4 juillet 2013

Batho, Gattaz, Morales: l'écume des mots.

Une ministre limogée qui en a gros sur la patate, un président étranger bloqué dans son avion, un patron des patrons exfiltré du 19ème siècle...

Belle brochette, ce mercredi !

Batho
Elle a prévu de s'exprimer plus tard dans la journée, vers 15 heures, une conférence de presse où elle dira "tout" sur son "limogeage", c'est-à-dire sans doute pas grand chose qu'on ne sache déjà.

Mercredi matin, la passation de pouvoirs est rapide, la ministre est émue, le citoyen s'en fiche un peu. Nos chaînes d'information en rajoutent, l'information - la vraie - est ailleurs: en Egypte, en Europe, dans la crise.

Les écologistes jouent leur carte. Ils font pression comme ils peuvent. Les médias et leurs opposants - c'est-à-dire la gauche, la droite et le reste - raillent leur manque de courage. Juger dans l'immédiat est l'une des tares indéfectibles de notre société moderne. Certains combats se jouent sur une distance. Justement, malgré ce limogeage d'une ministre isolée et non écologiste, un autre de ces collègues, Pascal Canfin, menace. EELV attend des signes vrais et rapides: un verdissement des investissements d'avenir annoncés la semaine prochaine, puis une loi sur la transition écologique. "Si nous n'avons rien d'ambitieux, il est clair que les écologistes quitteront le gouvernement" balance Yannick Jadeau. "Nous attendons vos réponses, nous attendons des actes" lance Barbara Pompili, co-présidente du groupe des députés écologistes, à Jean-Marc Ayrault lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée.

Résumons: Hollande n'avait pas d'autre choix que de virer la trublionne. Les Ecologistes ont eu raison de profiter du couac pour se manifester, mais politiquement tort sur le fond des arguments: tout le monde se fiche des investissements d'avenir. Le concret écologique, ça doit être maintenant - logement, fiscalité, transports collectifs.

Morales humilié
Mercredi, une rumeur attribuait à un avion bolivien de transporter le nouvel héros des temps modernes au-dessus du ciel européen, Edward Snowden. Plusieurs pays européens dont la France interdisent aussitôt le survol de leur territoire au dit aéronef qui reste du coup bloqué 13 heures durant sur le tarmac de l'aéroport de Vienne (Autriche).

Mon dieu que le monde est dur, l'humiliation terrible... L'avion était présidentiel, et Evo Morales n'a pas apprécié le blocage. C'est une erreur qui permet à quelques gauchistes de couiner combien la France est aux ordres de la police d'Obama.

La France finit par s'excuser auprès de la Bolivie. A Berlin, Hollande perd quelques minutes pour se justifier: "Dès lors que j’ai su que c’était l’avion du Président bolivien, j’ai donné immédiatement mon autorisation de survol."

Résumons: il s'agissait d'un couac, d'une bévue, d'une erreur. Mais en Bolivie, quelques Boliviens pouvaient brûler notre drapeau national en signe de protestation.

Gattaz Hibernatus
Le MEDEF a un nouveau président, Pierre Gattaz, la cinquantaine rugissante. Elu avec score nord-coréen faute d'opposants - 95%. Sur l'estrade du Palais des Congrès, pour son discours inaugural, il a quelques formules terrifiantes, de la crétinerie pur jus tant elle ne ressemble à rien d'autres qu'une caricature.  L'entreprise est renommée en "entrepreneur". La novlangue pourtant vieille du MEDEF consiste à cacher l'actionnaire masqué. Pourquoi n'assume-t-il pas une réalité ?  Pierre Gattaza, donc, a la formule qui tâche. Il trouve l'anecdote familiale, sa dernière fille, nous explique-t-il, vient de passer son bac. C'est bien. Et son sujet d'économie était visiblement effroyable, elle l'a noté et répété à son patron de paternel: "Notre pays ne comprend pas ses entreprises et ses entrepreneurs, notre pays ne les aime pas suffisamment. Ma plus jeune fille vient de passer son Bac. Son sujet de sciences économiques et sociales était : 'Vous montrerez de quelle manière les conflits sociaux peuvent être des facteurs de cohésion sociale". Ce Gattaz-là avait à défendre les "entreprises asphyxiées, ligotées et terrorisées", ou encore l'ambition de " faire baisser le chômage en dessous de 7 % à l’horizon 2020". Mais à quel prix ?  Un tarif chinois ?

