18 octobre 2013

#Backlash: Quand l'Express parle du "danger communautariste" musulman...

Christophe Barbier en a fait sa marque de fabrique de l'après-Sarkozy: des couvertures "choc" avec des slogans empruntés à la "Droite forte" de l'ancienne Sarkofrance.

L'immense majorité du pays ne retiendra que cela, ces "unes" placardées dans des milliers de kiosques à journaux, qui "valident" les thèses du Front national et autres droitistes extrêmes du pays. Une minorité franchira le cap, lire le contenu de l'hebdo. Barbier, quand on l'interroge, plaide l'innocence: il faudrait lire l'intérieur du journal pour s'en faire une idée plus juste.

Lisons, donc.

Nous nous attendions, ce 9 octobre 2013, à quelques preuves irréfutables de ce "nouveau" danger. Nous fûmes déçus. L'Express consacrait 12 pages (hors publicité), dont, évidemment, l'éditorial du patron de la direction. Christophe Barbier s'en explique: "l'Express ne peut se taire quand il voit se lever les tempêtes sur le pays, et celle-ci en est une une: dans un islam qui cherche encore sa place en France, dans une République qui ne sait pas bien intégrer ses citoyens musulmans, il y a un danger communautariste."

Le dossier s'ouvre sur une photographie de ... 2004: "le 17 janvier 2004, quelques milliers de personnes manifestaient à Paris contre l'interdiction du foulard islamique dans les collèges et dans les lycées", dit la légende. A l'époque, le recteur de la Mosquée de Paris avait rappelé que ces manifestation n'avaient rassemblé que moins de 0,6% des Musulmans de France.

Les preuves du danger ? Les voici:

- la réaction de Natalia Baleato, directrice de la crèche Baby-Loup: le licenciement d'une employée voilée avait été annulé par la Cour de Cassation en début d'année. L'établissement de Chanteloup-les-Vignes sera fermé en décembre prochain.
- le témoignage d'une sociologue, "spécialiste des relations entre l'Islam et la laïcité", Dounia Bouzar qui assure qu'en entreprise, "la situation empire". Nul chiffre, nulle étude, que des propos.
- des résultats de sondages  - on imagine qu'ils sont plusieurs - dont les références ne sont jamais données (sic!)
- le témoignage d'une employée de la RATP travaillant au dépôt de Nanterre, un fait divers éloquent mais connu. Ghislaine, c'est son prénom, est par ailleurs une "contributrice régulière de Riposte laïque".
- le témoignage d'un avocat spécialisé en droit du travail, Me Louis Gayon, et qui a représenté la crèche Baby-loup.
- la recommandation du Haut Conseil à l'Intégration, cet été, d'étendre l'interdiction du port du voile dans les universités.
- le témoignage d'une professeur de droit à l'université de Lille I qui rapporte le cas de deux étudiantes en doctorat chargées d'encadrer des TD qui voulaient porter le voile.
- le témoignage du doyen de la faculté de droit de Strasbourg, et auteur du guide "Laïcité et enseignement supérieur" (2004), qui appelle à la vigilance.
- le témoignage du père Christian Delorme, co-animateur de la Marche des beurs de 1983.
- le témoignage de l'imam Tareq Oubrou, à Bordeaux, "régulièrement confronté à des jeunes qui suivent à la lettre les prêches simplistes de prédicateurs". Sauf que cet imam renvoie ces pratiques minoritaires mais violentes à celles d'un "public mentalement adolescent, pour qui la religion vient remplacer la bande du quartier."
- une double page sur les déboires du maire socialiste d'Argenteuil, Philippe Doucet en juin dernier: il fut chahuté à plusieurs reprises lors d'une manifestation de soutien à une femme voilée agressée dans sa commune. L'Express s'interroge: "l'islamophobie est-elle vraiment l'enfant monstrueux du communautarisme ?" Ah... Le journal rappelle les "efforts" du maire pour créer une école confessionnelle. Après tout, il y a déjà un collège catholique...
- un papier sur les "troubles" laïcs qui agiteraient le PS. 

Et, enfin, une multitude d'exemples de "situations litigieuses", jamais sourcés, jamais datés, parfois même pas localisés; bref, du journalisme de l'anecdote.

Au final, nous sommes surpris, déçus, presque inquiets. Que des cas ostensibles, choquants pour la laïcité, ultra-visibles pour le commun des citoyens, existent, qui n'en serait convaincu ? L'Express aurait pu d'ailleurs traiter de ce sujet-là: comment traiter ces cas ?

