4 novembre 2013

Bretagne: le tri sélectif des indignations peut enfin commencer.

Il était temps.

La Bretagne est en passe d'être un territoire exemplaire. Les manifestations de samedi 2 novembre ont révélé combien l'analyse politique nécessitait davantage de précision que certains raccourcis médiatiques.

Après la suspension de l'éco-taxe sur les poids lourds, on avait cru à un embrasement collectif et solidaire. Mais les démonstrations de samedi ont permis de faire l'inévitable tri.

1. A Quimper ou Carhaix, la quasi-totalité des forces politiques et des organisations professionnelles et syndicales du pays étaient présentes: Europe Ecologie Les Verts, NPA, Front de gauche, UMP, Front national, UDI, Modem, et même quelques élus locaux du parti socialiste. De même, à Quimper et/ou à Carhaix, la quasi-totalité des "partenaires sociaux" étaient représentés: MEDEF et FO (à Quimper), CGT et CFDT (à Carhaix), sans compter la FDSEA. Ces manifestations ont parfaitement illustré combien la crise est ample, mais sans angle majoritaire; combien la contestation peut-être collective mais sans unité. C'est là le plus dangereux.

2. Pendant quelques jours, deux semaines quand même, la description de la contestation bretonne fut caricaturale chez nos médias dominants: il a fallu attendre la manifestation prévue samedi pour réaliser que le front était hétéroclite. Quel aveuglement ! Le Figaro, samedi 2 novembre, s'est ainsi réveillé dans un article à quelques heures des manifestations de l'après-midi sur les "divergences" au sein du mouvement.

3. Le tri sélectif, c'est donc maintenant. Ce tri est important, car comment répondre à une crise sans comprendre qui souffre ? Samedi, il y avait donc deux cortèges. L'un à Quimper, mené par la FDSEA, l'UPA (premier syndicat des artisans), le collectif « Vivre, décider, travailler en Bretagne », le syndicat Force ouvrière (avec notamment des représentants des salariés de Doux), le NPA (avec Philippe Poutou), mais aussi … le Mouvement des entreprises de France (Medef) du Finistère. Le slogan était « anti-crise » et « pour l'emploi en Bretagne ». Au total, "entre 10 000 et 30 000" participants selon les sources.

Certains, comme le le maire DVG de Carhaix, Christian Troadec qui est membre du collectif Vivre, Décider, Travailler en Bretagne, réclament la suppression de l'eco-taxe: "Nous n’attendions pas une suspension, mais une suppression de l’écotaxe. Le gouvernement n’est pas allé assez loin". Dans ce cortège, on pouvait aussi trouver l'UMP, le  FN,(Florian Philippot), des identitaires de Jeune Bretagne, et des opposants au mariage pour tous.

4. A Carhaix, une contre-manifestation était organisée par la Confédération générale du travail (CGT), du Front de gauche ou encore d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Jean-Luc Mélenchon était l'une des figures emblématiques évidentes de ce second front. Lequel voulait taper à « 360 degrés »: contre les"bonnets rouges" de Quimper, mais aussi contre le gouvernement; pour l'emploi mais contre le retrait de l'éco-taxe. Ce mouvement avait une vertu, clarifier le débat breton.
"Encouragé par la timidité et la pleutrerie du gouvernement qui leur cède tout, le patronat et les cléricaux des départements bretons vont faire manifester les nigauds pour défendre leur droit de transporter à bas coût des cochons d'un bout à l'autre de l'Europe dans des conditions honteuses. (…) A Quimper manifestent ceux qui veulent que continue la souillure de notre belle Bretagne par les nitrates de l'agriculture productiviste. A Quimper manifestent ceux qui veulent les salaires de misère pour les agriculteurs et le règne de la grande distribution. A Quimper les esclaves manifesteront pour les droits de leurs maîtres". Jean-Luc-Mélenchon, 2 novembre 2013
5. Il y a eu des violences. Au nord de Vannes, au passage de quelques centaines de manifestants, un portique Ecotaxe a été incendié et totalement détruit. Coût: 500.000 euros. D'après le Parisien, le «collectif des Bonnets Rouges», "à l'origine de ces mobilisations en Bretagne, s'est instantanément réjoui de cette destruction". A Montauban-de-Bretagne sur la RN12, un autre incendie a été déclenché sur un portique similaire. A Quimper, les CRS ont usé de lacrymo contre quelques manifestants qualifié de "minoritaires". "On a le sentiment qu'il s'agit d'un groupe marginal", a déclaré le préfet du Finistère. Il s'est aussi félicité de l'absence de heurts majeurs. Il a quand même fallu démonté une belle partie du mobilier urbain...



