10 mai 2013

Samia Ghali: quand cette élue socialiste dérape encore sur les Roms





C'était il y a tout juste un mois. Une sénatrice socialiste, élue marseillaise et ancienne protégée de Guérini, Samia Ghali, rend visite à des riverains d'un quartier abimé par un surcroît récent de délinquance.


Il y a des journalistes, même des photographes. Elle sait qu'elle sera écoutée, que ses propos seront rapportés. Et voici donc ce qu'elle sort, sans attendre le représentant de la gendarmerie.

"Quand les Roms se mettent quelque part, c'est avéré après on a une recrudescence des cambriolages". Et elle poursuit: "Demain si je suis maire de Marseille, je réunirai tous les maires de secteur pour qu'on définisse ensemble quelle est notre capacité d'accueil en fonction des terrains que nous pouvons mobiliser. Je n'accepterai aucun squat sauvage de Roms." Un responsable de gendarmerie arrive ensuite sur les lieux pour démentir le soupçon lâché en public contre les Roms. 

Le 8 mai, re-belote, une mauvaise explication, une sale expression qui mériterait l'exclusion:  " Les Roms viennent vider les poubelles et les jeter parterre."  Encore une fois, nulle preuve pour étayer la chose. La dame avait donc décidé d'enfiler les préjugés comme d'autres les perles sur un collier.  Ce n'était pas la première fois. En octobre dernier, elle s'était félicitée que des habitants aient saccagé eux-même un campement Rom, au point de provoquer l'ire de quelques élus socialistes.

Il fallait donc écrire, rappeler, répéter :

1. Que ce genre de propos est un cliché non étayé par une quelconque analyse fiable.

2. Que ce genre de propos nous rappelle les sieurs Brice Hortefeux et Eric Besson, quand ces derniers étaient respectivement à l'Intérieur et à l'Identité nationale et qu'ils tentaient de nous convaincre des effrois de la délinquance de Roumains qu'ils mélangeaient aux Roms sans pouvoir disposer pourtant de statistiques. C'était en août 2010, il n'y a pas si longtemps.

C'était ignoble et inutile, et ça l'est toujours.

Samia Ghali se prépare à des primaires locales. Elle est candidate à la mairie de Marseille. Il paraît que son style est direct. Il est surtout mauvais.

4 commentaires:

  1. Le politicien du sud et son obligation impérieuse de saupoudrer de fumier son discours.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis plus un left-blogueur, et j'approuve pleinement ce billet !

    RépondreSupprimer
  3. je suis left-blogueur et c'est mon billet ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Défendre Cahuzac et taper sur Ghali, c'est ton côté Raffarin, Juanito ?
    Faible avec les puissants et fort avec les faibles.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.