8 février 2014

353ème semaine politique: Hollande voit-il la défiance ?

Le slogan était vague comme une promesse de campagne. Il embrassait pourtant bien des ambitions, une ambition. Ce 22 janvier 2012, François Hollande balançait la formule qu'il fallait. "Mon ennemi, c'est la finance". Elle lui fut rappelée constamment, méthodiquement, depuis ce jour.

"Notre ennemi..."
Vendredi 7 février, les Echos publiaient une interview glaçante d'un "Gouverneur", non pas d'une prison, mais de la Banque de France. Il s'appelle Christian Noyer. L'homme empile, sur une pleine page du quotidien économique, suffisamment de poncifs et d'arguments néolibéraux pour nous convaincre: oui, notre ennemi, c'est la finance. Et Christian Noyer l'incarne farouchement bien.

"Le pacte de responsabilité est un pas dans la bonne direction, mais il en faudra d'autres". Christian Noyer s'oppose aussi à toute nouvelle taxe sur les transactions financières. Il dénonce les "rigidités" françaises, les "contraintes réglementaires et bureaucratiques". Des fonctionnaires, "il faut évidemment réamorcer la baisse des effectifs." On mesure l'ampleur du cynisme quand il évoque l'Espagne: " en Espagne, le marché du travail était très rigide, de même que le mécanisme d’indexation des salaires. On voit aujourd’hui un redressement rapide des exportations." L'interview est une caricature. Ses propos sont une caricature.

On regrette la privatisation de la banque centrale en 1992. Christian Noyer mérite son licenciement. Il voudrait un rejet franc et massif de l'Europe aux prochaines élections européennes qu'il ne s'y prendrait pas autrement. Les Echos servent les "bonnes" questions, sans rebond ni critique: les 50 milliards d'économies sont bien la contrepartie d'une indulgence de la Commission. "Les réformes structurelles qui sont en train d’être élaborées et mises en œuvre en France sont déjà la contrepartie du délai de deux ans accordé par la Commission et nos partenaires." Où est le rapport de forces ? Nulle part. Noyer est le messager d'une grande imposture, l'Europe démocratique.

Christian Noyer, qui donne des leçons de "bonne gestion" à Hollande, a l'écoute de Pierre Moscovici. On imagine même que notre ministre des finances ira jusqu'à minimiser l'incident. Ces propos de ce haut fonctionnaire français sont un pire qu'un "incident", plutôt une insulte à la démocratie. Ils incarnent bien l'adversaire du moment.

Défiance sociale
En France, ce pays que Noyer a peut-être oublié, le nombre de faillites s'est "à peine" stabilisé - 62.252 en 2013, soit 1,7% de plus que l'année d'avant.

Bercy confirme quelques premiers résultats du quinquennat Hollande: le déficit budgétaire a baissé. Il s'affiche à 75 milliards d'euros en 2013, 12 de moins que l'année précédente. Contrairement à l'argument libéral en vogue à droite et parfois à gauche, les recettes fiscales n'ont pas chuté. Elles sont simplement moins importantes que prévu initialement. Elles ont cru de 16 milliards d'euros.

Le déficit commercial s'est, lui aussi, réduit l'an passé, à 61 milliards. C'est une fausse bonne nouvelle. La consommation, et donc les importations, se sont tassées. La croissance revient "un peu". On scrute les baromètres de confiance en tous genres.

Vendredi 7 février, François Hollande débarque à l'improviste chez l'un de ces sites de braderie "hype" du commerce en ligne, "ventesprivées.com". Il en profite pour fustiger "l'optimisation fiscale" de quelques géants du Net. On murmure que Google aurait été condamné à un redressement de un milliard d'euros. Yahoo annonce le regroupement de ses activités... en Irlande.

Qui peut avoir confiance ?

Défiance à gauche
Les sondages sont encore plus exécrables. Entre 19 et 23% de popularité, Hollande décroche aussi à gauche. Il ne lui reste qu'un (petit) socle de sympathisants socialistes, à en croire les sondeurs.

Où est le signe fort qui réconciliera la gauche ?  

Le droit de vote des étrangers ? Il faudrait que la gauche gagne au moins 33 sénateurs au prochain scrutin de septembre. Un score loin d'être assuré si le PS subit la déroute qu'on lui promet aux prochaines municipales.

Un bel élan social ? Ecoutez donc Noyer, relisez Mosco, enterrez vos ambitions.

Jeudi soir, Manuel Valls fait la star sur France 2 ("De gauche, profondément. Républicain, absolument. Patriote, de plus en plus. Européen, à condition de changer l'Europe"). En coulisses, Ayrault cherche à lui retirer la gestion des questions d'intégration, pour les confier à un nouvel organisme public. Mediapart publie la feuille de route de Matignon.