Crise bretonne: des échauffourées éclatent à... par BFMTV

6. Dimanche, le ministre de l'agriculture est sorti du bois. Stéphane Le Foll était au Grand Jury. Il s'opposait au retrait de l'eco-taxe, avant l'annonce de la suspension de cette dernière, mardi dernier, par Jean-Marc Ayrault. Ce dimanche, il avait quelques annonces - l'investissement d'une entreprise saoudienne dans l'entreprise Doux, une visite en Bretagne dans la semaine.

7. L'un des leaders de la manifestation à Quimper s'est félicité de ce qu'il a qualifié de "grand succès pour l’emploi en Bretagne". Ah bon ? On cherche à comprendre. Le défilé de 30.000 personnes allait donc permettre de nouvelles embauches ?


[NDR: Ce tri sélectif des indignations est capital, comme toujours. Patronat et UMP tenterons toujours de capitaliser sur des révoltes pour appuyer leur propre critique de l'action du gouvernement. Mais comme l'a très justement décrit Mélenchon, tout ceci n'est qu'arnaques, crimes sans botaniques.]

30 commentaires:

  1. Je défendrais le bretons quand ils arrêterons la musique.
    J'aime pas le biniou et j'en ai marre d'entendre le renard et la belette chanter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cher monsieur, sachez qu'en Bretagne, il n'y a pas que le biniou et le répertoire breton est si vaste que je m'étonne que vous ne connaissiez que "La Jument de Michao" !!!! Libre à vous de ne pas aimer notre musique, mais je ne vois pas vraiment le rapport avec les évènements de ces derniers jours !!!! Essayez la Bombarde..... vous aimerez peut-être davantage que le Biniou. Kenavo Aotrou Anonyme ! Valéria

      Supprimer
  2. On ne relève pas assez l'indignation sélective et à retardement de la droite UMP dans cette affaire. Avez-vous entendu Hortefeux et Estrosi ce dimanche (sur la 5 et sur LCI) ? Selon eux, tout est de la faute du gouvernement actuel qui serait coupable d'avoir mis en place l'écotaxe dans de mauvaises conditions - alors que le gouvernement précédent l'aurait prudemment différée à cause de la crise.

    Or, tout est faux... La crise a éclaté en 2008 (faillite de Lehman Brothers, 15 septembre), la loi dite du "Grenelle de l'environnement" a été promulguée en août 2009, la convention avec ECOMOUV date de 2011 et le décret d'application du 4 mai 2012 (publiée au JO le 6 mai).

    Evidemment, aucun des journalistes présents n'a rappelé cette chronologie, laissant Hortefeux et Estrosi répéter à plusieurs reprises que le seul responsable de cette mauvaise "mise en place" (ou "application") de la loi était le fait du gouvernement actuel !

    Jean de Scarpone

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidement, ils se donnent le beau rôle. Moi même en tant que Bretonne, je m'étonne qu'il n'y ai pas eu de manifestation contre l'Ecotaxe, lorsque celle-ci a été votée par la Droite ! Mais qui manipule qui ???? Qui est derrière toutes ces manifestations en réalité ? Valéria

      Supprimer
  3. Bien sûr l'UMP ne peut qu'avoir très mauvaise conscience, quand c'est son staff qui a signé l'application de ce contrat hors normes dans le sens vrai du terme. Octroyer à une boîte privée le droit de lever impôt et de verbaliser, c'est revenir avant le 21 mars 1791. Le symbole est énorme.

    Le scandale également est énorme, quand on s'aperçoit de l'aberration de ce concept. Des primeurs de Roscoff, sans quitter la Bretagne, auraient acquitté plus de taxes en arrivant au MIN de Nantes que d'autres produits frais arrivant via Nantes-Atlantique de l'autre bout du monde sur le même marché. Un avion pollue plus que son équivalent camions, et pendant plus longtemps. Y aurait-il eu trop de chouchen au Grenelle de l'environnement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a déjà une écotaxe sur le fret aérien. Mais c'est vrai que Bruxelles a bien du mal à la faire appliquer à certaines compagnies non européennes. Comme quoi, il n'y a pas qu'en Bretagne qu'il y a des benêts rouges...

