22 août 2013

Valls: le temps des clarifications

On essaiera de ne pas tout confondre, comme la nécessaire lutte contre la délinquance avec l'agitation médiatique du moment; des règlements de comptes entre bandits avec des agressions d'honnêtes citoyens; la bavure d'un policier et l'ensemble des forces de l'ordre; la popularité sondagière d'un ministre de l'intérieur avec l'avenir de la gauche.

Voici encore des violences à Marseille, un homme criblé de balles. Des violences sur l'exact terrain d'intervention de Manuel Valls, l'un des plus dangereux. C'est dit, confirmé, affirmé. Valls aurait échoué. Grossière confusion. La droite est en peine de déclarer quelque chose de crédible. Difficile d'accuser Valls ne pas en faire assez. Il a envoyé davantage d'effectifs - 230 en un an, après les 175 suppressions de postes par l'administration Sarkozy. Même les reproches d'un François Bayrou - "le mimétisme Valls et Sarkozy" à Marseille - sonnent comme une critique dérisoire et décalée. Ce n'est pas sur ce sujet-là - la lutte contre le banditisme - que l'action vallsienne fait débat à gauche.

On essaiera de ne pas tout confondre. 

 "Marseille a besoin de la France, la France a besoin de Marseille" a expliqué, sur place, Jean-Marc Ayrault.  A Marseille, il faudrait s'attaquer à la "racine du mal". Quelle est-elle ? La ville tressaute de règlements de compte en tous genres. Mais depuis le 1er janvier dernier, les atteintes aux personnes ont chuté de 13% par rapport à la même période que l'an passé. On ne confondra pas un énième règlement de comptes avec la délinquance qui frappe nos vies quotidiennes.

Le grand banditisme est un fléau qui date. Car il s'agit, encore et toujours, nous dit-on, d'un règlement de comptes dans le milieu du banditisme. Le 13ème depuis janvier. Six déplacements de Valls plus tard, cette délinquance est évidemment toujours là. Ayrault explique que cette agitation meurtrière est causée, pour partie, par l'action des forces de l'ordre. Mais il rappelle, heureusement et surtout, le manque de services publics, le chômage, le décrochage scolaire, les trafics. La présence de Marisol Touraine (Santé) et de Cécile Duflot (Logement) dans le cortège voulait signifier que le sujet n'est pas que sécuritaire. Ayrault évoque le "Grand Marseille" - avec le vote de la loi portant sur la création d’une métropole à l’échelle de Marseille-Provence-Aix. Il promet de revenir avec des annonces "sur les déplacements, les transports, sur la rénovation urbaine, sur l’éducation, sur la lutte contre l’exclusion et le décrochage scolaire, pour l’emploi des jeunes".

Il y a un journal, Le Monde, qui ose regretter qu'Ayrault n'ait pas déjà ces propositions sous le coude. L'hystérisation frappe même les plus grands, parfois.

Ce déplacement de 6 ministres avait donc une double signification. Politique d'abord. Le sujet mobilise tout le gouvernement; le maintien de l'ordre est une préoccupation collective tant la situation est grave; et il ne s'agit pas que d'une affaire de répression.

Plus personnelle ensuite: il s'agissait d'encadrer le ministre de l'Intérieur. On avait murmuré dans les coulisses que Hollande avait dépêché Ayrault hier à Marseille pour ne pas laisser Valls seul. "Hollande apprécie son travail mais veut qu’il joue plus collectif" a confié un conseiller élyséen. Valls va donc rester au gouvernement. Pourrait-il au moins changer de logiciel ? Rien n'est moins sûr.

On essaiera de ne pas tout confondre.  On croit que Valls se montre trop. Que c'est là le problème. Funeste erreur. Valls se montre comme d'autres, mais sa présence attire les mouches médiatiques. Qu'ils soient critiques ou supporteurs, certains ont oublié ce qui se passait hier, avant 2012. Pendant une décennie, Nicolas Sarkozy avait imposé un monopole du langage sécuritaire. Il avait étouffé, écrasé, supplanté tous ses rivaux sous un tapis de déclarations, lois et déplacements. Pas une semaine sans une nouvelle outrance ! Son omniprésence médiatique, volontaire, avait largement profité de l'absence d'opposants sérieux. Après 2002, la gauche politique était sonnée. Chirac, un président absent.

Aujourd'hui, Valls a du mal à exister. Car Hollande se montre beaucoup, son gouvernement également. Le danger, avéré, est que ce ministre cherche son existence médiatique dans quelques outrances. Des mots de trop - qui doivent être taclés vite et fort. Des postures insupportables qui caressent nos instincts reptiliens contre la raison et le coeur.

