27 septembre 2013

Roms: les 10 points qu'il fallait simplement dire.

C'est comme si notre pays ne voulait plus trouver de solutions. Comme s'il fallait donc s'écharper, ne regarder que la réalité qui nous arrange. La question des Roms en France pollue le débat politique. Ce vendredi 27 septembre, le quotidien La Croix publie quelques extraits d'un nouveau rapport de la délégation interministérielle à l'hébergement sur ce sujet qui se prête à toutes les caricatures.

1. L'installation d'un campement Rom pose des problèmes que des élus dénoncent. Les élus n'ont aucune raison de dénoncer si cela ne reflète pas une réalité. Les témoignages de tensions existent. Nul ne sert de les nier. La situation est aggravée par le fait que les campements de Roms sont concentrés dans peu d'endroits en France: "À elle seule, l’Île-de-France concentre 39 % des campements et 41 % des personnes vivant dans des campements en France. Les 62 campements présents dans le seul département de Seine-Saint-Denis regroupent 20 % des habitants. Viennent ensuite le Nord-Pas-de-Calais (3 116 personnes), Pays de la Loire (1 469), Provence-Alpes-Côte d’Azur (1 250) et Rhône-Alpes (1 080)… " (La Croix).

2. Personne - répétons - personne n'est en mesure d'expliquer/prouver que les Roms ne veulent pas s'intégrer. Personne. Il n'y a aucune étude qui prouve, démontre, assume, affirme que les Roms ne peuvent s'intégrer. D'après le rapport cité par La Croix, les Rroms sont majoritairement installés en rance depuis plus de 5 ans.

3. En août 2012, le gouvernement Ayrault a publié une circulaire qui explique qu'on ne déloge pas des roms d'un campement sans qu'une solution de logement n'ait été trouvée.

4. Il n'y a pas de solution de logement facile. Ni pour les Roms, ni pour personne. La France compte près de 4 millions de Français mal logés.

5. Les campements détruits sont illégaux. C'est-à-dire qu'il y a une décision de justice derrière pour les "valider". Ils sont parfois sauvages, sur des zones dangereuses. Les conditions de salubrité ne sont pas remplies. D'après le rapport cité par La Croix, il y aurait 394 bidonvilles. La Croix explique que "1 300 personnes ne disposent d’aucun traitement des déchets, 3 700 personnes vivent sans accès à l’eau courante."

6. Quand un maire refuse la scolarisation à une communauté Rom présente sur sa commune, ou à tout autre service public, il favorise l'exclusion de cette communauté. Les consultations de Médecins du Monde témoignent de cette précarité.  Ces bénévoles s'inquiètent, il y a "les conditions d’admission, la méconnaissance du système de santé français, les barrières de la langue, l’instabilité et les expulsions multiples, les délais d’instruction de l’AME.

7. Les Roms sont estimés à 17.000 en France. C'est un nombre marginal. Politiquement, c'est une diversion nationale, un sujet qui divertit. Imaginez que ces 17.000 personnes s'éparpillent dans quelque 400 campements. Cela signifie que 35.600 communes de France ne sont pas concernées. 15 ou 17.000 personnes sur 66 millions de résidents en France, ce n'est rien; juste une diversion. Plus de la moitié des Roms sont installés en Ile-de-France et dans le Nord-Pas-de-Calais.

8. Les Roms ont des interdictions de métiers. Nous sommes en 2013.  Il y a encore une liste de métiers. En septembre 2012, quelque 291 étaient autorisés aux Roms. Cet assouplissement a permis à un millier de Roms supplémentaire (soir 4.200 au total), de travailler. Pourquoi y-a-t-il encore des restrictions ?

9. Généraliser un propos sur une communauté, sans aucune preuve autre que l'anecdote locale est, techniquement, une stigmatisation. Quand cette communauté est étrangère, c'est de la xénophobie. Les statistiques ethniques sont illégales en France. Quand un ministre de l'intérieur et de l'immigration, qu'il s'appelle Manuel Valls, Brice Hortefeux ou Eric Besson évoque la délinquance roumaine et bulgare pour évoquer les Roms, on dépasse l'entendement républicain. Affirmer qu'une communauté ne "veut pas" quelque chose, sans preuve collective, ce détail est crucial, est une stigmatisation.   Cécile Duflot, jeudi 26 septembre, a rappelé une évidence: "On ne peut pas dire qu'il y a une catégorie de population où leur origine justifierait qu'elle ne puisse pas être intégrée et que leurs pratiques et modes de vie sont un dérangement pour leur voisin. Quand on dit cela, on est au-delà ce qui met en danger le pacte républicain."

