9 janvier 2014

Le jour où François Hollande a triangulé la classe politique française

C'était finalement assez incroyable. Rarement des voeux auront produit autant d'effets purement politiques. En quelques mots, dix minutes à peine après 20 heures, Hollande a désactivé une partie de notre classe politique.

Mais ce jeu n'a qu'un temps.

Bravo l'artiste..
Le titre pourrait faire mal. Sur le site du Figaro, ce 7 janvier 2013, on pouvait lire ceci: "Tournant à droite : l'UMP dit «chiche» à Hollande", accompagné d'une vidéo où quelques ténors de l'UMP, dont Jean-Pierre Raffarin, étaient contraints de réagir au tournant libéral de François Hollande.

Mercredi 8 janvier, Jean-François Copé livre ses propres voeux. Huit jours après le président... Copé semblait fatigué. A Paris, ville-capitale, la conquête est mal en point. Nathalie Kosciusko-Morizet empile les bévues et les coups bas, comme cette candidature dissidente de Charles Beigbeder, présentée pour la nouvelle année. Copé est fatigué... de l'intérieur. François Baroin, figure qui compte, a fustigé la dérive "ultra-libérale" du programme en cours de fabrication à l'UMP. Et l'actuel président de l'UMP doit arbitrer les candidatures aux prochaines élections européennes. Un cauchemar, raconté par le Figaro avec un délectation quasi-masochiste.

Mercredi, Copé est fatigué... par Hollande. "Moins de charges sur les entreprises, moins de dépenses publiques, moins d'impôts", que pouvait-il critiquer ? Après tout Hollande n'a pas augmenté les impôts davantage que Sarkozy à la fin de son quinquennat. L'UMP s'est réfugiée derrière un autre positionnement, similaire à celui du MEDEF et que l'on résume d'un mot: "Chiche!" Contre Hollande, Copé s'inquiète que le MEDEF soit séduit, il a prévenu: "Ne renoncez pas à votre vigilance et à vos exigences pour un plat de lentilles. Le rôle des entrepreneurs aujourd'hui, ce n'est pas de se contenter de petites mesures dont on sait pertinemment qu'elles sont en deçà de ce dont l'économie française a besoin. Ce chantage à la baisse des charges renoue avec les principes archaïques de la vieille doctrine socialiste".  Notez la formule: "les principes archaïques de la vieille doctrine socialiste"... on nage en plein délire...

On a connu la Droite Furibarde plus  rapide à s'indigner, râler, hurler. Elle est embarrassé. Hollande lui a fait le coup qu'adorait Sarkozy. En politique, on appelle cela la "triangulation". Il s'agit de faire sien quelques thèmes suffisamment marquants de l'autre camp. Rappelez-vous quand Sarkozy, ministre de l'intérieur, envisageait d'interdire la double peine pour les délinquants d'origine étrangère ou citait Jaurès à chaque discours pendant la campagne de 2007. Cette fois-ci, la triangulation va de gauche à droite, et Hollande est à la manoeuvre. Cette fois-ci, elle semble sincère.

Pourquoi Hollande ne pose pas la question de confiance
La droite est si paumée, qu'elle suggère qu'Hollande fasse valider son changement de cap par le parlement. C'est le propos d'Hervé Mariton (UMP): "S'il s'agit d'un changement de cap, le président doit l'assumer complètement. Et le gouvernement doit le faire valider par sa majorité au Parlement, par le biais d'une déclaration de politique générale ou d'un vote de confiance. S'il veut être pris au sérieux et redonner confiance aux Français, l'exécutif ne peut pas se réfugier derrière la procédure des ordonnances." La formule pourrait aller à d'autres, bien plus à gauche.

Poser la question de confiance, c'est-à-dire une nouvelle déclaration de politique générale, s'il s'agit véritablement d'un changement de cap, serait la preuve d'un joli respect du parlement. La curiosité était que l'argument sorte de la droite, et non de la gauche.

Tous sont paumés, on le répète.

