17 octobre 2013

Pourquoi l'affaire Léonarda trouble tout le monde.

Le sujet a dépassé le fait divers.

Une expulsion, une de plus, dans des circonstances qui choquent. Et voici que le sujet dépasse son auteur. Léonarda, jeune collégienne arrêtée sur le parking d'un autre collège

1. Le gouvernement a été ébranlé. Peut-on le dire ? Oui. Jean-Marc Ayrault a demandé une enquête; Manuel Valls a fait publier un communiqué défensif. Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, celui qui institutionnellement pourrait remplacer le président de la République si celui clamse, a fustigé publiquement les conditions de l'arrestation. Le Parti du président, le PS, s'est indigné. François Hollande, en déplacement à quelque 3.000 kilomètres de là, a réagi. Cette indignation s'est vue jusque dans les blogs politiques.


D'une prise de conscience, on pourrait se réjouir.

Pas seulement.

2. Une fraction de la gauche n'a rien saisi, rien compris, rien appris des années d'opposition sarkozyste. Au lieu de se réjouir, elle s'est "terrifiée". Comme si, au coeur d'une émotion collective, il fallait faire le tri dans les soutiens, les purs et les autres. Sa rage est sans doute aussi violente que sa déception. Mais elle se précipite de façon inattendue dans une impasse politique qui se démontre jour après jour. La première - et peut-être la seule - leçon de l'antisarkozysme est qu'il faut réunir parfois des contraires sur un objectif commun.

3. Une fraction du camp majoritaire s'est désolidarisée de cette accusation. Ségolène Royal a rejoint Jean-Pierre Chevènement pour "calmer" le jeu. "Tous ceux qui se précipitent dans des réactions alimentent une fois de plus la polémique sur la question de la sécurité, ce qui est très mauvais pour la gauche" . Chevènement a ajouté: "Il arrive un moment où il faut bien appliquer la loi". Ces positions ne sont pas surprenantes.


4. La droite est dépassée. Jean-François Copé a dénoncé la "fin de l'hypocrisie". Quelle ignorance ! Le gouvernement, et Valls en premier, sont accusés de prolonger les mauvaises pratiques du sarkozysme anti-migratoire et l'UMP clame qu'il y aurait du laxisme ! L'outrance, là-bas, n'a pas de limite.

Qui a lu le Figaro, ce mercredi 16 octobre ?
Tout au long de la journée, chacun a ensuite rivalisé de superlatifs pour qualifier l'affaire: «Insupportable»,«indigne»,«inacceptable», «inhumain», «effroyable», «scandaleux»… Sous Nicolas Sarkozy, les socialistes étaient à peine plus virulents. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il n'a pas failli à son rôle en lançant: «Rendons Valls à Le Pen.»
 5. Personne ne sait si le sujet importe politiquement au-delà de l'émotion légitime. C'est triste à dire. Les faits se succèdent mais Valls - pour ne citer que lui - enquillent les sondages populaires. Et un dernier, intoxication ultime, consacre Marine Le Pen comme meilleure opposante à François Hollande.

Quelle leçon politique en tirer ? 


[ NDR: Au final, une arrestion d'une collégienne, étrangère et rom, dans un cadre scolaire, a (heureusement) suffit à agiter le paysage politique. Il y a des émotions légitimes. Il faudra se le répéter. ]

63 commentaires:

  1. Certains demandent sa démission, moi pas. Qu'il reste, c'est moi qui démissionne!
    Et que la gauche ne s'étonne pas de la démission d'un certain électorat! Quant aux électeurs de droite qui l'estiment "Populaire", ils voterons toujours à droite ou chez Marine...

    RépondreSupprimer
  2. QUI, oui, QUI connaît le dossier entièrement ? Le public ? Bien sûr que non. Le président de la république ? ce n'est pas son rôle. Le ministre ? Partiellement , je présume. Seuls ceux qui ont instruit le dossier de demande d'asile (rejetée) pourraient parler, mais la réserve leur impose de faire profil bas. Dans l'affaire, personne n'en sort grandi. Comme au temps de Sarkozy. Seule remarque, que je ferai de façon générale en raison de mes options politiques : pour les humains, les frontières ne devraient pas exister ; pour la Phynance, le cloisonnement devrait être hermétique pour éviter toute spéculation.

    Mais ces considérations impliquent une nouvelle donne mondiale, que pas mal de gens ne voudraient pas parce que personnellement, cela ne les arrangerait pas (et tant pis pour les autres).

    En attendant, cette famille se retrouve dans un pays qu'elle ne connaît pas (au moins les enfants), dont elle ne parle pas la langue, et qui la rejette. Des solutions plus judicieuses auraient certainement pu être prises. Lesquelles ?....

    RépondreSupprimer
  3. Lorsqu'on me demandait qu'elle était la différence entre le précédent gouvernement et l'actuel, je répondais que l'actuel était plus soucieux des inégalités et plus humain.