10. On ne peut pas entendre ceci sans réagir: "les Roms ont vocation à rester en Roumanie ou à y retourner".  Aucun Européen n'a "vocation" à rester dans son pays. Aucun. Nous sommes en Europe.

Il y a une histoire, récente, elle date de 2010, trois ans à peine. Elle s'appelait "la pensée irresponsable de Nicolas Sarkozy", un discours immonde, qui a blessé.
"Quand tous nous avons dit que le discours de Grenoble est un scandale absolu, nous ne pouvons pas tenter de, ou envisager, ou laisser penser que nous pourrons utiliser les mêmes méthodes".  Cécile Duflot.


24 commentaires:

  1. Excellent billet que l'on trouve gratuitement ici pour 24h (arrêts sur images) : http://www.arretsurimages.net/articles/2013-09-26/Roms-Valls-bazarde-officiellement-la-politique-d-insertion-id6158

    Où l'on se rend compte (mais est-ce une surprise ?) que la volonté politique en France vis à vis des roms, quand ça ne sert pas des intérêts électoraux nauséeux, est souvent très TRES limitée...

    RépondreSupprimer
  2. Mais depuis lors, il y a une coopération renforcée avec la Roumanie qui doit garder ses ressortissants fragiles chez elle, car elle reçoit des fonds très importants pour les intégrer chez elle, cela, depuis 2005.
    La Roumanie doit aussi faire en sorte que l'état de droit soit instauré sur son territoire : certains douaniers participent à cet exode et même le favorisent en percevant des "backchich" pour entrer ou sortir ! Inimaginable ? Certes, mais pourtant vrai.
    Alors on arrête les chansonnettes !
    Il y a des rapports officiels sur le site "imigration.gouv" page du Ministère de l'Intérieur : c'est sur eux que s'appuient les politiques publiques mises en oeuvre par le Ministre de l'Intérieur.
    Ces rapports ne seraient pas sérieux ?
    Allons, allons ! ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sinon voilà ce que disait le candidat François Hollande (et peut-être vous-même, qui sait ?) en mars 2012 :

      « J’ai toujours dénoncé, et je continuerais à le faire, la stigmatisation dangereuse lancée par le candidat sortant en août 2010 à l’égard des populations de Roms : expulsions brutales à répétition, stigmatisation toujours plus forte d’une population, interdiction de travailler et de se former, reconduites aux frontières sans résultat… »

      C'était au beau temps où le changement, c'était maintenant...

      Supprimer
    2. "Continuerai" et non "continuerais" quoique...le conditionnel ici a un côté "acte manqué"...

      Supprimer
    3. @ Ladyapoline,

      "Mais depuis lors, il y a une coopération renforcée avec la Roumanie qui doit garder ses ressortissants fragiles chez elle, car elle reçoit des fonds très importants pour les intégrer chez elle, cela, depuis 2005."

      Roms = ressortissants fragiles.

      Je crois que je vous ai connue plus agressive sur la sémantique. N'était-ce pas vous qui les assimiliez à des déchets sous un post précédent?


      Supprimer
  3. +1 Lady Apolline : y'a des fonds UE qui sont utilisés on ne sait par qui , et ici ou là des mafias qui font de la délinquance et FONT CHIER LES GENS d'où le trouble public lié à cette population. Et non n'en déplaise à une certaine gauche, la misère n'excuse pas la délinquance le vol de câble sncf bordel de merde, et encore moins les autres trucs !!!! Et Désolé pour Duflot, mais quand on crame des trucs dans un camp (plastique etc..) ça peut déranger les voisins. C'est ainsi et y'a rien de facho à dire ça: le mode de vie des uns peut gêner les autres.

    Et en même temps de la misère et des enfants exploités ou pas à l'école. Donc qu'on regarde où va ce tas d'argent UE qui serait plus utile à améliorer le sort des ces gens, des enfants : qu'ils vivent dans autre chose que des planches mouillées aux 4 vents. Mais là aussi on a 800 000 personnes en situation de grande précarité logement selon la fondation abbé Pierre.

