20 septembre 2013

Sarkozy: le Père Noël est encore une ordure.

"La petite actualité politique, c'est fini, je ne veux plus m'en occuper. La France c'est autre chose."

C'est un feuilleton presque prévisible.

Régulièrement, entre deux conférences rémunérées, Nicolas Sarkozy fait mine de revenir. A chaque fois, il teste son auditoire médiatique. A chaque fois, il revient dans notre actualité pour ne pas se faire oublier. A chaque fois, il intervient quand on lui dispute l'héritage, l'avenir et une place dans la prochaine compétition.

Après le "Sauveur" qui lança le Sarkothon du 5 juillet dernier, voici le "Sage".

On sourit.

Il était en Haute-Savoie, pour décorer de la légion d'honneur un ancien député UMP, Claude Birraux. Il y avait une dizaine de journalistes présents, une estrade, un micro, un pupitre transparent. On vous l'assure, c'était une coïncidence. "J'aime beaucoup le mot 'terre'... C'est peut-être parce que je suis plus âgé que je le préfère au mot 'territoire'... Parce que la 'terre', elle a une histoire..." Oui, c'est clair. Sarkozy nous la joue "retour-du-vieux-sage".

Il voudrait que sa traversée du désert, entamée par son licenciement le 6 mai 2012, c'est-à-dire il y a à peine 18 mois, s'arrête là, maintenant, bientôt, "avant 2015". Il refuse de comprendre que ce 6 mai-là, c'est bien lui qui a été viré, et non Hollande qui a été élu.

"On ne m'a pas interrogé sur l'opportunité d'ouvrir, ni même de conclure, ce débat. Je ne me projette pas dans la lutte interne. (...) Parfois, quand les gens réfléchissent, ils se demandent s'il ne faut pas quelqu'un au-dessus de la mêlée."
On le retrouve, inchangé, incroyablement sûr de supériorité, presque hautain. Personne ne l'a convié, surtout pas ses anciens alliés ou supporteurs. Fillon, Copé, Borloo et les autres sont passés à autre chose. Ils pensent à leur avenir, pas au sien.
Alors Sarkozy s'invite, s'incruste, s'impose. 

Ce mercredi, Sarkozy ressemblait à Monsieur Preskovic et son fameux "kloug" dans la pièce "le Père Noël est une Ordure".

Il veut à tout prix participer à la fête, mais aucun convive ne veut de lui.





14 commentaires:

  1. cette affirmation,reprise jusqu'à plus soif, à savoir que ce n'est pas Hollande qui a été élu, mais que c'est Sarko qui a été viré commence à me courir sérieusement...Elle est fondée sur quoi ?j'ai lu un sondage juste après les présidentielles, sur les motivations des électeurs, qui affirme clairement que parmi les électeurs de Sarko, il y en a presqu'autant qui se sont déterminés par aversion de Hollande que l'inverse...

    CASTOR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le calcul est simple, niveau école primaire puisqu'il s'agit d'une soustraction tout bête : enlevez les voix du Front de Gauche et posez vous la question si votre protégé aurait été élu sans ses voix.

      Supprimer
    2. plus celles des écologistes, plus celles du centre( une partie) plus celles de...vous étiez dans la tête des 18 000 000 de français qui ont voté Hollande...c'est vrai que la finesse politique est une grande qualité du parti de gauche ( un député au parlement , cofondateur dudit parti, qui a rompu avec l'autre cofondateur tellement il le trouvait insupportable)..; parti de gauche que je ne confonds pas avec le PC, qui disposait de 15 Députés à l'assemblée nationale avant les dernières législatives et qui maintenant n'en a plus que 9 ( merci le front de gauche). Quant au cofondateur , qui voulait bouffer le front national, il s'est fait battre par un socialiste parfaitement inconnu à Hénin BEAUMONT..

      CASTOR

      Supprimer
    3. On en reparlera très bientôt, aux prochaines élections et il ne faut pas être extralucide pour deviner ce qui va se passer.

      Quant à l'élection de Hollande en 2012, enlevez le nombre de voix du FDG, celui-ci (Hollande) ne serait pas au pouvoir à l'heure où l'on écrit ces lignes, que cela vous plaise ou non.