En moins de trente minutes, Pierre Gattaz nous ravive la lutte des classes. Comme l'explique fort bien notre confrère Camino, ce Gattaz-là nous propose de "retarder l'âge de la retraite, de baisser les indemnités de retraite, de baisser les cotisations salariales, de baisser le nombre de fonctionnaires". Nous allons nous régaler, le rideau tombe pour ceux qui croyaient au grand consensus.

Résumons: le MEDEF venait de s'incarner dans un patron du comité des Forges. 
 



26 commentaires:

  1. un patron, même fils à papa, reste un patron
    à plus forte raison un patron des patrons, réac en chef par définition

    RépondreSupprimer
  2. 1 000 milliards d'allegement de charge sur 5 ans, ok mais pour le code du travail la suppression est partielle ou totale ?

    RépondreSupprimer
  3. C'est les Wendel qui vont être content! Merci l'ami ;)

    RépondreSupprimer
  4. Et les Mulliez vont pouvoir souffler un peu, ils étaient tristounets ces derniers temps, le bouclier fiscal ça pas été facile...

    RépondreSupprimer
  5. Morales un couac : mdr !!

    Fallait oser !

    Les affaires étrangères c'est vraiment pas vot' truc Juan :)

    A force d'appliquer sans discernement la même méthode de la minoration-provocation vous perdez continuellement un peu de la crédibilité qu'il vous reste ... au risque à chaque fois de vous ridiculiser ! Mais cela semble plus fort que vous : vous semblez possédé par le démon de la mauvaise foi. Ce que l'on avait déjà pu observer à l'époque de l'affaire Cahuzac-Médiapart !

    Merci quand même pour la rigolade ... On en oublierait presque l'extrême gravité de la chose :

    "Une interdiction après décollage d'un avion transportant un président et qui a fait approuver son plan de vol au préalable semble SANS PRÉCÉDENT." !!! [1]

    Tu parles d'un couac !

    Morales n'est qu'un détail dans l'affaire ; de taille le détail, mais un détail : le scandale c'est l'objectif visé, Snowden et ce que son action permet de révéler au grand jour de manière incroyable et inespérée ! Et que, dans ce style bien à vous, vous affectez d'ignorer d'une petite pirouette rhétorique visant à déplacer l'attention ailleurs pour mieux occulter l'essentiel !

    Une action de Snowden, nous disions, visant à alerter les population. Et qui au-delà de tout espoir provoque l'invraisemblable désagrégation de la comédie que nous joue le pouvoir US - UE - France & Co !

    Désormais tout est au grand jour, déballé sur la table. Faut être pathologiquement aveuglé par une sévère crise de mauvaise foi pour ne pas (vouloir) le comprendre !

    Ce dont tu ne peux maîtriser le cours, feint d'en être l'organisateur ! Heureusement que les p'tits gars de la Hoillandie comme vous ont des nerfs d'acier et des c... en béton pour conserver en toutes circonstances une invraisemblable capacité à raconter d'hilarantes calembredaines avec un pathétique aplomb ...


    1] http://www.lemonde.fr/ameriques/reactions/2013/07/03/une-rumeur-sur-snowden-provoque-une-crise-diplomatique-entre-paris-et-la-paz_3440849_3222.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu comme Barouin en economie, le mec est au cœur de la matrice, prend une grosse voie et cela le fait pas du tout. on a envie de rire tellement c'est pas son truc. LOL

      Supprimer
    2. Baroin : l'exemple est bien choisi ! Le summum du paraître et de l'insignifiance réunis !

      Supprimer
    3. Autant je comprends et j'applaudis presque et mieux en mieux les critiques contre la politique sociale de ce gouvernement, autant ces élans guévaristes de salon pour l'affaire Snowden me font éclater de rire. Le vrai sujet, cher ami, est l'espionnage ... français et industrialisé "révélé" ce soir par le Monde.

      Supprimer
    4. "me font éclater de rire"

      ==> les nerfs probablement !

      Supprimer
  6. la france n' a jamais détourné un avion ?

    sauf celui de Ben Bella intercepté au-dessus d'un pays indépendant

    RépondreSupprimer
  7. Reste qu'après ses déclarations d'aujourd'hui, c'est maintenant Duflot qui devrait, logiquement, être virée comme Batho:

    http://tinyurl.com/okn6jmu

    Sinon, on pourra effectivement s'interroger sur la cohérence de François Hollande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vrai. Cà ressemble férocement à un "cap ou pas cap ?".
      Je parie qu'il est "pas cap".

