14 décembre 2013

345ème semaine politique: la France a peur.

"La France a peur", nouvelle rengaine, assez bien étayée par l'actualité de la semaine.

La France de tous bords semble avoir peur. Et quand elle ne s'en préoccupe pas, quelques hommes politiques se chargent d'activer les trouilles du pays.

La démocratie a-t-elle encore un avenir ? 

La question, posée par notre confrère Elie Arié, se pose.

Pourquoi faudrait il tolérer pareil encombrement médiatique inutile ?
Cette semaine. Nicolas Sarkozy aurait à nouveau confié qu'il serait candidat en 2017. Le Point lâche la citation rapportée, Valeurs Actuelles en fait sa couverture, Caroline Roux (Europe1) comme l'hebdomadaire people VOICI glosent sur l'instrumentalisation politique des concerts de son épouse par l'ancien monarque. Charles Jaigu du Figaro s'amuse de cette "nouvelle valeur aux yeux des investisseurs et des dirigeants des quatre coins de la planète" que lui procure la probabilité d'un retour politique. Il paraîtrait même qu'il envisagerait de créer un mouvement hors de l'UMP. Dans les émissions d'information, des éditocrates débattent sans fin du retour de l'ex-Président des riches: comment ? Quand ? Avec quels soutiens ?

Aucun de ces commentateurs, absolument aucun n'ose la seule question qui vaille: quel est donc le projet politique de Nicolas Sarkozy ?

Car l'UMP est vide, plus vide encore que le PS quand il était dans l'opposition. Au PS s'affrontaient quelques grandes lignes incarnées par des hommes. L'UMP est une écurie d'Augias pas encore nettoyée.

Jeudi, l'ex-parti majoritaire tente de se refaire une santé politique sur le dos des immigrés. Le thème est simple et porteur. On prolonge une trajectoire ouverte et déblayée par l'ancien monarque depuis l'été 2010 et son discours de Grenoble. Mieux, Manuel Valls est en relatif retrait médiatique.

Il faut que la France ait peur. 
L'UMP dégaine donc le grand jeu, un programme en 41 propositions pour les élections municipales et européennes: suppression du droit du sol et de l'AME, tests payants de Français, quotas d'immigration par métier; suppression de l'accès aux aides au logement pour les étudiants étrangers sauf bourse sélective; etc.  Il faut entretenir cette peur de l'étranger, de la perte de nos "racines" forcément chrétiennes. L'UMP s'est décidée à faire la course contre Le Pen sur le pire des terrains.

Vendredi, le Figaro ose la Une qui claque sur un rapport sur l'intégration remis à Jean-Marc Ayrault: "le rapport qui veut autoriser le voile à l'école". Car c'est bien l'une des propositions, d'ailleurs aussitôt enterrée par le premier ministre lui-même. Pire, ce rapport a été publié une première fois... le 13 novembre dernier.

Le ridicule ne tue plus. Ce serait un carnage.

Jean-François Copé déboule sur son pupitre au siège de l'UMP dans le XVème arrondissement de Paris. "Monsieur le Président, je ne vous laisserai pas briser notre pacte républicain". Il ne s'est rien passé, Copé réagit sur un rapport qui n'a rien d'une loi, ni même d'un projet. Quelle tristesse... On reste coi, choqué. Scène surréaliste. Copé sort le gros jeu, un jeu trop gras. Le gars déclame en faveur de "l'assimilation républicaine". 

Rien que ça. Quelle tristesse.

Ayrault, en déplacement en Bretagne pour un "pacte d'avenir" clôt l'improbable séquence:
" Ce n’est pas parce que je reçois des rapports que c’est forcément la position du gouvernement. (...) Monsieur Copé est à côté de la plaque."

Et boum. 

La France a peur de l'espionnage
Un amendement au Code de la Sécurité Intérieure a été glissé dans la loi de programmation militaire 2014-2019 il y a plusieurs semaines déjà. Mais la loi passe en vote au Sénat. Une coalition des contraires s'agite alors. La disposition élargit le champ de l'espionnage informatique d'Etat, et l'autorise sans recours à un juge. La France a peur de ses espions, fussent-ils contrôlés par le Parlement et mandatés par la République.

Bizarrement, cette même France compterait 26 millions de comptes Facebook, et autant ou presque de vies privées dévoilées et stockées volontairement sans que cela ne déclenche une seule pétition.

Une France avait peur de devenir telle la Chine ou la Corée du Nord. Qu'importe l'outrance, on oublie le vrai sujet, l'absence d'un juge. L'espionnage existe, massif, volontaire, assumé, privé. Il fallait des contrôles que cette loi récuse.

La France a peur en Afrique
En Syrie, les inspecteurs de l'ONU ont terminé leur mission. Il y a bien eu gazage chimique de civils innocents fin août. Le rapport officiel a été déposé jeudi. Les inspecteurs confirment. Mais les auteurs des massacres ne sont pas identifiés. A l'époque, la France, sauf le gouvernement, avait eu peur d'intervenir là-bas.

