11 décembre 2013

Quand Hollande croise Sarkozy en Afrique et à Paris.

L'actuel président a donc rencontré son prédécesseur. Un véritable évènement dans le microcosme médiatico-politique . Les deux se sont retrouvés en Afrique du Sud pour un hommage à Nelson Mandela. Mais à Paris aussi, Hollande croisa Sarkozy, symboliquement au moins, avec l'adoption de la loi de programmation militaire.

Hollande/Sarkozy au sommet
Hollande, Sarkozy, côte à côte, pas forcément souriants, parfois "complices" à Johannesburg. Il n'en suffit pas davantage pour amuser les galeries médiatique et twittosphérique.

La première de ces galeries a évidemment couvert la cérémonie d'adieu à Nelson Mandela, en multipliant, en direct ou en différé, les clins d'oeil appuyé sur l'ancien et l'actuel président français, les commentaires sans fin ni saveur. Il y avait même encore quelques journalistes pour débattre des coûts comparés des vols présidentiels - un aller et retour en A330 coûtait finalement plus cher que deux A/R en Falcon.

La seconde de ces galeries préférait railler à souhait un défilé qu'elle jugeait hypocrite. Quelques-uns, fort heureusement, se contentaient de l'essentiel, le dernier hommage à un grand homme disparu.

Au retour, Hollande s'est arrêté en Centrafrique. 
On dira qu'il fait son devoir. Le coin est tout sauf sûr. La France vient de s'y engager, avec mandat de l'ONU, pour pacifier le coin et le sortir de la guerre civile.

Dans ce qui ressemble à un cauchemar humanitaire, deux parachutistes français ont été tués dans la nuit de lundi à mardi à Bangui.

Le Figaro publie quelques saisissants clichés d'un pays livré au chaos.  Des critiques soulignent que la situation politique, même si la paix était rétablie, sera loin d'être stabilisée.


Arrivé à Bangui, Hollande estime la mission... par ITELE

Mais contrairement à d'autres conflits récents ou toujours actuels, on est proche de l'union nationale en faveur de cette intervention.

A l'UMP, le soutien est timide ("Il y a un certain nombre d'inquiétudes: la durée de cette intervention, l'isolement de la France, les moyens de financement" Christian Jacob).

A gauche, certains dénoncent le "néo-colonialisme" de la démarche. Mais François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche reconnaît au contraire que la Centrafrique n'est pas la Syrie, et que "la situation humanitaire désastreuse en Centrafrique plaide également pour une intervention." Mieux, il reconnaît tout autant que la France a des intérêts en Afrique: "C’est légitime, le gouvernement n’interviendrait pas si nos intérêts nationaux n’étaient pas en jeu." "Non, la France n'agit pas en gendarme de l'Afrique. Elle assume tout simplement ses responsabilités internationales. Elle répond à l'appel de ses partenaires africains et fait face à l'urgence absolue de prévenir une spirale de massacres" a complété Ayrault.

Les conflits se suivent mais les arguments ne se répètent pas toujours.

Espionnite ou paranoïa
En France, nos parlementaires adoptent la loi de programmation militaire 2014-2019. Un article nous rappelle une autre époque.

La paranoïa collective qui nous habite depuis plus d'une décennie de psyschose sécuritaire poste-11 septembre d'une part, et d'espionnage massif et mondial sur le Web d'autre part, agite les esprits. Cette loi complète, dans un article 13 désormais fameux et ici commenté, les dispositions en vigueur en matière d'espionnage administration: sans juge ni limite, nos forces de l'ordre et de renseignement, ou les services fiscaux, pourront collecter des données privées de connexion auprès des fournisseurs d'accès.

Dans son édition du 10 décembre, l'Humanité s'indigne et évoque la "dictature numérique". Cet espionnage, pourtant acceptée sans méfiance ni recours quand il s'agit des géants du Net, pose problème quand la République s'en saisit. La Quadrature du Net est encore plus virulente, et dénonce une "incroyable agression contre les droits fondamentaux".

Ce mardi 10 décembre, la loi de programmation militaire a donc été adoptée au Sénat, par par 162 voix contre 146. Ont voté contre 124 sénateurs UMP, 7 centristes, et  ... 11 sénateurs écologistes. On voté pour,  144 sénateurs socialistes et apparentés, et 17 centristes.