Mercredi matin, à en croire quelques témoignes anonymes, François Hollande a donc recadré, dès le début du Conseil, en invitant ses ministres à cesser "d'inventer des sujets qui n'existent pas, de faux sujets comme le regroupement familial". Car après les "mots de trop" du ministre en plein séminaire 2025, le même Valls en avait rajouté une couche le lendemain matin sur RMC: "c'est l'ensemble de nos politiques migratoires qui devront être questionnées pour la France et pour l'Europe, et notamment sur le bassin méditerranéen. Toutes les questions seront posées et (...) parmi d'autres la question du regroupement familial peut être posée." Les écologites Duflot, Placé et Canfin ont alors riposté.

Interrogée lors de son point-presse habituel, la porte-parole Najat Vallaud-Belkacem a sobrement confié: "Je vous confirme que le président de la République a estimé que la politique migratoire et le regroupement familial ne faisaient pas partie des débats de cette rentrée".

On essaiera de ne pas tout confondre. Les vrais sujets et les autres.

Mercredi, Valls descend à Aurillac, pour l'ouverture du festival de théâtre la ville. Il est "hué et suivi par une centaine de personnes" d'après le quotidien local La Montagne. Qui sème le vent récolte la tempête, dit l'adage. Qui osera s'en réjouir ?

Il y a cette video, vue plus d'un million de fois. Un policier qui finit par frapper de sa matraque une femme noire, dans une rue. On se jette dessus. Le maintien de l'ordre, ses excès, ses bavures, est un sujet qui ravit nos médiacrates. On en fera donc des louches alors que la chose mérite plus une enquête que des supputations. Mediapart ajoute un complément video mercredi. Le site "remet" une pièce dans le jukebox. On y comprend que la bavure, manifeste, a ces circonstances. Les "mouches" vont se régaler.

On essaiera de ne pas tout confondre.

19 commentaires:

  1. Les "mouches" vont se régaler.

    oui et surtout les mouches à merde , on ne sait pas comment elles sont prévenues mais quand y un truc, elles déferlent en masse

    RépondreSupprimer
  2. Le véritable problème est la petite délinquance que les français ne supportent plus. Sous l’ère Sarkozy ici dans le territoire de Belfort et dans l’Alsace toute proche une parti importent de la délinquance a quitté les villes comme Belfort ou Mulhouse pour entré de plein dans les villages de campagne. Les villages comme mon canton ont perdu des écoles des postes les perceptions le petit commerce et les gendarmeries, à savoir que la gendarmerie de Montreux château n’est plus qu’une permanence et un numéro de téléphone, deux jours de permanence pars semaine. Donc les français ressente tout comme une insécurité, l’état qui les abandonnes et la délinquance qui viens sur leurs places de villages faire du trafique et réglé leurs comptes .en plus si ont ajoute les voles dans les maisons et voitures comment ne pas ressentir de l’insécurité. Non la droite na pas fait sont travail au contraire elle a utilisé les jeunes et les problèmes de la banlieue pour faire de la politique. Moi je ne veux pas plus de répressions mais plus de justice, une vraie justice qui regarde vraiment les problèmes de la jeunesse des banlieues. La France a trois vitesses bien non ; des villes bien encadrés des villages qui se débrouilles comme ils peuvent et des banlieues sans avenirs, non non et non !

    RépondreSupprimer
  3. Il n'y a qu'un problème avec Valls : c'est qu'il est là. Comme Sarkozy autrefois, mais de façon moins martelée, il crée l'insécurité.

    Quant à la délinquance, ce n'est pas la petite qui est ennuyeuse comme le suggère Julio, mais la grande, celle qui devrait être criminalisée : celle en col blanc, celle des financiers qui pompent tout l'argent du monde pour en tirer de vaines spéculations et d'immenses profits chevauchant le vent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord .......

      Supprimer
  4. C 'est vrai qu'avec Valls c'est pas le temps des cerises !

    Une petite blagounettes poetico-politique, c'est encore les vacances...

    RépondreSupprimer
  5. Le canard titre Hollande est catégorique "le futur c'est l'avenir"
    Rappelons a nos amis socialistes que le passe lointain c'est de l'histoire ancienne et qu'après la pluie le beau temps. Je ne sais pas si dans quelques jours les mirabelles seront bien sucrées mais la rhétorique de la rentre s'annonce épicée.

    RépondreSupprimer
  6. La fin des vacances est adoucie par l'arrivée des mirabelles délicatement parfumées, moi aussi j'ai un coeur, bande de bâtards !

    RépondreSupprimer
  7. La petite délinquance dans les villages, c'est pas compliqué. C'est au maire de régler ça en convoquant les parents des concernés, (car dans un village, on sait qui sont les "coupables) et de les menacer de leur coller une amende salée si leurs gamins se calment pas.
    Ceci, évidemment dans le cas où ils sont mineurs.