Mais l'Express, ce jeudi, ne traitait pas cela. Il s'agissait de faire peur, de convaincre qu'une "tempête" menace. Ce sont les propos même du directeur de la publication. On cherchait donc les preuves, par exemple un recensement des faits, les résultats d'une enquête statistique, une analyse sur la longue période. Bref, autre chose qu'une poignée de propos, illustrés de faits divers connus et d'exemples anonymes.


6 commentaires:

  1. L'Express ne parle pas des dangers du capitalisme ? Du piège que constitue l'Europe du fric se préparant dans un secret quasi total à accepter le grand marché transatlantique, aberration monstrueuse ? L'Express ne se penche pas sur les fermetures d'usines pour faire plus de fric ailleurs ? Il n'a pas un regard sur la dégradation des services publics, transformés en pompes à fric pour d'indifférents actionnaires. Il ne soulève pas d'objection au prolongement de durée des centrales nucléaires, qui désormais rouleraient pour 50, voire 60 ans. Sans doute ne sait-il pas que les radiations fatiguent les canalisations, les fragilisant, donnant lieu éventuellement à des catastrophes type Fukushima sur notre sol. Avec 58 centrales en fonctionnement dans l'hexagone, nous sommes de très loin les plus exposés (150 pour les États-Unis tout entiers, alors que le Texas seul est grand comme la France).

    Il en aurait à dire, l'Express, pendant que par exemple (bien que ce ne soit pas ma tasse de thé) les chrétiens évangélistes envahissent nos villes, nos campagnes et sont, eux, dangereux en termes de propagande (origine du monde par exemple). Ceci pour dire qu'il ne pointe qu'une catégorie, qu'une croyance, comme çà, au hasard. N'est-ce pas un peu court, jeune homme ?

    RépondreSupprimer
  2. Ne pourrait-il pas faire le même dossier avec pour thème les intégristes catholiques ? C'est tellement plus facile de stigmatiser un groupe. Il faut vendre du papier.

    RépondreSupprimer
  3. Il s'agit d'obliger la gauche à passer son temps à voler au secours des islamistes, ce qu'elle fait déjà tout le temps.
    On dirait une sorte de complicité entre la gauche et la droite pour boycotter en commun les sujets pour lesquels on a voté Hollande, à la base. Et le thème "musulman" n'en faisait pas parti, en fait.

    RépondreSupprimer
  4. L'Express comme beaucoup de médias sont occupés à faire le lit du FN. Le soi-disant communautarisme musulman est un mythe entretenu par l'extrême droite. Quelques illuminés ne font pas une communauté. Le retour d'une droite bien dure serait un magnifique cadeau au néolibéraux. Est-ce le but de Barbier ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme : faux. L'Express ne fait le lit de rien du tout. Le FN est un chiffon rouge omniprésent servant soit à pousser les électeurs/trices à voter PS même s'illes n'en veulent plus, soit à permettre au PS de virer encore plus à droite.
      "Faire le jeu du FN" c'est faire le jeu du PS qui n'est pas moins à droite que l'Express.
      Il n'y a pas de différence assez grande entre le PS et la droite pour que l'Express ait dans l'idée de booster spécialement le FN par goût pour les fachos.
      Les intérêts de Barbier ne sont en rien menacés par le PS. Au contraire.
      Donc, s'il booste le FN ce n'est pas pour cela.
      Car l'autre possibilité est qu'il faut préparer le terrain de la dérive FN du PS qui s'amorce depuis un moment avec les expulsions de Rroms et autres faciès déplaisants aux partisans du FN.
      Pourquoi le PS ne chercherait-il pas à ratisser à l'extrême-droite ?
      Il ne faut pas être naïf. Les partis politiques sont plus que des leurres.
      En réalité, il s'agit d'aller à la pêche aux électeurs/trices et faire en sorte que ces mêmes électeurs/trices veulent ce que les gouvernements veulent. Et ce qu'ils veulent, c'est faire diversion, diviser les pauvres et les persécuter pendant que les riches continuent leur business criminel.
      Le pouvoir consiste juste à s'enrichir. Mais il faut le faire avec discrétion et doigté.

      Supprimer
  5. Barbier est un con ! Ce genre de type caresse les peurs des citoyens pour faire vendre le papier de son canard, sans en mesurer les conséquences .
    Il faut espèrer que son comité de rédaction décide de refuser de diffuser des aneries de ce genre et le renvoie dans l'ombre de laquelle il n'aurait jamais dût sortir

    Bozo

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.