17 août 2013

328ème semaine politique: quand un pays craque...


Hollande se repose. A 40 minutes de son bureau de président, dans une annexe du château de Versailles, pour quelques jours à peine. C'était le 15 août, une France toujours ensoleillée et chaude, avec ses journaux télévisés consacrés à l'abandon du monokini, l'affluence des moustiques, et ces pèlerinages à Lourdes. La reprise économique est une belle nouvelle. Seul le ministre de l'économie Pierre Moscovici ne l'avait pas vu venir. Mais la France politique se chamaille avec le verbe souvent violent.

A quelques heures de vol de là, un autre pays se désagrège "pour de vrai", dans le sang et les pleurs. L'Egypte est-elle encore une nation ? On assiste, impuissant, à l'explosion d'une guerre civile, avec son premier millier de morts, tués par l'armée pour déloger des partisans des Frères Musulmans.

La rentrée de Ayrault
Il est 5 heures, Paris s'éveille. Jean-Marc Ayrault se montre sur l'un des chantiers du tramway T6 Châtillon-Viroflay avec les deux ministres qui seront en charge d'un autre plus dramatique chantier, la réforme des retraites. On pouvait railler l'exercice de communication. Pourtant, Ayrault était là, ce matin-là, pour montrer à quelques journalistes ce que signifiait la pénibilité du travail. Le geste méritait d'être applaudi.

Au sein du PS, des voix sont plus nombreuses pour fustiger l'opportunité même de la réforme des retraites. Après Marie-Noëlle Lieneman, Julien Dray abonde. Avec Mélenchon, voici l'ancien trio d'opposants à la ligne Jospin des années 1995-1997 reconstitué !

Jean-Marc Ayrault a paraît-il pris le relais de François Hollande ce lundi 12 août. Le président est parti en vacances à la Lanterne, à 40 minutes de l'Elysée. Le premier ministre est sur le pont quand d'autres politiques exhibent leurs vacances sur les réseaux sociaux. Le microcosme politico-médiatique, blogs politiques inclus, s'amuse de la "transition". On pourrait ricaner. On devrait se taire. L'Assemblée nationale comme le Sénat sont en vacances depuis 3 semaines mais les ministres se montrent ou réagissent.

On s'amuse aussi des prévisions ultra-optimistes à l'horizon 2025 que quelques ministres ont déjà rendues au premier d'entre eux. Il y a séminaire ce lundi sur le sujet. La démarche est utile: on repère vite ce qui manque. Jeudi, Le Point en a publié quelques-unes, on cherche qui a fumé quoi pour dessiner une France aussi merveilleuse dans une petite décennie: Pierre Moscovici oublie la réduction du temps de travail mais fustige le modèle industriel allemand; Arnaud Montebourg imagine une voiture ultra-économe en essence; Christiane Taubira prédit la fin de la surpopulation carcérale grâce aux peines alternatives; et Cécile Duflot considère que ses lois auront résolu le mal-logement.

L'actualité plus immédiate est plus sombre.

Aurélie Filippetti (Culture) bataille contre quelques récalcitrants plutôt âgés qui se refusent à quitter leur poste de directeur de centres dramatiques nationaux. Un acteur pourtant estimable a qualifié ces remplacements de "saloperie". Sa collègue Najat Vallaud-Belkacem réagit, mardi, avec une tribune calme mais assassine. La Culture est un microcosme comme d'autres, plus consanguin que d'autres.

Pierre Moscovici, ministre des finances, s'embourbe. Il "piétine l'optimisme présidentiel", se moque le Canard Enchaîné. Il avait confié à Nice Matin, le 10 août, une "possible croissance négative" en 2013. Les interviews estivales sont toujours dangereuses. Rétro-pédalage le lendemain. Il s'est fait taper sur les doigts.  Pire, mercredi, l'INSEE balance une franche bonne nouvelle: nous sommes sortis de récession ! La croissance du second trimestre est "exceptionnellement" bonne. Ayrault reste prudent.

