3 septembre 2013

Syrie: et Hollande n'exclut plus un vote du Parlement... plus tard.



En visite dans un établissement scolaire, François Hollande fut interpelé par un passant sur l'éventualité d'une intervention en Syrie. "On n'a rien à faire dans une guerre qui n'est pas la nôtre!" lança l'homme.

Le sujet, depuis le weekend, avait failli occulter cette rentrée scolaire. Plus grave et tristement dérisoire, on ne débattait plus du fond du conflit (pourquoi intervenir ?) mais de la nécessité d'un vote. Se rabattre sur la forme aux détriments du fond est une diversion facile.

Car les vraies questions demeurent et, parfois, choquent : (1) Qui conteste l'existence d'un massacre chimique ? (2) qui pense que les rebelles plutôt que les autorités syriennes en sont responsables ? (3) Qui préfère la neutralité malgré l'aggravation des massacres ? Voici quelques-unes des questions de fond dont nous attendions des réponses publiques, sur la tribune de l'Assemblée, de la part de nos députés.

Ce sont les vrais sujets.

Mais notre petit monde s'agite donc sur l'urgence à voter ... alors qu'on ne sait pas quand une intervention militaire sera possible. Jamais Hollande n'avait-il déclaré ni promis l'engagement des troupes françaises au sol. Sa seule certitude, martelée même si elle est contestée, est qu'il faut marquer un soutien plus fort à l'opposition syrienne.

Voici donc que ce mardi 3 septembre, Hollande fait savoir, encore, qu'il n'y aura pas de vote ... ce mercredi 4 septembre lors de la consultation du Parlement sur l'affaire syrienne. Et pour une raison simple, la France n'ira pas seule. Il faut donc attendre de rassembler cette fameuse coalition, décider ce qu'il en sera, quelle forme prendra l'intervention. Pour l'heure, tout cela est prématuré. On discutera donc du fond, on espère.

Mais François Hollande "envisage très sérieusement la possibilité d'un vote, mais un peu plus tard. " L'information vient d'un accrédité élyséen, Thomas Wieder, du Monde.

On sourit. Ce président a pris son temps. Le temps de répliquer à cette agitation.

Le Parlement votera donc peut-être, quand on saura pour quoi.






Crédit illustration: DoZone Parody

26 commentaires:

  1. Ah oui au fait ! Voter pour quoi !

    RépondreSupprimer
  2. Le gouvernement français continue d'offrir un spectacle totalement surréaliste et 100 % à la remorque du "grand espion nord américain" : on croit halluciner. Faut avoir les yeux pas en face des trous pour agréer pareil montage ! Si ce n'était si grave, cela finirait par devenir hilarant !

    Ce BLOGUE a au moins le mérite de nous forcer à sourire devant ce qui constitue un accablement pour la raison des honnêtes citoyens qui assistent impuissants à ce déversement d'inepties politique au plus haut niveau. C'est l'époque qui veut cela et à leur décharge, reconnaissons que les socialistes sont pris dans une tourmente qui les dépasse. Ils font ce qu'ils peuvent.

    Cependant les citoyens ne sont pas obligés de feindre de trouver leur attitude politique normale quand elle est tout bonnement pathétique. On ne juge pas tant des hommes qu'une politique accablante.

    RépondreSupprimer
  3. "Qui préfère la neutralité malgré l'aggravation des massacres ?"

    Les frappes diminueront-elles les massacres? Ne pensez-vous pas qu'elles risquent plutôt de les augmenter?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne pense pas. Je n'aime pas ça, mais je ne pense pas.

      Supprimer
    2. Elie, il ne faut pas vous gêner si vous voulez y aller, nous on reste ici pour résister... Montez donc une brigade internationale et foncez. Au fait, vous êts pour qui dans ce cirque ? ARAMIS

      Supprimer
  4. "Qui préfère la neutralité malgré l'aggravation des massacres ?". Si nous formulons autrement la question orientée de Juan, nous pourrions trouver : qui choisit de rester passif face à la barbarie ? Sauf que la question pourrait être bien différente.
    Exemple 1 : un pays libre peut-il s'arroger le droit d'intervenir dans un autre pays libre sans aucun mandat international, ni légitimité, alors qu'il n'est pas directement menacé, ni impliqué ?
    Exemple 2 : l'utilisation d'armes chimiques (si elles ont été utilisées)justifie t-elle l'intervention d'un pays libre dans un autre pays libre, alors que la mort de 100.000 personnes avec des armes conventionnelles n'a suscité aucune réaction ?

    Il existe autant de questions possibles que d'hommes, qui peuvent faire preuve de mauvaise foi sur cette Terre. Juan, pour sa part, est mûr pour aller travailler dans un institut de sondage.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "un pays libre peut-il s'arroger le droit d'intervenir dans un autre pays libre"

      La Syrie, un pays libre ???

      Supprimer
    2. Il n'aura échappé à nul observateur averti que par "libre" il fallait entendre "souverain".

      Du coût la question de Démos retrouve toute sa pertinence ...

      Très drôle Démos votre chute ; et surtout pas mal vu ... :)

      Supprimer
    3. il y a effectivement autant de questions que de positions.