[Entretien] Article 13 du projet de loi de... par Senat

10 commentaires:

  1. Ah ces histoires militaires..... d'autant que, bien entendu, ce ne sont pas les bonnes questions qui sont posées. Qu'on le veuille ou non, notre seul "ennemi objectif" et géostratégique, ce sont naturellement (oui, naturellement) les États-Unis d'Amérique dont le seul intérêt en Europe est d'avoir prise sur elle pour ses stratégies commerciales et ses lubies de "crainte de la Russie" vieilles de presque un siècle. Claquer la porte à l'OTAN ferait pourtant de belles économies, puisqu'il n'y aurait plus de quote-part à payer pour des opérations contraires à nos intérêts. Cela permettrait même sans doute d'offrir au Charles de Gaulle une nouvelle manivelle....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce genre de posture consistant à ne pas prendre position tout en expliquant ce qu'il faudrait faire (typique de l'ancien PCF et du Parti de Gauche actuel) me fait penser à ce gars qu'on invite pour l'apéro :

      - Avec ou sans alcool ?
      - Le problème n'est pas celui de l'alcool, mais de la distribution des boissons en France. Les commerçants sont les valets d'un système à la solde du grand patronat et du libéralisme effréné. Et les consommateurs suivent comme des moutons. Ceux qui tentent de se révolter sont combattus, enfermés,...
      - Heu... Et sinon, avec ou sans alcool ?

      Supprimer
    2. Encore heureux qu'taies pas invité Placé ou Duflot parce que, là, mon pov' vieux, t'aurais même pas pu ouvrir ta bouteille.
      Et si ça avait été des socialos, tu s'rais pas sorti de l'auberge avec tous les comiques et les fêtards qu'ils ont dans leurs rangs. Remarque, La Fraise aurait p'tête amené son nouveau copain, un p'tit marrant qui cause tout le temps et qui dépense sans compter.

      Supprimer
  2. Selon le canard enchaîné du 04.11 (lu seulement hier pour cause de... passons) la loi de programmation ne vient que régulariser une situation d'espionnage sauvage qui existait. Le progrès technique va si vite que la loi ne suit plus, quelle misère. Les entreprises mettent au point des nouveaux systèmes, les mettent à la disposition des autorités pour des tests dont on ne peut que se réjouir qu'ils soient effectués à grande échelle. Et le bon peuple grogne que personne ne l'entend sans penser qu'il peut être l'objet d'écoutes par nombre de personnes et de systèmes qui se préoccupent de ce qu'il fait sur Internet, à qui il téléphone, ce qu'il dit, et conséquemment ce qu'il pense... Certes à son insu. Mais qu'il fasse donc contre mauvaise fortune bon coeur nom d'un chien. Dieu qu'il est difficile à contenter.
    Enfin la Cour de Cassation a jugé que la géolocalisation devait être supervisée par le juge des libertés et (hélas aussi) de la détention. Et voilà les autorités gênées pour filer le train à qui bon leur semble. Tant d'opportunités techniques pour fouiner désormais dans la vie de tous et si peu de juges et de commissions pour surveiller les surveillants.

    RépondreSupprimer
  3. Si Hollande n'avait pas invité Sarko à l'accompagner aux obsèques de Mandela, il aurait fait l'économie d'un aller-retour de Falcon .
    Et puis Sarko se payant son billet en classe touriste, c'aurait été jouissif !

    Bozo

    RépondreSupprimer
  4. Apres "Tintin au Congo" voila "Flanby a Bangui"

    faut rigoler, il reste plus que ca .....

    RépondreSupprimer
  5. La paranoïa collective qui nous habite depuis plus d'une décennie de psyschose sécuritaire poste-11 septembre d'une part, et d'espionnage massif et mondial sur le Web d'autre part, agite les esprits













    "La paranoïa collective qui nous habite depuis plus d'une décennie de psychose sécuritaire post 11 septembre ..." Pardon, qui habite qui ? C'est inexact car s'il y a une majorité de dirigeants politiques, qui usent et abusent des crises politiques et économiques pour avancer leurs pions, il n'y a pas des millions de citoyens paranoïaques.

    Quant aux aventures romanesques du couple Hollande-Sarkozy, laissons ce sujet à "nous deux", à "Gala" et aux communicants de nos deux altesses.

    Demos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour avancer leur pions ???? !!!!

      est ce bien les leurs ? contre une petite enveloppe ils avancent surtout les pions des bildeberg, non ?

      Supprimer
    2. et la ou cela devient machiavelique c'est qu'en donnant ouvertement de grosses enveloppes a Sarkozy (par exemple) ils font croire que tout le monde peut toucher une enveloppe, hein Juan ?
      helas, non cela ne marche pas comme ca. C'est ainsi que certains mongolitos serviront un systeme qui jamais ne les recompensera. trop drole !

      Supprimer
    3. A mon avis, il y a beaucoup plus d'enveloppes ou de valises pleines de grosses coupures (ou de transferts de compte à compte), qui circulent que ce que l'on - enfin, ni toi, ni moi - peut supposer. Les motifs de créer ces mouvements est longue, des grands travaux (si nécessaires) aux contrats d'armement en passant par les marchés publics.

      Demos

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.