3 juillet 2013

Delphine Batho et la fausse crise de régime


Est-ce un signe de tension ? Assurément. Une preuve d'autorité ? Evidemment. Une erreur ? Peut-être.
"Sur proposition du Premier ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions de Mme Delphine Batho et a nommé M. Philippe Martin, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie. "
La ministre de l'Ecologie réagit au micro de Jean-Michel Aphatie, sur RTL, mardi 2 juillet. Elle ne cache pas sa déception après les annonces de la veille. Ses propos sont sans équivoque. On pourrait croire qu'elle veut partir et laisser la trace d'une résistance.
"Ce budget est mauvais (...) Dans le moment actuel, quand tout va mal, les Français ont besoin d'espoir, de perspectives d'avenir et, donc, c'est un chantier très important dans ce quinquennat [...] Il y a un affichage qui n'est pas bon. (...) L'écologie est-elle bien une priorité ?"
Elle est convoquée par Jean-Marc Ayrault quelques heures après. Les services de Matignon préviennent d'un tweet. Vers 19 heures, l'annonce tombe. François Hollande met fin aux fonctions de sa ministre. Boum, bim, paf... Licenciement sommaire et expéditif.

1. Hollande avait prévenu: "Aucun ministre ne peut remettre en cause la politique qui est conduite." Après le clash Montebourg/Ayrault et quelques autres couacs, le président avait été clair, le 18 mars dernier. Or Batho n'a pas seulement critiqué un projet de réductions budgétaires. Elle a surtout franchi une ligne jaune, des deux pieds de surcroît, en déclarant: "L'écologie est-elle bien une priorité ?"

2. On ne connaît pas les détails des coupes que le périmètre ministériel de l'écologie subira. Mais on est das le symbole. En politique, le symbole, ça compte et ça peut mobiliser. Pourtant, sur le fond, les coupes si graves et sévères annoncées la veille étaient finalement mineures. D'après les premières informations, publiées par le Monde, elles porteraient sur les 44 opérateurs affiliés au ministère (Météo France, l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques, l'Office des forêt, les 6 agences de l'eau, etc.). Au final, on évoque... 500 millions d'euros d'économies, c'est-à-dire... une goutte d'eau dans l'océan de 14 milliards d'euros d'économies projetées pour l'an prochain. Pire, Delphine Batho elle-même, lundi 1er juillet avant son départ, modérait l'ampleur des économies: 75 % de ces économies (soit 400 millions d'euros) correspondent à la baisse de la subvention accordée à l'Agence de financement des infrastructures de transport, qui sera "compensé par les recettes de l'écotaxe poids lourds qui entre en vigueur en octobre."

3. Là n'est pas le problème. N'y-a-t-il pas davantage d'enjeux écologiques dans une loi sur le Logement ? C'est le raisonnement qu'ont dû tenir les responsables d'EELV, mardi soir après une réunion de crise. La co-présidente des députés écolos Barbara Pompili confirme: "La question de la sortie du gouvernement a été évacuée assez vite".

4. On comprend donc que Hollande a pris un risque politique, celui d'une crise majeure avec des écologistes qui n'en demandaient pas tant, mais un risque mesuré. Batho n'est pas un poids lourd socialiste, un baron à préserver, une alliance à ménager. Elle était juste une "pièce rapportée" de l'épopée ségoléniste pendant la campagne présidentielle ralliée dès la fin de la primaire. Mais dans la presse, les médias, les blogueurs et le reste, il fallait surjouer le drame et la catastrophe. Nous avions droit à tout, jusqu'à la crise de régime, le remaniement généralisé et précipité. Fichtre... on pouvait sourire.Nicolas Prissette, pour le JDD, nous dévoile les coulisses du drame. Bruno Dive "éditorialise" pour SudOuest sur "Batho prend l'eau". Quelle formule...