      Supprimer
    4. En logique pure, on appelle cela une pétition de principe,j'appellerais cela un déni de réalité , grande spécialité du front de gauche...

      CASTOR

      Supprimer
  2. Sauf que Sarkozy a de bonnes chances d'être réélu en 2017, ni Fillon ni Copé ni (malheureusement) Juppé ne faisant le poids face à lui: on sait déjà que ce sera Hollande ou Sarkozy.

    50% de chances pour la naissance, en 2017, de "Sarkofrance, saison 3": elle n'est pas belle, la vie?

    RépondreSupprimer
  3. Comment peut ont avoir encore confiance en lui !!??
    NS est un prédateur qui n'hésitera pas à piéger ses concurrents, certes, si l'envie lui venait de se lancer dans la bataille de 2017, mais il lui faudra d'abord répondre aux questions des juges qui ne manqueront pas, je le pense, de lui fournir des sujets de cauchemards, voir plus s'ils savent y faire !!
    Les procédures judiciaires sont très longues, les instructions aussi, la presse peut s'en mêler et tout peut capoter, d'autant plus que ses concurrents, à droite, ne lèveront pas le petit doigt pour lui !!
    Oui, je sais, avec des si (scies !?) on met Paris en bouteilles !!

    RépondreSupprimer
  4. Je vous rappelle que le candidat UMP sera désigné par des sympathisants, lors de primaires.

    "Nicolas Sarkozy reste, en septembre, largement le préféré des sympathisants UMP pour porter les couleurs du parti à la présidentielle de 2017 avec 62% (+8 points),
    Alain Juppé passe de la troisième à la deuxième place avec 13% (+2). Il relègue ainsi en troisième position François Fillon qui perd 5 points à 12%. Christine Lagarde arrive en 4e position (3%, -2), suivie de Jean-François Copé (2%, -2), Laurent Wauquiez (2%, =), Bruno Le Maire (1%, =), Xavier Bertrand (1%, =).

    Sondage réalisé par internet, du 18 au 28 septembre, soit après les déclarations de François Fillon sur le FN"

    http://tinyurl.com/lzhnute

    Quant aux procédures judiciaires, il n'y aura aucun procès d'ici 2017, et elles seront suspendues une fois qu'il sera élu.

    RépondreSupprimer
  5. Elie Arié

    Cela fait 14 mois que Hollande a été élu ( et Sarkozy viré...), en septembre 2008 (soit 14 mois après l'élection de Sarkozy) qui aurait imaginé ce scénario? Le favori des médias de l'époque , c'était qui ? On ne parlait même pas de Hollande, les jeux ( médiatiques ) étaient faits d'avance...Alors , il vaut mieux arrêter de spéculer...il peut se passer tellement de choses en 3.5 ans...une guerre entre Israël et l'Iran par ex.

    CASTOR

    RépondreSupprimer
  6. Je me demande qui est le plus à gauche : Hollande ou Sarkozy ?

    RépondreSupprimer
  7. Sarkozy a un avantage énorme sur tous ses concurrents UMP:

    - alors que ceux-ci, accaparés par leur course à la victoire aux primaires, sont obligés de se positionner en permanence par rapport aux autres et, pour cela, de multiplier chaque jour les prises de position les plus incompréhensibles ( "il n'est pas question de voter pour un candidat FN, sauf dans les cas où on peut voter pour un candidat FN", etc.),

    -Sarkozy peut se cantonner dans le silence, et apparaître, le moment venu, comme le sauveur qui siffle la fin de la récréation et qui n'aura pas passé quatre ans à dire des conneries et à distribuer aux autres des gnons dans la cour de l'école: le type sérieux face aux gamins.

    RépondreSupprimer
  8. A PROPOS DU PERE NOËL : afin de calmer ses pseudo-alliés, notre Monarque, a fait des promesse écologiques pour ....2050.

    MDR !

    On polémique beaucoup au sujet de la PAUSE fiscale. 2014, 2015, 2016 ??? Peu importe : une pause c'est UN ARRÊT TEMPORAIRE, notre Monarque doit bien se gausser, il nous le met bien profond...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.