    Or, Hollande a plus augmenté les impôts pour les classes populaires que Sarkozy. Or, Hollande a plus épargné les entreprises que Sarkozy. Or, Hollande a un bilan écologique inexistant contrairement à Sarkozy (un comble !). Or, le Hollande mène la même politique migratoire haineuse que Sarkozy.

    Je n'ai plus aucun argument pour défendre ce gouvernement. Même comparativement au précédent. Tout au plus n'avons nous pas Morano...


    J'en viens à me demander si ça vaut le coup de voter désormais. J'ai donné sa dernière chance à la démocratie représentative en 2012.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je continue le combat de gauche, F Hollande n'a rien à avoir avec les tribulations de Valls. Ne pas tout confondre. Ceux qui pensent que Valls et sa politique droitière va ramener l'électorat perdu à la maison se trompent..
      La popularité de Valls, c'est juste la satisfaction des électeurs de droite et d'extrême droite qui trouvent en lui, la validation de leurs convictions politiques.

      Ils voteront (toujours) à droite. L'UMP vient de s'en rendre compte malgré son caractère décomplexé de ces derniers temps.

      Supprimer
    2. Valls, le plus dangereux concurrent de Hollande ! Tellement "gourmand" qu'il risque ne pas savoir pas attendre 2022

      Supprimer
  4. Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, celui qui institutionnellement pourrait remplacer le président de la République si celui clams

    non, c'est le président du sénat qui assume l'intérim

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. La dernière du foutraque médiatique : ne pas céder à la dictature de l'émotion.....

    Dans cette affaire ce n'est pas les malheurs d'une jeune fille étrangère expulsée qui révulse mais le fait qu'elle ait été appréhendée ( par ruse ou par contrainte ) dans l'enceinte scolaire ! le bus était une enceinte scolaire : la police a manqué de discernement !
    Ce détonateur du contexte de grande frustration du "peuple de gauche" risque être encore dans les mémoires au printemps....

    bonjour l'abstention et le nul ! (qui se voit arriver ici !!)
    Frère Âne ne voit il rien venir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ jpd83

      "elle ait été appréhendée ( par ruse ou par contrainte ) dans l'enceinte scolaire"

      Pas du tout, lisez les faits: toute la famille devait embarquer dans un avion partant à 13 heures, c'est sa mère qui a téléphoné à la jeune fille pour lui dire de descendre du bus, et la police qui l'a ensuite ramenée chez sa famille pour l'expulsion.

      Supprimer
    2. Bin oui la maman a bon dos !!!!! J'avais lu cette demi fable..... C'est une autre version du loup et du petit chaperon rouge. Un gentil loup... bien rusé et prudent !

      Faut pas rater l'avion ma petite fille !

      Supprimer
    3. dixit obs :
      Alors que le Défenseur des droits a lui aussi ouvert une enquête, le Premier ministre a également rappelé que les arrêtés de reconduite à la frontière "n'autorisent pas que les enfants soient interpellés dans l'enceinte scolaire" ou lors de déplacements organisés par l'école.

      C'est pourtant dans le cadre d'une sortie scolaire que Leonarda a été remise à la police mercredi dernier. Quand les forces de l'ordre se présentent au centre d'hébergement où elle est logée avec sa mère et ses frères et soeurs, la collégienne de 3e DP3 (option découverte professionnelle) du collège André Malraux de Pontarlier n'est pas là. Elle a dormi chez une copine pour pouvoir prendre le bus qui doit emmener sa classe visiter l'usine Peugeot de Sochaux. Selon les explications d'Anne Giacoma, professeure d'histoire-géographie-éducation civique au collège Malraux dans un billet publié par RESF (Réseau éducation sans frontières) sur "Mediapart", le maire de Levier, en contact avec les policiers, les informe de la sortie. Puis appelle l'adolescente sur son portable, avant de demander à parler à un de ses professeurs. "Il me demandait expressément de faire arrêter le bus", relate Anne Giacoma. Elle refuse. Mais le maire lui passe un agent de la Police aux frontières (PAF) qui lui dit qu'ils n'ont "pas le choix" et doivent "impérativement faire stopper le bus (...) car il voulait récupérer une de nos élèves en situation irrégulière".

      "J'avais honte, parce que la police est venue devant mes camarades"

      La PAF (Police de l'air et des frontières) dispose de billets d'avion pour un départ le jour-même à 13h au départ de Lyon. Leonarda est donc débarquée du bus scolaire et récupérée par la police. "L'éloignement s'est réalisé sans coercition, dans le plus grand calme", insiste la préfecture, précisant que l'adolescente a "attendu les forces de l'ordre à l'écart du bus avec son professeur, le plus discrètement possible". "J'avais honte, parce que la police est venue devant mes camarades. Ils me disaient 'Pourquoi la police ? Qu'est-ce que tu as fait ? Tu as volé ?'", témoigne l'adolescente à "France Inter" et "BFM TV". La professeure, particulièrement choquée, indique alors à la police que "la façon de procéder à l'interpellation d'une jeune fille dans le cadre des activités scolaires est totalement inhumaine et qu'ils auraient pu procéder différemment". Dans le même billet, les professeurs du collège dénoncent la façon dont "les efforts d'intégration fournis par ces enfants à l'école sont réduits à néant par des politiques aveugles et inhumaines".