5. L'Ecologie est un ministère sensible. Nicole Bricq n'a tenu que quelques semaines, "remaniée" après sa trop forte résistance à l'exploration de forages au large de la Guyane. Un an et quelques semaines plus tard, voici Delphine Batho remplacée à son tour. L'ancienne Sarkofrance n'est pas en reste - pas moins de cinq ministres ou secrétaires d'Etat se sont succédés en 5 ans de gouvernement Fillon. Le remplaçant, Philippe Martin, est plus légitime que Delphine Batho quand elle a pris ce ministère. Il jouit d'une bonne image. Ex-secrétaire national socialiste à l'Environnement, il est aussi un routier de la politique. C'est même un précurseur de l'écologie au PS, paraît-il. On est rassuré.

6. Delphine Batho a du cran. La veille, on expliquait jusqu'aux rangs d'EELV qu'elle était insignifiante. Il faut relire les propos d'un de ses anciens proches, Malek Boutih, avant son licenciement: "C'est une main de fer, elle n'aime pas les compromis, c'est contraire à ses principes."



29 commentaires:

  1. Tout cela n'est pas très rassurant quant à la volonté politique en matière d'écologie du gouvernement. Baisse importante du budget, ministre virée même si elle ramait quelque peu. Elle a eu raison de dire que c'est un mauvais budget.
    La transition énergétique n'est clairement pas une priorité de ce gouvernement.

    RépondreSupprimer
  2. pour tout ça , faut des sous
    et des sous , y en a pas

    RépondreSupprimer
  3. Voilà qui me rappelle le ululement du percepteur le soir au fond des bois...

    RépondreSupprimer
  4. non, une chanson de G Bécaud dans les années 60 :
    Ah, si j'avais des sous

    le refrain continue comme ça

    je'm'demande où y en a
    à Bahia , au Pérou
    mais pour aller au Pérou, ben faut des sous

    RépondreSupprimer
  5. Si Delphine Batho avait été dans un autre ministère, aurait elle été limogée de la même manière ? OUI

    Le ministère de l'écologie a t'il disparu ? NON
    (Son remplaçant est même plutôt pas mal)

    Hollande ne visait donc pas l'écologie mais bien une ministre qui a défendu assez maladroitement son budget.

    Après tout ils étaient tous prévenus et nous avec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sensdessusdessous, c'est @Myale !! ^^

      Supprimer
    2. Après réflexion, je pense qu'effectivement Hollande n'avait pas d'autre choix.

      Supprimer
  6. Les espionnés aux ordres de l'espion !!!

    De toute évidence Hollande et l'Europe sont furieux contre les Etats-Unis.

    LA MEN TA BLE & SCANDALEUSE attitude !

    L'avion d'Evo Morales interdit de survol par la France, l'Italie, le Portugal

    "La colère des Boliviens gronde. "La vie du président a été mise en danger", "les lois du trafic aérien ont été violées"... L'objet de leur courroux ? Le refus par la France, le Portugal et l'Italie du survol de leur territoire par l'avion du président Evo Morales, mardi 2 juillet. Dans la soirée, le dirigeant bolivien revient d'une réunion de pays producteurs de gaz naturel à Moscou. Une rumeur court alors qu'Edward Snowden, l'ex-consultant de la National Security Agency (NSA) à l'origine des révélations sur les pratiques de surveillance et d'écoute du renseignement américain, recherché par les Etats-Unis, se trouve à bord de l'avion."

    => http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/07/03/une-rumeur-sur-snowden-provoque-une-crise-diplomatique-entre-paris-et-la-paz_3440849_3222.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lu sur le monde.fr ==> http://www.lemonde.fr/ameriques/reactions/2013/07/03/une-rumeur-sur-snowden-provoque-une-crise-diplomatique-entre-paris-et-la-paz_3440849_3222.html


      Hugo 03/07/2013 - 18h26

      Au moins, cette affaire a le mérite de faire voler en éclat la fiction des souverainetés nationales : les Etats-Unis sont les maitres du monde, et quand ils ordonnent, les laquais obéissent, au mépris de toutes leurs propres règles. Les États-Unis auront peut-être Snowden avec leurs méthodes mafieuses, mais il y perdront leur honneur et leur crédibilité. La "démocratie" américaine n'est qu'une façade pour masquer l'impérialisme.

