27 novembre 2013

Réforme fiscale: Hollande versus Ayrault ?

Il leur a ouvert les portes de Matignon. Mardi 26 novembre, Jean-Marc Ayrault a entamé ses premières consultations avec les partenaires sociaux sur la réforme fiscale. Premiers échanges, premiers jours d'une remise à plat qu'on l'espère ou que l'on craint.

Voici les 10 travaux d'Hercule-Ayrault, une véritable liste de Noël pour gladiateur des temps modernes: fusionner de la CSG avec l'IR, améliorer la redistributivité de l'impôt, réformer les niches fiscales et/ou le quotient familial, instaurer un prélèvement à la source, supprimer l'ISF, revoir les assiettes d'imposition, modifier les barèmes, revoir la fiscalité des entreprises et la fiscalité locale.

On pourra multiplier les graphiques, il y a en fait deux réalités qui dominent.

1. Les prélèvements obligatoires sont plus élevés en France qu'ailleurs dans l'OCDE. On sait pourquoi même si on fait mine de ne pas le savoir. Aux Etats-Unis, Barack Obama bataille encore pour instaurer son programme d'assurance maladie pour tous. Voilà où ils en sont, là-bas.
2. Plus on est pauvre, plus on est taxé. C'est factuel, prouvé, établi: "Il y a trop de taxes et pas assez d’impôts" a très justement expliqué Thierry Lepaon

La grande remise à plat suscite des vocations. Tout ce que la France compte d'éditocrates assène ses propositions pour réformer les impôts des autres.

Le coup de gueule du jour, ce mardi 26 novembre, était pour Thierry Lepaon, le patron de la CGT. Il était furibard de la sortie de Michel Sapin, ministre du Travail, sur la CSG que ce dernier souhaiterait "progressive". Sapin était sur RTL et Lepaon avait raison sur un point essentiel: qu'on laisse cette remise à plat se dérouler:
"Il faut que Michel Sapin s’occupe de ses affaires (...). Je trouve un peu dommageable que, (alors) la consultation n’a pas encore commencé (...), déjà des ministres se positionnent. (....) Aujourd’hui le Premier ministre a engagé une réforme fiscale, il faut que nous puissions aller au bout sans rajouter tous les matins de la confusion à la confusion. Il est temps que chacune et chacun soit bien dans ses responsabilités."
Lepaon avait d'autant plus raison  que l'idée de Michel Sapin est potentiellement "explosive", comme le titrent les Echos dès le lendemain.

Michel Sapin est un "Hollandais" historique, un fidèle du patron. Que comprendre de cette initiative "individuelle" ?

Est-ce un rééquilibrage brutal et soudain ? La réforme fiscale est l'un des sujets les plus lourds du quinquennat. C'est Ayrault qui s'y colle, retour évident à la logique institutionnelle initiale.

D'autres voient dans l'opération une tension entre le président et son premier des ministres. La chose a existé de temps à autre sous tous les présidents. Mais là, on pensait le tandem accroché et solidaire. A l'Elysée, on dément tout frottement. Tout juste concède-t-on qu'on n'a pas apprécié l'annonce officieuse mais prématurée du départ des directeurs du Trésor et du Budget.
"J'ai lu… Qu'est-ce que c'est que cette histoire? Qui a parlé? C'est toi, tes proches?" Hollande à Ayrault.
Hollande contre Ayrault ? L'hypothèse est séduisante.


4 commentaires:

  1. J'aime beaucoup les tableaux de l'INSEE, celui ci nous rappelle, comme le dit Stephen Hawking que la redistribution est comme l'anti-matière dans notre univers, il y en a de moins en moins. En même temps des mecs (INSEE) qui ne trouvent que 1% d'inflation en France, risquent pas de trouver une planète habitable prochainement, ils ont encore des progrès a faire en calcul. Sans faire des plans sur la comete, la hausse de la TVA et de la CSG sont pratiquement dans les tuyaux. Pour février on prévoit une baisse du taux du livret A et hausse des cigarettes. On a pas fini de rigoler, il me reste encore deux ou trois chemises, ils ont au gouvernement encore de la marge.

    RépondreSupprimer
  2. La remise à plat doit être globale . Or, à ce jour, on voit nettement qu'il s'agit de la fiscalité des particuliers et on passe à l'as celle des entreprises . L'impôt à la source n'a de sens que si il touche toutes les catégories socio-professionnelles, sinon, ce sont les plus fauchés qui se feront encore tondre !

    RépondreSupprimer
  3. Quand un Premier ministre commence à développer en propre un programme c'est qu'il se sait condamner. Des exemples certes un peu lointain: Chaban Delmas et Pompidou, Chirac Giscard

    RépondreSupprimer
  4. Hollande vient de déclarer au sujet de la réforme fiscale que les soc'lib' préparent : "La réforme du système d'imposition a un objectif de simplification, un objectif de clarification et un objectif de justice". "C'est aussi une réforme structurelle, une réforme de compétitivité», a-t-il ajouté.

    Elle est formidable, notre Fraise Flagada. Dire que certains pensent qu'elle est floue, est proprement hallucinant. Le propos est on peut plus clair et le parcours est fléché. Le Medef va pouvoir sabrer le champagne même si Moscovici ne montre pas sa trombine sur la photo.
    Nous, nous allons progressivement découvrir la facture. Toujours la fameuse méthode de la grenouille* dans l'eau froide accomodée à la sauce hollandaise (ajouter une dose de vaseline).

    * la recette de la grenouille pour ceux qui ne la connaissent pas : tremper la grenouille dans l'eau froide et augmenter progressivement la température de l'eau de façon à ce que le batracien ne prenne pas la poudre d'escampette

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.