    Mais la petite délinquance commence par le respect à l'école non seulement envers les instits mais aussi envers le personnel municipal. Pendant toute l'année, on a vécu ce genre d'incivilités, c'est juste l'enfer. Et sans aucun soutien de notre hiérarchie. Alors, faut pas s'étonner des actes de petite délinquance, par la suite...

    RépondreSupprimer
  8. D'accord avec vous : c'est une question de comportement. C'est un clone de SN de ce point de vue. Est il capable d'en changer ? FH sera t'il capable de le contenir ? on a besoin d'une politique sécuritaire crédible.

    RépondreSupprimer
  9. "Marseille a besoin de la France, la France a besoin de Marseille" a expliqué, sur place, Jean-Marc Ayrault. A Marseille, il faudrait s'attaquer à la "racine du mal".
    Discours consternant de banalité à l'image de son auteur. Le reste de la parlote était à l'avenant, une enfilade de lieux communs et de promesses dont on espère qu'au moins une partie sera tenue. Sur les transports publics, et l'amélioration des conditions de vie dans les communautés urbaines il pourrait faire un tour de France et répéter la même chose sans que personne ne se doute de rien. Plutôt que de mettre le doigt sur la paupérisation on dénoncera avec profit "l'hystérisation des plus grands -médias-" C'est un choix.
    On peut se demander si la présence de 6 ministres va vraiment améliorer les choses. C'est volontaire, mais est-ce efficace ? Valls est venu au moins 6 fois après des crimes, avec des discours martiaux et force coups de menton et tout aussi volontaire, et que constate t-on ? Rien.
    6 fois un ministre et 6 ministres en une seule fois, l'impuissance de l'Etat est flagrante. D'ailleurs après Marseille ils pourront tout aussi bien aller en Corse faire leur cirque.
    Valls et les mouches, Bob m'inspire un sophisme, Valls attire les mouches, la merde attire les mouches, et je laisse filer la conclusion.
    Valls n'a pas de mal à exister, il est partout et tout le temps, chouchou des français dans ce gouvernement, d'après les sondages. Il a de grandes ambitions, surtout pour lui-même et probablement trop d'impatience. D'où le bazar.
    Regroupement familial : "Je vous confirme que le président de la République a estimé que la politique migratoire et le regroupement familial ne faisaient pas partie des débats de cette rentrée". Najat Vallaud-Belkacem. Tout est dans les trois mots de la fin, "de cette rentrée". On a compris que le sujet finira sans doute par revenir.

    RépondreSupprimer
  10. Gaz sarin en Syrie : nouvelle opération de propagande

    ==> http://www.voltairenet.org/article179893.html

    RépondreSupprimer
  11. Valls hué par le monde du théâtre !

    "Qui osera s'en réjouir ?"

    Moi !

    des comédiens savent reconnaître les mauvais cabots !

    RépondreSupprimer
  12. Bon billet Juan, très juste.
    mais (un seul "mais" qui a l'air petit mais qui ne l'est pas) : vous dites "Le danger, avéré, est que ce ministre cherche son existence médiatique dans quelques outrances. Des mots de trop - qui doivent être taclés vite et fort. Des postures insupportables qui caressent nos instincts reptiliens contre la raison et le coeur."

    A t il donc une "raison" si limitée le Ministre de l'Intérieur et de notre sécurité ? ?? au point de prendre ce risque ? (on n'arrête pas les mauvais instincts quand ils sont "réveillés" ! ) ceci juste pour quelques postures et succès médiatique ? répondre oui c'est naif me semble t il....
    Je crois vraiment que Manuel Valls sait tres bien ce qu'il fait et qu'entretenir l'éveil des mauvais instincts est un programme pour lui !.
    Avez vous oublié son premier geste l'été passé quand, son action spectaculaire contre les roms (tiens, faisant echo à la couv de V Actuelle !!) il ruinait ainsi et d'emblée la confiance que l'on avait en Hollande fraîchement élu et en vacances (et qui avait dit " pas d"expulsion sans solution") l'exact contraire des promesses électorales, un mois ou 2 après l'élection... ?? .
    Son "outrance" est vraiment trop constante pour passer pour de la maladresse.
    C'est encore E Joly qui a le mieux qualifié cette attitude : "le funambulisme idéologique de Valls est très dangereux ".
    C'est en effet une idéologie mais qui n'ose pas se dire ouvertement ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les instincts reptiliens de Juan, ce sont les memes que ceux de Jim Morrison le roi lézard et Iggy pop l'iguane, c'est pas rien, Marie Anne, hein ?
      Les instincts ne sont pas "mauvais" c'est comme les cartes au poker, c'est ce que vous en faites qui est important, comme dit Patrick Bruel que vous devez mieux connaitre que Iggy. D'instinct je devine...