Trois mois plus tard, François Hollande retrouve Nicolas Sarkozy à Johannesburg pour l'hommage à Nelson Mandela, autre occasion de futilités médiatiques ("kessessontildit?" "Pourquoi deux avions ?"). Sur le retour, Hollande s'arrête quelques heures en Centrafrique où le contingent français vient de perdre deux hommes, tués dans des combats la veille.

Cette intervention française fait la quasi-unanimité en France. Du Parti de Gauche à l'UMP, on acquiesce devant les enjeux humanitaires. Mais on a peur. C'est un bourbier. Encore 400 morts civils, parfois égorgés, la semaine précédente. A l'étranger, Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU applaudit. Mais en France, une ancien ministre de la défense, "démissionnée" en 2011 pour cause de copinage avec l'ancien autocrate tunisien, dont le compagnon Patrick Ollier conserve de belles amitiés avec le régime de Bachar el Assad, la dénommée Michèle Alliot-Marie fustige "l'amateurisme avec lequel François Hollande nous engage dans un certain nombre d'opérations".

Du Brésil, où il est en voyage officiel en fin de semaine, Hollande dépasse la misérable polémique par quelques questions de bon sens.
"Si la France n'y était pas, qui pourrait y être? Personne!, a lancé le président. Qu'est ce qui se passe en Centrafrique? Des massacres, des exactions, dont des femmes et des enfants sont les premières victimes. Si nous n'y étions pas, y aurait il des Africains pour aider ce pays? Même pas sûr…"

Un écrivain noir est élu à l'Académie française.  On salue.


La France a peur du plombier polonais
On s'en souvient. Psychose collective et justifiée d'un dumping social généralisé à l'intérieur même de l'union européenne. Quelques années plus tard, le gouvernement français est parvenu, avec l'appui décisif de l'Allemagne, à durcir les possibilités de détachements intra-Europe. Il y a désormais une "définition commune des travailleurs détachés", les sociétés-écrans seront plus facilement démantelées.

On attend les remerciements, ils arrivent faiblement. Mais ils existent. Lundi 9 décembre 2013, les ministres du Travail des Etats-membres sont parvenus à durcir les règles de détachement de salariés en Europe. La directive de 1996, qui permet d'exporter partout en Europe des salarié, a été amendé lundi.

A Strasbourg, il manquait 16 votes pour le chalutage en eaux profondes, ravageur pour les fonds marins et inutile pour la pêche, soit interdit par le Parlement européen. Nos élus de gauche ont préféré voté comme l'UMP. Ou s'abstenir, comme Mélenchon et Désir. En France, quelques écologistes tiennent le compte des promesses non tenues par l'équipe Hollande. Le grand écart semble proche, si tant est qu'il y est ailleurs une alternative.

L'union bancaire progresse, un peu. Pierre Moscovici (Finances) s'extasie d'un premier accord. Il est "confiant". Il y aura bien une "autorité européenne", sous l’autorité de la Commission européenne, qui statuera sur le sort des banques en difficulté. Il reste encore une semaine, une semaine pour finaliser une usine à gaz. L'Allemagne veut conserver son droit de veto, et refuse toute mutualisation des sauvetages.

La France aurait peur du changement.
Dans un long éditorial publié par les Echos, un certain Jean-Marc Vittori se plaint des craintes systématiques qu'il croit deviner dans l'hexagone - offre 4G, bitcoin , tirage du Mondial, "OGM, ondes, fils à haute tension, enseignements en ligne, éoliennes", etc. "En vérité, on avait peur de tous les changements , (...) On avait encore plus peur de la concurrence." L'éditorialiste multiplie les formules et oublie l'essentiel: près de 6 millions de Français inscrits à Pôle emploi, quatre millions de bénéficiaires de la CMU, une crise des subprimes et du surendettement.

Cette semaine, nous découvrons "le prof de prépa", nouvelle catégorie iconique des grognes du moment. Vincent Peillon veut augmenter leurs horaires, pour dégager des moyens en faveur des ZEP. Grève vendredi, recul ministériel dans la journée. Personne à gauche ne soutient le ministre.

La France a même peur de la réforme fiscale. Sans rire. Certains la réclament, sans la soutenir pourtant.  La trouille est là, réelle, partout, disséminée, même à gauche. La grande remise à plat effraye le patronat qui voudrait de la "stabilité" des impôts, et surtout leur baisse.

On a déjà dressé la liste des craintifs, des énervés, des rageux de la réforme fiscale. Chacun a sa niche, et quelques mouvements sont parvenus à solidariser des patrons de poney-clubs avec des agriculteurs. Belle performance !

Nicolas Sarkozy peut revenir.

La France a peur.

C'est son terrain préféré.




