17 janvier 2014

Cette curieuse confession de François Hollande

Hollande s'est confié au Point. L'entretien a été réalisé en pleine polémique. Il est assez surprenant de sincérité, un exercice qui paradoxalement rapproche l'actuel président de son prédécesseur.

Prendre des coups
C'est donc son destin. Il ne l'avait pas anticipé.
"Quand j'arrive à l'Élysée, je me dis: ‘Ça va être quand même plus protégé.' Mais non, rien n'est protégé!», reconnaît le chef de l'État, en laissant poindre une certaine naïveté de sa part sur la réalité élyséenne. «La preuve? L'affaire Cahuzac. Si on m'avait dit: ‘Vous aurez une affaire Cahuzac', j'aurais répondu: ‘Vous plaisantez?'» . (...) Alors, au début, on se dit: ‘Mince, ça doit être de ma faute.' Il y a toujours une part de responsabilité personnelle. Et puis, après, on s'aperçoit que c'est un système. Donc, ou bien on cède, on se dit que c'est trop dur, ‘Pouce!', drapeau blanc, et on se range sur le côté. Ou bien on tient. Et je tiens." 
Socialisme de l'offre
On y apprend aussi qu'Hollande est persuadé que l'électorat de gauche a changé il y a quelques années, qu'il n'est pas tant hostile à son socialisme de l'offre.

Pour l'heure, on peut faire deux constats: primo, les "corps intermédiaires" de la politique et du social - partis de gauche, mouvements de gauche, presse de gauche, syndicats - ne semblent pas suivre le président aussi majoritairement qu'il le dit. Secundo, à l'inverse, les sondages semblent lui donner raison. Bref, on jugera cela dans les urnes.

Présidentialisme
Hollande n'a jamais renié la Vème République et son caractère présidentiel. Sa posture initiale de président normal avait un temps fait illusion.

Il assume aujourd'hui centraliser le pouvoir du gouvernement. Au risque de jouer encore davantage le rôle de fusible politique au mécontentement général.



13 commentaires:

  1. Ce n'est tellement pas sérieux pour un "marxiste pur et dur" de s'intéresser aux tendances psychologiques des gens que je vais achever de me décrédibiliser en renvoyant vers un très bon billet sur la façon étrange dont Hollande parle des problèmes en termes de "test de foi": http://kobaianismus.blogspot.fr/2013_04_01_archive.html

    RépondreSupprimer
  2. Le voilà qui fait des confidences au Point, toujours menteuses. Il est aussi fort que le bonimenteur Sarko, un politicien, pas un politique. On s'en doutait, mais à ce point.... Mélenchon qui le connaît, ne se trompait pas.

    RépondreSupprimer
  3. Cher confrère et néanmoins ami, c'est rare mais ce billet entraîne plus remarques de ma part.

    1. Tu réduis les corps intermédiaires à peu. Pour quoi "la presse de gauche", par exemple. Comme Closer, ils sont là pour vendre du papier.

    2. On ne verra pas aux urnes ce que l'électorat pense de la politique de l'offre. L'électorat s'en fout à un point incroyable.

    3. C'est quoi un président normal ? À part un type qui gère sa vie privée comme il veut et qui va voir sa grosse en scooter.

    4. Il est obligé d'assumer ce choix. Sarkozy le lui a imposé, tu le disais toi même il y a peu. Sarko a été premier ministre pendant cinq ans (ce que n'avait pas été Chirac même au début de son premier mandat).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 5. Je viens de lire l'article. Hollande a dit que l'électorat de gauche a changé il y a quelques années ce que tu oublies de mentionner. Ton billet laisse entendre qu'il pense qu'il a changé récemment.

      Supprimer
    2. j'ajoute bien volontiers cette précision. ;-)

      Supprimer
    3. Ce n'est pas l'électorat, qui change, mais les bonimenteurs, qui endossent l'habit de Jaurès pour gouverner comme Pompidou (en pire). Maintenant, pour savoir si l'électorat va sanctionner les libéraux du PS, je t'invite à poser la question à Jospin, Mr je-sais-tout.

      Supprimer
    4. Jaurès a souvent gouverné, c'est vrai.

      Supprimer
  4. 69% des sondés par le CSA, sondage commandé par Les Echos et un think tank de droite, l'Institut Montaigne, on reste entre amis ! sont favorables au "Pacte de responsabilité".
    OK, d'accord ! Allons voir ce dont il s'agit d'autant que le résultat est en complète contradiction avec le niveau de popularité d'Hollande et que les sondages, c'est toujours, comme qui dirait biaisé. Alors ? Pas déçu. Eh ben non, la question posée par le CSA est la suivante : "le Président a proposé un Pacte de responsabilité aux entreprises. Celui-ci consisterait à réduire les charges sur le travail et à simplifier les démarches administratives en contrepartie de davantage d'embauches et de dialogue social. Selon vous, est-ce une bonne ou une mauvaise solution pour lutter contre le chômage ?". Réponse à 69% : une bonne solution.

    Enfin, deux questions subsidiaires qui, cette fois-ci, sont posées par mon propre institut :
    - Et vous, qu'en pensez-vous ?
    - Si votre médecin vous propose un remède pour rester jeune, beau et bonne santé, est-ce une bonne ou une mauvaise solution ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon dieu Démos, tu insinues que les sondages seraient trompeurs car orientés idéologiquement? Mais tu sapes la confiance dans la démocratie ! ;)

      Supprimer
  5. Trompeurs, non, non ! Après tout, les sondés ont le choix. Ils peuvent :
    1. dire qu'ils pensent que c'est une bonne solution,
    2. ne pas se prononcer.
    Maintenant, s'ils considèrent que c'est une mauvaise solution, tant pis pour eux, ils passeront pour des imbéciles irresponsables, la classification actuelle étant d'ailleurs "populistes", donc des irresponsables, qui s'opposent à une mesure visant à mettre fin à une calamité. C'est ce qui s'appelle un VRAI choix, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La France est libérale et vous ne voulez pas l'admettre, même quand on vous met des chiffres devant le nez... Croyez-vous que le résultat aurait été très différent en posant la question d'une autre manière ?

      Visiblement vous n'allez pas souvent à la rencontre des français.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. "aller a la rencontre des français "..là tout est dit ....
      Vous vivez ou pour avoir besoin de vous deplacer pour rencontrer des vrais gens?je suis une française et je rencontre des français tous les jours a l ecole au marche a laposte dans les assos......et mon avis est que les gens ne savent plus ou ils en sont , la faute en incombe a nos politiques qui de mensonges en renoncement leur otent tout espour et aux medias monocolores qui pratiquent le bourrage de crâne intensif.
      Biensur les français ralent apres les impots , les taxes , le sprix qui augmentent ;les services publics dégradés (volontairement) qui rament ;mais ils tiennent a leur ecole publique a leur poste, a leur police et surtout a leur secu

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.