2 juillet 2013

Le PRISM s'invite dans le débat français


On le sait, c'est confirmé, prouvé, démontré. La NSA nous espionne tous, tout le temps, beaucoup trop, avec d'innombrables complicités. Il y a de l'espionnage industriel, économique, populaire, public et privé. 

Le Parti de Gauche et Europe Ecologie Les Verts ont demandé à la France d'accorder l'asile politique à Edward Snowden, ce jeune ancien espion de la CIA, qui a dévoilé l'ampleur de l'espionnage américain. Le gars a préféré demander l'asile politique à la Russie de l'autocrate Poutine. Une démarche terrifiante... On le soupçonnait aussi d'avoir négocié un contrat de travail chez l'une de ses nombreuses firmes de surveillance privée internationale.

La NSA est là pour espionner le reste du monde. Le scandale est venu, nous explique-t-on, parce que (1) elle a été prise la main dans le sac et (2) des citoyens américains ont été visés (en masse). Le si sympathique secrétaire d'Etat américain John Kerry a expliqué ce lundi 1er de juillet à son homologue européenne si effacée et sans effet Catherine Ashton que la recherche d'informations sur d'autres pays n'était "pas inhabituelle". On sourit. Nous sommes dans un mauvais James Bond, un excellent Skyfall, la fin de nos illusions ou la prise de conscience que les Etats se font bel et bien une guerre sans armes de destruction physique. Pascal Riché, pour Rue89, s'indigne contre cette Amérique qui loue les droits de l'homme et pratique l'espionnage généralisé.

Car l'Amérique espionne ses propres citoyens. Depuis le 11 septembre, Guantanamo et tout le reste, qui donc avait encore un doute ? Un blogueur du Guardian avait donc mis la main sur une consigne d'avril dernier de la NSA  autorisant la collecte de données personnelles chez l'opérateur téléphonique Verizon.

Mais l'Amérique est si paradoxale. Le même jour de cette confession qui provoque l'effroi, la même Amérique s'apprête à régulariser quelque 11 millions d'immigrés clandestins. Le Sénat américain vient d'approuver cette réforme d'Obama. La France si frileuse et effrayée par sa fraction frontiste pourrait en prendre quelque graine. 

L'Europe s'indigne parce que ses secrets ont été trahis. "La France était aussi ciblée" commente le Monde ce lundi fatidique. Durant le weekend dernier, le Spiegel avait livré de quoi nourrir l'ire présidentielle française: l'espionnage de la NSA était donc massif et plus général encore. Représentation diplomatique de l'Union européenne (UE) à Washington, délégation de l'UE aux Nations unies, du Conseil européen à Bruxelles, que nous restait-il de tranquille et secret ? Rien. La NSA avait le ciblage large et aisé, 38 "cibles privilégiées" nous raconte le Guardian. Des années durant, nos services européens ont cherché sans trouvé. On comprend donc - et ce n'est pas l'information la moins terrifiante - qu'ils ne sont pas si efficaces que cela.

Une commissaire européenne a rejoint Jean-Luc Mélenchon. Viviane Reding, commissaire à la justice et aux droits fondamentaux a en effet suggéré de geler les négociations commerciales entre l'Europe et les Etats-Unis. Ces dernières n'ont pas commencé mais ça défoule de se dire qu'on suspend.

Voici donc François Hollande, ce lundi, qui s'indigne à son tour. Il est trop tard, bien trop tard. Et d'ailleurs, après tout... Qu'importe ? "Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés." Certes... mais le mal est fait. On se souvient que notre Sarko national était allé vendre son allégeance dès 2005, avant même son élection. Les Américains, déjà au courant de l'essentiel et plus encore, avaient dû sourire ou s'esclaffer.

François Hollande était donc obligé de réagir. Il n'aurait pas pu proposer à Edward Snowden l'asile politique. Le gars était parti chez Poutine ou ailleurs (*).

Et nous n'allions pas faire la guerre fut-elle diplomatique contre l'Amérique.




 



Mise à jour - mardi 2 juillet 9h02: Edward Snowden a finalement demandé l'asile politique à ... 21 pays (dont la France).

10 commentaires:

  1. faut-il négocier avec ceux qui nous poignardent dans le dos ?

    RépondreSupprimer
  2. Avant même que vous n'ayez rédigé ce billet Snowden avait demandé l'asile politique dans 14 pays, dont l'Equateur.

    "Le gars a préféré demander l'asile politique à la Russie de l'autocrate Poutine. Une démarche terrifiante..." ==> pas sûr que l'adjectif soit bien choisi ... Comment un blogueur à l'esprit plutôt affuté que vous peut-il par ailleurs se laisser allé à servir à ses lecteurs une vision du monde aussi simpliste : les bons d'un côté ; les méchants de l'autre ! Manque d'information ? ou mauvaise foi ? L'un favorisant l'autre ...

    "la prise de conscience que les Etats se font bel et bien une guerre sans armes de destruction physique" ==> et vous en pensez quoi sur le fond ...


    "à régulariser quelque 11 millions d'immigrés clandestins. Le Sénat américain vient d'approuver cette réforme d'Obama. La France si frileuse et effrayée par sa fraction frontiste pourrait en prendre quelque graine. " ==> dans le cadre d'un deal : régularisation contre renforcement du contrôle à la frontière mexicaine (où on érige un mur sous haute surveillance vidéo-électronique). Là encore la réalité n'est pas si rose.