15 commentaires:

  1. Belle tirade, bel éventail déployé. Petite erreur d'interprétation : Mélenchon n'a pas pu voter contre le chalutage profond, car il était présent à son procès contre MLP à Hénin Beaumont. Quant à d'autres anti-chalut, ils ont fait rectifier leur vote tant la question avait été mal posée. Dans les archives de la Grande Assemblée, ce sont bien les partisans du bousillage des grands fonds qui ont perdu.Les sociétés qui pratiquaient ce massacre vont s'amender.

    La France a-t-elle peur ? C'est ce dont s'imaginent des droitards sur le tard et en pétard, laissons-les rouler sur la branlante draisine de leurs illusions.

    RépondreSupprimer
  2. moi aussi j'ai tres peur, je sais pas si j'ai le droit de le dire mais dans mon quartier il y a un anarcho-autonome qui mange du riz complet et joue du Djembe, si Alain Bauer nous lit, Salut Alain et bonjour a Manuel ! il faudrait le denoncer au plus vite. Le tam-tam c'est pour communiquer avec ses amis terroristes, a coup sur.
    allez UMPS les copains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et vive la police et vive les banques !

      Supprimer
  3. Vittori a pompé sur Roger GICQUEL...

    CASTOR

    RépondreSupprimer
  4. je viens de lire "Comment tuer un blog politique". C'est larmoyant comme du Lamartine sous Lexomil, une longue plainte sur le "manque d'inspiration" et la "ruine de l'envie" c'est en effet ce qui arrive quand on a plus le courage (et le droit pour certains) d'evoquer les vrais problemes et les vrais debats.
    Remettre tout les jours les memes stupides phrases comme un reflexe Pavlovien laisse place a la lassitude, puis a la frustation et enfin a la mort. De grands trous noirs avalent certains pays comme la Grece et la Libye, mais chutt ! Silencio
    Le vaisseau mere continue sa route vers Gattaca, la destination finale ou la carte bleu sera la carte d'identite et l'interrupteur de mise hors tension. Le genocide numerique par carte a puce et plus aucun endroit ou s'enfuir, plus aucun Rio Grande a traverser, plus aucun Mexique a rejoindre, Joe est mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey Joe where you goin' with that gun in your hand
      i m goin down to shoot my banker....

      Jimi "Tarnac" Hendrix

      Supprimer
  5. Moi, j'ai peur des commentaires que cet article va déclencher lorsqu'il sera mis en ligne sur marianne.net...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. petite plume perdue...14 décembre 2013 à 18:41

      Ne vous en faites pas, Juan est très courageux !

      ***

      Supprimer
    2. Pourtant l’article est exemplaire pour la reflétions et ouvrir un vrai débat d’idée ! Beaucoup des peurs françaises sont de fausses peurs alimenté entretenu pars une certaine catégorie de la société !

      Supprimer
    3. @ petite plume perdue...

      Heureusement pour lui, il ne les lit pas.
      Mais j'avoue que j'ai du mal à comprendre qu'il les y laisse ouverts, compte tenu du niveau d'abjection qu'ils charrient.

      Supprimer
  6. Peur, peur, peur : seuls ceux qui possèdent ont peur. Il ne s'agit pas d'avoir, mais d'être.

    RépondreSupprimer
  7. Faux Babelouest , ceux qui possédent instillent la peur dans la société , ils savent qu' en période de crise , ils peuvent mettre la pression et embarrasser le pouvoir en place , le chantage à l' emploi est une arme dont ils usent et abusent tout en remportant l' adhésion d' une majorité qui ne posséde rien ou si peu .

    RépondreSupprimer
  8. Et pour répondre à Élie : non, il n'y a pas de démocratie en France, depuis longtemps. Y en a-t-il jamais eu ? J'oserai répondre que non.

    RépondreSupprimer
  9. Est - il besoin d 'avoir un président et 38 ministres ( je passe les centaines de " conseillers " ), pour pondre autant de bêtises et d 'improvisations !
    Le pays est dirigé par des apprentis , des gamins et gamines ne cherchant que la lumière des projecteurs sans s ' occuper de la retombé de leurs propos .
    Si la France n 'y allait pas ... mais monsiieur , combien y a - t- il de régime dictatorial ou pourris dans les pays africains ? demain , où allez - vous envoyer nos troupes ? Dans combien de conflits allez - vous engager le peu d 'armée qui nous reste ?
    Encore aujourd ' hui , j 'apprends que vous avez déclaré nne pas vouloir assister à l ' ouverture des jeux d 'hiver , pour montrer votre désaccord avec la Russie sur le problème dela population homosexuelle . Cela est complètement imbécile encore une fois , car , jamais un président ne s 'est rendu à une ouverture de jeux d 'hiver , la Russie est libre de ses choix , vous avez montré moins de " courage " en Chine pour les droits de l 'homme , un politique intelligent ne ferait pas ces erreurs , enfin vous vous rendez ridicule aux yeux de la population russe .
    Commencez par virer vos ministres et conseillers , tous , et prenez des gens plus apte , plus adaptés à notre époque , disposant de quelques neurones et sachant s 'en servir .
    L 'accumulation de bugs commence sérieusement à nous peser .

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.