      Supprimer
  4. Breton je suis, breton j'ai honte ; honte de voir des salariés auprès des représentants du MEDEF et de la FNSEA ; honte de voir ces bonnets rouge fabriqués par ARMOR LUX ; honte de voir le NPA et Mr TROADEC s'associer à Mr LE FUR ; honte d'avoir vu des drapeaux bretons (croix noire sur fond blanc) qui nous rappelle les nationalistes de la seconde guerre mondiale.
    Casser est le mot d'ordre mais nulle proposition ; l'agroalimentaire s'est gavée des subventions européennes et a délocalisé (au Brésil par exemple).
    Une proposition : changez la couleur de vos bonnets, prenez le bleu marine et tout ira mieux !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'est ce qu'ils peuvent être con ces bretons !

      Supprimer
    2. Je trouve que le commentaire ci-dessus et le qualificatif attribué aux Bretons devrait être modéré...

      Jean de Scarpone

      Supprimer
    3. Qu'est ce qui t'arrive Jannot, tu veux prendre des coups ?

      Supprimer
    4. Jean De Scarpone a raison, non seulement le commentaire devrait être modère, mais son auteur jetter au cachot après une série de coups de bâton !

      Supprimer
    5. Votre clémence vous perdra. L'anonyme de 11.28 doit être pendu et sa depouille incinérée.

      Supprimer
    6. avant Je suis pour le pal !
      et Incinération sur les portiques qui brûlent.

      Au premier portique défoncé j'ai braillé mais réflexion faite devant le scandale de cet infect partenariat que les bonnets bleus... blancs... rouges zigouillent tout !

      Supprimer
    7. Scarponette elle se croit a la tribune de l'ONU ou au tribunal de La Haye, elle prends ses grands airs de personne importante, bah voyons, redescends sur terre gros cul ! C'est un blog ici
      Met toi ta particule dans le cul et joue nous de la trompette, SCarponette..

      Supprimer
    8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    9. On peut ni à l'UMP, ni au FN, ni à l'UDI, ni au MEDEF ... et être contre toutes ces taxes mises en place au coup par coup, qui s'empilent de manière anarchique et incoordonnée, alors qu'une réforme fiscale aurait permis de donner de la cohérence et du sens à une politique économique et écologique concertée. Par ailleurs, il vous a peut-être échappé qu'un certain nombre d'hommes et de femmes devaient être "à cran". Il est toujours facile de faire de beaux discours lénifiants pour défendre, voire plaindre ce gouvernement socio-libéral en demandant aux esprits critiques ce qu'ils feraient à la place d'Hollande. D'une, il ne faudrait pas inverser les rôles et de deux, on est beaucoup moins enclin à faire de la politique rose bonbon tendance bisounours, quand on sait qu'on va se retrouver seul ou en couple à Pôle Emploi dans quelques semaines. C'est le cas pour un grand nombre de bretons, que j'estime et salue ici.

      Supprimer
    10. Pole emploi c'est encore la belle vie. C'est quand on arrive a la CAF au RSA que cela sent le sapin. La c'est pas 60% du salaire. C'est le terminus de la Loose, accès direct a la fosse commune.

      Supprimer
    11. Pour la personne qui a dit : "Qu'est-ce qu'ils peuvent être cons ces bretons". Cher Monsieur, il ne faut pas faire de généralité. Même si je ne suis pas d'accord avec ce qui ce passe actuellement dans ma Région, je ne permets pas de l'on traite mes concitoyens bretons de cons ! Je suis Bretonne.... et loin d'être conne ! à bon entendeur..... Valéria

      Supprimer
  5. Selon l'AFP, un député écologiste, François-Michel Lambert, a affirmé lundi que le partenariat conclu par le gouvernement Fillon avec la société ECOMOUV pour la collecte de l'écotaxe via des portiques électroniques allait conduire à "un scandale d'Etat".

    Il a demandé au gouvernement de répondre à une série de questions écrites pour "faire la lumière" sur ce partenariat public-privé conclu en 2011.

    Il s'interroge notamment "sur les possibles faits de corruption et les nombreuses irrégularités qui auraient eu lieu durant l’appel d’offres, qui font l’objet d’une enquête préliminaire qui semble avoir été bloquée au parquet de Nanterre alors dirigé par le procureur Philippe Courroye".

    Il demande aussi à l'actuelle ministre de la justice quel est "l'état de l'enquête et les suites qui lui seront données" et réclame des éclaircissements "sur les clauses du contrat qui sont extrêmement désavantageuses pour l’Etat d’un point de vue financier".

    Selon lui, "tout démontre que ce contrat a été conclu contre l’intérêt de l’Etat, la vraie question est maintenant de savoir si cela a été fait volontairement ou par incompétence".

    Voilà enfin un député écologiste qui se rappelle qu'il fait partie de la majorité et qui fait son boulot, c'est à dire qu'il préfère taper sur l'opposition plutôt que sur le gouvernement ! Comme quoi, il ne faut désespérer de rien...