    "les négociations commerciales entre l'Europe et les Etats-Unis. Ces dernières n'ont pas commencé mais ça défoule de se dire qu'on suspend." ==> là encore vous semblez mal informé ... ou de mauvaise foi en jouant sur les mots dans le meilleurs des cas !

    "François Hollande était donc obligé de réagir. Il n'aurait pas pu proposer à Edward Snowden l'asile politique. Le gars était parti chez Poutine ou ailleurs" ==> ??

    "Et nous n'allions pas faire la guerre fut-elle diplomatique contre l'Amérique." ==> ben faudrait savoir : vous venez de nous expliquer que "les états se font bel et bien une guerre" !


    On ne voit pas très bien où vous voulez en venir à force de défendre la vertu et de justifier le vice ... Vous semblez un peu perdu (ce qui n'aurait rien de surprenant par les temps qui courent !). Mais malgré cela vous pérorez sur un ton suffisant, voire dédaigneux caractérisé par un réalisme désabusé ... Qui confère à votre démarche un air faussement assuré ... Faussement car rien ne justifie pareille assurance !

    Car que nous sachions vous n'êtes pas en charge des affaire de l'Etat ! Dont le rôle est effectivement de soutenir coûte que coûte et vaille que vaille le moral de la population en veillant à préserver à la réalité des apparences de normalité tranquillisantes et susceptibles de maintenir un niveau élevé de confiance et d'adhésion au système.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un gars vous alerte que vous êtes espionné. Quelques questions se posent alors à bon droit. Parmi lesquelles :
      - vous le traitez en ami ou en ennemi ?
      - en traitre ou en héros ?
      - le pays qui vous espionne est-il en mesure de vous dicter votre conduite et de vous faire la leçon ?
      - est-il courageux ou lâche de ne pas lui offrir l'asile ? quand on sait par ailleurs que des personnages bien moins reluisants trouvent refuge chez nous ou ailleurs ...

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Dans combien de temps sera-t-il concevable de traiter le cas Snowden via un drone ? sachant que l'administration états-Unienne, avec pour chef un prix Nobel de la paix (!!), s'autorise d'ores-et-déjà à avoir recours à ce procédé tueur pour éliminer des citoyens américains constituant soi-disant une menace pour la fameuse sécurité nationale. Et ceci en dehors du territoire national, là-même où les Etats-Unis ne sont pas en guerre avec les états dans les cieux à partir desquels les drones exécutent froidement leurs cibles ! Bienvenu dans le réel au XXIe siècle commençant !

      Ah tiens, la France veut acheter des drones. Qui soit (re)dit en passant, s'utilisent aussi à des fins purement civiles de surveillance des grandes aires urbaines.

      On comprend donc - et ce n'est pas l'information la moins terrifiante - que sous couvert d'anti-terrorisme la surveillance enserre tout le monde dans ses filets.

      Il parait qu'un citoyen londonien est filmé 800 (huit cents) fois dans une journée ! Et pourtant les anglo-saxons sont réputés être les champions des libertés individuelles !!! Un paradoxe traduit par l'expression "liberté surveillée pour tous" !

      Mais est-ce encore la liberté ? le citoyen lambda est-il encore libre de se poser une telle question ? qu'est-ce que la liberté ?

      Supprimer
  3. Juan, ne soyez pas aussi myope que le reste des media français, faites un rapide tour sur reflets.info et vous verrez que PRISM est juste un des nombreux outils de renseignement des Etats-Unis, et que la France (entre autres) fait la même chose. Tous les points de concentration des communications (câbles sous-marins p.ex.) sont surveillés. http://reflets.info/spoiler-what-is-prism/ Pour Snowden, la Russie reste une destination plus logique que l'UE, qui collabore avec les USA et fait l'hypocrite ensuite.

    RépondreSupprimer
  4. Pas de négo !
    Quel merveilleux prétexte pour foutre en l'air un accord merdique en lui-même, sans même se faire insulter de réactionnaire sans réagir ! Même Reding s'y met^^.
    Allez Hollande, obéis à Méluche : t'auras pas sauvé que l'exception culturelle.

    RépondreSupprimer
  5. Nan mais allo quoi ? Arrêtez de vous plaindre, il y a rien a espionner chez des trous de balle comme vous.
    Pathétique bande de ringards.

    RépondreSupprimer
  6. Ecouter les Français, ça c'est pas bien, mais écouter les socialistes, c'est franchement pas grave. Vu qu'ils font jamais rien de ce qu'ils disent, y'a pas grand risque à laisser faire.

    N'empêche qu'y zont intérêt à faire gaffe, les Ricains, parce qu'avec ses petits poings, y peut faire mal, le François, très, très mal. Et si y zinsistent, y va leur envoyer la Valérie et là, t'auras intérêt à te planquer Barack, tout Président de la première puissance mondiale que t'es !

    RépondreSupprimer
  7. Batho sur l'eau
    La rivière la rivière
    Batho sur l'eau
    La rivière et plouf
    Dans l'eau

    Et les zécolos, y sont où
    Les zécolos ?

    Au gouvernement, mon gros bêta !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.