Car à gauche, d'autres sont tout aussi tétanisés. Certains se contentent, prudemment, de dire que cela va mal. Cela faisait des mois, depuis le 6 mai 2012 au soir pour certains, que la Vrauche, la Gauche impeccable, le Front de gauche et toutes ses composantes les plus sincères ou énervées hurlaient au mensonge. Hollande, nous assurait-on, gouvernerait pour les patrons et le grand capital. Et boum... voici que l'actuel président, calmement, balançait qu'il espérait bien conclure ce pacte du diable, pardon... de "responsabilité".

Par là même, en reconnaissant son "forfait", Hollande désactivait l'argument du "mensonge". Eric Coquerelle, du parti de Gauche, cherche à minimiser le tournant: "Si vous écoutez ce que dit François Hollande depuis le début de son quinquennat, c’est toujours cette logique, une logique de droite. Aucun gouvernement de gauche dans l’histoire de ce pays n’a jamais osé mettre en avant le fait d’appliquer une politique de l’offre."

Quelques jours plus tard, Politis revient sur l'affaire. La satisfaction du Medef serait de mauvais augure. On ne comprend plus. Pourquoi le Medef serait-il effrayé par un social-libéral ?  Car finalement, François Hollande assumait une ligne qui était la sienne avant l'élection. La véritable question, que personne ne se posait, était de comprendre pourquoi il pouvait s'estimer libre de gouverner sans sa gauche, définitivement.

Mercredi, le journaliste Marc Fauvelle, sur France Inter, avait le commentaire facile mais juste: "la gauche est inerte".

Sa tournée des voeux
Ce jeudi, Hollande est à Toulouse. Nul déplacement électoral, malgré les élections municipales qui approchent. N'espérez pas les habituels meetings secrets avec militants du parti invités par carton comme l'affectionnait Nicolas Sarkozy en son temps. Hollande reste seulement président. Il poursuit sa tournée des voeux, entamée par quelques discours cette semaine. Face aux corps armés, mercredi dans l'Oise, le voici qui rappelle le sens de l'intervention en Centrafrique qui semble s'enliser dans un embrasement général: "Quelle serait l'ampleur des exactions et des massacres si la France était restée les bras croisés alors qu'elle était la seule puissance à disposer de forces pré-positionnées dans la région?"

Il part à Toulouse avec les deux symboles de son discours du 31 décembre : Pierre Moscovici, l'icône social-libérale du "pacte de responsabilité" et autres sourires au Medef. Et Cécile Duflot, ex-patronne d'EELV qui devait se réjouir que 2014 ait été destinée à la "transition écologique."
 On est impatient.

 Car pouvait-on parler du fond ?

A l'Assemblée, il y avait enfin matière, comme cette loi sur l'agriculture, défendue par Stéphane Le Foll. Ou la réforme fiscale, toujours travaillée par quelques député(e)s persévérants.

Pourquoi n'en parlait-on pas ?


A suivre.






9 commentaires:

  1. "Rarement des voeux auront produit autant d'effets purement politiques." tout est dans l'adverbe. C'est "purement" politique donc à peu près vain, très certainement sans grand intérêt pour les pékins moyens dont moi. Le président Hollande tente la même manoeuvre que Ayrault : prendre tout le monde à contre-pied. En a t-il encore seulement les moyens ?
    A l'image de la réforme fiscale qui à somme égale veut répartir l'impôt autrement. Bonne idée mais comment ? Personne n'en sait rien. Et quand on voit la fronde qui gronde à chaque nouvelle annonce de la mise en oeuvre d'une taxe votée il y a deux ans, que l'instabilité fiscale est devenue un fléau y compris pour les salariés qui se sont vus rappeler tardivement qu'ils devront payer l'impôt sur le revenu sur la participation patronale au financement de leur mutuelle qui subira dès juin 2014 une hausse sensible en raison de la mise en oeuvre de certaines dispositions de l'ANI transposée triomphalement dans la loi en mai dernier. Par ailleurs les fonctionnaires de Bercy ont déjà fait connaître au mieux leur indifférence, au pire leur hostilité à toute réforme en profondeur arguant qu'on venait précisément de réformer le système fiscal. On n'est pas d'accord sur le sens du mot "réforme" visiblement. Et Ramon Fernandez qui devait valser est toujours directeur du Trésor. Non mais quelle autorité ce Jean-Marc Ayrault.
    Pour l'agriculture on est servi : "Le projet de loi réoriente également la politique de l'alimentation autour de deux objectifs prioritaires : la justice sociale et l'éducation alimentaire."
    Y a de la "justice sociale" dans presque tous les préambules aux projets de loi du gouvernement actuel. Le dire c'est bien mais quand on ne peut rien faire.... à quoi cela sert-il donc ?
    Quant à la sécurité alimentaire elle sera garantie comment, qui, budget alloué alors qu'on a constaté dans les crises sanitaires précédentes que les services vétérinaires ne parvenaient pas à maîtriser les circuits en amont et juste assez en aval pour dire que les populations ayant ingéré les produits incriminés ne risquent pas grand chose ? Ah oups pardon, elle serait alors peut-être confiée aux entreprises qui s'autocontrôleront...
    Encore de la régulation dans les relations entre agriculteurs et grande distribution, ah c'est sauvage le marché lorsque des milliers de producteurs se retrouvent face à une poignée d'acheteurs. Bah vi...
    Le gros morceau de la filière bois. Hum on en mangerait surtout en granulés et copeaux.
    Il reste à espérer que les parlementaires ne saloperont pas le travail législatif comme ils en ont l'habitude depuis quelques législatures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brucolaque.
      Sans compter que l'accord transatlantique préparé dans le plus grand secret par l'UE avec les Américians va permettre de commercialiser en France du bœuf aux hormones, de la viande lavée à l'acide et tout un tas de saloperies sans nom d'origine étasunienne. Bon appétit à tous.

      Demos

      Supprimer
  2. Personnellement je n'ai pas de réponse à votre question. Pourtant les sujets sont importants. Brucolaque semble en pointe sur le sujet. J'approuve.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu ton abécédaire. Ce qui est délicieux, sur ton blog, c'est ta capacité à aplanir les aspects les plus repoussants de la présidence Hollande et à les réduire à de simples choix techniques. Fascinant.

    A vrai dire, au vu de 2007/2012, je trouve un peu dommage que tu sois si peu critique, parfois, sur, par exemple, Valls. Les Roms et la politique anti immigration illégale ont été un des aspects les plus violents du quinquennat du prédécesseur de Hollande. Rien n'a changé, mais c'est à peine mentionné ici. Mais bon, chacun est libre de dire ce qu'il veut. C'est juste un peu dommage pour l'analyse objective.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut parfois cliquer sur les liens: -> http://sarkofrance.blogspot.fr/2013/08/Taubira.html (par ex).

      Supprimer
  4. Sinon, sur le sujet du jour, je ne sais pas si Hollande assume un quelconque virage, mais si c'est le cas, c'est du deja vu : 1983.

    RépondreSupprimer
  5. Eric Coquerel, pas Coquerelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "En reconnaissant son forfait, Hollande désactivait l'argument du "mensonge". ollande a menti avant, pendant la campagne présidentielle, il a menti pendant 18 mois en tant Président et, voilà que,maintenant, il assume sa trahison.

      Un grand bravo à Hollande, qui vient enfin de réaliser la prédiction d'Orwell. Orwell, qui expliquait il y a plus d'un demi-siècle dans son roman 1984, qu'en Océania, l'Angsoc pratiquait la doublepensée.
      Remplacez Océania par France, Angsoc par Frenchsoc' et appliquez la doublepensée. Vous avez la réponse. Wonderful, wunderbar, Hollande incarne à merveille le parti totalitaire de 1984 : il trahit et dit la vérité en même temps et l'on doit croire aux deux.
      Aujourd'hui, les traîtres disent la vérité, les salauds, qui nous méprisent, veulent notre bonheur et ceux qui critiquent le Parti veulent nous détruire. J'ai tout compris, je suis enfin heureux, notre avenir est radieux. Merci Juan, merci Monsieur le Président. Je suis convaincu. Alors, s'il vous plaît, ne m'invitez pas au Ministère de l' Amour pour me rééduquer.

      Demos

      Supprimer
  6. C'est bizarre, tu me diras. Moi, quand je pense au comportement d'Hollande, c'est par trianguler le premier mot qui me vient à l'esprit. Ouais, c'est bizarre, je penserais plutôt à ..... bip, bip, bip ....

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.