25 septembre 2013

Finalement, Hollande ira à Florange

On se souvient de l'Autre. Nicolas Sarkozy, presque oublié. Il était allé à Florange, une fois. Il avait évoqué "Carla" sur l'estrade. Il venait de se marier. Nous étions suffoqués.

Puis, malgré les CRS, les quartiers bouclés, les carrefours filtrés, malgré tout ce tintamarre officiel qui accompagnait chaque déplacement de l'ancien monarque, nous cherchions l'instant courageux, ce moment où Nicolas Sarkozy oserait revenir.

François Hollande encadre ses déplacements, mais moins que l'Autre. C'est parfois dommage. Il n'est plus à l'abri d'un citoyen mécontent - il paraît qu'ils sont majoritaires d'après les sondages. Il ne filtre pas non plus les photographies. Elysée.fr n'est plus le fournisseur officiel de nos images médiatiques. C'est aussi dommage, car on ne compte plus les clichés ridicules ou drôles.

François Hollande a donc décidé, et annoncé, d'aller à Florange ce 26 septembre
Depuis la présidentielle, ArcelorMittal a arrêté en avril les hauts-fourneaux de Florange, les derniers en activité en Lorraine avec 629 salariés, sur les quelque 2 500 qu'il emploie sur le site. Dans un accord avec le gouvernement intervenu en novembre, après un débat sur une éventuelle nationalisation temporaire, le groupe s'est engagé à investir 180 millions d'euros sur le site sur cinq ans. (source: Le Monde)
A Florange, Hollande pourra peut-être se réjouir, publique, d'une proposition de loi rédigée par des députés socialistes et écologistes dont nous nous sommes fait l'écho ici. Quelques libéraux la trouvent stupides, contre-productives. Quelques syndicalistes la trouvent insuffisante. Quelques patrons la trouvent trop rigide.

Au final, elle durcit les conditions dans lesquelles le propriétaire d'un établissement peut fermer sans chercher de repreneur (*).

A Florange, qui va donc rencontrer François Hollande ?

La visite prend l'essentiel de la journée, de l'arrivée prévue vers 9h à la dernière rencontre en milieu d'après midi. L'Elysée a fait savoir qu'Hollande s'enfermerait à huis-clos avec les représentants syndicaux de salariés d’ArcelorMittal. S'en suivra une visite de Saint-Agathe à Florange, d'une usine à Pompey, et une table ronde à  la préfecture de Metz.







(*) NDR: je vous invite à lire aussi les commentaires critiques sur cette proposition de loi dans le billet d'origine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.