      "Plus aucune interpellation ne devrait être effectuée dans les écoles et préfectures", préconisait le commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe Thomas Hammarberg en novembre 2008.

      Supprimer
  7. On se retrouve dans des moments schizos où, par reflexe certains députés y compris loin de l'aile gauche du parti, disent souhaiter que la fille revienne mais que la loi soit appliquée...J'ai vu cela en live hier soir sur BFMtv . Hallucinant.

    RépondreSupprimer
  8. Mélenchon et Mamère font dans l'émotionnel pur, comme Marine Le Pen: cela aussi participe de le "lepénisation des esprits"; il est vrai que, politiquement, Mélenchon et Mamère ne sont plus rien.

    C'est tellement plus facile et plus démagogique que de prendre connaissance des faits:

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/10/16/01016-20131016ARTFIG00651-une-famille-rom-qui-avait-epuise-tous-les-recours-possibles.php

    Je me demande s'il existe un pays au monde où les expulsables bénéficient d'autant de garanties et de voies de recours possibles, et si toute cette démagogie ne se retournera pas contre les étrangers.

    Et voilà qu'aujourd'hui les lycéens se mobilisent contre l'expulsion d'un lycéen arménien (l'Arménie n'est pas une dictature!) majeur, sans papiers, et arrêté pour vol...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout de même un peu ennuyeux lorsque les tribunaux et centre de rétention sont sous le même toit.
      http://libertes.blog.lemonde.fr/2013/10/15/le-tribunal-et-le-centre-de-retention-du-mesnil-amelot/

      Supprimer
    2. le kosovo non plus , milosévic n'est plus là

      Supprimer
    3. @ Brucolaque

      Strictement aucun rapport avec cette affaire: cette famille n'a jamais été placée en rétention, les enfants étaient scolarisés, et aucune des multiples instances qui ont eu à se prononcer sur leur droit de résidence n'était un tribunal d'un centre de rétention!

      Pour plus de détails, voir ici:

      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/10/16/01016-20131016ARTFIG00651-une-famille-rom-qui-avait-epuise-tous-les-recours-possibles.php

      Supprimer
    4. @Brucolaque: c'était mon sujet de billet mardi: http://sarkofrance.blogspot.fr/2013/10/immigration.html

      Supprimer
    5. @ Elie Arié,

      Il s'agissait juste de rappeler que la France n'est pas aussi irréprochable que cela dans le traitement judiciaire de l'immigration illégale que votre commentaire peut le laisser croire.

      Supprimer
    6. "Mélenchon et Mamère font dans l'émotionnel pur, comme Marine Le Pen..."Et Harlem Désir !!! Il n'est pas un "vrai" socialiste, lui ? En plus, le "chef", non ? Et lui, c'est pire ! il a régit en demandant le retour de Léonarda 24 heures après les autres... Il a donc eu le temps de réfléchir, lui !
      Donc, Harlem Désir participe à la lepénisation des esprits, au même titre que les autres !!!

      Supprimer
    7. "C'est tellement plus facile et plus démagogique que de prendre connaissance des faits"
      CQFD : Harlem Désir démago !

      Supprimer
  9. Sur cette " affaire" comme sur bien d'autres , le constat est sans appel : les deux droites , la complexée et la décomplexée , sont entièrement d'accord . On expulse les gueux qui veulent quelques miettes du gâteau et on libéralise l'économie en accueillant les dollars qataris . Alors à quand le mariage , pourquoi attendre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le plan des idées - puisque je ne connais pas les faits - il serait donc logique que nous n'appliquions pas la loi puisque les riches, eux, font voter des lois dans leur intérêt et usent de leur pouvoir. Les turpitudes et les exactions des uns légitiment celles des autres ou tout du moins les atteintes à la loi.

      Nous ne vivons pas dans le monde réel, mais dans un monde virtuel avec des gentils et des méchants et où ce qui compte, c'est d'adopter une posture pour invectiver celles et ceux qui ne pensent pas comme nous.

      Monde merveilleux de la Connerie et du Délire généralisés !