      Supprimer
    2. Paol Quénéhervé 03/07/2013 - 18h24

      Jusqu'à preuve du contraire, Snowden n'a rien fait de mal, mais cela suffit à obliger un avion à se poser en Europe. Alors qu'il y a encore quelques mois, des avions travaillant pour les services de sécurité américains transportaient des suspects terroristes vers des camps ou les interrogatoires étaient sous-traités, torture à l'appui sans qu'aucun de ces avions n'ait été inquiété...Quel triste spectacle, ce n'est plus de l'allégeance, c'est de la servilité!

      Supprimer
    3. areuareu 03/07/2013 - 17h55

      Que tous les citoyens, citoyennes de tous les pays du monde mettent hors jeu tous les politiques. Occupons la rue jusqu'à qu'ils s'en aillent tous, et formons des cellules pour nous auto-gouverner





      AS 03/07/2013 - 17h41

      oh la claque qui s'annonce aux prochaines élections comme elle est bien méritée!


      jamon ramone 03/07/2013 - 17h32

      Je croyais qu'on avait tourné la page du Sarkozysme mais... apparemment non. Rien n'aurait pu faire plus de tort à Hollande que cette décision, qu'il semble avoir au minimum avalisée. Elle va le détruire. Il ne doit pas être à nouveau candidat en 2017. Incroyable déclin de la classe politique. On en est à se dire que J. Chirac était très bon finalement, à la hauteur de ses prédécesseurs sur ce genre de sujets en tout cas.


      JF 03/07/2013 - 17h24

      Un peu de courage, merde !





      FSP 03/07/2013 - 17h19

      Lamentable. Décevant pour ceux qui ont pensé en 2012 voter à gauche.





      chrislh 03/07/2013 - 17h16

      Les états unis se comportent comme des voyous, et on les ménage. La bolivie plus polie, pas espion est traitée comme on traite des criminels.

      Supprimer
    4. Ballantrae 03/07/2013 - 17h16

      Donc maintenant nous avons bien la confirmation que la politique étrangère française se décide à Washington, et que Hollande et Fabius ne sont que des exécutants... Pathétique...

      Jean d'Arc 03/07/2013 - 17h09

      Quelle honte que la France ait refusé, même temporairement, le survol de son espace aérien à un chef d'Etat démocratiquement élu ! Nos dirigeants sont vraiment devenus des laquais des américains. Des américains qui espoinnent nos courriers, l'Elysée, nos ambassades et l'ambassadeur américain qui n'est même pas renvoyé. Quelle honte ! J'espère bien que Fabius et Ayrault vont présenter leur démission, lamentables laquais des américains qu'ils sont !!
      répondre




      DH 03/07/2013 - 17h08

      Les agressés, ceux que les états uniens épient ,prennent fait et cause pour leurs agresseurs et se révèlent plus mordants que les usa qui diront ensuite que c'est un malentendu.Cette manipulation est inadmissible.J'ai honte d'être française et européenne.Je suis pour que la France accueille et protège Snowden, un lanceur d'alerte.





      Hypathia 03/07/2013 - 17h08

      Ah bon, je croyais qu'il avait tapé du poing sur la table. De son coté , Obama avait assuré qu'il n'allait pas mobiliser l'Amérique contre un petit hacker... Les journaux télévises sont eux d'une discrétion exemplaire, merci Le Monde

      Supprimer
    5. lol 03/07/2013 - 18h39

      Honte au président "socialiste" François Hollande, qui comme jamais, montre sa bassesse et sa carpetitude. Après que les américains aient traité la France comme une moins que rien en espionnant son ambassade à Washington, les larbins qui la gouvernent mettent tout en oeuvre pour colmater "la fuite" au lieu de s'en indigner...





      Prosper 03/07/2013 - 18h33

      Elle est belle la démocratie française... Snowden interdit de survol du territoire, immunité parlementaire de Dassault non levée, renvoi manu militari de Batho... Mises bout à bout, ces 3 décisions illustrent bien mal le sens de la mesure et de la justice de notre classe politique (complètement à côté de ses pompes)...





