26 juin 2013

RSA, l'échec intolérable

C'était la grande mesure sociale de Nicolas Sarkozy, sans doute la seule: un revenu minimum censé encourager à la reprise d'activité. Assez vite, la supercherie est apparue évidente. Une proposition de simplification est attendue dans quelques jours.

1. Le dispositif est sous-utilisé, les chiffres sont édifiants: plus des deux tiers des éligibles ne demandent aucune inscriptions. C'est l'allocation qui a le plus fort taux de non-recours en France. L'an dernier, l'Observatoire des non-recours aux droits et services 
avait publié une étude édifiante sur le non-recours aux aides sociales, à travers neuf contributions. Plus de 5 milliards d'euros par an ne sont pas versés au titre du RSA, faute de demandes.

2. Pour bénéficier du RSA, les démarches sont compliquées: ""Il y a a minima quatre fois plus d'informations à fournir dans un dossier RSA que pour une demande d'allocation logement" concède xxx. Aucune campagne d’information nationale n’a été menée. Pour s'inscrire, le flicage est hors normes. En février dernier, la Cour des comptes avait dénoncé le gâchis: multiplicité des services instructeurs, complexité des formulaires de demandes, contraintes de la déclaration trimestrielle de revenus, etc. Tout est fait pour décourager le chaland. 

3. Pire, les erreurs de versement sont incroyablement élevées - 803 millions sur 10 milliards, près de 10% ! En 2012, selon la Caisse nationale d'allocations familiales (CNAF) citée par le Monde, "un allocataire du RSA sur deux avait reçu au moins un indu au cours de l'année."





Crédit illustration: Le Monde

5 commentaires:

  1. Je me souviens avoir "monté" un dossier de rmi pour un ami, il y a bien longtemps. Je n'en garde par le souvenir que la chose allait de soi, dans la grande tradition de l'administration française.
    Par ailleurs ma soeur invalide pourrait également bénéficier de l'aide à l'acquisition d'une mutuelle par la CPAM. Le dossier est si complexe, les agents qui l'instruisent si difficiles que nous y avons simplement renoncé à formuler chaque année cette demande.

    RépondreSupprimer
  2. Rappel de la campagne électorale pour l'élection présidentielle de 1995 :

    - Nicolas Sarkozy était le porte-parole de campagne d'Edouard Balladur.

    - Nicolas Bazire était le directeur de campagne d'Edouard Balladur. Nicolas Bazire est le témoin de Nicolas Sarkozy lors de son mariage avec Carla Bruni.

    - Le clan balladurien était constitué d'Edouard Balladur, Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire, François Léotard, Renaud Donnedieu de Vabres, etc.

    Mercredi 26 juin 2013 :

    Karachi : M. Takieddine reconnaît avoir financé la campagne de M. Balladur.

    Ainsi donc, après des années de dénégations et de déclarations incohérentes, Ziad Takieddine a craqué. L'homme d'affaires au cœur du volet financier de l'affaire de Karachi a livré, jeudi 20 juin, les aveux que les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire n'espéraient plus.

    L'intermédiaire d'origine libanaise a enfin admis ce que les investigations judiciaires – et journalistiques – avaient rendu évident, à savoir qu'il avait bien œuvré au financement occulte de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, via des rétrocommissions issues des juteux contrats d'armement avec l'Arabie saoudite et le Pakistan, dans lesquels le gouvernement du même Balladur lui avait concédé le rôle d'intermédiaire.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/26/karachi-m-takieddine-reconnait-avoir-finance-la-campagne-de-m-balladur_3436674_3224.html

    RépondreSupprimer
  3. Mercredi 26 juin 2013 :

    La porte-parole des familles de victimes de Karachi : «Nicolas Sarkozy se moquait de nous»

    Porte-parole des familles de victimes de l’attentat de Karachi, Sandrine Leclerc réagit pour «20 Minutes» aux déclarations de Ziad Takieddine sur le financement de la campagne de Balladur en 1995…

    Elle a douté au départ. Mais finalement, Sandrine Leclerc est en convaincue aujourd’hui. Si son père est mort dans l’attentat de Karachi (en 2002 au Pakistan) avec dix autres Français, c’est bien à cause de la mise en place de commissions et rétro-commissions entre la France et le Pakistan en marge de la vente de sous-marins dans les années 1990. Contactée par 20 Minutes, elle réagit aux déclarations de Ziad Takieddine, intermédiaire dans ces contrats d’armements, qui a avoué avoir participé au financement occulte de la campagne d’Edouard Balladur en 1995.