    Il faut donc mettre les pays en question face à leur responsabilité. Il y a des règles dans l'UE, comme l'a rappelé la commissaire et des fonds spéciaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, ce n'est pas facho de dire ça, c'est le "bon sens populaire" de la "vie vraie" (et politique aussi, quand on lit les réactions ce matin, tout le monde ou presque tape sur Duflot), c'est d'ailleurs au nom de ce même "bon sens" que Valls tient les propos qu'il tient, je suis très sceptique quant au bénéfice électoral de l'opération (car c'est tout de même le but) mais nous verrons bien, les prochaines échéances seront là très vite...

      Sinon, dans les pays qui doivent faire face à leur responsabilité, vous mettez la France aussi car elle-même ne semble pas très empressée d'intégrer cette population décidément bien "gênante"...?

      Supprimer
    2. Vivre en fouillant les poubelles n'est pas un mode de vie.

      vous ne voulez plus que les roms gagne du fric en brûlant des câbles pour récupérer le métal? Donnez leur du boulot, en commençant par lever les restrictions à l'emploi qui les frappe, et en permettant à leurs gamins d'aller à l'école, histoire que dans 20 ans, ils aient le diplôme qui va bien pour bosser.

      Comme le FN, Valls et Srako prônent tous la politique exactement inverse, j'en conclus que vous êtes très satisfait de la situation actuelle, et que vous avez envie que ça continue encore longtemps.

      Supprimer
    3. je croyais avoir écrit ce billet pour justement expliquer tous les points de vue de ce sujet si souvent caricaturé, damned ! ;-)

      Supprimer
    4. @ Politeeks,

      Vous voyez les Roms dans le viseur de vos rancœurs. Et vous les voyez bien. Ils sont pile poil dans le réticule de visée, il vous suffit juste de presser la détente.

      Ils ne sont pas très nombreux, mettons aux alentours de 20.000 en France, pour une population de 65 millions. On n'est pas vraiment submergé, quoi.

      Bon, ça vous l'avez bien en ligne de mire et je vous fais confiance, vous êtes bien remonté pour leur faire la peau, si vous en voyez.

      Maintenant, quand vous voulez, on commence la liste des trucs qui ont une incidence directe sur votre vie et qui sont pas dans votre réticule de visée.

      C'est quand vous voulez.

      Si vous décidez que 20.000 Roms, là, tout de suite, c'est le problème du siècle, comme une furieuse envie de pisser, ben ok. On se les fait. Je suis partant. On y va. On s'enlève le doigt du cul, on refait les camps, l'étoile jaune, les trains, les rafles, la révocation de l'Edit de Nantes, bref tout le bordel.

      On sait faire. Très bien en plus. On est très efficace en France pour ce genre de choses. Mais va falloir obéir, parce que tout ça, ça suppose un système de soumission et, tel que je vous imagine, je vous place pas dans la catégorie des chefs.

      Alors, faut bien comprendre la logique: se faire un Rom, c'est vous soumettre à un système qui est capable de le faire à votre place (je vous sens pas vraiment dans la peau d'un tueur).

      Alors Politeeks? On y va?

      Sinon, pester sur les Roms un verre de pastis en main devant d'autres piliers de comptoir au bistro du coin, ça me va.

      Je crois que vous faites plutôt partie de ceux là, hein? Je me trompe pas? Vous êtes un mec bien. Un peu con, en colère, mais bien. Alors restez le.

      Supprimer
  4. 17000 c'est peu mais beaucoup aussi parfois.

    RépondreSupprimer
  5. Voir cet excellent article qui remet toutes les pendules à l'heure !

    http://www.mediapart.fr/journal/france/260913/invasion-delinquance-mendicite-salete-tout-dire-sur-les-roms
    en accès libre jusqu'à 24h

    Honte , honte, honte sur ce Valls, digne représentant d'une France moisie pétainiste .

    Et honte sur François Hollande s'il suit l'infâme de l'intérieur !
    et adieu à ma voix pour la Présidentielle de 2017 !

    Quelques municipalités ( peu) ont sauvé l'honneur, mais si peu !

    RépondreSupprimer
  6. Il n'y a pas en France de problème rom. Il y a un problème de misère, certes, et les roms sont pauvres à 99%. Je le serais aussi si on m'interdisait de travailler.

