10 septembre 2013

Hollande, président des patrons ?

La une claque, comme une tentative de survie. Hollande serait le "président des patrons". Nous avions dix questions, peut être davantage. Car le sujet vaut mieux que la caricature d'une formule.

1. Libération tente un coup. Le journal va mal. Il faut bien survivre. Il fête ses 40 bougies, presque trop tard. Pourquoi le journal se décide à cette une maintenant ?

2. De quels patrons François Hollande est-il le président ? Les entreprises sont diverses. Les patrons sont divers. Les PME, chères aux auteures d'un récent ouvrage, n'ont pas grand chose à voir avec ces multinationales ou plus grandes sociétés qui savent optimiser ce qu'il faut de la pression fiscale.

3. Le "socialisme de l'offre" a-t-il un avenir ? C'est une lubie qui date. Hollande, et quelques-uns de ces ministres les plus en vue, semblent obnubilés par cette compétitivité qui ferait défaut à nos entreprises. Un rapport récent nous prouve que la France reste incroyablement compétitive, n'en déplaise à quelques éditocrates.

4. Libération vise juste, Hollande ne parle pas assez à cette France qui souffre. Mais pouvions-nous préférer un président des patrons à un Président des Riches ? Combien la France compte-elle de patrons ? Quelques millions. Combien compte-elle de Riches ? Quelques milliers. Cherchez l'erreur.

5. Pourquoi Hollande tolère-t-il encore Pierre Moscovici ? Le ministre de l'économie, bracelet Chanel au bras, est allé se faire photographier à l'université d'été du Medef. Le cliché était détestable. Les formules tout autant: "Je suis heureux d'être ici. C'est la place du ministre de l'Economie et des Finances. Nous devons être au combat ensemble"

6. Qui peut créer des emplois sans des entreprises, c'est-à-dire, d'abord, des patrons qui veulent embaucher ? Personne. Faudrait-il tout accepter au nom de ce chantage à l'emploi ? Ben non.

7. Pourquoi Hollande a-t-il "blanchi" 144.000 patrons ? Depuis lundi 9 septembre 2013, quelque 144.000 petits patrons ont été (enfin) rayés des fichiers de la Banque de France. Pour eux, l'indicateur "040", qui fichait les faillites, a été supprimé. Pour des milliers de PME, c'était le soulagement. Fallait-il critiquer la mesure ? Non.

8. Hollande peut-il être stigmatisé comme "ennemi des entrepreneurs" ? L'affaire date de l'année dernière, quand quelques "pigeons" ont su se mobiliser.

9. Hollande a-t-il donné des gages depuis son élection ? Evidémment. Le Crédit d'Impôt Emploi Compétitivité n'est pas ce qu'il faudrait sortir comme sacrée preuve. Car il fonctionne finalement assez mal. Le pire fut cet "ANI qui cloche", comme nous l'avons écrit. Hollande y croit. Il y a de belles chose dans l'article, et de plus funestes aussi.

10. Fiscalement, les entreprises ont-elles souffert depuis l'élection de Hollande ? Oui. N'en déplaise à Libération et quelques autres attaques "vrauchistes", l'administration hollandaise a davantage augmenté les impôts sur les entreprises que pendant la dernière décennie. Les deux tiers des hausses d'impôt décidées depuis mai 2012 ont concerné les entreprises.


2 commentaires:

  1. pas de patrons sans employés mais aussi pas d'employés sans patrons
    sauf à être tous des auto-entrepreneurs

    que dieu nous en préserve

    RépondreSupprimer
  2. ce qui me fascine c'est que la gauche a beau tenter de rassurer les patrons, un grand nombre reste dans la caricature des méchants socialistes.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.