      Supprimer
  10. Et on apprend progressivement de plus en plus de choses:

    "Quel père est Resat Dibrani ? Un "gars nerveux" et "bagarreur". Au début de l'année, Leonarda, sa soeur aînée de 17 ans et sa mère ont déposé contre lui une plainte pour violences. Des enseignants avaient eux-mêmes constaté des traces de coups, conduisant le juge des enfants à placer les deux filles en foyer durant deux semaines, avant qu'elles rentrent et retirent leur plainte.(...) Neuf ans après avoir quitté le Kosovo pour une longue migration en Italie, Serbie, Croatie et, enfin, en France où elle est entrée illégalement le 26 janvier 2009, la famille Dibrani est de retour sur la terre qu'elle a fuie, à Mitrovica, au nord du Kosovo." (...)

    C'est au premier étage d'une maison temporairement allouée par les autorités kosovares que Leonarda répond au téléphone. Insouciante comme une adolescente. "Oh my God ! Je suis une star à la télé française maintenant." Elle a séché les larmes comme ses sœurs au moment de quitter la France, et pris peu à peu conscience que l'onde de choc de son expulsion valait peut-être promesse d'un billet retour."(...)

    "Mais Leonarda manque à l'appel, rendant la reconduite à la frontière impossible. La police veut la localiser. Louis Philippe, ancien maire de Levier (Doubs), où est hébergée la famille, se propose de l'appeler sur son portable, avec l'approbation du responsable du Comité de soutien aux demandeurs d'asile de Pontarlier, Gérard Guinot.(...) A la tête de son comité de soutien, Gérard Guinot s'est battu pendant des années pour que la famille Dibrani obtienne l'asile. Mais tous les recours ont été épuisés et la préfecture du Doubs a entériné son obligation de quitter le territoire au motif qu'elle présentait "d'insuffisantes perspectives d'intégration sociale et économique". Sa décision d'approuver l'expulsion des enfants une fois actée celle du père n'a pas été prise dans l'urgence de la matinée du 9 octobre. Elle a été mûrement réfléchie et assumée, comme en témoigne ce mail adressé quelques jours plus tôt à la préfecture du Doubs : " Je viens d'apprendre que Resat DIBRANI est conduit à l'aéroport de Strasbourg pour prendre un avion à 13 h pour le Kosovo, signe qu'il a un laissez-passer pour le Kosovo. Il va certainement refuser de monter dans l'avion. Mais je vous demande comment on peut l'envoyer sans sa famille. Cela me paraît totalement inhumain et incohérent et surtout on n'a pas le droit de séparer une famille. "

    Tout l'article du "Monde":

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/10/17/crispations-au-sein-du-milieu-associatif-apres-l-expulsion-de-leonarda-dibrani_3497136_3224.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elie: je loue votre démarche qui consiste à justifier cette expulsion et même ses conditions. Mais pour moi, cela ne passe pas. Sans forcément disposer, d'ailleurs, de tous les éléments de réponse sur le sujet.

      Supprimer
    2. Elie,

      Ce qui choque, au delà des conditions de l'expulsion, c'est l'incohérence. D'un côté la république salarie des fonctionnaires pour s'occuper de l'intégration de cette famille (des prof, des agents des collectivités territoriales et même des associatifs).

      Mais simultanément, elle salarie des fonctionnaires pour expulser cette même famille (des fonctionnaires de police, des fonctionnaires de l'administration préfectorale, etc) en fonction d'une politique de l'immigration vague et hésitante.

      Soit dit en passant, Valls a beau jeu de fustiger l'incapacité des familles Roms à s'intégrer, vu qu'il les expulse en cours de processus d'intégration. Ca risque pas de marcher.

      L'Etat est un bien curieux jardinier: il déracine ce qu'il a lui-même semé.

      En matière d'intégration, tout ce qu'on sait - mais on le sait vraiment - c'est la continuité qui compte. La cohérence. Faut pas faire tout et son contraire en même temps. Et là... on a fait fort.

      Supprimer
    3. t'as entendu le témoignage des voisins sur le comportement du père ? (FI Journal de 13h)

      Supprimer
    4. @ Juan

      Il faudrait que vous précisiez ce qui ne passe pas, et, surtout, ce que vous proposez pour que ça passe: n'expulser personne? n'expulser aucune famille dont un enfant est scolarisé?

      Je vous rappelle que la France, chaque année, octroie environ 150 000 titres de séjour et 130 000 naturalisations (que Valls veut porter à 200 000): pas assez?

      Il arrive un moment où il faut passer de l'émotion suscitée par un cas particulier à la définition d'une politique d'immigration.

      Supprimer
    5. @ Bob,

      Céamoik'vouskozé? Non. Mais le père, c'est pas la famille non plus. Il est même possible que pour intégrer l'une on soit comme obligé de se séparer de l'autre. Le principe d'unité familiale (un OVNI dont personne n'a entendu parler) est suffisamment souple pour permettre ce genre de chose.

