6 juin 2013

Famille, retraites, énergie: quand la gauche débat enfin.

Ils sont encore là. Mais ils ont repris leur liberté de parole. Passés quelques mois de rodage et d'explications parfois violentes mais sincères, les blogs politiques de gauche trouvent leur équilibre au point de laisser passer quelques critiques... ou quelques soutiens.

La réforme des retraites effraie. Certaines pistes évoquées par un rapport commandé par le gouvernement n'ont rien de réjouissant. L'état des lieux est connu: le régime est compliqué, en déficit de 20 milliards d'euros annuels dans deux ans; incroyablement inégalitaires entre hommes et femmes. Bref, miné. On louera donc la méthode: un rapport d'abord, soumis à la discussion comme cadre de travail. Assez vite, quelques médias lâchèrent leurs raccourcis: la Tribune prend imprudemment ce rapport pour "les premières pistes de la réforme Hollande". Le Figaro, qui révèle les fameuses pistes, n'a pas peur du résumé grossier: "Révolutionner les règles de calcul de la retraite des fonctionnaires, augmenter les charges patronales, imposer davantage les retraités", fichtre, quel programme ! On dirait qu'ils en salivent !

Allongement de la durée légale de cotisation (quelle surprise !); alignement de la CSG sur les retraités les plus riches (une nouveauté); simplification/unification des régimes; prise en compte de la pénibilité;... finalement, souhaite-t-on augmenter de 20 milliards annuels les prélèvements de ce pays ? Les débats promettent d'être riches, à gauche. Car cette réforme, à droite, ne fait pas de débat. Ces amnésiques qui nous défendaient combien Sarkozy avait tout sauvé, tout réglé, ont évidemment tant de belles idées. A gauche en revanche, c'est une "réforme" de plus qui peut faire mal, très mal.

La prochaine hausse des tarifs de l'électricité ne "branche" pas non plus grand monde. Ne nous avait-on pas expliqué combien notre EDF nucléarisée nous faisait profiter de tarifs si avantageux ? Et bien non ! La Commission de régulation de l'énergie suggère à EDF de relever ses tarifs de 6,8% pour les ménages. Le gouvernement, assez rapidement, a répondu que c'était hors de question.

Allons donc nous subventionner notre énergie si bon marché ?

La Chine, mécontente du renouveau protectionniste européen contre ses panneaux solaires à prix cassé, vient de lancer une "enquête" sur les vins européens. Nicolas Hulot, mercredi 5 juin sur Europe1, hésite à dire si ce frein aux importations chinoises était une bonne chose. Le débat sur les énergies renouvelables reprend. Les lobbies travaillent la Commission européenne et le Parlement pour assouplir les possibilités d'exploitation de gaz de schiste. Ils développent cette habituelle argumentation qui dit que rien n'est si grave tant qu'on n'a pas essayé.

L'ajustement fiscal de la politique familiale a contraire plutôt séduit, au-delà même des soutiens au gouvernement. Des blogueurs habituellement critiques ont reconnu la "justesse" de l'effort, l'équilibre du dispositif. Hollande n'était pas tombé dans le piège d'une réduction des allocations en fonction des revenus. Cette "réformette", qui vise à rééquilibrer l'un des nombreux déficits du pays - 2 milliards par an - fut l'occasion à certains à droite de comprendre ce qu'était la réalité socio-économique du pays: grosse surprise, les classes moyennes ne sont pas riches. La faute à qui ? Des graphiques, analyses et commentaires ont fleuri ici ou là dans la blogo-twittosphère pour contrer la vulgate de quelques médias conservateurs encore dominants.

Une chose reste claire, évidente. Un vrai cauchemar de "Hollandie", une faute pour le moral, un échec complet pour le pays.

Depuis l'élection de François Hollande, il pleut vraiment davantage.


2 commentaires:

  1. reste à lancer le débat sur les concession hydroélectriques...

    RépondreSupprimer
  2. Mercredi 5 juin 2013 :

    Cette extrême-droite qui fantasme sur un coup d’Etat militaire.

    Un groupe royaliste qui se revendique du Printemps français appelle à un «coup de force» de la part d'officiers catholiques, sans crainte de donner des noms !

    Un magazine largement diffusé sur Internet par un groupe maurrassien baptisé « Lys Noir » cite le nom de généraux de premier rang, connus pour leur position « catho-tradis ». Leur appel intervient alors que les esprits s’échauffent dans les milieux militaires sur fond de rumeurs faisant état d’un fichage par les franc-maçons des officiers et de leurs familles engagés dans la Manif pour tous.

    C’est le retour de « l’Appel au soldat », façon Maurice Barrès. Dans le sillage du Printemps français, ce mouvement informel apparu avec la Manif pour tous, des militants d’extrême-droite s’adressent aujourd’hui aux militaires en des termes inquiétants. « Ceux qui évacuent d’un revers de main toute possibilité de coup d’Etat militaire en France feraient bien de réviser leurs classiques », lit-on dans un journal diffusé sur Internet. Selon les animateurs du groupe Lys Noir, qui viennent de publier le premier numéro du magazine

    Arsenal, « un coup de force est à nouveau imaginable ». Fantasme ? Assurément. Mais un fantasme nourri d’un malaise palpable dans une partie minoritaire de l’institution militaire. Le coeur de cible de cette extrême-droite, ce sont les officiers « cathos-tradis », choqués à la fois par la « rupture anthropologique » que constituerait le mariage gay et par le poids des francs-maçons dans l’entourage du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Béatrice Bourges, l’animatrice du Printemps français, affirme « ne pas connaître » le Lys Noir, qui se situe explicitement dans sa « mouvance ». « Nous ne sommes pas une organisation structurée. C’est un peu désagréable de voir certaines personnes se revendiquer de notre esprit de résistance non-violent. Certains Identitaires le font déjà… », dit-elle.

    Arsenal ne prend pas de gants pour désigner ses héros : les généraux Benoît Puga, Pierre de Villiers et Bruno Dary. Ils forment le casting de leur « junte » Ce n’est pas n’importe qui : le premier est le chef d’état-major particulier du président de la République, le deuxième est le numéro deux des Armées, le troisième l’ancien Gouverneur militaire de Paris. Le top de la hiérachie militaire. Pourquoi eux ? Benoit Puga est le frère de l’abbé Denis Puga, un prêtre intégriste qui officie à Saint-Nicolas-du Chardonnay. Pierre de Villiers est le frère cadet du vendéen Philippe de Villiers. Quant à Bruno Dary, qui n’est plus en activité depuis 2012, il s’est engagé avec la Manif pour tous, pour « donner un coup de main » en matière d’organisation. Représentant de la sensibilité « catho-tradi », ces trois officiers n’ont évidemment rien à voir avec le groupuscule du Lys Noir et n’ont pas encore réagi à cette feuille.

    Au ministère de la Défense, on prend très au sérieux cette publication bien informée et dont l'appel au coup d'Etat est une première : «la libération de la parole peut entrainer des comportements déviants» met-on en garde.

    http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/cette-extreme-droite-qui-fantasme-coup-d-etat-militaire-752

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.