Au fait, à quoi sert Pierre Moscovici ? Nous lui dédicaçons une belle étude trop peu commentée. Mi-juillet, l'OCDE avait publié un intéressant rapport sur l'impact des politiques de flexibilité sur l'emploi. Et bien, restez assis: cet impact est ... nul.  Aucune corrélation entre chômage et rigidité ou flexibilité du code du travail. Circulez, il n'y a rien à voir. L'étude date du 16 juillet, mais nos journalistes et commentateurs ont préféré s'attarder sur les prévisions d'emploi et de chômage. 

La Valls de trop.
L'autre "énervant" de la semaine s'appelle Valls, Manuel Valls.

Mardi, le Monde publie un fichu courrier du ministre qu'il a adressé sans prévenir personne le 25 juillet dernier à François Hollande pour critiquer la future réforme pénale de Christiane Taubira. Le chef des flics s'indigne que le projet laisse au juge le soin d'individualiser le traitement des cas de récidive; il récuse l'efficacité d'une loi sans une "transformation profonde des structures porteuses de ce changement"; et réclame davantage de places de prisons... Sur le fond comme sur la forme, Manuel Valls singe maladroitement Nicolas Sarkozy. Il confond le souci sécuritaire avec l'agitation et un parti-pris répressif.

La fuite médiatique lui cause du tort. S'il l'a orchestrée, ce qu'il nie, il démontre sa faiblesse. Dans le cas contraire, il prouve qu'il intrigue en court-circuitant son premier ministre, avec des arguments piochés à droite qui ont fait la preuve, une décennie durant, de leur inefficacité.

Il fallait lui rappeler que le seul résultat concret du sarkozysme sécuritaire fut la progression, sans doute sous-évaluée, du nombre d'atteintes aux personnes entre 2002 et 2012 (de 350.000 actes à plus de 500.000). Mercredi, il rétro-pédale. Jeudi, il visite Marseille pour vanter ses résultats sur le terrain.

A gauche, François Delapierre, numéro deux du Parti de Gauche, le qualifie d'"extrême-droite du socialisme". Quelle finesse... 

L'UMP fermée pour cause d'inventaire.
A droite, le spectacle oscille entre le dérisoire et la surenchère.

Dérisoire, Henri Guaino joue à Cosette. Indécence sarkozyste. Ce député parachuté d'une circonscription des Yvelines, couine publiquement sur sa trop maigre rémunération d'élu - 7.000 euros par mois, indemnité comprise, pauvre biquette ! A l'Elysée, il touchait double - conseiller d'Etat et conseiller du président, plus de 200.000 euros annuels, pour pas grand chose.

Rancuniers, les survivants de la Manif pour tous reprennent leur Tour de France. L'un de leurs militants plante son avion en tentant de faire voler une banderole "Hollande démission" par-dessus nos plages. Un site de droite, Atlantico, relance la question: l'UMP est-elle menacée par un nouveau Tea Party à la Française ?

A la télévision, le député UMP Hervé Mariton remet le couvert sur le minimum vieillesse des étrangers en France. Il prétend qu'il ne faudrait que "quelques mois" de résidence pour en bénéficier. Mariton ment. Il faut 10 années de résidence, sauf cas exceptionnels (asile, anciens combattants, apatrides).

Son collègue Frédéric Lefebvre propose de vider les prisons de ses étrangers (qu'il suggère d'expulser) et des délinquants en col blanc... Justice à plusieurs vitesses.

L'actualité estivale de l'UMP, c'est surtout l'inventaire du sarkozysme. Les partisans de l'ancien Monarque n'en veulent pas. D'autres, à qui ont demandé de régler une addition plus que salée née de la fraude électorale de leur ancien mentor, aimeraient au contraire qu'on s'y penche. Chacun y va de son couplet. Vendetta ou nostalgie ? On allume les cierges ou on sort les armes. On bataille et se dispute. Le vide politique est incroyable.  Devant la cacophonie, Jean-François Copé, samedi, promet finalement... un débat sur le quinquennat puisque l'UMP a une équipe "dirigeante définitivement confortée par le vote massif des militants au mois de juin dernier" (sourires), elle peut se mettre en "ordre de marche pour un dialogue sincère et sans langue de bois avec les Français." (rires).

