23 octobre 2013

Les bonnes affaires de Marine Le Pen

 Marine Le Pen serait la Jeanne d'Arc qui nettoierait les écuries d'Augias. La réalité est bien différente.

On connait l'entreprise familiale "Le Pen". L'ancêtre Jean-Marie s'est chargé de faire fructifier un fond de commerce basé sur la juste utilisation des fonds publics récoltés de ses victoires électorales. On oublierait un peu vite que le premier vrai job de Marine Le Pen fut d'être directrice juridique... du Front National. La même "salaria" son compagnon Louis Alliot, vice-président du parti, sur ses indemnités de député européen. Elle ne nia même pas les faits, préférant récuser tout concubinage avec Louis Alliot.

Plus c'est gros...

Avec Marine Le Pen, la démarche a pris une autre ampleur.

Lundi, le site Mediapart lâchait une autre révélation: le micro-parti de Marine Le Pen fait travailler l'entreprise d'un associé, pro-Assad et ancien Gudard, pour quelques millions d'euros par an. Sans doute croyez-vous que la dite présidente ne s'occupait que du Front national ? Non, elle s'est créé, à l'instar d'une flopée d'ex-sarkozystes notoires, son parti personnel. Une coquille juridique qui permet de recevoir des dons défiscalisés ou, en l'occurrence, de facturer des prestations.

Comme Papa. Car Jean-Marie procédait de même. 

Il n'y a pas de petits profits. La chose avait été expliquée par Sylvain Lapoix, pour Owni, en 2011.

Sans rire ni surprise, Marine Le Pen a dénommé son parti "Jeanne". En 2012, relate Mediapart, Jeanne a reçu... 9 millions d'euros de recettes et ... 150 euros de cotisations. Rien que ça. Mieux encore, cette société "Jeanne" a pu contracter avec RIWAL, la société de Frédéric Chatillon, un grand gaillard un peu musclé, ancien responsable du Gud. Le mandataire financier de Jeanne s'appelle Steeve Briois, secrétaire général du FN et suppléant de Marine Le Pen aux législatives à Hénin-Beaumont. La présidente est toujours Florence Lagarde, ancienne du Gud, tout comme le trésorier de l'associaton, Olivier Duguet. Ce dernier est par ailleurs actionnaire ... de RIWAL.

Mediapart a sourcé quelques recettes improbables de ce micro-parti: "Jeanne" facture des "kits de campagne officielle" aux candidats du Front. Pourtant, d'après les comptes de la société, l'opération (1,8 million d'euros) est à peine rentable. Du pur dévouement électoral ! On imagine que d'autres intermédiaires "amont" y trouvent leur compte: "Celui qui semble surtout réaliser une bonne affaire, c'est le grossiste qui fournit les « kits » au micro-parti. (...) Il s’agit de RIWAL, propriété de Frédéric Chatillon, ancien chef emblématique du GUD et nationaliste révolutionnaire, privé de poste officiel au FN mais conseiller de l'ombre de Marine Le Pen, dont il organise les tournées en Italie avec ses réseaux néo-fascistes."

La seconde activité de "Jeanne" est de "prêter de l'argent aux candidats FN avec des taux relativement hauts, afin d'emmagasiner des intérêts". Mieux, ces intérêts sont ensuite partiellement remboursés par l'Etat, en tant que dépenses électorales.

Pire, explique Mediapart, l'un des deux commissaires aux comptes qui certifia les comptes de "Jeanne" n'était autre ... qu'un ancien candidat frontiste.

Le FN aurait changé.

Oui, il s'est professionnalisé.

Mercredi 23 octobre, le Canard Enchaîné ajoute une pierre à l'édifice: la Commission des Comptes de campagne a refusé de rembourser environ 700.000 euros de frais à la candidate Marine Le Pen: "Proche du peuple et toujours les mains propres, Marine Le Pen s'est tout de même pris une volée de la part du Conseil constitutionnel lors de l'examen de ses comptes de campagne". En cause, des frais de bouche particulièrement chics et choc.

Là encore, Marine Le Pen use, ou tente d'user, du remboursement public.




