5 novembre 2013

Quand Guillaume Peltier fait le spectacle.

Sur France 2, ce lundi 4 novembre, l'UMP était représentée ... par un transfuge du FN, chantre de la Droite Forte, l'un des innombrables vice-président que compte l'ex-parti majoritaire, Guillaume Peltier. L'émission s'appelait toujours Mots Croisés, présentée par Yves Calvi.

Face à lui, la députée socialiste, Karine Berger, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, et François Delapierre du Parti de Gauche.

Guillaume Peltier exhiba ses qualités. Certains politiques ou commentateurs compensent les lacunes de leur argumentation par ce type d'artifice d'autorité: ainsi Peltier se définit comme représentant de la jeunesse ("nous, les jeunes"), et surtout actif de plein pied dans le mode de l'entreprise privée. En bref, malgré son jeune âge, le gars s'y connaissait. Le garçon fut, très brièvement, enseignant - professeur d'histoire-géographie - , ce qui lui permet d'assoir de temps à autre qu'il connait les fonctionnaires ("trop nombreux mais mal payés").

Mais son actuelle activité professionnelle est l'entreprise COM1+ qu'il dirige, une PME de communication politique, institutionnelle et d’entreprise (*), qui vit de sondages et prestations ... pour l'UMP et des mairies UMP. En décembre dernier, son entreprise fut mentionnée dans une plainte déposée par Anticor06 contre la mairie (UMP) de Menton, laquelle avait procédé à des commandes de prestations jugées abusives à deux sociétés conduites par des proches de l'UMP, dont celle de Guillaume Peltier.  

Ce lundi soir de novembre, Guillaume était en verve. Il n'osait certes pas assumer tout le bilan Sarkozy - il fallait se pincer pour l'entendre fustiger cet eco-taxe qu'il aurait paraît-il détesté dès son adoption. On l'avait connu pourtant plus sarkolatre, et pas plus tard qu'il y a 4 semaines. L'UMP organisait sa convention d'inventaire du mandat du Monarque. Et la prestation de Guillaume Peltier fut clairement remarquée: "Il était là pour faire une analyse de l’époque, ça s’est transformé en mini-meeting et en numéro de sarkolâtrie. Il était hors cadre." résuma Hervé Mariton, visiblement jaloux.

Mais il avait, encore et surtout, un sens drôlatique de la formule. Nous eûmes celle-ci : "Le pouvoir socialiste a tous les pouvoirs mais le pouvoir n'a plus le pouvoir". Mais surtout celle-là:

"On attend d'un chef qu'il soit capable de cheffer".


Et là, notre bonheur fut complet.

Nous pouvions éteindre.








(*) En 2012, la société déclarait 1 million d'euros de chiffre d'affaire et 25 000 euros de résultat net.




2 commentaires:

  1. Belle démonstration du vide abyssal de la politique française, de l'autosatisfaction et de la duplicité de ceux qui la pratiquent. A l'UMP, comme au PS ou au FN.

    RépondreSupprimer
  2. Merci ! je suis ravie d'apprendre tout ça parce que cet hypocrite m'a bien exaspérée durant l'émission.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.