2 juin 2013

De Tapie à Sarkozy: sous l'iceberg...



C'est une affaire énorme, l'un de ces scandales qui font malheureusement chanceler la République. Même chez les moins critiques de l'ancien monarque, l'indemnité pour préjudice moral de 45 millions d'euros décidée au bénéfice de Bernard Tapie par trois arbitres en 2008 dans l'affaire du Crédit Lyonnais ne passe pas.

La réalité est sans doute moins manichéenne qu'on nous la présente, ou les preuves bien dissimulées. Mais cette affaire, plus que d'autres, interroge aussi le système judiciaire: tout repose-t-il sur des individus ?

Emballement
Vendredi 23 mai, l'ancienne ministre des finances de Nicolas Sarkozy est sortie sans mise en examen de son audition devant la Cour de Justice de la République. Cet épisode était comme un rafraichissement.

Christine Lagarde ne sera que témoin assisté.

Trois jours plus tard, Pierre Estoup, l'un des 3 juges de l'arbitrage si favorable à Tapie est placé en garde à vue puis mis en examen pour escroquerie et faux en bande organisée. Où est le reste de la bande ?  Estoup avait omis de déclaré combien il était proche de l'avocat de Bernard Tapie... Un si petit monde.

Henri Guaino, encore lui, accuse le "pouvoir socialiste" d'être à la "manoeuvre". "J'ai un scoop pour vous !" éructe-t-il au Grand Journal de Canal+ "l'assassin d'Henri IV, c'est Nicolas Sarkozy !"

D'après l'un des auteurs d'un ouvrage sur l'affaire, d'autres mises en examen devraient donc suivre. L'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde, actuellement à la tête d'Orange, est auditionné le 10 juin. Et de citer également François Pérol, ancien conseiller économique de Sarkozy et Claude Guéant, ancien secrétaire général de l'Elysée à l'époque des faits. L'affaire s'emballe, on se demande donc, encore une fois, qui décida véritablement du recours à l'arbitrage juste après la victoire présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 ? Jean-Louis Borloo, éphémère ministre des finances entre mai et juin 2007, et ancien avocat de l'homme d'affaires ? Jean-François Rocchi, le président du Consortium de réalisation (CDR), la structure qui gère le passif du Crédit lyonnais depuis 1995, débarqué de son poste par le gouvernement Ayrault ?

Dimanche, Bernard Tapie s'exclame dans le JDD: "Si on découvre la moindre entourloupe, le moindre dessous de table ou quoi que ce soit d'anormal, alors dans la seconde, à mon initiative, j'annule l'arbitrage". On sourit. Le même confiait il y a 10 jours qu'il ne lui restait plus que 100 sur les 403 millions d'euros bruts que lui avait accordé l'arbitrage... Et Tapie d'assurer que ni Borloo, ni Copé, ni Guéant, ni Estoup n'ont touché "un centime" de sa part sur cette fabuleuse somme. Est-ce là tout ?



Faillite
Chez Mediapart, Laurent Mauduit explique que cette mise en examen est un "tournant", tant l'affaire a failli être étouffée: "si cette possible et gigantesque escroquerie au détriment des contribuables a pu avoir lieu, c’est d’abord parce que la justice de la République a été entravée et qu’un tribunal privé a pu être convoqué pour avantager Bernard Tapie." Car la justice, presque sous toutes ses formes, a failli sombrer: même la justice administrative avait rejeté, jusqu'à présent, tous les recours contre l'arbitrage. La Cour des Comptes a caché au grand public le fruit de ses enquêtes. Le gouvernement a pu forcer le recours à un arbitrage privé pour une affaire gigantesque qui implique l'argent des contribuables.

L'affaire prend aujourd'hui une nouvelle tournure grâce à la conjonction de deux paramètres: la persévérance des enquêteurs, et la retenue du pouvoir politique actuelle qui s'abstient de toute intervention.

Si la nouvelle est réjouissante, elle trouble aussi: l'efficacité de notre système tient à peu de choses.




Crédit illustration: DoZone Parody


Lire aussi:

 

 

 

7 commentaires:

  1. "la retenue du pouvoir politique actuelle qui s'abstient de toute intervention."

    ==> pourquoi autant d'indécence ? le plaisir de provoquer certainement ... merci de nous amuser chaque jour :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas compris. Vous trouvez qu'Hollande bloque les juges ?

      Supprimer
    2. Nul ne bloque ; en revanche ça débloque sérieusement ici :)

      Supprimer
  2. Lundi 3 juin 2013, Nicolas Sarkozy sera à Londres pour faire son nouveau métier : conférencier pour les grandes banques. Ce jour-là, Nicolas Sarkozy sera payé par ...

    Goldman Sachs.

    Selon Mediapart, la banque Goldman Sachs paiera 100 000 dollars à Nicolas Sarkozy pour sa conférence.

    Sarkozy, conférencier pour Goldman Sachs.

    Le 3 juin prochain, l’ancien chef de l’État est invité à Londres par la banque de Wall Street à disserter sur la politique européenne. Depuis son départ de l’Élysée, Nicolas Sarkozy donne fréquemment des conférences pour les banquiers. Cette fréquentation assidue du monde bancaire, qui ne fait rien gratuitement, mérite qu’on y prête attention.

    http://www.mediapart.fr/journal/france/190413/nicolas-sarkozy-conferencier-pour-goldman-sachs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle indécence chez ce personnage ... Au moins Giscard nous avait épargné ça !

      La politique de Hollande est nulle, mais au moins le personnage ne déshonore pas la fonction outre mesure compte-tenu du contexte. Il fait ce qu'il a à faire sans brio, sans originalité et sans prise de risque. Il se coule dans le moule.

      C qd même incroyable que cet ancien président qui, conscient de ses carences, avait envisagé de se retirer qqs jours dans une abbaye je crois, pour habiter la fonction présidentielle, avant finalement d'opter pour le yacht Bolloré, se comporte en vulgaire tiroir caisse : quel manque d'envergure ! Quel abaissement de la France ...

      Supprimer
  3. La réunion annuelle du Groupe de Bilderberg réunira les ploutocrates ci-dessous :

    http://www.telegraph.co.uk/news/politics/10095943/Osborne-Clarke-and-Balls-to-attend-Bilderberg-Group-meeting.html

    (il y a 9 ploutocrates français qui participeront à la réunion ; ces 9 ploutocrates sont proches de l'UMP, ou alors ils sont membres de l'UMP :
    - Henri de Castries, Chairman and CEO, AXA Group
    - Nicolas Barré, Managing Editor, Les Echos
    - Nicolas Baverez, Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP
    - Olivier de Bavinchove, Commandant du Corps Européen (Eurocorps)
    - François Fillon, Former French Prime Minister
    - Christine Lagarde, Managing Director, International Monetary Fund
    - Thierry de Montbrial, President, French Institute for International Relations
    - Valérie Pécresse, French MP
    - Jean-Dominique Senard, CEO, Michelin Group)

    RépondreSupprimer
  4. Sarkozy a assassiné Kennedy ...
    Vous êtes ridicules ....
    Allez courage dans votre guérison ...
    Biz

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.