreSupprimer
  11. Un oubli à ajouter à la liste: l'affaire de Jean Sarkozy pistonné à la tête de l'EPAD !

    RépondreSupprimer
  12. Et merci pour cet article, un rappel salutaire pour les amnésiques, et ils sont nombreux dans ce pays !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.