      Supprimer
    6. Que la France, mes frères, n'expulse plus personne ! Devenons les rois des Bisounours, ouvrons notre pays et nos portes toutes grandes pour accueillir ceux qui nous feront l'honneur de venir. Réjouissons-nous et partageons ce bonheur ! Tournée générale pour tout le monde !

      Supprimer
  11. Je réagis de la même manière que j'avais réagi du temps de Sarkozy et d'une petite chinoise.
    C'est inadmissible ce type de procédure quand il y a des mineurs et des enfants. Cela réjouit sûrement toute une fange de l'électorat. Mais c'est une honte collective et humaine pour un pays qui perd ses valeurs.

    RépondreSupprimer
  12. Chevènement sur l'affaire Leonarda:

    " Nous vivons sous la dictature de l'émotion. Les associations qui soutiennent Leonarda ont une ligne politique. Ils sont sans-frontiéristes, sans-papiéristes, et ils contestent le droit qu'a la République de choisir qui peut ou ne peut pas séjourner sur son sol.

    La République octroie entre 100 et 150 000 titres de séjour par an, au moins. Et il y a une règle qui est l'opposabilité de l'emploi, nous avons 3 200 000 chômeurs. Bien entendu, si nous manquons de spécialistes dans telle ou telle branche ou pour des raisons qui tiennent à l'asile, on peut accueillir des étrangers qui souhaitent venir s'installer en France.

    En l'occurrence, cette famille a fait une demande d'asile, il y a presque cinq ans, qui a été rejetée, puis une seconde. Ensuite un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière a été fait par le préfet, qui a été contesté devant un tribunal administratif, sans succès. Enfin un nouvel appel a été rejeté. Donc il arrive un moment où il faut bien appliquer la loi.

    Je pense qu'il y a beaucoup d'excès dans les réactions à cette affaire. Le mot rafle est une référence à la période de l'occupation nazie, ça n'a donc rien à voir. Le Kosovo est un État créé par l'OTAN, que reconnaissent les Occidentaux, ce n'est ni la Corée du Nord, ni l'Afghanistan, par conséquent la demande d'asile a été rejetée.

    Naturellement il peut y avoir des considérations humanitaires de toutes sortes, il peut y avoir des examens complémentaires, mais au bout de quatre ans et demi, il faut savoir appliquer la loi.


    La police n'est pas montée dans le car, selon les informations dont je dispose. Je connais le préfet du Doubs, puisque c'est ma région, c'est un homme tout à fait respectable.

    Aujourd'hui, ne pas avoir un minimum de fermeté dans l'application de la loi, je n'hésite pas à le dire : c'est faire le jeu du Front National. Je pense qu'il faut que le Parti Socialiste se comporte comme un parti de gouvernement, et qu'il manifeste une raisonnable fermeté.

    Nous ne sommes pas dans un monde idéal. Il y a des problèmes de développement qui se posent en Afrique. Des problèmes qu'on ne va pas résoudre du jour au lendemain. Et cela, ce n'est pas du ressort du ministre de l'Intérieur. "

    La vidéo complète ici:

    http://www.chevenement.fr/Francois-Hollande-doit-faire-davantage-appel-au-patriotisme-des-francais_a1520.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Acquiesce à tout cela....
      et pourtant je vomis.
      "La police n'est pas montée dans le car ....."
      dégueulasse Monsieur Chevenement ! elle a fait pis !!!
      elle a attirée la petite dans un piège.

      Qui est responsable de la petite à ce moment précis ?
      Le professeur responsable de la sortie. Que la petite soit dans le car ou à côté du car ou à 100m.
      Je ne voudrais pas être à la place de ce professeur....



      Supprimer
  13. Il faut savoir passer de l'émotion provoquée par un cas individuel à la définition d'une politique de l'immigration:

    1- Les gens qui immigrent viennent toujours chercher de meilleures conditions de vie et de travail que celles de leur pays d’origine : il est donc vain de rappeler ces dernières, elles sont forcément pires ; est-ce pour cela que la France doit et peut accueillir tous ceux qui s’y trouveraient mieux que chez eux, c’est-à-dire...plusieurs milliards de personnes ?

    2- Le spectacle d’un enfant scolarisé que l’on expulse est toujours difficilement supportable : mais ce ne sont pas les enfants qu’on expulse, ce sont les familles ! Serait-il concevable d’expulser les parents, et de garder les enfants de moins de 16 ans ? C’est tout à l’honneur de la France que les enfants d’immigrés en situation irrégulière aient droit à la scolarité gratuite, et il faut absolument maintenir cette disposition: mais cela implique, en contrepartie, que l’on accepte aussi que des enfants scolarisés soient expulsés avec leurs parents; sinon, il suffirait d’arriver en France avec des enfants de moins de 16 ans pour devenir inexpulsable!