    Jean de Scarpone

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quasiment tous les PPP sont défavorables à l'Etat ou la collectivité qui les ont signés. Nouveau stade de Lille, Pentagone à la française, hôpital de l'Essonne ou bâtiment universitaire Paris 7, c'est une calamité. Corruption, insuffisance et/ou incompétence de la maîtrise d'ouvrage et parfois du maître d'oeuvre, contrat ficelé par un régiment d'avocats du coté du constructeur, adossement du financement auprès de banques liées au constructeur. Des vertes et des pas mûres, et de quoi remplir bien des pages dans les prochains rapport de la cour des comptes ou des chambres régionales des comptes.
      Ce député enfonce une porte déjà largement ouverte.

      Supprimer
    2. A cela s'ajoute, dans le cas d'Ecomouv' une carence assez typique: l'administration est infoutue d'assurer la maîtrise d’œuvre ou même d'ouvrage de projets comportant des développements de solutions informatiques sans que ça tourne au carnage budgétaire et à la perte de temps.

      Dès qu'il est question de systèmes informatiques dans un projet quelconque, il vaut mieux externaliser complètement la maîtrise d’œuvre, même si ça doit coûter la peau des fesses, parce que si on confie le bébé à un service de développement en interne, ça nous coûte 10 à 100 fois plus.

      Même la maîtrise d'ouvrage est trop complexe à gérer: elle est aussi externalisée par l'administration, qui conserve le simple pilotage du projet (son initiative, sa définition globale et la recette finale et le paiement de la facture).

      Et même quand tout est externalisé (maîtrise d'ouvrage et d’œuvre) le pilotage des projets informatique relève d'un tel amateurisme que ça vire à la cata (ex: Louvois). L'administration est fâchée avec l'informatique aussi bien en maîtrise d’œuvre que d'ouvrage et même en simple pilotage de projet au point qu'on se demande parfois s'il ne faudrait pas inventer un nouveau métier: le pilotage délégué de projet ou, comment apprendre à l'administration à devenir simplement un bon client d'un prestataire. Juste faire le chèque et surtout ne se préoccuper de rien d'autre!

      L’administration est tellement nulle en matière de projets informatiques qu'il faut donc placer le projet dans une entité qui va se comporter comme un pilote, un maître d'ouvrage et déléguer la maîtrise d’œuvre.

      Or, tout se paye.

      C'est ce qui s'est passé avec Ecomouv' en matière de recouvrement de taxes et c'est vieux comme le monde: c'est du fermage. Et là on apprend que le fermier général se paye d'une commission de 20% du produit de la taxe.

      Ca fait mal, mais c'est le prix à payer pour avoir une administration archaïque, que le monde nous envie, mais qui a développé des modes de gestion qui ont atteint un tel niveau d'incompatibilité avec les qualités qui sont requises quand on veut mettre en service un système d'information performant qu'elle est obligée de déléguer à une entité privée ce qui fait l'objet même de son activité: gérer une activité administrative et, en l'espèce, percevoir une taxe.

      Nous assistons à la privatisation de l'activité même de l'administration en raison de son incapacité à gérer des projets informatiques. Or, l'informatique c'est la plomberie de l'administration. Donc, toute administration est privatisable. C'est simplement grandiose.

      Supprimer
    3. NKM saurait sans doute vous répondre. Pour ma part je commence à en avoir marre que les conneries faites par le précédent gouvernement..... soient attribuées au Gouvernement Actuel. Faudrait peut être qu'ils assument leurs conneries ! Mais non..... ils sont trop contents de ce qui se passe, et se frottent les mains ! Il faut dire que la Bretagne a toujours été à gauche, l'occasion est trop belle ...... Valéria

      Supprimer
  6. "A Quimper les esclaves manifesteront pour les droits de leurs maîtres". Signé Mélenchon, qui est toujours aussi nul et démagogue, Mélenchon qui essaie de donner une cohérence à ses déclarations, qui ne sont pas prêtes d'en avoir. Bobcestmoi va être content.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ceci près que, malgré sa langue drue habituelle, il a parfaitement raison.

      Ce qui ne veut pas dire que ces portiques sont le fruit d'un véritable travail prospectif de la part du gouvernement qui avait fait passer ce truc-là (donc le précédent). Un véritable contre-sens, une vraie aberration, les responsables devraient être pendus par les pieds pendant.... un certain temps. Cela rapprocherait leur tête du sol, s'ils ne veulent pas avoir les pieds sur terre.

