11 octobre 2013

Copé: un peu d'outrances et puis s'en va.

Qui pouvait donc écouter sans rien dire Jean-François Copé jeudi soir sur France 2 ? L'homme, qui aurait pu saisir la perche tendue par son rival Fillon, préféra rester coincé dans une relative outrance politique qui est en passe d'enterrer l'UMP.

1. Copé "normalise" le Front national, comme d'autres. Car il s'est exercé à ne pas choisir entre un PS et un FN en cas de second tour sans UMP."Une majorité de nos sympathisants ne souhaite pas une alliance avec le Front national" fut sa seule "concession". Et la République ?


2. Copé "normalise" le FN en rabâchant ses slogans sur la sécurité sociale: "la France est beaucoup trop attractive socialement pour les immigrés qui viennent en France".

3. Copé "normalise" le FN en remettant en cause le droit du sol, comme son rival Fillon: "Il n'y aucune raison de donner automatiquement la nationalité française aux enfants nés de parents arrivés illégalement en France"

4. Copé propage une recette que l'on n'ose qualifier de libérale. Sabrer dans les dépenses publiques à coup de milliards sans préciser précisemment où il entend couper est quelque chose d'usuel en Sarkofrance. Confronté à une chômeuse désespérée - une manoeuvre médiatique par ailleurs facile-  le président UMPiste resta coi et tétanisé.


6 commentaires:

  1. Plus j'y pense depuis mon billet de ce midi, moins je comprends qu'il ait pu rater sa prestation à ce point, prestation que je n'ai pas regardée mais tous les articles de presse le rendent ridicule.

    RépondreSupprimer
  2. Le spectacle de ces marchands de piscine, qui se ridiculisent en public en ne sachant pas de quoi ils parlent, est vraiment pitoyable. D'un aut' côté, c'est du tout bon pour la fraise flagada, qui peut remettre une pièce dans la machine.

    RépondreSupprimer
  3. Curieux qu'un homme qui pouvait passer pour un battant il y a quelques années, en arrive à se retrouver à la remorque, en combat d'arrière-garde déboussolée... Peut-être ne croit-il plus à sa bonne étoile ? Un retour hongrois en force le déstabilise-t-il ? Je ne le regrette pas, bien entendu : les casseroles du concurrent pourraient bien balayer pour le compte celui-ci. Il n'y aurait plus de vrai leader libéral capable de rassembler, à part (on va rire) un ancien Premier Secrétaire consensuel et bonhomme......

    RépondreSupprimer
  4. Il connaît les "mêmes" problèmes à Meaux ? Ouh la la, quel mauvais maire ! En plus, c'est lui qui a voté les lois pour que ceux d'en bas morflent un peu plus chaque jour, et il entend continuer dans ce sens. Vu tous les mandats passé et en cours, cumulés et occupés, il avait tout en main pour faire plus. Mais NEIN ! La politique d'en haut, c'est pour les copains d'en haut et riches de préférence.
    Quoi de mieux, pour les servir, que cette armée de petits esclaves corvéables : RSA, chômeurs, Rmistes, qu'on obligerait à travailler dans tout et n'importe quoi, y compris d'en rien, puisque l'emploi est en voie d'extinction ?
    A la campagne, il n'y a qu'un seul qualificatif pour un tel être : fumier !

    Solanden

    RépondreSupprimer
  5. Es-ce qu'il serait possible une bonne fois pour toute d'arrêter de propager que le droit du sol existe en France, même venant de gens de gauche ?
    NON, le droit du sol n'existe pas en France. On ne naît pas français si l'on naît en France.
    Simplement le double droit du sol est reconnu : On naît francais en France si l'on a au moins un des deux parent naît en France. Ce qui permet a n'importe quel français de prouver sa nationalité française avec un simple acte de naissance.

    Si un étranger naît en France veut la nationalité française, il devra attendre ses 18 ans (ou moins dans certains cas), et cela n'aura rien d'automatique puisqu'il devra remplir certains critères ...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.