27 juin 2013

Méric: la mauvaise polémique

On se dispute donc pour savoir si Clément Méric a provoqué un adversaire skinhead ou pas. La polémique est misérable.

Pour la réacosphère, il s'agissait de prouver, en vrac, (1) que le jeune Méric ne saurait être considéré comme une victime (autre variante: "il l'a bien cherché"); (2) qu'extrême gauche et extrême droite sont finalement les deux faces d'une même pièce; (3) que l'interdiction des groupuscules skins dont celui de Serge Ayoub n'est qu'un complot.

Tout est parti d'une information délivrée par RTL, sans preuve, puis par Libération. Une video de la RATP prouverait que le jeune Clément Méric avait frappé le premier. "On voit notamment, pendant une bagarre générale, le jeune militant d'extrême gauche se précipiter dans le dos d'Esteban XXXXX, le meurtrier présumé, alors de dos, semble-t-il pour lui asséner un coup. Le skinhead se retourne alors et le frappe avec son poing en plein visage. L'image ne permet pas de dire de façon formelle si Esteban Morillo donne un deuxième coup, ni s'il a ou non un poing américain."

La radio ajoutait : "La scène a été filmée par une caméra de surveillance de la RATP, située côté rue, au niveau de la station Havre-Caumartin" expliquait RTL. Cette affirmation est fausse. La RATP l'a démentie ce jeudi 27 juin. La RATP dément formellement, relate Politis, que "les images de vidéosurveillance qui montrent la scène de bagarre entre Clément Méric et les skinhead de Troisième Voie proviennent de ses caméras, contrairement à ce qu’affirment RTL et Libération."

En fait, RTL et Libération se disputent la véracité des bandes enregistrées. Pour RTL, la bande permettrait de voir ce qui s'est passé. Pour Libération, la caméra ne filme qu'à 20 centimètres du sol.

Pour la RATP, ... la voie publique n'est tout simplement pas filmée.

Boum...

On ne tue pas en bagarre.


 

3 commentaires:

  1. "Toujours pour Libération qui cite sa source : "Qu’est-ce que cela changerait si Méric assénait un coup dans le dos à Morillo au cours de la bagarre ? Les échanges de coups ne sont niés par personne, ni côté extrême gauche, ni côté extrême droite".

    En revanche, les deux rédactions s’accordent sur plusieurs points : la longue attente des jeunes d’extrême gauche pour en découdre avec leurs opposants idéologiques, l’absence de poing américain dans les coups donnés par Esteban Morillo à Clément Méric. Une fois à terre, le jeune homme n’a pas été lynché comme cela avait pu être évoqué auparavant.

    Après la publication du papier de Libération sur le site internet du journal, la station de la rue Bayard a riposté et réitéré ses affirmations en fin de journée : "C'est une bagarre générale qui a été captée par cette caméra, qui n'a pas seulement filmé des pieds et des chaussures, mais des corps en mouvement et des visages. Son objectif n'enregistre pas au ras du bitume, mais va jusqu'à environ 1 mètre 50 de hauteur".

    ==> http://www.atlantico.fr/pepites/mort-clement-meric-video-bagarre-mais-deja-plusieurs-interpretations-768418.html#TOB7MxdWTj0Mvxw7.99


    RépondreSupprimer
  2. RTL confirme ; le journaliste Georges Brunier qui a visioné les images confirme :

    "C'est une bagarre générale qui a été captée par cette caméra, qui n'a pas seulement filmé des pieds et des chaussures, mais des corps en mouvement et des visages. Son objectif n'enregistre pas au ras du bitume, mais va jusqu'à environ 1 mètre 50 de hauteur. Les images reflètent bien ce qu'avaient déjà décrit des témoins, c'est-à-dire une bagarre violente, confuse, où les acteurs, des deux côtés, se rendent coup pour coup.
    Une bagarre générale

    Clément Méric fait partie de ses acteurs. Il frappe et se fait frapper, notamment par un premier skinhead, prénommé Samuel, qui est aujourd'hui en prison. Esteban Morillo, son complice du groupuscule Troisième Voie, se bat lui aussi. On le voit, à la toute fin de la scène, échanger coups de poings et coups de pieds avec deux amis de Clément Méric.

    C'est là que le jeune militant d'extrême gauche arrive dans le dos d'Esteban. Il semble lui asséner un coup, peut-être à la tête. La réaction du skinhead est en tout cas immédiate : il se retourne et frappe Clément Méric en plein visage. Un coup de poing, puis peut-être un deuxième, mais la vidéo ne permet pas de le dire. Sa victime en tout cas s'écroule sur le bitume. L'un des coups qui vient de lui être donné a été fatal. Ses agresseurs, eux, ont déjà pris la fuite."

    Témoignage consultable dans un enregsitrement audio :

    ==> http://www.rtl.fr/actualites/info/article/clement-meric-la-video-n-est-pas-tournee-au-ras-du-bitume-la-camera-a-filme-des-visages-7762621374


    Ceci ne relève pas de la polémique mais de la présentation de faits afin de mieux cerner les circonstances de ce tragique événement qui a donné lieu à une exploitation politique et à une escalade, à une exacerbation voire à une hystérisation des propos à chaud. Au détriment du temps judiciaire et sans souci de tenir compte des témoignages qui invitaient pourtant à faire preuve de retenue.

    Dans ces conditions, il est normal que des journalistes portent à la connaissance du public les éléments susceptibles de contribuer à la manifestation de la vérité dont ils ont connaissance dans une affaire à qui certains protagonistes ont donné un caractère polémique résolument politique et donc publique.

    Je ne pense pas qu'ils aient jamais eu l'intention d'exercer une forme d'intimidation intellectuelle et morale susceptible de réduire au silence ceux qui ne partagent pas l'intégralité de l'interprétation des faits qu'ils ont livrée au public.

    Public qui a le droit de disposer de ces nouveaux éléments afin de pouvoir se former à froid sa propre opinion aussi documentée que possible.

    Encore une fois ceci est justifié du fait qu'il a été donné un tour résolument politique à cette dramatique affaire.

    RépondreSupprimer
  3. Deux nouveaux décés suite à un coup de poing mortel au visage.

    "Un seul coup de poing à la mâchoire entraînant une lourde chute a provoqué la mort de François Noguier, 22 ans, un élève ingénieur de l’Ecole nationale des arts et métiers (Ensam). Victime d’un traumatisme crânien majeur, il est décédé mardi matin des suites de ses blessures, après trois jours de coma."

    ==> http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/nouveau-drame-apres-une-fete-etudiante-06-06-2013-2870721.php



    "Un Rennais de 25 ans est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’hôpital Pontchaillou, à Rennes. L’homme était dans le coma depuis plusieurs jours, après avoir reçu un coup au visage, rue Saint-Michel, dans la nuit de vendredi à samedi dernier. L’auteur des violences est recherché.


    Un coup au niveau de la mâchoire


    Il était environ minuit, dans la nuit de vendredi à samedi. Un jeune homme, buvait un verre en terrasse, rue Saint-Michel, en plein centre-ville de Rennes. Il aurait été bousculé. Puis demandant des explications, il aurait reçu un coup au visage, au niveau de la mâchoire, selon la police judiciaire chargée de l’enquête."

    ==> http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Rennes.-Un-jeune-homme-decede-apres-avoir-recu-un-coup-rue-de-la-Soif_55257-2200276_actu.Htm


    Combien de bagarres semblables au dénouement tragique dont on n'entend jamais parlé dans les médias nationaux ? Les bagarres c'est con et ça peut très mal se finir ............................. Connement !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.