19 août 2013

Valls: "casse-toi, pov' con"

Osons l'expression. Elle fut sortie contre un ancien Monarque qui exaspérait les foules de sa violence verbale, de ses outrances à n'en plus finir.



D'après Libération et le Parisien, l'actuel ministre de l'intérieur a provoqué une relative consternation parmi quelques-uns de ses collègues. Il venait pourtant de jouer à la réconciliation avec Christiane Taubira. Ce jeu de rôle-là n'a pas duré longtemps.

En cause, les 3 propos suivants, tenus lors d'un séminaire dédié à la France dans 10 ans. Il y avait cette table ronde, une parmi d'autres dans les quelques heures que dura le dit séminaire, sur le thème  prometteur du «vivre ensemble». François Hollande, nous le verrons plus tard, avait fixé quelques défis et objectifs dont celui-ci.

Que déclara Valls qui puisse mériter la rage ?

Primo, on devrait s'inquiéter de la surpopulation africaine qui devrait nous "obliger d’ici à dix ans à repenser notre politique migratoire. (...) La démographie est très importante en Afrique notamment, cela change le rapport à ce continent avec qui il faut réinventer un partenariat."

Secundo, que la "question du regroupement familiale pourrait être revue".

Tertio, qu'il faudra faire la démonstration que  "l’islam est compatible avec la démocratie".

A l'UMP, quelques sbires de la radicalité buissonnienne seront les ravis de cette Sarkofrance-là. 



La technique argumentaire est connue: Jean-François Copé l'avait utilisée pour son anecdote du pain au chocolat. Elle était aussi très prisée par Nicolas Sarkozy. Il s'agit d'abord de choquer par quelque provocation verbale; puis de rétro-pédaler publiquement en clamant qu'on a déformé ses propos. Ensuite, on retourne à l'attaque contre ses critiques. Nous avons observé, et critiqué, cette outrance démocratique durant l'ancien quinquennat. Elle se pratique aussi chez certains à gauche.

Manuel Valls la manie avec habileté mais avec les pires des sujets.



22 commentaires:

  1. Et il y en a qui ont la bave aux lèvres lorsque Mélenchon ou Delapierre disent que Valls a été contaminé par les idées du FN.

    RépondreSupprimer
  2. je n'ai aucune bave aux lèvres, sinon, je n'écrirais pas ceci à chaud. J'en ai marre de ce bordel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, je m'en doute un peu, et ce n'est pas à vous que je pensais.

      Supprimer
    2. Hum... TOURAINE, TAUBIRA et DUFLOT qui font une descente à Marseille, ça fait rigoler, non ?
      Hélas, il n'y a pas assez de WALLS au gouvernement....

      Supprimer
  3. On sent quelque part chez Valls une visée qui serait : devenir le nouvel "enfant terrible des médias", comme fut Sarkozy : celui dont les moindres faits et gestes rapportés entraîneraient des clics, l'achat de magazines parce qu'il trônerait en couverture... S'il se rend ainsi indispensable au "système médiatique", il aura sans doute gagné... Or il ne peut y arriver sans provocation. Ses sorties réitérées sur les Roms, et y compris le jour anniversaire de l'élection de FH, étaient sans doute en partie de la provocation calculée...

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y a ni dictature ni démocratie effective en France ; nous avons une démocratie canada dry ; un simulacre. Idem en Europe. C'est pire qu'une absence de démocratie avérée où la population sait à quoi s'en tenir.

    En revanche nous avons une grande liberté d'expression mais nous brassons de l'air. Coluche disait : "A l'Est, c'est ferme ta g... ; chez nous c'est cause toujours !"

    Je ne voterai pas pour Melenchon, mais il est évident que dans la configuration actuelle, ce que le fdG propose au plan économique et social constitue la moins mauvaise offre. L'heure n'est plus au palabres mais à l'affrontement ... démocratique of course ! Classe dirigeante et ses affidés versus la classe des dirigés et exploités ...

    Evidemment, je ne parle pas d'un poste d'observation situé en territoire classe moyenne. Classe dont les membres ont moins de raisons de vouloir aller au charbonpas mal d'avantages divers et variés à perdre. Les deux postures sont identiquement compréhensibles. car elles ont encore

    RépondreSupprimer
  5. j'ai envie de te dire merci et d'aller convaincre GDM à ma place moi je suis fatigué

    RépondreSupprimer
  6. C'est pas nouveau.
    Quand on parlait de Valls ministrable sous Sarkozy, ce n’était pas sans raison.
    Pas sur que ça ne soit qu'"une technique argumentaire", peut-être qu’il pense vraiment comme ça. Il les enchaine quand même depuis quelques années..."les quelques blancos" au marché d'Evry n’étaient que le début.

    RépondreSupprimer
  7. Le seul problème c'est qu'il n'a pas été donné de réponses pertinentes à ces questions depuis plus de 12 ans d'où la montée du FN.