      Supprimer
    2. je suis d'accord Marie-Anne. Manuel Valls est trop intelligent pour ne pas réfléchir. Mais je ne vais pas réécrire l'histoire: il est difficile de sortir l'insécurité du débat politique. Si vous n'en parlez pas, vous relancez le sujet sur le terrain d'un prétendu laxisme. Valls n'a pas trouvé l'équilibre, et il s'égare. Peut-être a-t-il choisi cet égarement.

      Supprimer
    3. Merci pour votre réponse. Oui, bien sur il faut en parler de la sécurité et même agir "fort". Pour être efficace et pour être "compétitif" (si j'ose dire sur ce sujet avecla droite. On est bien d'accord. Mais je ne pense pas, comme vous, que c'est ce que fait Manuel Valls.... Agir pour la sécurité ne l'obligeait pas à contredire Hollande aussi gravement à plusieurs reprises. On sent bien que c'est autre chose qui le taraude que la résolution pure et simple des problèmes posés. Une "posture", spectaculaire, qui en plus de frapper les esprits enfonce le clou sur certains sujets sensibles avec piqûres régulières de poison à connotation idéologique ( souvent islamocentrées)... tout en prenant le risque de ruiner la crédibilité de Hollande...
      -------------
      ( apparté : Bon W End... m'en vais à "Trousse chemise"... mariage à Ars... Joséphine en demoiselle d'honneur.... !! aurai une pensée en empruntant le pont ....)

      Supprimer
  13. C'est quoi votre probleme à vous ? vous tombez bien mal avec P bruel.... mais ça vous fait du bien sans doute ? mais on s'en fout un peu....

    pourquoi faire peur et caressez les bas instincts ? parce que l'évaluation des risques et les façons de s'en protéger ne résultent pas d'une attitude rationnelle, mais d'un comportement émotionnel .... d'ou l'efficacité des politiques de la peur . C'est un corollaire de l'explication donnée par Edward Bernays pour qui la mentalité collective est guidée par l'impulsion, l'habitude ou l'émotion et non par la pensée.....

    pour quel projet Manuel Valls agit il ainsi ? " en soufflant sur les bas instincts " ? je vous pose la question.... en tous les cas dans un passé récent on a quelques exemples d'instrumentalisation par la peur :

    -Les "marées d'immigrés" déferlant sur la France, la montée de l'islam objectif : Politique sécuritaire. Prendre des voix au Front national, séduire les retraités.
    -Le risque de dégradation du AAA objectif : faire admettre des mesures d'austérité pour les plus démunis et les classes moyennes.....
    et on pourrait en ajouter : -Le "péril jaune" (fin du XIXe, début du XXe siècle) objectif : garder les colonies occidentales en Asie.
    -La "Guerre froide", objectif : les politique d'armement au profit de grands groupes industriels, etle renforcement de la politique hégémonique des Etats-Unis.
    -Le terrorisme islamique après les attentats du 11 septembre 2001, objectifs légitimer la guerre en Afghanistan, mesures sécuritaires, maintien de l'hégémonie de l'Occident, soutien aux dictatures des pays arabes.
    -Les armes de destruction massive de Saddam Hussein; objectif , guerre contre l'Irak, politique d'armement au profit de grands groupes industriels.
    -Le virus H1N1, objectif : profit des laboratoires pharmaceutiques.
    etc etc....

    Irene Khan, secrétaire générale d'Amnesty International, a souligné ce phénomène à l'occasion de la sortie de son rapport 2007 : "En adoptant des politiques à court terme qui encouragent les peurs et créent la division, certains gouvernements sapent l'Etat de droit et les droits humains, entretiennent le racisme et la xénophobie, divisent les populations, augmentent les inégalités et sèment les germes de nouvelles violences et de futurs conflits"..

    Allez ... bonne soirée " hein", justice....

    ( A peopos, Jim Morrisson est enterré au cimetière Montparnasse, j'y allais tres régulièrement quand j'habitais Paris, sa tombe est encore régulièrement fleurie.... c'est émouvant.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La géopolitique c'est comme les films de karaté, c'est pas un truc de gonzesses. Tu m'as bien fait marrer.

      (Morrison est enterre au père Lachaise mais t'as raison, on s'en fout...)

      Supprimer
  14. ah oui, c'est juste.... mais vas y quand même.... c'est émouvant ces fleurs fraîches...
    La géopolitique....? c'est un "truc" pour les épris de justice (les vrais hein, pas les false flag) et y compris les gonzesses .... mais je te l'accorde, la désinformation faisant rage et etant la règle dans la presse française (pour quel projet ?) c'est difficile à saisir ou tenter de pour le premier lecteur de forum venu, pas fait du tout pour les esprits trop simples ou ceux qui n'ont pas trop voyagé et sont trop prompts à se laisser "embarquer" par tous les Valls (ou BHL) venus....

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.