13 juin 2013

Sarkozy ulcéré qu'on l'imagine chef de bande.

"Il tourne en boucle."
Bref constat, de la bouche d'un "proche" de l'ancien monarque. Nicolas Sarkozy serait obsédé par le déroulement de l'enquête relative à l'arbitrage prové qu'il a décidé en faveur de Bernard Tapie dans son litige contre le Crédit Lyonnais.

Depuis quelques jours, l'affaire s'est même emballée.

1. Fin mai, Christine Lagarde, actuelle directrice du FMI, a écopé du statut de témoin assisté après son audition par la Cour de Justice de la République.

2. Il y a deux semaines, Pierre Estoup, l'un des trois arbitres désignés, a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée.

3. Mercredi, Stéphane Richard, actuel président d'Orange, et ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde en 2007/2008 au moment des faits a été mis en examen des mêmes motifs. Il a fait appel de cette décision.

4. Jean-François Rocchi, président du Consortium de réalisation (CDR, chargé de liquider le passif du Crédit lyonnais), a subi le même sort. Il avait été placé à la tête du Bureau de recherches géologiques et minières, poste dont il va prochainement démissionné.

5. L'Express, jeudi 13 juin 2013, révèle que Bernard Tapie aurait eu un entretien à l'Elysée avec Nicolas Sarkozy le 30 juillet 2007 pour discuter... de l'arbitrage.

6.  L'Elysée et Matignon ont annoncé ce même jeudi que l'Etat allait enfin tenté un recours en révision contre l'arbitrage.

Bref, on comprend que Nicolas Sarkozy soit obsédé. Cela prouve qu'il est au moins lucide.

On reconnaît d'ailleurs l'ancien monarque. Il fait savoir qu'il est ulcéré car il aimerait qu'on comprenne et croit que cette affaire a été gérée à l'insu de son plein gré par son ancien fidèle finalement si défaillant, le bien nommé Claude Guéant.

Pourquoi nous penser aussi crédule ?

C'est décevant.


10 commentaires:

  1. Le plus triste c'est que, malgré toutes les casseroles qu'il traîne derrière lui, les français de droite plébicitent sarko... c'est à se la prendre et se la mordre...
    Toubib 160

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est plus Sarko qui est au pouvoir, mais Hollande. Et tant qu'à parler d'actualité, revenons par exemple, comme le fait Marianne, sur les années 90 où Tapie était couvé et poussé par Mitterrand. Pas un centime investi sur ses propres deniers par Bernard grâce à Tonton et au Crédit Lyonnais et le jackpot à la sortie. On dit merci qui ?

    Parlons du projet d'accord américano-européen qui va encore un peu plus dézinguer notre économie, nos droits et nos règles en échange du maintien de l'exception culturelle.

    Les socialos-bobos n'ont évidemment pas les mêmes préoccupations que les prolos qui n'intéressent plus de toute façon le PS. Le think tank PS Terra Nova nous l'a déjà signifié. Si les sociaux-libéraux sont cohérents et pragmatiques, il ne leur reste plus qu'à aller chasser sur les terres de l'UMP. Question de valeurs.

    RépondreSupprimer
  3. Ca fait du bien de renouer avec du consensuel !

    La situation de Sarkozy and Co me fait penser à des rats amenés les uns après les autres dans une nasse ...

    Et il me souvient de l'ouvrage de Badiou "De quoi Sarkozy est-il le nom ?" où l'auteur, en une intuition percutante saisissait un des traits principaux du personnage en une formule qui fit mouche : "l'homme aux rats !" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Rirat moins qui rendrat les deniers ...

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Je sens plus son avenir comme fabricant de casseroles...

    RépondreSupprimer
  6. Vendredi 14 juin 2013 :

    Tapie : «Oui, je suis allé plusieurs fois à l’Elysée.»

    Bernard Tapie précise : « Rien ne s’est fait en catimini. Ni Stéphane Richard, ni Christine Lagarde, ni Claude Guéant n’avaient le pouvoir de décider. »

    http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/oui-je-suis-alle-plusieurs-fois-a-l-elysee-14-06-2013-2895179.php

    Cette dernière phrase est la plus importante de ce scandale des 403 millions d'euros versés à Bernard Tapie.

    « Ni Stéphane Richard, ni Christine Lagarde, ni Claude Guéant n’avaient le pouvoir de décider. »

    C'est donc Nicolas Sarkozy lui-même qui a décidé.

    C'est Nicolas Sarkozy qui a décidé de faire appel à un tribunal arbitral.

    C'est Nicolas Sarkozy qui a choisi les trois noms des personnes qui feraient partie du tribunal arbitral.

    Le choix des trois arbitres est un scandale : les trois membres du tribunal arbitral sont Pierre Mazeaud, Pierre Estoup et Jean-Denis Bredin.

    Or, Pierre Estoup et Jean-Denis Bredin sont des amis de Bernard Tapie !

    Les policiers ont retrouvé un livre de Bernard Tapie, qui avait écrit de sa main une dédicace très affectueuse pour Pierre Estoup :

    Bernard Tapie y loue le "courage" du "président Estoup", l'assurant même de son "infinie reconnaissance". En complément, il écrit : "Je vous remercie avec toute mon affection."

    Pierre Estoup était déjà intervenu à au moins deux reprises dans des dossiers qui concernaient Bernard Tapie, a révélé le site Mediapart.

    Pierre Estoup a tout d'abord rendu une consultation juridique rémunérée à un cabinet d'avocats pour une "demande de confusion des peines" déposée pour le compte de Bernard Tapie, après ses condamnations à diverses peines de prison.

    Il a également rédigé une consultation pour le compte de Francis Chouraqui, avocat de l'association des petits porteurs de l'ancienne holding de la galaxie Tapie, Bernard Tapie Finances (BTF). Elle portait sur le choix de la juridiction à saisir dans l'un des démêlés de l'homme d'affaires avec le fisc et le Crédit lyonnais, comme l'a confirmé l'avocat à Mediapart.

    Quant à l'autre arbitre, Jean-Denis Bredin, il était membre du Mouvement des Radicaux de Gauche, le même parti politique que Bernard Tapie !

    Bernard Tapie avait adhéré au Mouvement des Radicaux de Gauche le 2 février 1993.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/03/nouvelles-revelations-sur-les-liens-entre-pierre-estoup-et-bernard-tapie_3423297_3224.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les arbitres ont perçu 300 000 euros chacun pour prix de leur collaboration à cette mascarade d'arbitrage où tout était arrangé à l'avance ! Et quand on pense qu'un ancien président du conseil constitutionnel a trempé dans cette vulgaire combine en eaux plus que troubles ... ça fait frémir !!!

      Supprimer
  7. Guéant sera t'il le bouc-émissaaire que fut Juppé fut pour Chirac ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.