    RépondreSupprimer
  8. Il y a une nocturne punk ce soir ? C'est quoi le thème "fuck the system" ?

    Tu as mis ton perfecto a clous, Juan ? Mdr

    RépondreSupprimer
  9. Le problème actuellement, aussi, c'est que c'est plutôt ce qui reste des cathos qui est incompatible avec la démocratie : avec la Manif pour tous, cela saute aux yeux. Je pense que Valls fait les yeux doux à ces gens-là, pour en récupérer les suffrages, et parce qu'il n'est pas loin de penser comme eux.

    Valls, c'est Sarko bis: provoquer pour devenir le Calife à la place du Calife. Et les médias font le forcing pour tenter de le placer en tête des sondages, donc des personnes en vue, comme Strauss-Kahn il n'y a pas si longtemps. Un homme dangereux pour le peu qui reste de démocratie. Et s'il est au PS, je me demande si ce n'est pas parce que la place équivalente est prise par Sarko à l'UMP.

    RépondreSupprimer
  10. On va bien avoir l'opinion de celui qui fait de la charity business et qui a eu son petit orgueil blessé par Meluche, comme il l'appelle et qui, semble-t-il, à contrarié ses petits projets, non ?

    RépondreSupprimer
  11. Il faudra qu'un jour les choses changent dans ce pays et que le politique reprenne la main, que ce modèle de société libérale qui nous étrangle soit balayé ici et ailleurs.

    Seul un rassemblement avec des valeurs de gauche peut le faire. Malheureusement les choix qui sont faits actuellement, Valls en tête ne tendent pas vers ce choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fois, quiconque en arrive au constat que le statu quo n'est plus ni supportable, ni tenable et considère que les choses doivent bouger, autour d'un rassemblement avec des valeurs de gauche, dresse là un constat lucide.

      A condition toutefois d'en déduire qu'un tel rassemblement n'est envisageable qu'autour d'un Fdg conduit par un JLM. Seul, dns la configuration actuelle, cette force politique est susceptible de correspondre aux caractéristiques d'un tel projet ... de combat. Quoi qu'on pense du bonhomme, Mellenchon a le profil requis par les circonstances.

      Et n'oublions pas que l'alternative c'est Mellenchon ou Lepen à terme ! Alors plutôt qui que qui ?

      Supprimer
    2. Pourquoi plus Meluche?
      Qu'a-t-il fait de si bonnard ,de si délectable depuis 30 ans qu'il est élu, réélu, et réélu encore ?
      Qu'a-t-il fait de bien lorsqu'il était sous-sous secrétaire dans le gvt Jospin, vous pouvez me dire ?

      Supprimer
    3. Pourquoi ? Parce que le programme du FdG est le seul a être offensif et il tient autant la route, ou pas moins, que celui de leurs homologues sur le marché de l'offre politique ! Pourquoi Melenchon ? Parce qu'il est le seul leader a afficher la détermination pour affronter la finance. Par ailleurs, je le trouve au moins aussi apte que ses rivaux. Et largement. C'est la seule personnalité politique qui aspire à faire de la politique au sens noble du terme. même si il est obligé de sacrifier aux règles de la politique spectacle ! Mais gageons que s'il évoque la finance en tant qu'ennemi, la probabilité qu'il mette ses intentions proclamées à exécution est inversement proprotionnelle à celle qui accompagnait les rodomontades du capitaine de pédalo !

      ceci dit ainsi que je l'ai précisé, je ne voterai pas pour lui. Mais pour des raisons autres que celles relevant du socio-économique et de l'international. Quoique je sois pour la sortie de l'UE et la fin ordonnée de l'euro. Pas le FdG.

      Par ailleurs, si on joue au petit jeu des CV, vous accordez là un avantage décisif à Lepen. C'est peut-être votre calcul ...

      Supprimer
    4. @tibor zala...votre post est contradictoire puisque la reponse vous la donnez vous meme en questionnant...vous admettez que Melenchon n,etait(meme si c'est un peu exagéré )que sous-sous-secretaire..alors que comment pouvez lui reprocher de n'avoir rien fait,si vous consentez qu'il n'avait aucun pouvoir(?)

      Supprimer
    5. @tibor zala..votre question n'a aucun sens puisque la reponse en fait partie...comment reprocher a Melenchon de n'avoir rien fait s'il n'etait ,comme vous le pretendez,que sous-sous- secretaire(?)

      Supprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  13. C' est la guerre d'Espagne qui recommence, Juanito et Manuelo vont en venir aux mains.
    Moi je parie sur le bovin, le cœur d'artichaut est vraiment trop sensible, il va pas tenir deux round, en plus tu lui met un disque il se met a chialer et appelle sa femme, avant un combat c'est pas bon signe...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.