12 commentaires:

  1. Malheureusement, ceci n'est rien par rapport aux bonnes affaires électorales qu'elle va bientôt réaliser avec la complicité de Fillon et de Copé, alliés objectifs en la circonstance des protestataires et gauchistes de tout poil qui ont monté en épingle l'affaire Leonarda (Mélenchon, le PC, EELV et une bonne partie de l'aile "gauche" du PS)...

    Jean de Scarpone

    RépondreSupprimer
  2. Le jour où Marion Anne Perrine participerait à une manif ouvrière, prendrait la parole pour défendre les salariés devant le patronnat et cesserait de faire amai-ami avec les néo-nazis Autrichiens, on pourrait croire qu'elle veut vraiment nettoyer les écuries d'Augias .
    Pas d'inquiètude : ce jour là n'est pas près d'arriver . Comme son papa l'"héritier" des ciments Lambert, elle ne crachera pas sur sa cate !

    Bozo

    RépondreSupprimer
  3. Ami-Ami et caSte
    Saletés de...doigts
    Bozo

    RépondreSupprimer
  4. Moi je l'aime bien Marine, elle tient bien la boutique crée par son adjudant de père, une bonne artisanne a la française avec le savoir faire qui c'est perdu et pas que dans la politique, trouver un graveur de nos jours, un luthier, un vrai bottier, pas facile.
    Alors cracher sur Marine comme le fait le Juan, c'est le ronron médiatique depuis trente ans, de la vrai pisse de chat !
    Moi ce qui m'inquiète, ou ce que je perçois est le retour de la vrai extreme droite française, celle qui ne se présente pas aux comiques élections et autre mascarades pour gogos mais qui fera changer la monde de manière radicale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. London va swinguer.... Ouais comprenne qui pourra lol

      Supprimer
    2. Affirmatif. Si ceux qui ont changé et changent aujourd'hui le monde se présentaient aux élections, ça se saurait. Ils ont des employés pour ça.

      Supprimer
  5. Les affaires + les comportements de nos politiques, élites déconnectés du peuple et de la réalité, dans le dénis de surcroît, les injustices, les dysfonctionnements de la Justice de notre pays, les justiciables qui se retrouvent ruinés à cause des agissements pervers des professionnels du droit qui demeurent impunis. Grâce à internet, des blogs comme celui de Juan et des victimes qui dénoncent les injustices, le peuple communique, nous ne serons plus des ignorants. Les valeurs de la République sont constamment violées, bafouées par ceux qui sont censés normalement faire appliquer les lois et les faire respecter, les politiques et les professionnels du droit qui s'autorisent tout les droits y compris celui de baigner dans la délinquance...Il en découle une aversion envers les politiques, il ne pourrait en être autrement...Marine arrive à grand pas. C'est consternant.
    Lisez ce qui nous arrive: http://combatcontreinjustice.over-blog.com

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. "Les affaires des Le Pen" sont-elles la lessive qui va laver plus blanc les renoncements, trahisons et échecs du PS et de l'UMP ? C'est le cas si on se réfère à l'approche de Juan.
    Pas sûr que ces "révélations" aient une quelconque influence sur les électeurs.

    RépondreSupprimer
  8. L'important n'est-il pas de prouver : "Tous pourris ? Eux aussi !"

    RépondreSupprimer
  9. QU'attent-on pour lui coller un procès pour que l'état récupère les sommes détournées...?

    ils font quoi à mediapart?

    RépondreSupprimer
  10. Bref, je ne comprends pas trop le but de l'article... j'y apprends que Mme Le Pen utilise des moyens légaux pour gagner de l'argent, et que tout ceci est validé par un commissaire aux comptes...

    Et la grande nouvelle c'est que la commission des comptes de campagne lui a prélevé 700 000 euros de frais en trop, donc bonne nouvelle pour les finances des citoyens de gauche, et grosso modo le meme genre de procédure que quand n'imoprte quel salarié balance une facture de restau de 25euros alors que le plafond de remboursement note de frais est à 15eur et qu'on lui fait payer la différence.


    Bref, so what? vous nous avez habitués à mieux!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.