Cela fait plus d'un an qu'on répète que Hollande a gagné grâce à l'antisarkozysme du pays et l'UMP s'interroge enfin sur ce quinquennat raté et outrancier !

Fillon se repositionne. Etiqueté voici longtemps gaulliste social, il lui manque trop de cordes à son arc pour séduire largement à droite sans élargir son spectre. Ses 35 propositions publiées début août sont emblématiques de la démarche: libéral en économie (suppression de la durée légale du travail, etc), sécuritaire à souhait sur l'immigration (quotas, double peine, et suppression du droit du sol).

Mercredi veille du 15 août, son sous-fifre Laurent Wauquiez participe à ce nouveau concert. Et hop, voici une petite vacherie adressée contre Sarkozy-le faux réformateur: "On n’échoue pas pour deux mois de meetings, on échoue sur ce qu’on n’a pas fait pendant cinq ans ! La droite [échoue] parce qu’elle n’a pas le courage de mettre ses idées en application quand elle arrive au pouvoir."

Droite gaulliste et droite "sociale" se rejoignent pour davantage de radicalité néolibérale et sécuritaire. Nous sommes prévenus.  Les Libertarés sont de sortie.

Guerre civile
Le Mali a un nouveau président. L'élection s'est déroulée sans heurt, à peine un semestre après l'intervention militaire française de janvier.

L'évènement est éclipsé par des massacres en Egypte. L'ancien dictateur Moubarak n'a pas encore été jugé pour le millier de morts que l'armée disperse à nouveau dans le sang des opposants. Ceux-là sont des manifestants pro-Morsi. On compte des centaines de morts. La Révolution française ne s'est pas faite en quelques mois. Imaginez qu'elle fut télévisée...

Mercredi, on dénombre plus de 500 morts au Caire. Vendredi, après la prière, en voici encore une centaine. Les Frères Musulmans avaient fait converger des cortèges depuis 28 mosquées au Caire vers la place Ramsès. Personne ne comprend pourquoi l'armée n'avait pas bloqué l'accès aux lieux. Samedi, elle investit une mosquée.

Tout se passe comme si l'Egypte n'était plus. Gilles Kepel, spécialiste du monde arabe, s'inquiète de la disparition du lien social, de l'absence de retenue de part et d'autres: "Les gens sont divisés dans leur propre famille, entre père et fils, entre frère et sœur. " Le pays suit-il le chemin syrien ? Les Etats-Unis ont-ils misé sur le mauvais cheval ?

En France, quelques marginaux cachent leur joie devant ce défoulement de haine "entre musulmans".

Ignoble.

Barack Obama suspend des manoeuvres militaires communes. Hollande suspend ses vacances pour discuter avec Merkel et Cameron.

Insuffisant.



Crédit illustration: DoZone Parody

16 commentaires:

  1. Bien vu la comparaison entre l'Egypte et la révolution française. C'est vrai que la télé change la perception de ce genre d'événement. C'est toutefois tragique ce qui se passe en Égypte. Beaucoup de personnes soutiennent la répression contre les frères musulmans en plus j'ai l'impression. Mais il est difficile d'avoir une approche manichéenne de cette situation.

    RépondreSupprimer
  2. Tiens ! Une fois n'est pas coutume, je vais ronchonner. Je n'aime pas les commentaires de l'actualité internationale dans les réseaux sociaux. Tu conclus en disant : insuffisant. Que veux-tu qu'on fasse ?

    On arrive à commenter une situation à laquelle nous ne comprenons rien ; j'en ai encore fait les frais dans mon blog, hier, par un crétin qui pensait que je défendais les massacres. Alors que je disais que je n'y comprenais rien.

    En plus la situation ne nous regarde pas. Comme le dit l'ami ci-dessus, tu fais un rapprochement assez justifié avec la révolution. Qu'aurait-on pensé d'une intervention étrangère non partisane, uniquement pour empêcher des morts ?

    Pour ma part, une seule chose m'intéresse : qu'une République islamiste ne s'installe pas à nos portes. A titre humanitaire, ça m'intéresse aussi de savoir ce que font les gouvernements pour nourrir les peuples. Morsi : rien.

