9 avril 2013

Le printemps français de la France réac et Manuel Valls.

C'est une sale expression, un slogan propagé par les réacs en tous genres sur les réseaux sociaux ou dans quelques manifestations marginales anti-mariage pour tous: ce serait bientôt le printemps français comme hier nous avions le printemps arabe.

Sur les sites de la réacosphère - Dreuz, Egalité et Réconciliation, novopresse - on relaye largement l'initiative née quelque part le 21 mars. On s'amuse des manifestations de quelques fachos devant le domicile de la sénatrice Chantal Jouanno.

Le Printemps français a son site, ses promoteurs ont chipé le slogan du Front de Gauche ("On ne lâche rien"). La confusion des genres est l'arme habituelle des réacs.  

Dimanche 24 mars, ils exhibaient quelques enfants en bas âge au premier rang pour mieux forcer le passage. Plus loin, des gros musclés et petits freluquets faisaient le salut nazi avant de secouer les boucliers en plexy des CRS qui leur faisaient front. L'un d'entre eux, Alexandre Gabriac, expliquait que "Valls ou Taubira n'avaient pas à leur interdire de descendre les Champs Elysées". Certes, il y avait bien d'autre sensibilités plus paisibles dans les rangs. Mais les braillards étaient effarants.

Mercredi 27 mars, Arnaud Montebourg était bousculé lors d'un déplacement en gare de Perrache, du Train de l'industrie. Des militants anti-mariage gay se sont heurtés à des ... manifestants CGT qui protestaient contre la politique sociale du gouvernement.

France contre France.

Le même soir, la Garde des Sceaux a failli être empêchée d'accéder à un opéra: à nouveau, ça criait, ça éructait, ça chantait. Là encore, les réacs de Génération identitaire ou jeunesses nationalistes. A moins que cela ne soit l'inverse. On hurlait la Marseillaise tout en traitant les CRS présents de fils de putes.

La France Réac sait choisir les mots qui tâchent et font honte.

Le lendemain, quelques irréductibles dont l'ineffable Frigide Barjot manifestaient devant le siège de France Télévision où se déroulait l'entretien télévisé du président Hollande. Les extrémistes de Civitas s'agenouillaient devant le Sénat pour protester:  "La France mérite châtiment si elle autorise le mariage des sodomites" expliquait l'un d'entre eux aux caméras.

A la faveur de l'examen au Sénat de la loi sur le mariage pour tous, la frange réactionnaire se dévoile et instrumentalise un débat de libertés publiques. Les opposants au mariage gay ne sont pas cette caricature d'extrémistes. Mais ces extrémistes-là font du mal à la démocratie.

Dans la nuit du 6 au 7 avril, deux couples d'homosexuels sont passés à tabac à Paris. Le premier dans le XIXème arrondissement de Paris. L'une des deux victimes de l'agression postait ceci sur les réseaux sociaux, à côté de sa photographie d'un visage défiguré.
“Désolé de vous montrer cela. C’est le visage de l’homophobie. Hier soir, dans le XIXe arrondissement de Paris, Olivier et moi avons été sauvagement frappés seulement parce que nous marchions bras-dessus bras-dessous. Je me suis réveillé dans une ambulance, couvert de sang, avec une dent en moins et les os autour des yeux cassés. Je suis à la maison maintenant. Très triste. Olivier prend soin de moi. J’ai un arrêt de travail d’au moins dix jours.”
Le même soir, un peu plus loin à Paris, un poignée d'anti-mariage pour tous recouvrait d’affiches la façade de l’espace des Blancs-Manteaux, dans le 4ème arrondissement. On identifiait facilement, sur la vidéo, quelques militants UMP.

L'homophobie est de sortie. 

Que retenir de cette mauvaise et terrible séquence ?

1. La minorité réac se retrouve dès que le sujet est clair et clivant. C'est simple et évident.  Le climat est "extrêmement lourd et délétère", confie l'Inter-LGBT.

2. Pourquoi donc dérapages, agressions, et outrages ont-ils été l'apanage ou les à-côtés des manifestations contre le mariage pour tous ? Ces chrétiens - ils furent nombreux - pourraient-ils s'interroger sur cette incroyable faciliter à proférer l'amour pour tous contre le mariage de quelques-uns au milieu de cris de haine homophobe ?

3. Le débat sur cette loi a produit les pires effets. N'a-t-il pas que trop durer ? Pourquoi avoir fait traîner en longueur l'adoption d'un texte finalement bien loin des caricatures que ses opposants ont voulu en faire ? A gauche, on pense - nous pensons - que la mesure méritait une adoption rapide et sans effluves, même si elle titillait quelques croyants coincés. Le débat n'est possible qu'avec ceux qui le souhaitent. Les opposants à ce nouveau droit ne cherchent pas le débat. Pire, ils ont dans leurs bagages ou leurs soutes d'insupportables fréquentations, d'effroyables réacs prêts à "casser du pédé" - physiquement bien sûr - pour faire comprendre leur point.

