18 novembre 2013

Le point Sarkozy de la semaine.

Vendredi 15 novembre, Nicolas Sarkozy était attendu sur le trottoir devant un bon restaurant, par une grappe de journalistes, de caméras et des micros.

Il allait participer à un déjeuner en l'honneur de Jacques Chaban-Delmas. En avril 1974, à 19 ans à peine, il participait à un meeting de Chaban à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine déjà. Quelques mois plus tard, le même Sarkozy préférait Jacques Chirac qui venait de trahir Chaban.

Ce vendredi, à en croire l'étonnant compte-rendu de pour le Figaro, Nicolas Sarkozy avait décidé de se servir de l'occasion pour autre chose, sa propre campagne pour 2017. Il évoque Chaban, et un précédent discours lors de ce meeting où lui, jeune militant UDR, était présent. Il reconstruit ce passé pour mieux l'utiliser. Ainsi, Chaban, comprenez Sarkozy, "a osé critiquer l'État et surtout, ce qui est pire encore, il a parlé en homme libre." Et d'ajouter, avec une précision assez amusante: "les mots sont implacables. Ils tombent alors, phrase après phrase, comme une eau glacée sur la nuque de parlementaires stupéfaits, inquiets, bientôt conquis."

Sarkozy pense à lui, c'est normal. Il voudrait qu'on s'intéresse à lui. Il procède par anti-phrase: "J'ai choisi de m'extraire du vacarme. Après dix années de responsabilité, j'ai besoin de prendre du recul, de réfléchir, de m'extraire de la tyrannie du quotidien et de l'actualité".

Le premier message politique est simple: Sarkozy prend le recul qu'Hollande ne peut plus prendre. Quand il était président, il nous faisait la même chose, faire semblant de prendre du recul.

Le plus drôle de cette opération hebdomadaire était l'autre message, placardé en titre du compte-rendu du Figaro:  

"Sarkozy vante l'esprit d'ouverture".
Vous avez bien lu. On se pince. L'homme du discours de Grenoble, l'ex-président des riches, le candidat au bouc-émissaire hebdomadaire, "vante l'esprit d'ouverture". Car Chaban "avait tendu la main à l'autre rive." Mais Sarkozy, à quelle rive faisait-il allusion ?

On se pince.




11 commentaires:

  1. Babelouest et anonyme de 06:48 allez prendre votre douche, vous allez etre en retard pour l'école.

    RépondreSupprimer
  2. complètement hallucinée de devoir entendre parler tous les jours de ce néfaste individu. il devait s'effacer...drole de façon...

    RépondreSupprimer
  3. Chaban, Chaban ...? C'est pas ce gars qui avait une feuille d'impôts proche de zéro ? Je comprends que Sarkozy puisse se réclamer de lui !

    Bozo

    RépondreSupprimer
  4. Plutôt que de taper à longueur de semaines sur le candidat Sarkozy à la prochaine présidentielle, il serait plus utile de dénoncer la politique libérale conduite par Hollande et de lutter contre elle comme nous l'avons fait contre l'olibrius Sarkozy.
    Mais rien de cela chez les socio-lib', qui préfèrent miser sur l'impopularité de Sarkozy ou sa défaite contre le FN, pour rester au pouvoir. Pas d'autre ambition que de garder ses avantages en l'absence de convictions socialistes. D'où les résultats constatés au quotidien par les Français : les inégalités s'accroissent, le pouvoir favorise les privilégiés et les multinationales, il ne fait rien contre la finance, qui aspire les richesses et détruit le tissu économique et social de la France. D'où également les contre-attaques et invectives envers ceux critiquent et s'opposent à Hollande en les qualifiant de "populistes" ou en dédouanent Hollande au prétexte que la situation difficile. Elle est difficile pour ceux qui en souffrent, mais pas pour les auxiliaires du capitalisme libéral et financier, que sont nos dirigeants actuels.

    Hollande pouvait et peut encore mener une autre politique, mais ce n'est pas son choix. Au contraire, il suit consciencieusement les décisions de l'UE, voire participe à leur construction, renie ses promesses et bloque les mesures, qui visent à taxer les transactions financières à défaut de les réguler. Il ne fait même pas le "service minimum". Pitoyable.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.