      Supprimer
  8. Le Conseil constitutionnel a demandé que Nicolas Sarkozy restitue l’avance forfaitaire de 153.000 euros dont il avait bénéficié en tant que candidat. De même, il doit verser au Trésor public le montant du dépassement constaté par la CNCCFP.

    Surtout, cette décision du Conseil Constitutionnel prive l’UMP du remboursement de 47,5 % des dépenses autorisées, soit près de 11 millions d’euros. Ceci, alors que l’UMP est déjà au bord du gouffre financier , endettée, avec une dotation publique annuelle passée après la défaite aux législatives de 2012 de 35 millions à 21 millions d’euros.

    A l’UMP, en interne, avant la décision du Conseil constitutionnel, on espérait que seule une partie des 11 millions d’euros ne serait pas remboursée en faisant valoir que cette décision aurait un impact important pour tous les futurs présidents sortants souhaitant se représenter. Les Sages ont bien pris soin de préciser que la législation n’a pas pour objet de limiter les déplacements ou manifestations du président en exercice mais que ceux ayant « un caractère manifestement électoral » doivent être déclarés.

    Fraîchement confirmé à la présidence d’un parti dont les membres semblaient ce jeudi tétanisés, Jean-François Copé s’est fendu d’un communiqué laconique, prenant acte de cette décision et annonçant une réunion du bureau politique la semaine prochaine. Il a rencontré Nicolas Sarkozy dans ses bureaux et a tenu à rassurer les militants en disant que « la voix de l’UMP ne s’éteindra pas. » Et a lancé un appel à une grande souscription nationale.

    A l’UMP, avant la décision, certains avançaient que la répartition des coûts entre le parti et Nicolas Sarkozy se poserait. Ses partisans ont commencé à contester cette décision, telle Valérie Debord, déclarant sur BFMTV que « ce n’est pas la loi ». Brice Hortefeux a dénoncé au « Monde » une « volonté d’asphyxier Nicolas Sarkozy ». François Fillon, qui vise 2017, a lui pris un malin plaisir à déclarer que c’est « toute la famille politique qui devait assumer les conséquences financières ».

    Nicolas Sarkozy, dont le retour est une question lancinante à droite , a assuré, pour « retrouver sa liberté de parole », démissionner « immédiatement » du Conseil constitutionnel. En tant que membre de droit il ne peut le faire, il peut en revanche ne plus siéger. Sa réaction lance quoi qu’il en soit la contre-attaque, quand la gauche va utiliser au maximum ce rejet pour contrer toute éventualité de retour. Tant cet épisode, doublé du bruit incessant des affaires, jette une ombre sur son parcours. « Non seulement il a perdu, mais en plus, il laisse une UMP en charpie », lâche un cadre du parti. Ambiance.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202875356758-le-conseil-constitutionnel-rejette-le-compte-de-campagne-de-sarkozy-582808.php

    RépondreSupprimer
  9. Le MEDEF n'est jamais que le nouveau nom du Conseil national du patronat français depuis 1998? Ca sonne mieux, mais c'est aussi rétrograde.

    A propos, les amis, qui est-ce qui s'est appuyé sur ce beau Mouvement des entreprises de France pour attaquer le Code du travail, donc les droits des salariés, il y a quelques mois ? Qui est donc cet homme à qui Ma'ame Parisot a reconnu des qualités ?

    RépondreSupprimer
  10. Il y en a une qui est tout à fait d'accord avec toi, c'est Marine Le Pen, c'est dire ! Bientôt on ne va plus pouvoir dissocier les positions du PS et celles du FN (si on peut encore les dissocier) et cela ne te gênera pas une seconde.
    Étant donné ta grande intégrité morale (hum), tu ferais un jour partie de ceux qui colle les opposants au poteau d'exécution que cela ne m'étonnerait pas.

    Heureusement que je ne vis pas en France. Je m'en félicite tous les jours.

    Et sans vouloir critiquer tes choix de typo mais le titre de ce blog avec ses caractères gothiques m'évoquent assez une certaine époque pas très favorable à la liberté en Germanie.... comme quoi on se trahit par des détails...
    Je me demande à part cela où est passé le militant féministe et antinucléaire que tu prétendais être sous Sarko ?
    Et sur tes coulisses, tu appelles carrément à débarquer les féministes parce qu'elles "empêchent" le gouvernement de virer les femmes en rond ! Nan mais je rêve !
    Et dire que tu aurais appelé à voter Ségolène Royal, il fut un temps... On a vraiment du mal à le croire.
    Les Francaises sont les femmes les plus maltraitées d'Europe et la France est le pays le plus nucléarisé d'Europe également.
    Et Batho qui s'oppose au nucléaire est débarquée.
    Bien la preuve que le féminisme et la lutte contre la folie nucléaire vont de paire.
    Deux causes que tu jettes par dessus bord sans regret après celle des Roms sans parler d'un tas d'autres que j'ai préféré zapper.
    Tu dors mieux sans doute que lorsque tu avais des positions faussement antinucléaires pour embobiner les hésitant.e.s (genre moi) avant les élections. On s'est bien fait entuber.