    3- Que signifie cette hypocrisie consistant à admettre qu’il faut bien des lois sur l’immigration, mais à traiter de fachos ceux qui les appliquent ? Que propose donc la « gauche émotionnelle », en contrepartie ? Combien de Léonarda, chaque année ? La médiatisation de certains cas, pas plus graves que les autres, est-elle le bon critère pour distinguer ceux qui ne doivent pas être expulsés des autres ? La « gauche émotionnelle » a-t-elle un comportement fondamentalement différent de celui des dames patronnesses du XIXème siècle, qui avaient « leurs pauvres », sans rien changer à la pauvreté ? Ces campagnes médiatiques ont-elles un autre objectif que de se donner bonne conscience, sans rien résoudre pour autant ?

    4- Cette « gauche émotionnelle » se rend-elle compte, au moins, qu’elle rejoint l’idéologie de ceux qu’elle appelle les « ultralibéraux », tels Alain Madelin, partisans d’une ouverture totale des frontières, et d’une régulation mondiale des migrations des populations par la seule loi de l’offre du marché du travail ? Sans doute pas, hélas...

    Ne pas répondre à ces 4 questions, c'est parler pour ne rien dire; oui, la pauvreté, les discriminations et les persécutions dans le monde, les gens obligés d'émigrer de chez eux, ce sont des problèmes douloureux: et une fois qu'on a dit ça, qu'est-ce qu'on fait?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on est à la tête de la gauche non émotionnelle, il ne faut pas louper les séquences difficiles !
      Sinon on crée de l'émotion et l'émotion peut devenir phase politique.
      L'interpellation de la petite a été faite à un moment inouï de crasse bêtise !

      Et ne me dites pas qu'il fallait être à l'heure pour l'avion !

      Le responsable ce ce merdier est il incompétent ? Non avec le triple label Guéant, Valls et Chevènement... mazette ! est il un émotionnel ? peut être ! est il un provocateur : la question se pose !

      Supprimer
    2. "est-ce pour cela que la France doit et peut accueillir tous ceux qui s’y trouveraient mieux que chez eux, c’est-à-dire...plusieurs milliards de personnes ?"

      Là; ça relève du délire paranoïde !
      Des grands (par la taille) pays d'Europe, la France est celui qui accueille le moins de ces personnes "qui se sentent mieux ici que chez eux" !
      Royaume-Uni, Allemagne, Italie : entre 3 et 4000 réfugiés Syriens par an pour chacun de ces pays . France : 500;
      Royaume-Uni, Allemagne, Italie : plus de 100000 Roms par pays ; France : 20000.
      Effectivement, la France est le centre du monde de l'accueil de la misère !

      Supprimer
    3. Bien, bien, Elie, mais nous allons devoir vous retirer votre carte de Bisounours ! Comment pouvez-vous parler de la sorte d'une enfant ? Saperlipopette, vous n'avez pas de cœur, mon vieux et vous dites que vous êtes de gauche. Vous savez p'ête pas que les charters sont des avions, mais de droite. Les charters de gauche, ça existe pas. C'est pas comme la connerie.

      Supprimer
  14. Bonjour,

    J'espère ne pas être taxé de racisme ou de xénophobie en disant que le dossier des parents de cette collégienne n'est pas très clair. Il semble en effet qu'ils soient arrivés clandestinement en 2009 et qu'ils aient alors présenté une demande d'asile en affirmant être persécutés dans leur pays d'origine (ce que la justice n'a pas reconnu). Je rappelle que, si la France a l'obligation constitutionnelle d'accueillir ceux qui sont persécutés pour des raisons politiques (ou autres), rien ne l'oblige en revanche à accueillir tous ceux qui veulent quitter leur pays pour des raisons économiques ou financières.

    En l'espèce, cette demande d'asile est d'autant plus paradoxale qu'elle concerne les ressortissants d'un pays que nous avons contribué à libérer militairement en 1999 et dont nous avons reconnu l'indépendance en 1998. Il me semble même que nous avons encore quelques troupes sur place et que nous devrions donc pouvoir vérifier si les droits de l'homme y sont globalement respectés...

    Enfin, je trouve curieux qu'une collégienne qui aurait quitté le Kosovo en 2009, soit à l'âge de neuf ans, affirme ne pas connaître la langue de son pays d'origine...

    Jean de Scarpone (électeur hollandiste un peu déçu, mais pas au moins de regretter la présidence précédente)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ça n'a rien d'étonnant, car "Cerise sur le gâteau ":

      "La famille de Leonarda n'était pas du Kosovo

      Le père de Leonarda explique avoir menti aux autorités françaises en affirmant que toute sa famille était originaire du Kosovo. En réalité, lui seul est né dans ce pays ; sa femme et ses enfants sont tous nés en Italie, et sont donc citoyens européens.

      "Nous avons demandé l'asile en France et nous ne pouvions pas montrer nos papiers italiens. Nous avons dit que nous avions fui le Kosovo", explique Reshat Dibrani à l'agence Reuters.

