7 juin 2013

Un meurtre politique en plein Paris

Jeudi 6 juin en fin de journée, le jeune Clément Méric, 19 ans, est décédé. Il était en état de mort cérébrale depuis la veille au soir, après une "altercation" près de la Gare Saint Lazare. Quelques heures plus tard, les auteurs présumés ont été arrêtés. Le leader d'un groupuscule de skin-heads d'extrême droite expliquait à qui voulait l'entendre que son mouvement n'y était pour rien.

Ce meurtre est politique. 

1. Qu'importe les circonstances. D'après les "premiers éléments de l'enquête" comme on dit dans le jargon mediatico-policier, deux groupes se sont affrontés. Cette rixe est politique. Il ne s'agit pas d'un fait divers crapuleux, d'une agression au hasard. La "défense" tente d'expliquer que de doux crânes rasés ont été pris à partie par des forcenés d'extrême gauche alors qu'ils s'étaient réfugiés dans un vente privée de la marque Fred Perry. Clément Méric semblait un garçon plutôt frêle, élève modèle et militant non encarté.

2. Qu'importe les circonstances, le meurtre, volontaire ou pas, est politique. C'est un skin-head d'extrême droite qui a tué d'un coup de poing métallisé.
"Les enquêteurs "ont rapidement disposé" de signalements précis et de photos des agresseurs présumés, qui "graviteraient, pour certains", autour du "noyau dur" des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR)." (source)

2. A gauche, la dénonciation a été unanime. Il est vain, inutile et faux de tenter de prétendre le contraire. En déplacement au Japon, François Hollande est intervenu dans la matinée, heure française. Jean-Marc Ayrault a dénoncé un "crime", une "violence  qui porte la marque de l'extrême-droite et met gravement en danger notre pacte républicain". Le ministre de l'intérieur s'est rendu sur les lieux. Jean-Luc Mélenchon fut de l'hommage le soir même. Anne Hidalgo fut chahutée. Nathalie Kosciusko-Morizet fut exfiltrée tant elle fut bousculée.

3. La police a trouvé très vite les auteurs présumés. Le Point explique que c'est grâce à des écoutes téléphoniques: "Le principal suspect a été interpellé à partir d'écoutes téléphoniques et sur la base des descriptions des témoins oculaires entendus depuis jeudi matin à la 1re DPJ. Pour les policiers, il ne fait aucun doute qu'il est l'auteur des coups, mais l'intention de tuer n'est pas démontrée" . Qui l'a balancé ?

4. L'extrême droite violente est très présente depuis des mois que le mariage pour tous était dans le débat public. C'est factuel. Printemps français, Jeunesses nationalistes, Civitas, on ne compte plus les groupes plus ou moins structurés qui ont profité de cette occasion pour envahir nos écrans et quelques manifestations.




 
Clément Méric : Ayrault veuiller "tailler en... par lemondefr

6 commentaires:

  1. C’est toujours la droite extrême qui commence les conflits et qui utilise la violence meurtrière. Qui les alimentes, qui les finances ses bons a rien ? Ont exige au gouvernement un enquête complète sur les ramifications de l’extrême droite française. Je soupçonne qu’ils font partie de milieux autres, comme le patronna fasciste et des milieux professionnels qui les utilises dans certains événements ils font partie du banditisme et vive de ça ! Main dur contre les voyous fascistes !

    RépondreSupprimer
  2. Meurtre politique ? Franchement, je n’en sais rien. L’enquête le dira sans doute. En tout cas, les polémiques qui l’ont suivi, elles, le sont. Pas de doute.

    Il faut rester prudent car Clément Méric semble avoir été un activiste qui n’hésitait pas à aller au choc dans les manifestations. Il a participé à des perturbations de la « manif pour tous ». Il a pu croiser le regard de ces types qui l’ont ensuite reconnu quelques jours plus tard, puis tabassé. On le présente comme un doux agneau, de santé fragile, calme, brillant élève. Sans doute. Mais que sait-on vraiment du jeune homme dont le portrait a été dressé essentiellement par ses amis de lutte antifasciste et ses condisciples de Sciences-Po ?

    Loin de moi l’idée de vouloir exonérer l’extrême droite, mais dans les affaires d’homicide, la réalité est en général souvent plus triviale que de savantes exégèses idéologiques. La connerie sert souvent de guide. Et elle possède toutes les cartes de partis.

    J’espère que l’enquête sera aussi limpide que ton billet. Je le souhaite vraiment. Sinon nous risquons d’ouvrir un boulevard à l’extrême droite.

    Pour le reste, je suis d'accord. Le climat est délétère. Il n'a certainement pas aidé à dépassionner les attitudes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je t'accorde que je vais peut-être loin sur la qualification: mais la raison de ce drame est bel et bien "politique". même si l'enquête démontre plus tard que les torts sont partagés ou je ne sais quoi, l'affrontement qui a causé le drame est celui de skin ne cachant pas leur attachement à l'extrême droite avec des militants antifaf.

      Supprimer
    2. meurtre /mœʁtʁ/ masculin
      Homicide volontaire.
      L’idée du meurtre inspire bien moins d’effroi lorsque la loi-même en donne l’exemple et le spectacle ; l’horreur du crime diminue dès qu’elle ne le punit plus que par un autre crime. — (Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante)

      ==> http://fr.wiktionary.org/wiki/meurtre

      Supprimer
  3. "Un meurtre politique !"

    ==> n'importe quoi ... on nage en pleine hystérisation de gauche ... qui s'égare en rejouant les années 30 !

    Je renvoie à la lecture de cet article factuel et mesuré ; rédigé avant le déchainement de la déraison ... [ et encore le titre est inexact ; il eut été plus judicieux d'écrire : "Un jeune mortellement frappé" car il s'agissait d'une rixe et non pas d'un passage à tabac. Et encore rien ne permet d'affirmer que c'est le coup de poing qui a tué la victime et non pas la chute malencontreuse où sa tête a heurté un poteau puis le trottoir. ]

    ==> http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/06/un-jeune-frappe-a-mort-a-paris-la-marque-de-l-extreme-droite_3425336_3224.html

    "Entre les deux groupes, les invectives fusent rapidement. Les militants d'extrême gauche moquent la tenue des nouveaux arrivants."

    Selon une source policière, c'est à ce moment-là que la victime et ses amis – moins identifiables à première vue – révèlent leur engagement politique antifasciste. Quelques minutes plus tard, ils quittent l'appartement, et, les provocations continuant, proposent aux skinheads de venir en découdre dans la rue. Ces derniers appellent du renfort avant de les rejoindre.

    (...)

    la rixe ne dure pas longtemps. Clément Méric, qui n'a pas encore commencé à se battre, reçoit un "violent coup de poing", selon les témoins. Le jeune homme, qui est loin d'avoir la carrure de ses adversaires – il est même plutôt frêle –, chute et sa tête heurte un poteau.

    (...)

    Jeudi matin, les trois amis de la victime n'avaient pas souhaité déposer plainte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois dire que je ne suis pas toujours d'accord avec Desmotscratie mais sur ce coup là je le suis entièrement.

      Cette mode de condamner sans rien savoir de ce qui s'est passé est vraiment inquiétante pour tous les innocents (qui sont beaucoup plus nombreux que les assassins).
      Il me semble d'ailleurs que c'est pour ça qu'on a des tribunaux, non ?

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.