    Même être de l'avis de Marine Le Pen ne te dérange pas, du moment que Hollande s'y est rangé avant toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. donc je suis comme Marine le Pen, c'est ça, en résumé, ce que tu dis là ? C'est attristant. Tiens, je suis sympa, je t'ai changé la police de caractères du titre.

      Supprimer
    2. La procédé auquel tu recours et qui consiste, d'un côté à agiter l'ancien président comme un épouvantail, et de l'autre à soutenir Hollande et les soc' lib' de manière inconditionnelle n'est pas acceptable. Pas plus intellectuellement que moralement d'autant que tu n'as pas épargné - à juste titre - Sarko. La seule explication, en dehors d'une myopie politique pathologique avancée, est que, soit tu es un parent avec un socialiste éminent, voire le premier d'entre eux, soit tu es en service commandé. Dans le dernier cas, rien à dire, il faut bien que tu gagnes ta vie.

      Supprimer
    3. Je suis assez fatigué d'avoir à écrire que (1) je suis ravi d'avoir voter Hollande, (2) s'il continue comme cela, je vais adhérer à Parti de Gauche, (3) Sarko et sa Nouvelle Droite décomplexée avec le FN est mon ennemi. Point barre.

      Supprimer
    4. "Je suis assez fatigué" ==> les congés d'été approchent

      "je vais adhérer à Parti de Gauche" ==> fais pas le c...

      Supprimer
  11. "Je suis assez fatigué d'avoir à écrire que (1) je suis ravi d'avoir voter Hollande, (2) s'il continue comme cela, je vais adhérer à Parti de Gauche, (3) Sarko et sa Nouvelle Droite décomplexée avec le FN est mon ennemi. Point barre."

    Si tu dois le réécrire sans arrêt tu ne crois pas que ça prouve peut-être que ça ne saute pas du tout aux yeux dans ta prose quotidienne qui consiste bien plutôt à prendre fait et cause pour le gouvernement en place quoi qu'il fasse ?

    Et je constate que tu ne réaffirmes pas dans ta mise au point en 3 parties ton pro-féminisme ni ton antinucléarisme initiaux, entre autres, restés mystérieusement scotchés à ton anti-sarkozysme comme du bubble-gum frais.
    Tu as célébré en son temps et en fanfare l'entrée de la pseudo-parité au gouvernement mais quand les femmes se font virées il paraît que cette atteinte à la parité n'en est pas une, selon toi, et quand Hollande fait une politique favorable aux intérêts d'Areva, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, de ton point de vue.
    Et pour toi, les gaz de chistes ne puent pas de plus en plus fort.
    Le PdG n'est pas une excuse, vu qu'il ne vaut pas beaucoup mieux que le PS.

    À bas tous ces partis productivistes et croissancistes mortifères !

    (Pour la typo, c'est mieux sauf que la nouvelle que tu as choisie fait grave dessinateur de "comics" :)).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euterpe, je n'ai pas changé d'avis sur le nucléaire, je reste anti-nucléaire. Je l'ai même rappelé quand Hollande est parti au Japon. Seulement, le sujet est moins abordé qu'avant. Quand au féminisme, permets moi de te dire qu'il me donne le droit de critiquer des femmes comme des hommes sans qu'on rentre dans ce genre de procès. Désolé.

      Supprimer
    2. Oui cela te permet de prendre parti pour un homme pro-nucléaire contre une femme anti-nucléaire : en toute logique... (ironie)

      Supprimer
  12. quand les femmes se font virées il paraît que cette atteinte à la parité n'en est pas une, selon toi

    la parité est respectée : un homme (Cahuzac) une femme (Batho)

    RépondreSupprimer
  13. Faut pas prendre les gens pour des couilles : Cahuzac a été remplacé par Bernard Cazeneuve, chéri !

    Heureusement Martin à l'écologie : un vrai mâle pro-corrida, carniste, pro-gavage et pro-chasse. Tout pour plaire à des bobcestmoi comme il y en a des milliers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand Cahuzac est parti, le gouvernement a perdu un ministre (l'Apprentissage n'a plus de ministre).

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.