4 mai 2013

313ème semaine politique: Hollande bosse, Guéant morfle


Petite semaine politique, l'actualité est dominée par d'innombrables débats, sondages et autres cogitations sur le premier anniversaire de l'élection de François Hollande

Ils sont nombreux à refaire le match. Plus fictifs les uns que les autres, des sondages refont l'élection et donnent Hollande perdant dans tous les scénarios, avec Nicolas Sarkozy voire Marine Le Pen en tête. Les chaînes d'information meublent leurs inter-flashes par du bavardage politique au kilomètre.

Lundi, Hollande promet quelques mesures concrètes pour les PME, l'occasion d'une énième "joute" pour ou contre l'entreprise, l'un de ces débats dont nous avons le secret. Ils évitent de traiter du fond, la simplification du régime fiscal des plus-values de cession de parts de PME pour les particuliers, suppression de l'indicateur de faillite à la Banque de France, mobilisation de l'épargne via l'augmentation du plafond des PEA; on glose sur la sensibilisation des élèves de secondaire à l'entreprise. Certains commentateurs parviennent même à lier la chose avec le couac de fin de semaine qui n'intéresse que quelques initiés du secteur: Arnaud Montebourg a découragé Yahoo de racheter 75% de Dailymotion. Son collègue Pierre Moscovici ne cache pas son énervement. On oublie presque que la start-up française est depuis belle lurette propriété de France Télécom, dont l'Etat est actionnaire à 27%. Qu'un actionnaire refuse de vendre l'un de ses actifs, quoi de plus normal dans notre joli monde capitaliste ?

Cécile Duflot s'attaque au racket des recours abusif. Une autre loi majeure est présentée en Conseil des ministres, renforçant la protection des consommateurs. Benoit Hamon n'est pas peu fier. UFC-Que Choisir se réjouit, sauf sur deux points: l’action de groupe - une révolution -  devra être "administrée" par l'une des 16 associations de consommateurs agrées, ce qui stressent ces dernières, trop petites. Seconde critique, l'assainissement des crédits à la conso est jugé insuffisant.

Plus grave, l'ancien ministre de l'intérieur Claude Guéant est emporté dans une belle polémique: 500.000 euros de ventes de tableaux et des traces de paiement en espèces ont été retrouvées chez lui. Les peintures sont surévaluées, et leur vente payée par virement de l'étranger sans que l'ancien patron des flics ne daigne faire de déclaration de sortie du territoire. Guéant se démène pour expliquer que les paiements en liquide étaient encore chose courante au ministère jusqu'en 2006 quand il y était directeur de cabinet d'un certain Nicolas Sarkozy.

A droite, les plus sarkozystes dénoncent un coup de François Hollande. Mais la plupart se taisent poliment. Guéant est "expurgé". La Sarkozie est "terrorisée", commente Joseph Macé-Scaron, pour Marianne. On agite aussi une autre affaire, qui, pourtant, n'en est pas une, judiciairement au moins. Le fils ainé et agité de l'actuel ministre des affaires étrangères, Thomas Fabius, aurait acheté un appartement pour 7 millions d'euros à Paris, alors qu'il ne paye aucun impôt en France. On imagine qu'il en paiera donc désormais - l'ISF à tout le moins. A travers Thomas, c'est évidemment son père Laurent qui est visé.

Certains espèrent une belle mobilisation pour une manifestation des déçus de gauche, dimanche 5 mai. La démarche est banale, qui a oublié les grandes grèves de 1936 ? Les slogans sont louables, mais avancés d'abord en opposition à Hollande. Initialement lancée sur un thème constituant mais fourre-tout - une nouvelle République - , le mouvement s'est élargi à tous les thèmes: contre l'austérité, pour le féminisme, pour le mariage pour tous (pourtant voté), contre les paradis fiscaux, contre la "finance".

Le 1er mai, l'image terrifiante d'une Marine Le Pen en "direct live" sur toutes les chaînes d'information depuis la place de l'Opéra à Paris occulte la Fête du Travail. "Vous connaissez nos valeurs" scande-t-elle. "On est chez nous ! On est chez nous!" hurlent en renfort l'assistance présente. Les cortèges syndicaux étaient par ailleurs maigrichons.

Plus sérieux, la Commission européenne officialise son accord pour reporter le retour sous la barre des 3% du PIB du déficit budgétaire de la France. Et non seulement pour 2013 (3,7% prévus), mais aussi pour 2014. Pour cette dernière année, Bruxelles voit la France à 4,2% de déficit, et non 2,9% comme promis par Pierre Moscovici. Comme d'habitude, les commentaires journalistiques pointent l'effort de rigueur - cette fois-ci d'austérité - qu'il faudrait au pays pour redresser la barre. Et ils évoquent les "contreparties" - réforme des retraites, "libéralisations" supplémentaires - que le pays devrait subir.

Dans une interview à la télévision suisse-romande, Christine Lagarde confie le plus sérieusement du monde qu'il "n'y pas d'alternative à l'austérité". On se pince pour le croire. Le "vertige du chômage" en Europe ne lui suffit pas. La dame attend-t-elle l'effondrement général ou la révolution ?  D'ailleurs, l'ineffable OpinionWay nous livre son sondage du jour: "Pour 58 % des personnes interrogées, la rigueur budgétaire défendue par l'Allemagne en Europe est une bonne chose pour l'économie européenne."

Merveilleux.

Ne pourrait-elle pas consacrer autant d'énergie et de persévérance à la lutte contre les paradis fiscaux qui minent les finances publiques de nombre d'Etats ?








15 commentaires:

  1. Sur les paradis fiscaux, lire l'article de Jean Gadrey sur "Alternatives économiques". 1000 milliards qui sont soustraits à l'économie réelle avec des multinationales ou des privilégiés qui dissimulent des revenus légaux ou illégaux.