4. Autre sujet, plus grave, le ministre de l'intérieur Manuel Valls sera-t-il aussi prompt à mobiliser les forces de l'ordre contre les auteurs de ces actes homophobes que dans d'autres luttes moins honorables ? Pourquoi n'y-a-t-il pas un communiqué, un seul, sur le sujet entre dimanche et mardi ? Pouvait-on espérer que le ministre soit aussi actif contre ces homophobes réacs et violents que contre les Roms ? On sait qu'il s'est fait chahuté lui aussi, par quelques réacs énervés. Pourtant, on cherche, on attend, on espère une réaction. Car dimanche, le lendemain de ces agressions, le ministre évoquait l'antisémitisme résurgent en France. Il n'avait pas tort, mais ne pouvait-il pas AUSSI s'autoriser une réaction sur l'autre sujet du moment, pile en phase avec une certaine actualité parlementaire ?


Manuel Valls, réagissez.


11 commentaires:

  1. et il intervient quand contre les prières de rue
    c'est interdit pour TOUS

    RépondreSupprimer
  2. Vivement le mariage avec les mineurs comme ça les curés épouseront leur enfants de coeur et ne vivront plus dans le péché. Je comprend leur impatience, tout arrive à qui sait attendre.

    RépondreSupprimer
  3. je pense qu'à gauche on se sent toujours un peu illégitime. Et qu'on a peur de se défendre parfois.

    RépondreSupprimer
  4. La normalité du mariage, c'est l'union d'un homme et d'une femme qui débouche dans le cadre d'une famille à l'arrivée d'enfants qu'il faudra éduquer pour qu'ils réussissent leur vie: c'est la norme naturelle de la cellule familiale.

    Pour des raisons dont j'ignore certaines femmes sont attirées sexuellement par d'autres femmes et de même pour des hommes vers d'autres hommes. A défaut du pourquoi scientifique on constate que cela existe à priori en petit pourcentage dans notre société.

    Il ne s'agit de discriminer ces personnes qui veulent faire leur vie ainsi.

    Le Pacs a été une avancée sociétale; il faudrait le compléter sur deux plans : par une forme d'Union civile en mairie et un complément calqué sur les droits patrimoniaux du mariage.

    Puisqu'il faut conclure et ce n'est que mon avis, laissons le mot mariage pour l'union d'un homme et d'une femme et dénommons « Union civile » pour les homosexuels.

    Le sujet divise les français, il faut savoir, comme Mitterrand, revoir ce projet comme pour la réforme de l'école privée en son temps.

    Les temps sont difficiles, n'aggravons pas la situation en cette période de perte de confiance dans le chef de l’état comme jamais, de scandale financier avec l'affaire Cahuzac et surtout avec une situation économique qui s'aggrave. Les français doivent se serrer les coudes et non s’opposer.

    RépondreSupprimer
  5. Soutien de M. Fillon, Laurent Wauquiez a également publié dans Le Journal du Dimanche l'état de son patrimoine au 31 mars. "Nous devons nous montrer exemplaires dans notre rapport à l'argent, en étant dans une stricte transparence", explique-t-il au Monde. "Quand on est un responsable politique, on ne peut pas balayer cela d'un revers de la main", poursuit-il en visant M. Copé, qu'il rêve d'affronter lors de l'élection à la présidence de l'UMP, en septembre.

    Pour l'instant, le président de l'UMP refuse de rendre public sa déclaration de patrimoine. "Je le ferai le jour où la loi le prescrira", a promis M. Copé, mardi 9 avril sur France 2, alors que l'exécutif promet un projet de loi le 24 avril pour moraliser la vie politique.

    Le maire de Meaux (Seine-et-Marne) dénonce "un numéro de voyeurisme et d'hypocrisie" dans la démarche des fillonistes et des membres du gouvernement, qui doivent publier leur patrimoine d'ici au 15 avril.

    M. Copé y met toutefois une condition : que cette loi "prévoit qu'on puisse vérifier la véracité des déclarations". "Pour l'instant, Jean-François Copé pense qu'il ne faut pas tomber dans la démagogie", indique un de ses proches.

    Le président de l'UMP ne cache pas son agacement de se retrouver sur la défensive. "Alors que le PS est dans une nasse, on est en train de leur offrir une porte de sortie...", a-t-il regretté lundi en privé.

    Pour piéger M. Copé, ses rivaux veulent instiller dans l'opinion l'idée qu'il aurait quelque chose à cacher. Ils rappellent qu'en décembre 2010, celui qui était alors secrétaire général du parti avait soutenu l'initiative de son ami et successeur à la tête du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob, visant à alléger les sanctions contre les députés qui frauderaient sur leur déclaration de patrimoine.