      Cette information est confirmée par un responsable kosovar sous couvert d'anonymat. "Nous ne savons pas quoi faire avec cette famille. Elle n'est pas du Kosovo, il n'y a que le père qui soit né ici".

      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/10/17/01016-20131017LIVWWW00355-Leonarda-explusion-manifestations-roms.php#165854

      Supprimer
    2. "En réalité, lui seul est né dans ce pays ; sa femme et ses enfants sont tous nés en Italie, et sont donc citoyens européens"
      Donc, l'expulsion serait illégale, non ? Si madame et les enfants sont citoyens européens, ils peuvent s'installer et circuler où ils le veulent en Europe, non ?
      Ah oui... Je me souviens. Ca porte le nom de "accords de Shengen"...

      Supprimer
    3. a condition de montrer ses vrais papiers et de ne pas essayer de truander les avantages sociaux avec un prétendu droit au droit d'asile
      la libre circulation , le lascar va l'avoir dans sa cellule

      Supprimer
    4. Je ne vais pas pleurnicher sur ce violent !

      Supprimer
    5. A en juger par la multiplication des reportages sur cette curieuse famille, il n'y jamais eu autant de journalistes français au Kosovo depuis la guerre de 1999...

      Pour mémoire, ce sont les pays de l'OTAN (et la France de Chirac et Jospin en particulier) qui ont libéré militairement le Kosovo de la domination serbe et qui en ont fait, en principe, un Etat de droit où les persécutions politiques et religieuses ne devraient pas avoir droit de cité...

      Jean de Scarpone

      Supprimer
  15. Ce qu'il faut redouter, maintenant, c'est la réaction du gouvernement.

    Car les politiques ne raisonnent pas en fonction de qui a fait ou n'a pas fait quoi, qui a commis une faute ou pas, qui a raison ou tort: mais exclusivement en fonction de l'impact politique de leur décision, quelle qu'ait été la réalité.

    Or, avec un gouvernement faible et impopulaire comme celui-ci, un Hollande grand amateur de synthèses et de compromis, je crains le pire.

    RépondreSupprimer
  16. Les infos étonnantes se succèdent à la pelle:

    "Un document interne de la police, antérieur à l'expulsion, dit que « une enseignante accompagnant la sortie scolaire de la jeune Kosovare et un membre de RESF ont «sollicité une prise en charge discrète» de l'adolescente. » Les « fonctionnaires de la PAF du Doubs ont récupéré la jeune fille en accord avec l'enseignante encadrant la sortie scolaire du 9 octobre mais aussi en parfait accord avec le représentant du Réseau éducation sans frontières (RESF) présent sur place, en bas du car, devant le collège Lucie Aubrac de Doubs. »

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/10/17/01016-20131017ARTFIG00501-leonarda-resf-et-l-enseignante-avaient-donne-leur-accord-a-l-expulsion.php#xtor=AL-155

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attendons le rapport d'enquête.

      ça part dans tous les sens !
      Le représentant de RESF a t'il autorité dans le collège ?????

      Responsable : un professeur qui doit en référer au Principal qui lui même devant la patate très chaude demandera conseil !

      Supprimer
  17. Juste une remarque : le Kosovo est un pseudo-État créé par l'OTAN, qui n'a aucune légitimité internationale. Cela enfonce encore le cas dans un marais juridique putride. Ce n'est pas parce que quelques pays "occidentaux" en ont reconnu l'existence, que cet État existe vraiment (avec un sac de nœuds interne entre serbes et albanais). Du grand n'importe quoi.

    Là-dessus, si presque toute la famille est italienne, cela change tout. Elle est tout simplement non expulsable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi n'a-t-elle jamais voulu le dire, ni produire des papiers d'identité italiens?
      C'est un vrai sac de nœuds, et une cause pour le moins...confuse.

      Supprimer
  18. Je crois me souvenir que F Hollande avait promis des études au cas par cas......

    y a du boulot !

    RépondreSupprimer
  19. Faisons le point:

    Une famille de gens nés en Italie à l’exception du père, donc de nationalité italienne et ayant, à ce titre, le droit de résider en France, multiplie les démarches pour obtenir le droit de résider en France en se faisant passer pour des Kosovars, ce qu’ils ne sont pas, et échoue.

    Dans ces démarches, elle est soutenue par un réseau d’aide aux sans-papiers, dont un des membres organise, avec l’aide d’une enseignante, la descente d’une des filles d’un car scolaire, de façon à ce que la police n’ait pas à intervenir dans le car lui-même; puis, ce même réseau et les enseignants organisent de grandes manifs contre l’irruption de la police dans le car, qu’ils ont empêchée.

    Les filles et la mère, que le père battait comme plâtre au point qu’elles ont déposé plainte contre lui, vont le rejoindre au Kosovo, dont elles ne parlent pas la langue, afin de bénéficier de quelques gnons supplémentaires, au lieu de profiter de leur nationalité italienne pour s’en séparer.