    RépondreSupprimer
  2. Ne pourrait-elle pas consacrer autant d'énergie et de persévérance à la lutte contre les paradis fiscaux qui minent les finances publiques de nombre d'Etats ?

    tu voudrais qu'elle tape sur ses copains ?

    RépondreSupprimer
  3. @sakura : merci pour le lien!
    @bobcestmoi: ben oui, comme Cameron à Londres.

    RépondreSupprimer
  4. Hollande est actuellement le meilleur pour préparer une nouvelle génération de gestionnaires et politiques. A droite il non plus rien à vendre que du vent et une haine incompréhensible ; ils voudraient voir la France raté la mutation ! On à un sérieux problème avec les extrémistes, en même temps je ne croie pas que les français abandonnent leurs qualités de vie pour une aventure guerrière ! Mais on ne sait jamais. Oui bien sur hollande ne fait pas rêver il est trop technicien, mais je le crois capable des bons arbitrages pour réussir à mettre la France sur les railles. Le futur est socio écolo, et une aventure de droits extrêmes serait catastrophique !

    RépondreSupprimer
  5. Julio prenez alors connaissance d'un article du Figaro à propos du ministère de l'intérieur et des primes en liquide et non déclarées qui y seraient distribuées.
    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/05/04/01002-20130504ARTFIG00415-primes-valls-dispose-de-la-plus-grosse-enveloppe.php
    Ce doit être un peu ce que le grand comique Valéry Giscard d'Estaing nomme "le changement dans la continuité".

    RépondreSupprimer
  6. Julio prenez alors connaissance d'un article du Figaro à propos du ministère de l'intérieur et des primes en liquide et non déclarées qui y seraient distribuées


    "«Indemnité de sujétions particulières» (ISP). Ce vocable chatié désigne en volapük administratif les primes officiellement versées sur la fiche de paie de certains collaborateurs dans les cabinets ministériels. "

    faut apprendre à lire ce qu'on met en lien
    rien en espèces , tout sur la fiche de paie et déclaré

    RépondreSupprimer
  7. gardez moi de mes "amis", mes ennemis , je m'en charge

    Convaincu du bien-fondé et du succès de la manifestation qu'il organise ce dimanche après-midi à Paris «contre l'austérité, contre la finance et pour la VIe République» le co-président du Parti de gauche adresse une volée de bois vert à François Hollande.

    Dans un entretien à paraître dans «Le Parisien-Aujourd'hui en France Dimanche» Jean-Luc Mélenchon reproche au président de la République, élu voilà un an, une «exclusivité totale aux intérêts des actionnaires et des grands patrons et à la politique d'austérité européenne au détriment des salariés».

    Qualifiant au passage le Premier ministre Jean-Marc Ayrault de «passe-plat», il appelle François Hollande à «se remettre sur la gauche, où il était au moment du vote», jugeant qu'en mettant «le curseur à la droite extrême de son parti» le président de la République est «le principal pourvoyeur de voix de droite et d'extrême droite».

    RépondreSupprimer
  8. Mince la faute à la brume matinale qui voile la vision.
    Mes excuses donc.

    RépondreSupprimer
  9. Mince la faute à la brume matinale qui voile la vision.


    Elle a bon dos, la brume.
    C'est la typo du Figaro qui est trop petite pour les vieux cons qui le lisent.

    RépondreSupprimer
  10. Extrait de l'article du Monde :
    "deux ans pour ramener les déficits dans les clous, contre des réformes structurelles précises : la Commission européenne et la France s'orientent vers un donnant-donnant aux allures de feuille de route pour François Hollande d'ici à 2015". Quel est donc le contenu de ces réformes structurelles ? Comment peut-on accepter que des fonctionnaires européens dictent la politique française ? Enfin, où le journaliste du Monde peut-il parler de donnant-donnant ? Ces atteintes à la démocratie et à la souveraineté sont intolérables.

    RépondreSupprimer
  11. 50000 apprentis putschistes ....
    pour la VI
    et en arrière plan 5 millions de vrais putschistes ?héritiers de l'OAS

    Qu'ils continuent les vociférations, ils ne feront que renforcer le procès en illégitimité !

    En France ce qui est légitime c'est la droite !

    Hollande tente l'impossible.
    Je lui laisse le temps de l'élection !
    et après
    l'érection ou l'éviction !

    Le meilleur ami de Copé ? Mélanchon ?

    RépondreSupprimer
  12. "La VIème République, telle qu’elle est présentée dans l’appel (de Mélenchon et d'autres), n’est pas la réponse au problème posé (la crise). Si l’on veut réellement attaquer à la racine les dérives systémiques dont souffre notre classe politique c’est par le rétablissement de la souveraineté qu’il faut commencer".
    D'accord ou pas d'accord pour une VIème République, pour disposer d'une analyse sérieuse et argumentée, lisez donc l'article de Jacques Sapir du 14 avril dernier sur son site russeurope.hypotheses.org/
    A propos de cette UE bancale, Oskar Lafontaine vient d'adopter une position inédite sur l'euro. A suivre.

    RépondreSupprimer
  13. Mariage gay:

    Selon un sondage Ifop pour le magazine Valeurs actuelles transmis dimanche à l’AFP

    - seulement 36% des Français sont pour ;
    - 54% sont pour une union civile sans l'adoption
    - Un sur 10 ne se prononce pas.


    ==> http://www.liberation.fr/societe/2013/05/05/mariage-gay-un-francais-sur-deux-prefere-une-union-civile-sans-droit-a-l-adoption_900970

    RépondreSupprimer
  14. valeurs actuelles , une référence assurément

    RépondreSupprimer
  15. Une référence ... reprise par Libé ... entre autres ;)

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.