    Laurent Wauquiez a ciblé son rival de manière voilée, en proposant dans le JDD que les parlementaires exerçant une activité privée, soient contraints de "rendre publics et communiquer les clients et les honoraires", citant les "avocats"... Ce qui est la profession de M. Copé. Ce dernier exerce toujours cette activité, en tant qu'"avocat indépendant", précise son entourage.

    Quand il était devenu secrétaire général de l'UMP en novembre 2010, M. Copé avait abandonné son activité d'avocat dans un grand cabinet d'affaires parisien, Gide-Loyrette-Nouel, qui lui a valu des accusations récurrentes de conflit d'intérêts.

    La majorité attaque de nouveau M. Copé sur ce terrain. "Les députés avocats d'affaires, ça suffit !", a lancé lundi sur iTélé le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, plaidant pour une stricte séparation des fonctions d'élus avec des activités dans le privé.

    "Pouvez-vous admettre qu'on ne peut pas être député et avocat d'affaires en même temps ?", a demandé l'ex-ministre PS de la justice Elisabeth Guigou à M. Copé, la veille, sur BFM-TV. Le président de l'UMP n'a pas répondu, estimant n'avoir aucune "leçon de morale"à recevoir.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/09/a-l-ump-l-operation-transparence-de-fillon-gene-cope_3156341_823448.html

    RépondreSupprimer
  6. Ce qui se fait appeler "Le printemps français", est l'arbre revindicatif que certains, en manque de légitimité (56% des Français opposés à l'apdoption) aimeraient bien voir cacher la forêt. Ce mouvement ne représente rien d'autre que lui même c'est à dire une frange extrêmement minoritaire de "La manif pour tous", dont une de leur représentante, Béatrice Bourges a été exclue du collectif des porte-paroles dès le 25 mars.

    Pour le reste, aurions-nous une délibération en bonne et due forme (referendum) sur ce projet de loi si clivant, qui implique rien moins qu'un "changement de civilisation", dixit Taubira, via la portée anthropologique des symboles entre autres, que nous n'aurions eu aucune de ces manifestations en tout genre.

    Doit-on rappeler que ces formes radicalisées de la protestation ne sont intervenues qu'à la troisième manif. Ensuite elles mélangent tout et voudraient surtout profiter des mobilisations provoquées par le projet Taubira et la méthode choisie pour élargir le mouvement à la contestation du pouvoir en place.

    Au même titre que si il y avait eu un référendum lors des différentes réformes sur les retraites, il n'y aurait eu aucune manifestation autres qu'oratoires dans le cadre de débats sereinement organisés. Et aucune répression des forces de police sarkozyenne.

    Je rappelle que j'avais tjrs voté à gauche depuis 1985 ! Que j'étais pour le Pacs. Que je suis pour une alliance civile identique au mariage sans la filiation ; et donc ouverte également aux couples hétéros qui s'en contenteraient. Avec adaptation de la procédure d'adoption simple aux cas des familles recomposées dans leur diversité.

    Et enfin que je ne suis nullement catho (juste agnostique). Même si sur ce sujet du mariage je suis plus proche des positions exprimées par les cathos que par les socialos, les gauchos et autres bobos ! Comme quoi je ne suis pas sectaire ;)

    En ce qui concerne l'agression, souvenons-nous de l'agression de Sébastien Nouchet soi-disant sauvagement brûlé par des homophobes ! C'était en 2004. En septembre 2006 la justice concluait qu'il n'y avait pas eu d'agression et rendait un non lieu ! [ http://www.lexpress.fr/actualite/societe/homophobie-le-non-lieu_460342.html ]

    Entre temps nous eûmes droit à toute l'orchestration de toute la séquence que l'on sait .. dont le projet Taubira constitue l'aboutissement.

    Un précédent, parmi d'autres, qui explique peut-être la prudence des médias cette fois-ci ...


    A ceux qui parlent de débat impossible et qui en même temps expliquent qu'il aurait fallu plier tout ça vite fait puisqu'à leurs yeux il s'agirait d'une réformette (alors pourquoi tant d'insistance de leur part ?), rappelons les propos de Jean-Pierre Michel en conclusion de l'audition du Philosophe anti-mariage Thibaut Colin qui argumentait en expliquant que la loi devait avoir pour fondement le juste. Le sénateur et rapporteur PS, qui présidait l'audition ce jour-là, a alors répondu que pour lui le fondement du juste c'était le "rapport de force !" Drôle de conception du débat ! [ http://www.dailymotion.com/video/xxk0ss_jean-pierre-michel-le-fondement-du-juste-c-est-le-rapport-de-force_news#.UWPm05YRySo ]

    Quand bien même il s'agirait d'un rapport de force limité à l'enceinte des assemblées parlementaires. Ce qui n'est pas évident dans les propos dudit sénateur quand on sait qu'il fait référence à une approche marxiste dont l'attachement à la démocratie n'est pas à proprement parlé la caractéristique principale, eu égard aux analyses de Marx sur l'Etat et la démocratie comme instruments au service de la bourgeoisie !