      Hugo 03/07/2013 - 18h31

      Si je comprends bien, la France file un coup de main à un état pour qu'il récupère l'informateur qui a révélé l'espionnage par cet état de milliers de citoyens, d'entreprises et même d'ambassades françaises. Je ne suis pas nationaliste, mais s'aplatir à ce point devant un soit-disant "allié" qui nous traite avec autant de mépris provoque un sentiment d'humiliation, et de colère devant la lâcheté de nos dirigeants, français et européens. Des Munichois, voilà ce qu'ils sont.





      FRANCOISE MARTIN 03/07/2013 - 18h30

      Dire que j'ai toujours soutenu Hollande contre vents et marées, même si mon portefeuille en pâtit. Mais là c'est la goutte qui fait déborder le vase. Un socialiste français caniche des Etats-Unis, on aura tout vu !





      Notat 03/07/2013 - 18h28

      On est vraiment ridicule, pas étonnant qu'on nous surveille.





      Hugo 03/07/2013 - 18h26

      Au moins, cette affaire a le mérite de faire voler en éclat la fiction des souverainetés nationales : les Etats-Unis sont les maitres du monde, et quand ils ordonnent, les laquais obéissent, au mépris de toutes leurs propres règles. Les États-Unis auront peut-être Snowden avec leurs méthodes mafieuses, mais il y perdront leur honneur et leur crédibilité. La "démocratie" américaine n'est qu'une façade pour masquer l'impérialisme.

      Supprimer
    6. Julien maurice 03/07/2013 - 19h24

      Quelle honte!
      répondre




      Feydeau 03/07/2013 - 19h18

      Cocu et content de l'être. Vraiment le Président ne sait pas exercer les soupçons de volonté qu'on pouvait lui supposer pour atteindre un poste dont il n'arrive vraiment pas à endosser les attributs.





      Nathalie G 03/07/2013 - 19h17

      Pourquoi tant d'atermoiements pour un petit avion forcé d'atterrir ? La diplomatie française ne doit pas défendre des idéaux, mais les intérêts de la France. Là c'est vite vu : Le PIB de la Bolivie est la moitié de celui du Wyoming. Au passage on a bafoué des conventions internationales concernant les chefs d'Etat ? Là encore, la Bolivie a un PIB deux fois plus petit que celui du Nord-Dakota : Le qualificatif de "Chef d'Etat" est meme légèrement exagéré.





      Mr.B 03/07/2013 - 19h11

      Une vraie honte pour la France, ou va notre pays avec un gouvernement pareil.. Après on s'étonne que l'extrême droite attire de plus en plus de partisans





      Hugo 03/07/2013 - 19h11

      Le Watergate puissance mille. Mais au lieu d'une réaction virulente contre un scandale diplomatique sans précédents entre "alliés", les Européens s'empressent de se rendre complice de la chasse à l'homme qui a révélé cette insupportable atteinte à leur souveraineté. Sans aucune dignité ni le moindre remord. Si la Russie ou l'Iran s'étaient livrés à de tel agissements, cela aurait provoqué un ouragan diplomatique. Les USA ne sont pas nos alliés, ils sont nos maitres.

      Supprimer
  7. L'écologie + les bonnes femmes. On dirait du Sarko. L'écologie le rasait et les quelques femmes qui étaient au gouvernement pour faire vaguement paritaire le faisaient chier. Elles ont été rapidement remplacées par des hommes.

    Que le triumVIRat Ayrault/Hollande/Valls s'en aille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça serait mieux avec des femmes ! Parisot présidente !

      Supprimer
  8. Bon on remplace quelqu'un qui ne connaissait pas grand chose à l'écologie par quelqu'un qui a investi de longue date sur le sujet : l'écologie ne s'en portera pas plus mal.

    La comparaison avec Montebourg est oiseuse pour plusieurs raisons. Ce qui est plus gênant c'est la comparaison avec les hésitations et la lenteur dans l'affaire Cahuzac : poids lourd du gouvernement, certes, mais les indices s'accumulaient...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "... par quelqu'un qui a investi de longue date sur le sujet". C'est une blague, non ? De nombreuses exemples prouvent le contraire.
      Les sociaux-libéraux seront juste bons à venir nous reparler d'écologie quand il s'agira de faire rentrer de l'argent dans les caisses en augmentant le prix du gasoil. Point barre.