    Les choses sont maintenant plus claires.
    Un beau combat pour la gauche, comme elle les aime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon pauvre Elie, nous venons de recevoir un appel de la Présidence et nous allons devoir vous retirer votre médaille d'or de l'Ordre des Bisounours. Toutefois, dans un geste de clémence et de magnanimité, dont notre grand Président a le secret, il vous permet de revenir dans le droit chemin. Cela consistera pour vous à vous rendre en bus à Pristina et à revenir en charter afin de prendre conscience du sort de cette pauvre enfant maltraitée.

      Supprimer
    2. pour le coup, Elie a raison de rappeler ces faits. Et, cher Demos, on modère le ton (pas le fond, la forme) de la critique. on est chez moi. merci d'avance

      Supprimer
    3. Le ton n'est ni élevé, ni incorrect et mes remarques ne visent nullement à injurier Elie Arié, qui prend le temps de présenter des faits. Attitude rare et louable. Les quelques lignes se réfèrent, mais ce de l'humour, à la tendance Bisounours de ces gens de "gôche", qui prennent des postures outrées et moralisatrices au moindre faits divers et au mépris de la Loi. Gens de "gôche", qui comme le disent certains à juste titre, préfèrent les immigrés quels qu'ils soient à leurs concitoyens qui souffrent. Est-ce bien clair ?

      Supprimer
  20. RESF , ceux qui ont organisé cette manipulation, ceux qui les ont soutenu ont perdu tout crédit , même pour des causes justes

    RépondreSupprimer
  21. Perso, j'ai lu plusieurs articles et, à aucun moment, aucun, les faits ne sont expliqués : situation légale ou pas, démarches entreprises, environnement ... On se fout de tout ça, ce qui compte, c'est de s'indigner ou de se réjouir. C'est franchement lamentable, complètement débile. Est-il possible de s'exprimer avec nuance en arrêtant de jouer aux gros bras ou aux donneurs de leçon ? Pauvre république dont les idéaux deviennent des objets poussiéreux dont personne ne s'inquiète. Beurk !

    RépondreSupprimer


  22. http://blogs.mediapart.fr/blog/jacky-dahomay/171013/honte-vous-monsieur-le-ministre?onglet=commentaires#comment-3999483

    RépondreSupprimer
  23. Superbe texte plein d'élan, de verve, de lyrisme en faveur de la suppression des frontières, de l'accueil généreux et solidaire des migrants !
    ... et malheureusement quelques heures plus tard c'est la grosse catastophe :
    le père aurait menti dis donc : sa femme et ses enfants seraient nés en Italie et il aurait abusé pendant 4 ans les autorités françaises, y'a aussi le faux-certificat de mariage à 50€, les coups relevés par les enseignants sur deux de ses filles ayant fait l'objet d'un signalement auprès du juge des enfants...

    Y' a pas à dire : La Gauche sait choisir ses grandes causes !
    Halala : lire un blog de gauche quand elle est au pouvoir : un peu de rigolade dans un monde de brutes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " il aurait abusé pendant 4 ans les autorités françaises"

      Finalement, il était donc assez bien intégré, non?

      Supprimer
    2. Arrêtez d'assimiler le père à la mère et aux deux jeunes filles !

      La confusion dans les papiers des migrants c'est banalement ordinaire !
      Le seul point à retenir la jeune fille est scolarisée depuis plus de 3 ans , non ?

      Supprimer
    3. La confusion dans les papiers est peut-être fréquente chez les migrants, mais surtout chez ceux qui sont en situation irrégulière ou qui veulent tromper les autorités. Cela n'implique pas de leur accorder systématiquement le droit d'asile car en droit, "nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude".

      Pour mémoire, l'article 4 du Préambule de la Constitution de 1946 (maintenu en vigueur en 1958) dit que "tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d'asile sur les territoires de la République" mais ne prévoit aucun autre cas d'asile automatique.

      Jean de Scarpone.

      Supprimer
  24. http://www.rue89.com/2013/10/17/k-ancien-sans-papiers-bac-4-jaurais-pu-etre-leonarda-246685

    RépondreSupprimer
  25. Édifiant:

    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/10/18/01002-20131018ARTFIG00561-le-pere-de-leonarda-valls-est-oblige-de-dire-ok.php

    et

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/10/18/01016-20131018ARTFIG00615-les-mensonges-de-resat-dibrani.php

    RépondreSupprimer
  26. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/10/18/97001-20131018FILWWW00650-65-des-francais-contre-le-retour-de-leonarda-sondage.php

    Qu'on se rende compte tout de même, il y a eu un sondage sur une telle question... Je me dis que sur ces 65%, au moins 70% ont honte d'être ainsi stigmatisés. On se rassure comme on peut.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.