    RépondreSupprimer
  7. (suite -- du débat)

    Le tout à resituer dans le rapport au pouvoir qu'entretiennent les analyses d'inspiration foucaldienne omniprésentes et prépondérantes dans la théorie du genre qui elle-même sous tend la revendication du mariage pour tous portée à bout de bras par les collectifs LGBT. Il est là, entre autres, le changement de civilisation voulu ...

    Alors résumons-nous : nous avons d'un côté "un changement de civilisation" et de l'autre un rapport de force auquel serait ramenée la recherche du juste ! Ou comment des gens entendent dicter leur vision de la civilisation à l'ensemble de la société !

    Quel critère pour définir le juste ? Au moins, dans un régime comme le nôtre, la légitimité démocratique ! Et comment se mesure-t-elle en l'absence de la sérénité et d' indicateurs d'opinion convergents ? Par la délibération référendaire ! Le reste n'est que passage en force. Assumé en l'occurence.

    D'où la parade consistant à vouloir imputer le recours à la violence aux opposants ! Qui ne font qu'exprimer pacifiquement pour l'immense majorité d'entre eux leur profond désaccord sur le fond et la forme. La forme qui en l'occurence symbolise assez bien la nature de l'intention contenue au fond ...

    Donc ne nous y trompons pas : le seul déni de démocratie significatif, le seul recours à la violence politique est le fait de la majorité parlementaire qui votera ce texte de loi ! Le reste n'est qu'anecdotique en regard de ce projet de loi !

    Ce qui en l'espèce est en cause est la légitimité d'un projet de loi. Pas celle du gouvernement. Ou plus précisément celle de tout un système dont le gouvernement est un acteur au pouvoir de plus en plus limité dans la configuration actuelle du pouvoir globalisé.

    Ceci est une autre histoire ... dont il serait apparemment question en France le 5 mai ...

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Intéressant point de vue sur lemonde.fr du sénateur socialiste Gaetan Gorz au sujet du parti dont il est membre.

    ==> http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/09/le-senateur-socialiste-gaetan-gorce-denonce-la-derive-clanique-du-ps_3156695_823448.html

    Extrait :
    ""DSK, pas plus que Cahuzac, ne sont des accidents".

    "Leur attitude, et plus encore le sentiment d'impunité qui, manifestement, les habitait, sont la conséquence d'un processus d'oligarchisation de l'appareil dirigeant du parti, écrit l'élu [ PS ] de la Nièvre. A mesure que les luttes de clan ont perdu toute dimension idéologique se sont constitués des groupes d'intérêt visant seulement à perpétuer le pouvoir et l'influence de leurs chefs, le cynisme prenant la place des convictions, le rapport de force celle de la confrontation d'idées."

    Eh oui ; c'est celà aussi que défendent les soutiens "enamourés" du PS que rien ne saurait détourner de leur devoir de fidélité à l'égard de ce parti pourtant bien vermoulu !

    RépondreSupprimer
  10. Une position classique mais intéressante de la part du vice-président de la région Rhône-Alpes.

    "S’agissant du droit des couples, l’exigence de reconnaissance par la société et par la loi des couples homosexuels est légitime et je suis favorable à des évolutions de textes. 13 ans après le PACS, après les avancées successives en ce domaine, il reste encore à assurer l’égalité de traitement (par exemple en matière de successions, de pensions de réversion) avec les couples mariés. Au-delà, je pense qu’il est légitime de donner à cet engagement mutuel de deux adultes une reconnaissance plus officielle, par exemple par une cérémonie en mairie, en présence d’un officier de l’état-civil –et non dans le hall d’un tribunal d’instance. Pourquoi, alors, refuser le « mariage pour tous » ? Parce que du mariage découlent, automatiquement, les questions de filiation et de parentalité, et que c’est sur cet aspect que j’ai un désaccord de fond."

    (...)

    la suite ici ==> http://www.jeanfrancoisdebat.fr/mariage-pour-tous-ma-position

    Surtout de la part d'un énarque de 47 ans, maire de Bourg-en-Bresse et vice-président socialiste de la région Rhone-Alpes où il dirige les finances.

    Membre du Parti socialiste depuis ses 18 ans : "En 1984, j’ai passé mon permis de conduire et adhéré au PS ! J’ai été 1er secrétaire départemental de l’Ain entre 1997 et 2000 et je siège depuis 15 ans au Conseil national."

    RépondreSupprimer
  11. las anti mariage gays devraient faire une grosse descente musclée dans le quartier du Marais a paris

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.