    Comment avez-vous accueilli les révélations de Ziad Takieddine?

    Avec beaucoup de satisfaction. Il faut savoir qu’on attend cela depuis onze ans maintenant. On nous a traitées de folles. On nous a dit que toute cette histoire n’était qu’une fable. Et aujourd’hui, on se rend compte que c’est bien à cause cette histoire de commissions qui est le point de départ de l’attentat qui a causé la mort de nos proches.

    Pour autant, les juges n’ont pas encore fait de lien clair entre les soupçons de financement occulte de la campagne de Balladur en 1995 et l’attentat de Karachi…

    C’est vrai. Mais nous avons nos convictions. Et un faisceau d’éléments qui grossit de jour à jour. Si l’on en croit Takieddine, le camp Balladur a profité des commissions versées dans ce contrat de sous-marins pour financer sa campagne. Or, on sait que c’est l’assèchement de ces commissions, quelques années plus tard, qui aurait conduit à l’attentat de Karachi.

    Mais il n’y a toujours pas de lien ni de preuve…

    Oui mais il n’y a pas d’autres pistes. «Malheureusement, c’est la seule piste crédible» nous a dit le juge Marc Trévidic qui a enquêté sur toute cette affaire…

    De quel œil jugez-vous les hommes politiques impliqués dans cette affaire?

    Avec beaucoup de colère. On s’est moqué de nous pendant des années. Des personnalités politiques nous ont regardé, droit dans les yeux, en promettant de nous aider à faire éclater la vérité. Je pense notamment à Nicolas Sarkozy et à ses promesses. Il se moquait de nous. Il ne pouvait pas ne pas être au courant.

    Que réclamez-vous aujourd’hui?

    Léotard, Balladur, Donnedieu de Vabres ont un point commun : ils ont tous la Légion d’honneur. Je voudrais qu’on la leur retire. Ce ne sont pas des hommes d’honneur.

    http://www.20minutes.fr/societe/1180463-20130626-porte-parole-familles-victimes-karachi-nicolas-sarkozy-moquait-nous

    RépondreSupprimer
  4. Nouveau scandale sarkozyste, of course.

    A propos d'actualité, avez-vous noté sur l'agenda politique de notre président qu'il participe à un conseil européen qui s'ouvre demain à Bruxelles ?

    Au menu, les ordres de l'UE - appelés en novlangue des "recommandations" - donnés au pouvoir français pour réformer le système des retraites : adaptation des règles d’indexation, recul de l'âge légal de départ à la retraite, augmentation dela durée de cotisation pour une retraite à taux plein, réexamen des régimes spéciaux et pas d'augmentation des cotisations sociales patronales.

    La France est devenue, grâce à Sarkozy et à Hollande (do you remember the TSCG, the twp pack ...) une succursale de l'UE et le président (avec une minuscule), comme le dit Hervé Nathan, un "petit télégraphiste".

    Une seule issue pour éviter que la France devienne un clone des Etats-Unis ou de la Grande Bretagne : des sociaux-libéraux courageux, peu probable, ou un bon coup de balai. A suivre ....

    RépondreSupprimer
  5. J'ai monté un dossier RSA il y a 4 mois, le parcours est laborieux.
    la surprise, c'est la réunion d'information dont vous avez droit si votre dossier est accepté. J'en suis ressortie plus bas que terre.
    on vous explique bien que cet argent vient de ceux qui travaille, qu'on viendra frapper à votre porte et on se gênera pas pour aller frappé chez votre voisin, en plus vous devez déclarer tous vos comptes et pensions alimentaires qui seront déduits de votre RsA.
    Il y a peut-être des personnes qui choisissent de vivre avec le RSA mais d'autres, c'est par la force des choses, alors un peu de respect pour les personnes qui se retrouvent dans des situations précaires et qui n'ont pas d'autres choix, es ce trop demander ?
    Moi en tout cas, j'ai décidé de m'en sortir seule avec mes deux enfants et d'abandonner le RSA.
    J'ai un blog d'informations sur le droit social parce que beaucoup de personnes ne connaissent pas toujours ce dont ils ont droits.
    "icinformationenligne.blogspot.com"
    Grand merci pour ce post, les gens doivent savoir.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.