    Mais voilà, nous sommes dans une période de crise très dure, et comme toujours, il faut chercher des bouc-émissaires pour détourner l'attention en vue des municipales.
    L'antisémitisme c'est démodé. Les musulmans commencent à gueuler, et on ne veut pas trop se fâcher avec les pays du golfe. Les chinois, c'est risqué, ils sont en passe de devenir la première puissance mondiale. Donc va pour les "roms". C'est facile, personne ne va les défendre.

    La politique française sent de plus en plus mauvais. Merci à Cécile Duflot d'avoir le courage de ne pas hurler avec les hyènes du FN-UMP-PS.

    Il n'y a pas de problème rom, mais il y a peut-être un petit problème de xénophobie d'état.



    RépondreSupprimer
  7. voilà l'Histoire qui s'en mêle...
    aurait elle bon dos ?

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/944894-roms-l-histoire-explique-l-incapacite-sociale-a-accepter-reellement-ces-populations.html

    RépondreSupprimer
  8. oh la : j'aurai les roms dans ma rancoeur , par ce que j'explique qu'il existe des délinquants dedans parfois victimes de mafias, et que l'UE met des fonds pour les AIDER, EDUQUER, FORMER et on se demande où vont les fonds.

    Et donc là j'ai tord selon certains, allez traitez moi de FN pendant que vous y êtes les trolls.

    RépondreSupprimer
  9. Juan : il y'a des chiffres à vérifier , donc un 11e point , celui dont je parle et qui me rend "consommateur de pastis" selon un troll.Celui des fonds destinés aux populations en soufrance dans l'UE , je n'ai trouvé que ça de complet avec des dates et des montants , debut des problemes de violence en roumanie selon l'UE : 2008 donc ça doit dater d'avant , le temps que l'info arrive à BXL.

    http://www.lefigaro.fr/politique/2010/09/16/01002-20100916ARTFIG00745-roms-les-milliards-de-l-union-europeenne-sous-employes.php

    RépondreSupprimer
  10. @ Politeeks,

    "oh la : j'aurai les roms dans ma rancoeur , par ce que j'explique qu'il existe des délinquants dedans parfois victimes de mafias, et que l'UE met des fonds pour les AIDER, EDUQUER, FORMER et on se demande où vont les fonds."

    Non, pas parce que vous l'expliquez. Parce que vous centrez votre discours là dessus et parce qu'à force ça devient un discours de stigmatisation qui essaye de se faire passer pour une pédagogie, sous prétexte de demander où vont les fonds de l'UE, etc.

    Le faux discours du gentil qui ne fait que dire les choses.

    Si vous acceptez de mêler votre voix à celle du FN, avec les mêmes techniques en plus, j'y peux rien. Ne jouez pas la blanche colombe effarouchée quand je vous le fais remarquer.

    RépondreSupprimer
  11. Ah oui, sincèrement, quand j'entends Valls s'exprimer, je dis et je répète, c'est à lui de partir.

    RépondreSupprimer
  12. @tsock : allez maintenant j'attend le nazi , par ce que là ma pauvre andouille vous faites fort : donc si je dit que je veux que l'argent de l'UE aille aux gamins roms .. me voilà FN ! Souvenez vous que le république a dit un jour que l'instruction des enfants était obligatoire, c'est ça qui l'a fortifié. Donc en disant ça je stigmatise ? pauvre bouffon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, vous ne comprenez pas ce que je veux vous dire (dans la course au point godwin, vous me reprochez de franchir les étapes que vous même dépassez sans que je vous demande rien).

      Je veux vous dire en gros la même chose que Ganlanshu, un peu plus haut.

      Il y a une certaine façon de présenter les choses. Commencer en posant le "problème Rom" ainsi:

      "+1 Lady Apolline : y'a des fonds UE qui sont utilisés on ne sait par qui , et ici ou là des mafias qui font de la délinquance et FONT CHIER LES GENS d'où le trouble public lié à cette population. Et non n'en déplaise à une certaine gauche, la misère n'excuse pas la délinquance le vol de câble sncf bordel de merde, et encore moins les autres trucs !!!! Et Désolé pour Duflot, mais quand on crame des trucs dans un camp (plastique etc..) ça peut déranger les voisins. C'est ainsi et y'a rien de facho à dire ça: le mode de vie des uns peut gêner les autres."

      Dire cela comme ça revient à s'inscrire dans un schéma de stigmatisation qui n'est sans doute pas le vôtre - ce n'est pas ce que je dis - mais que vous reprenez à votre compte sans esprit critique, en reprenant intégralement les thèses xénophobes - et sans doute sans même vous en rendre compte - qui en forment le soubassement.