      Supprimer
    2. @ Démos : faut comprendre que pour lnk un mâle ca y connaît quelque chose PAR ESSENCE ESSENTIELLE.
      Une paire de couilles c'est quand même autre chose que toutes ces gonzesses bonnes qu'à trois choses : le cul, les travaux domestiques et les gosses, enfin quoi !

      Supprimer
  9. Madame Batho eût du démissionner avant d'être débarquée !

    RépondreSupprimer
  10. Pas d'accord avec cette analyse de Juan.

    Il me semble évident qu'en refusant de retirer ses propos pour ne pas être virée (comme le lui avait proposé Hollande), puis en "mettant en scène" son exclusion du gouvernement par une conférence de presse organisée demain sur ce sujet, Delphine Batho est en pleine construction de son image, qui s'étiolait dans ce Ministère où elle ne pouvait rien faire et n'a rien fait.
    Elle n'a que la quarantaine, et elle pense à son avenir politique.

    RépondreSupprimer
  11. "Une interdiction après décollage d'un avion transportant un président et qui a fait approuver son plan de vol au préalable semble SANS PRÉCÉDENT." !!!

    ==> http://www.lemonde.fr/ameriques/reactions/2013/07/03/une-rumeur-sur-snowden-provoque-une-crise-diplomatique-entre-paris-et-la-paz_3440849_3222.html

    RépondreSupprimer
  12. Pour une femme politique qui a de l'ambition et du temps devant elle (compte tenu de son âge) , la construction de son image est une stratégie à long terme pour l'avenir de sa carrière politique; la voilà, aujourd'hui, avec une image de "femme politique courageuse", bien plus utile, pour son avenir politique, que celle de "ministre de l'écologie qui n'a laissé aucun souvenir de son passage au Ministère de l' Ecologie".

    RépondreSupprimer
  13. À l'évidence, en refusant de retirer ses propos pour ne pas être virée (comme le lui avait proposé Hollande), puis en "mettant en scène" son exclusion du gouvernement par une conférence de presse organisée demain sur ce sujet, elle est en pleine construction de son image, qui s'étiolait dans ce Ministère où elle ne pouvait rien faire et n'a rien fait.

    RépondreSupprimer
  14. (suite et fin)

    Et je n'ai pas le souvenir d'un seul Ministre qui ait jamais organisé une conférence de presse pour s'épancher sur les raisons de son exclusion du gouvernement.

    RépondreSupprimer
  15. Si vous voulez connaître le profil écologique de Philippe Martin, je vous invite à lire des articles qui lui sont consacrés sur reporterre.net. A partir de là, à vous de vous faire une idée. Edifiant en tout cas et représentatif de la duplicité des sociaux-libéraux.

    Exemple : "C’est un député (du Gers), de ceux, sexagénaire, professionnel de la politique depuis 1978 (!), ultra cumulard (ancien préfet, député, président du Conseil général, conseiller municipal et adjoint au maire, ministre) qui pratique la politique à l’ancienne : bétonnage de terres agricoles, épuisement des ressources (politique de l’eau désastreuse dans cette région), réélections "paternalistes" continues, gentille complaisance avec les électeurs" (Olivia Sanna).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais il a un service trois pièces dans son froc et c'est tout ce qui compte.
      Y avait un ponte à qui y manquait un échelon dans sa carrière, ses potes couillus s'en occupent (la "Fraternité" écrite sur le fronton de la République, c'est cela, en fait) alors ciao la gonzesse ! On a dit "Fraternité" pas "Sororité", hein !

      Supprimer
  16. Hollande fort avec les faibles (Batho - Morales - Snowden) ; faible avec les forts (Etats-Unis, Allemagne) : ça nous rappelle qq1 ...

    RépondreSupprimer
  17. Celle-ci est drôlement lucide et décapante !!

    Lézin OUARLAX 03/07/2013 - 14h08

    C'est tout simplement ahurissant... J'ai honte pour mon pays, encore 4 ans avant de virer ces charlots.





    Laurent Cardona 03/07/2013 - 17h04

    Parce que les charlots d'avant auraient réagi autrement ? C'est juste plus étonnant des charlots de maintenant...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.