      Supprimer
    2. Je vais préciser ma pensée : celui qui va perdre son emploi et qui manifeste sa colère est-il "un esclave de son maître" ?.

      Sans compter que, derrière l'écotaxe, il existe des problématiques importantes et variées dont tout le monde - ou presque - se fout, comme la taxation tous azimuts sous prétexte de faire de l'écologie, l'absence totale de politique écologique sans vision, ni alternative, la revente à vil prix de nos autoroutes et maintenant de nos routes à des multinationales ... questions auxquelles s'ajoutent l'agriculture productiviste destructrice d'emplois et de qualité, la concurrence déloyale dans l'agro-alimentaire, l'explosion du chômage dans certains secteurs sans alternative ....

      Ce sont de vraies questions, mais chacun joue sa partition :
      - les médias, qui ne s'intéressent aux choses qu'autant qu'elles moussent et font le buzz
      - la droite et le MEDEF, qui trouvent là une bonne occasion de taper sur ce gouvernement
      - les défenseurs de ces pauvres socio-libéraux, qui n'ont jamais rien à se reprocher (c'est la faute aux autres)
      - et enfin, les pauvres types, qui, eux, vont payer l'addition

      Autrement dit, les manifestations contre (ou pour) l'écotaxe mériteraient mieux, beaucoup mieux que quelques images de portiques enflammés, non ?

      Supprimer
    3. Monsieur mélenchon qui dit se battre "pour l'emploi", était pourtant avec les manifestants anti aéroport Notre Dame des Landes, alors que cet aéroport apporterait de nombreux emplois. Mais il faut dire dire c'est un peu le territoire de JM Ayrault..... et Mélenchon ce qu'il veut, c'est être kalif à la place du kalif !!!!! Valéria

      Supprimer
  7. Les images de violence sont plus profitables qu'un éditorial intelligent. A quoi sert d'expliquer le pourquoi du comment, quand les tirades des uns et des autres font l'audimat et les ventes ? L'information n'informe pas, elle se consomme.

    Il est clair que les médias presse/télé ne font pas le job. Ils ont leurs conflits d’intérêts, politique ou/et économique, leur clientèle et la pub. Ils sont au sommet de l'écosystème médiatique.

    Plus bas dans ce système, les blogs qui, à de rares exceptions, n'ont aucun moyen d'informer mais du fond de la caverne, nous commentent les ombres qui s'animent. Peut-on sérieusement croire que la vérité se trouve au bout d'une requête Google ?

    Ainsi se façonne l'opinion publique, sur des irrationalités, des addictions, des irritations, en mode "consommateur", au quotidien et dans l'intimité, en multicanal.

    Le tri sélectif décrit dans cet article est un luxe ! Parce que l'écotaxe ? On avait déjà oublié. En fait, on savait pas. D'un coup, les bretons sont pas contents de payer encore une taxe. Ils mettent le feu. Quelle belle histoire ! Pourquoi expliquer ? Pourquoi trier ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le commentaire était bien parti a grands coups de latte dans le système médiatique et puis la chute brouillon, très brouillon, complètement ratée.
      Bon je vais te mettre un 11/20 seulement, bienvenue dans la commentaire academy.

      Supprimer
  8. C'est précisément lorsque des revendications hétéroclites et pas toujours rationnelles réussissent à s'amalgamer ( l'écotaxe qui n'est pas en vigueur n'est en rien responsable des problèmes bretons, un nouveau portail a été incendié dans les Landes, les manifestations lycéennes pour Leonarda, etc.) que cela devient dangereux pour le pouvoir: en mai 68, il n'y avait non plus aucun rapport entre les revendications étudiantes et celles des syndicats de salariés.

    Et c'est face à ces amalgames et cette irrationalité que les réponses "rationnelles" et les "synthèses" sont impuissantes, surtout lorsqu'on est face à un gouvernement qu'on est habitué à voir céder (tout a commencé avec les "pigeons", et cela n'a pas cessé); De gaulle a mis fin à mai 68 en "sifflant la fin de la récréation": Hollande en a-t-il les moyens?

    Après un Président faible, il y aura, en 2017 (ou avant?) une envie d'un Président fort: Sarkozy ou Le Pen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les français sont de vraies Eoliennes !!!!!! Ils veulent plus de la droite, ils votent à gauche, quand ils ont la gauche...... Mais quand ils auront LE PEN, ils n'auront mm plus le droit de l'ouvrir ! De plus la LE PEN, elle a pas plus de solutions que les autres..... encore moins d'ailleurs. Son truc ? faire peur. Et les pauvres gens qui ne réfléchissent pas beaucoup et bien qu'est-ce qu'ils font ??????

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.