      Je vous dis juste ça.

      Maintenant, vous comprenez ou pas. Soit la partie consciente de votre cerveau dirige ce que vous pensez et ce que vous dites, soit le boss est dans l'arrière boutique. A vous de voir.

      Supprimer
  13. et de 12 :


    http://www.reseau-terra.eu/article947.html

    RépondreSupprimer
  14. A priori, le 18 septembre dernier, le plus grand camp de Roms a été démantelé sans solution de replacement.

    Sur ce sujet, je vous renvoie à cet article : http://feusurlequartiergeneral.blogspot.fr/2013/09/roms-volonte-seulement-vingt-mille-mais.html

    RépondreSupprimer
  15. @ Politeeks,

    Je vois que je suis en train de me fritter avec vous, ce dont je suis navré, même si j'ai eu effectivement l'intention de vous infliger une légère flétrissure narcissique (ce qui a visiblement porté puisque vous êtes passé en mode tutoiement+injures).

    Le mieux est de dépassionner la chose en prenant du recul et en faisant un peu d'histoire.

    La plus grande victoire du FN de ces 40 dernières années n'est ni électorale ni politique: elle est idéologique. Le FN est parvenu à imposer dans le débat public ses propres grilles d'analyse en matière d'immigration tant et si bien que lorsqu'on demande aux Français si l'immigration "pose problème", ils répondent majoritairement oui. Et quand on les écoute dérouler le modèle, ils reprennent intégralement la grille d'analyse FN, alors même qu'ils ne sont pas sympathisants FN, voire qu'ils se perçoivent eux-mêmes comme des opposants aux thèses du FN.

    Mais le FN n'a pas toujours gagné. Sur le front du sida, il a perdu. Il faut se rappeler que pour Jean Marie Le Pen, un singe avait enculé un "Nègre", le "Nègre avait immigré en France où il avait contaminé la population des "pédés" ce qui exigeait que la France prenne des mesures de quarantaine en plaçant les "sidéens" dans des "sidatoriums". C'était ça la thèse du FN.

    A l'époque, la société française a refusé cette grille d'analyse, après des combats idéologiques assez épiques dont les plus jeunes ne se souviennent peut-être pas, et le FN a perdu.

    Mais d'autres fronts sont ouverts, les combats idéologiques sont intenses et la victoire indécise. On peut faire l'inventaire des sujets où la grille d'analyse "truc qui pose problème" structure la pensée:

    - La question sécuritaire: Taubira incarne le courant humaniste, Valls l'école buissonière (ce qui est injuste car il est plus proche des thèses d'Alain Bauer que de la démagogie sécuritaire de droite que le FN exploite à fond, avec l'aile populiste de l'UMP). Les enjeux sont considérables.

    - La question religieuse, ou si l'on préfère la question de la laïcité: ici le FN n'est pas en pointe dans la contamination des esprits, c'est plutôt le Bloc Identitaire mêlant des courants issus de la droite catho intégriste et de l'extrême droite française de type anar (Renaud Camus, thèse du Grand Remplacement) qui est à la manœuvre et il est très actif au point que la grille d'analyse facho s'impose pour l'instant dans le traitement de ce qui est devenu "le problème musulman".

    - Et, on y vient, les Roms: Valls vient de nous faire une sortie sur le sujet. En gros, il laisse croire qu'il est prêt à intégrer dans le socle politique du PS la grille d'analyse d'extrême droite. Duflot réagit et s'y oppose vigoureusement (et là dessus je suis complètement de son côté).

    C'est encore et toujours le même phénomène: si on reprend le vocabulaire essentialiste qui réduit le Rom à un Rom, c'est à dire à l'étiquette ethnique qu'on lui colle, et qu'on attribue à cette étiquette des caractères distinctifs (le Rom est délinquant, il est non intégrable, il est associé au phénomène mafieux, il est lié d'une façon ou d'une autre à des détournements de fonds de l'UE financés par le contribuable européen, etc) alors, on reprend à son propre compte une grille d'analyse qui en réalité est made in facholand.

    La plupart du temps, on le fait complètement involontairement et alors même qu'on ne se perçoit pas soi-même comme un facho, un xénophobe, etc Mais faut quand même comprendre ce qui est en train de se jouer et être un minimum vigilant.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.