    Enfin, il y aura 100, 500 ou 1000 morts dans cette révolution à la con (Ben oui, par des militaires sans légitimité !). Sans ça, on aurait eu 10000 morts de faim que n'auraient pas vu nos démocrates de Twitter et 20 millions de femmes voilées, des centaines d'homosexuels exécutés.

    Bref, je suis de mauvais poil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est toujours compliqué et facile de commenter l'actualité étrangère. Je m'y risque quand même régulièrement, ne serait-ce que pour partager parfois un relatif désarroi. Egalement quand j'y suis incité par les commentaires du style "que-ces musulmans-s'entretuent".
      Par ailleurs, j'ai bien apprécié ton billet sur le sujet.

      Supprimer
  3. « Bref, je suis de mauvais poil. »

    C'est parce que vous ne parvenez pas à avoir une approche manichéenne de la situation, probablement…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merde ! Je suis un petit joueur !

      Vous trollez aussi les commentateurs, ici, maintenant ?

      Supprimer
    2. Je lis tout, moi, Môssieur ! Je suis un blogueur consciencieux, à défaut d'être brillant…

      Supprimer
    3. Ah mais on sait ! Sarkofrance m'a encore dit récemment l'admiration qu'il avait pour vous et votre objectivité légendaire. Mais il ne savait pas que j'étais saoul. Pourtant...

      Supprimer
  4. ... On arrive a commenter une situation ou on ne comprends rien.

    Avec des blogueurs de gauche comme ça, la droite peut dormir tranquille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec des commentateurs qui oublient que la gauche est au pouvoir et que la droite ne dort pas tranquille on est peinards.

      J'admire ces trous du cul toujours sûrs d'eux.

      Supprimer
    2. Je ne trouve rien a répondre, ta médiocrité parle d'elle meme.

      Supprimer
    3. Donc tu n'as aucun argument. Ton pseudo est à pisser de rire.

      Supprimer
    4. En fait, j'étais a deux doigts de t'expliquer, avec des mots simples pour que tu comprennes, ce qui se passe en Egypte. Et puis, j'ai change d'avis au dernier moment, j'ai prefere aller faire une ballade en skate.

      Supprimer
  5. J’espère que des conseils de nos ministres te lisent ; excellent billet !
    Pour l’Égypte je suis contre le coup d’état si l’opposition espère que l’armé va régler le problème il risque d’attendre longtemps ! Morsi n’avais de tout façon pas les pleins pouvoirs, pourquoi ne pas avoir attendu les prochaines élections ? Le problème en Égypte c’est l’opposition qui est trop divisé et visiblement peut démocratique. L’armé égyptienne ne défens que ses propres intérêts. Comme touts les stratégies militaires le mensonge la manipulation et l’hypocrisie sont les premiers armes ensuite ses les balles et le sang. L’armé a préparé sont coup depuis le début et la défaite de leur champion, je ne croie pas qu’ils tiennent a la démocratie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sang est en effet une arme redoutable : une giclée dans l'œil et vous êtes mort. Moins redoutable pourtant que la poésie qui, si l'on en croit Gabriel Celaya est chargée d'avenir, ce qui fait encore plus mal quand le coup part.

      Supprimer
  6. Extrait d'un article de Sébastien Lapaque sur "Pasolini contre la culture hédoniste" paru hier sur Marianne.net :

    "Dans le présent du capitalisme libertaire, démontre Pasolini, l'important est que les nouveaux droits créés en réponse aux revendications hédonistes et laïques soient extensibles à l'infini. L'enjeu est de détourner le socialisme de ce qui fut son projet originel : destruction de la culture dominante, bouleversement des conditions de production, abolition de la société de classes et instauration d'un système d'éducation sans privilèges".

    La pensée lucide d'un homme de gauche, qui met bien en lumière les pratiques et les choix libéraux d'aujourd'hui des socialos français. Le mariage gay, oui, la lutte contre les inégalités,aujourd'hui peut-être ou bien demain ...



    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.