24 septembre 2013

Les six mauvaises leçons allemandes à notre classe politique française

La victoire d'Angela Merkel fut en France un choc, à plus d'un titre. Mais pour qui ? Et comment ?

1. Angela Merkel a gagné au centre. En France, Nicolas Sarkozy a perdu à l'extrême droite. Pourtant,  d'après le Figaro, l'UMP "voit dans la victoire de la CDU-CSU une raison d'espérer". D'espérer gouverner avec le PS ? Le Monde, dans un éditorial fameux, s'amuse de ce "centrisme" allemand qui, en pleine crise, nous semble inaccessible. Mais lundi soir, Angela Merkel cherche sa majorité. Curieux contre-coup, la nouvelle "Mutti" du pays doit chercher avec qui la coalition sera la moins douloureuse. Un SPD défait ou des écologistes affaiblis ? On évoque un mois de tractations.

2. Le SPD a été grignoté sur sa droite ET sur sur gauche: il touche le fond, à 25% et 192 députés. Quelle leçon le PS, et la gauche, peuvent-ils en tirer ? Qu'il faudrait être plus à gauche ? Plus au centre, c'est-à-dire à droite ?

3. La gauche est majoritaire au Parlement. "Arithmétiquement parlant" souligne le Figaro. Mais politiquement, elle est en vrac. A force de taper sur un SPD jugé compromis, die Linke ne peut s'allier à ce dernier, et réciproquement... Une gauche éclatée, et voici le résultat.

4. Car Die Linke a doublé son score, il dépasse les Grünen. Politiquement, c'est une performance... totalement inutile. Avec 8% de suffrages, son avenir politique est réduit à une opposition frontale contre une future grande coalition.

5. Les écologistes allemands sont relégués à un maigre score qui leur procure, tout de même, 63 sièges au Bundestag. Les libéraux n'existent plus non plus. Partout en Europe, les "purs libéraux" sont en jachère.

6. Cette victoire personnelle d'Angela Merkel en ferait la "chef de l'Europe", à en croire la plupart de nos commentateurs nationaux. On ne savait pas que le scrutin allemand avait été exceptionnellement ouvert à l'ensemble des citoyens de l'UE... S'il est incontestable qu'elle a une légitimité exceptionnelle dans son pays, on ne voit pas trop en quoi cela engage ni impose au reste de l'Europe.


4 commentaires:

  1. "S'il est incontestable qu'elle a une légitimité exceptionnelle dans son pays, on ne voit pas trop en quoi cela engage ni impose au reste de l'Europe."
    Vous auriez du écouter l'émission de France Culture hier fin d'après-midi, Quentin Dickinson y expliquait, entre autres, la présence allemande dans les directions de la plupart des institutions européennes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne conteste pas l'influence de l'Allemagne en Europe, c'est un fait. Mais les citoyens européens, hors d'Allemagne, n'ont pas à se sentir "engagés" par ce vote.

      Supprimer
  2. ...Que la "Vrauche" médite sur les points 3 et 4 serait une bonne chose . Non non pas que pour l'avenir de la gauche , pour la France .
    vincent axix

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.