      Supprimer
    4. Le gros problème pour nous français, c'est que pépère se sarkoïse et n'a, du coup, plus que la hantise de faire ce que sarko auarait fait à sa place en bon loufiat des States, entre CAMERON et MERKEL... Sarko ! Sort de ce corps désocialisé...

      Supprimer
  5. Centre Afrique : un million de morts ... inintéressants !

    Stop à l'angélisme abétissant ...

    RépondreSupprimer
  6. Mettons qu'on veuille seulement se débarrasser du président syrien. On a aujourd'hui des petits bijoux de missiles à nez chercheur qui se dirigent droit sur le téléphone portable du mec que l'on souhaite rayer de la liste des vivants. C'est tellement précis qu'on lui envoie le suppositoire dans le cul sans qu'il ait le temps de baisser son froc. Au pire ça descend aussi en dommage collatéral son majordome, sa maîtresse et une douzaine de gardes du corps.

    Alors pourquoi déclencher une guerre si la seule volonté est de changer de président sans élection ? C'est là que je perds en conjectures... Doit y avoir un paquet de raisons inavouables officiellement pour décider de massacrer un nombre aléatoire mais rudement balaise d'abonnés au gaz. Avec un prix de revient qui n'a rien à voir avec un suppo téléguidé même facturé au prix fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Raúl Reyes et 23 autres personnes des Farcs l'ont appris à leurs dépens.

      Des tirs d'une précision telle qu'ils avaient épargné les deux ordinateurs de Reyes retrouvés indemnes par les militaires colombiens dépéchés en territoire équatorien en totale violation de la souveraineté de ce pays !

      Pourquoi se géner ! Du moment que vous avez l'aval des Etats-Unis vous pouvez tout vous permettre ...

      Supprimer
    2. @partageux: il est possible/probable que l'intervention militaire dont on parle depuis quelques jours ne soit que cela.

      Supprimer
    3. A l'attention de celles et ceux qui ont encore les pieds sur terre, et qui tiennent à les garder, dans un monde pathologiquement hors-sol où l'on ne cesse de biaiser avec la réalité, voici qqs confidences salutaires pour conserver tout son sens à la situation :

      "Une « série de conneries », dit un conseiller à propos de la gestion de la crise syrienne par François Hollande. Le président, qui se voulait en pointe dans la lutte contre le régime de Bachar el-Assad, se trouve fragilisé face au scepticisme de l'opinion [malgré les efforts de "blogueurs acquis" !] et des parlementaires. Le rôle de Laurent Fabius, l'engagement de l'ancien ambassadeur sarkozyste Eric Chevallier, l'activisme impuissant de la France sont pointés"

      Source Mediapart ==> http://www.mediapart.fr/journal/international/040913/hollande-et-la-syrie-les-explications-d-un-fiasco

      Supprimer
    4. Quelles sont donc les véritables motivations de Hollande ? C'est une sorte de suicide politique qu'il pratique ainsi, et je doute que ce soit par stupidité. En revanche, des faits indépendants de lui ont pu entre-temps changer la donne.

      Bien entendu, cela ne change rien à ce que je pense de sa politique en général.

      Supprimer
    5. Les faits ? Le suivisme atlantiste où la sujétion prévaut sur la réflexion indépendante et vous rend totalement tributaire de la conduite versatile de votre "maître-alliés" dont on sait dorénavant qu'il peut de surcroit nous espionner sans que cela gène outre mesure notre classe dirigeante ...

      Supprimer
  7. Je suis pour le vote du parlement, en 2025!

    RépondreSupprimer
  8. Tu es comme moi, Juan, tu n'as aucun avis définitif, d'ailleurs, je ne sais aucunement comment ça va finir tout ça.
    On ne connait ni l'action ni les réactions.

    RépondreSupprimer
  9. @ vatokely

    J'ai répondu à la suite du billet d'hier à votre commentaire mais ma réponse est en attente de modération ...

    RépondreSupprimer
  10. Ça n'a pas été facile de réaliser ce photomontage. Pas tant dans sa réalisation (ça m'a pris 10 minutes) mais sur ce qu'il représente.

    Merci Juan de t'en servir comme illustration.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  11. Pourquoi les pays occidentaux devraient s'en occuper, alors que les autres pays arabes ne s'en occupent pas ? Les pays non islamiques seraient donc devenus dans leur ensemble, les seuls flics du monde ? Bizarre non ? ARAMIS

    RépondreSupprimer
  12. Et çà apparait quand nos posts, quand ils sont jugés "recevables" Juan ? ARAMIS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu arrêteras de nous casser les couilles. Je suis abonné aux commentaires.

      Supprimer
  13. Les Désobéissants viennent de lancer une pétition contre la coopération technico-militaire de la France avec la Russie, tant que ce pays vendra des armes au régime de Bachar Al-Assad. Cette pétition est le fruit d'une enquête assez détaillée sur les différentes entreprises françaises impliquées: www.change.org/fr/pétitions/françois-hollande-président-de-la-république-stop-aux-contrats-d-armement-qui-tuent-en-syrie (pour accéder à la pétition, il faut faire un copier-coller du lien)

    A signer et diffuser.
    Les Désobéissants (desobeir.net)

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.