2 septembre 2013

Retraites: comprendre et critiquer le projet de réforme

On dépiaute, on analyse, on s'alarme.

Les jours passent et la réforme des retraites n'a pas fini d'activer nos nuits et nos journées d'opposition. Le 10 septembre, une manifestation a été lancée. Les mots d'ordre sont malheureusement disparates.  On dénonce une réforme "anti-jeunes". Et les premiers sondages sont mauvais.

La réforme n'est pas votée, c'est le moment de dénoncer les lacunes.

Les retraités vont payer.
Oui, les retraités vont contribuer. Mais peu.


Primo, les majorations de pension pour les retraités parents de trois enfants et plus seront désormais fiscalisées via l'impôt sur le revenu. Certains râlent, mais la mesure ne frappe, par définition, que celles et ceux qui sont soumis à l'IR. La semaine dernière sur France Inter, un retraité accusait la ministre Marylise Lebranchu d'avoir rompu le "pacte républicain". Cet argument est détestable car simplement égoïste alors que l'ensemble des actifs - et des non-actifs comme nos jeunes - sont appelés à contribution. Mieux, cette exonération d'impôts est en fait l'une de ces niches fiscales dont certains à gauche réclament la suppression à corps et à cri.

Dans le détail, cette fiscalisation interviendra dès l'an prochain sur les pensions perçues en 2013.

Secundo, les règles et modalités de majorations pour famille nombreuse seront modifiées à compter des départs en retraite de 2020. Le gouvernement a annoncé deux axes: forfaitiser les majorations (le calcul actuel est directement proportionné au revenu); réduire les majorations des pères au bénéfice des mères.

Tertio, et plus grave, le gouvernement a décidé de reculer de 6 mois l'indexation des pensions sur l'inflation. Cette dernière est bien basse depuis quelques temps déjà (+1,1% de juillet 2012 à juillet 2013). Mais la mesure permettra d'économiser quelques 600 millions d'euros dès l'an prochain. Et, surtout, elle frappe sans distinction les petites comme les grosses retraites. Vendredi, le gouvernement a reculé sur le sujet, en précisant que le minima vieillesse n'était pas concerné. L'indexation restera au 1er avril.


Les jeunes pourraient racheter des trimestres.
Comme à chaque réforme des retraites depuis une quinzaine d'années, les jeunes sont les plus affectés. L'allongement de la durée de cotisations - jusqu'à 43 ans en 2035 - les concernent au premier chef. Le gouvernement a proposé deux compensations.

Primo, les jeunes en apprentissage et contrats de qualification pourront valider leurs trimestres d'emploi, mais la mesure ne sera pas rétroactive. Secundo, le rachat des trimestres, pour des étudiants d'aujourd'hui, est une mesure inutile. Un expert cité par le Monde explique qu'il est "impossible de déterminer quel sera le gain, ou la perte, que représenterait un éventuel rachat de trimestres."

Le leader de Force Ouvrière pointe cependant que les jeunes sont loin d'être les plus concernés: cette mesure d'allongement frappe plus largement tous ceux nés après 1973. " Or, selon l'Inserm, l'espérance de vie en bonne santé a reculé d'un an entre 2008 et 2010 pour les hommes pour s'établir à 61,9 ans." 

Les retraites, c'est drôle ?
Il y a enfin cette video, postée par le Monde. Efficace et drôle: la réforme des retraites racontées par des patates.



La réforme des retraites expliquée en patates par lemondefr




2 commentaires:

  1. Intéressant de comparer le projet gouvernemental aux recommandations de la commission européenne (ci dessous):
    - revoir les règles d'indexation des pensions
    - augmenter l'âge légal de la retraite et la durée de cotisation,
    - réexaminer les régimes spéciaux,
    - ne pas augmenter les charges patronales.

    CASTOR

    RépondreSupprimer
  2. "Oui, les retraités vont contribuer. Mais peu". Et les patrons pas du tout. Au contraire, je rappelle que les socialos vont discuter avec du financement des allocations familiales. Allez, un beau geste, Hollande ! Tu veux les étouffer ou quoi ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.