Pour ce 6 février, anniversaire d'un autre 6 février quatre-vingt ans plus tôt où des factieux fascistes tentèrent le coup de force contre la République, le service public invite le jeune énarque et frontiste Philipot. Manuel Valls tacle comme il faut. Mais le ministre est mal. Lundi, 5 jours plus tôt, il a annoncé le retrait d'une réforme attendue qui ne le concernait pas, la légalisation de la protection médicale assistée (PMA) pour les couples homosexuels. Il en annonce l'abandon au micro de RTL, quelques heures après les deux manifestations réussies des anti-mariage gay de la manif pour tous. En fin de journée, Jean-Marc Ayrault, qu'on avait finit par oublier, supprime purement et simplement la loi famille de Dominique Bertinotti de l'agenda officiel de l'année. Officiellement, le projet n'est pas "prêt". 

La petite France réac a eu raison du projet. Mardi matin, François Hollande appelle directement sa ministre Bertinotti pour la réconforter. A gauche, la lassitude guette. L'énervement est palpable, la déception unanime.

La "gauche de la gauche" s'indigne si fort qu'on regrette son absence de mobilisation quand il fallait défendre le projet.

Défiance à droite
La droite est à peine mieux lotie. Triangulée par Hollande sur le terrain économique, débordée par la "Tea-partisation" d'une frange de son électorat le plus actif, grignotée sur son extrême par le souverainisme xénophobe du Front national, l'UMP se cherche sans se trouver. Le retour de Sarkozy a aussi éteint les ambitions individuelles. L'ancien monarque est à nouveau partout, inchangé.

Sur les réseaux sociaux, la réacosphère est suragitée.

Comme chaque semaine, les affaires nauséabondes de l'ancien quinquennat refont brièvement surface. Il y a d'abord François Pérol, l'ancien secrétaire général adjoint de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, propulsé par son chef à la tête des Caisses d'Epargnes et Banques Populaires qu'il fusionna. Sarkozy avait fait fi des règles de déontologie les plus évidentes. Jeudi 6 février, François Pérol est mis en examen pour prise illégale d'intérêt. Son conseil de surveillance, qui représente les actionnaires, lui écrit renouvelle aussitôt sa confiance... à l'unanimité.

Bienvenue en France. La "confiance" de cet entre-soi alimente la défiance du plus grand nombre.

Nicolas Sarkozy lui-même pourrait passer en Cour de Justice de la République, mais pour une autre affaire. On attend la suite. Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi, a affirmé ce vendredi que les juges en charge du volet financier de l’affaire avaient "suggéré" cette saisine.  
"Il apparaît cependant au vu des éléments recueillis par l’information qu’il appartient à la CJR d’entendre Nicolas Sarkozy comme témoin assisté, en qualité de ministre du Budget" (source).
Marine Le Pen rôde. Lundi soir, elle raconte n'importe quoi sur la première banque française, lors d'une émission télévisée. Ses propos irresponsables sont démentis le lendemain. Mediapart lâche un joli scoop: la justice enquête sur un étonnant bond de la fortune de l'euro-député Le Pen (le père), entre 2004 et 2009.


Vendredi, une quarantaine de chefs d'Etat se pressaient à Sotchi, en Russie. Un site inattendu où l'autocratie locale a dépensé une grosse quarantaine de milliards de dollars pour installer des Jeux Olympiques d'Hiver dans un endroit sans neige. François Hollande préférait la Tunisie, qui venait de se doter d'une constitution laïque. Le symbole, cette fois-ci au moins, était fort. Les Tunisiens, eux, semblent avoir confiance dans leur avenir.

Le soir même, Hollande déboule à l'improviste (encore!) dans un match d'improvisation théâtrale à Trappes.

Besoin d'inspiration ?


« Un financier, ça n’a jamais de remords. Même pas de regrets. Tout simplement la pétoche. » Michel Audiard (via Bastamag

12 commentaires:

  1. Une semaine somme toute particulière, l'hiver sera rude, même sans la neige...

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. "A gauche, la lassitude guette. L'énervement est palpable, la déception unanime". Pour comprendre ce qui se passe et ce qui va se passer à gauche, il faut avoir à l'esprit que la ligne de fracture est économique ou sociétale ou les deux à la fois. Autrement dit, certains électeurs de gauche sont écoeurés par l'absence de politique économique et sociale de gauche d'Hollande, comme par ses réformes sociétales autoritaires. Je laisse à bobcestmoi le soin de savoir qui et combien sont ces électeurs écoeurés.

    RépondreSupprimer
  4. "On regrette la privatisation de la banque centrale en 1992. Christian Noyer mérite son licenciement". C'est quoi cet argument ? Hollande n'a pas placé sur les postes clés de l'appareil d'Etat, comme dans les ministères des finances et du budget, des gens ayant des convictions de gauche. Logique dans la mesure où lui-même est un libéral bon teint. Il a au contraire maintenu sur ces postes stratégiques des dogmatique libéraux, dont certains étaient des intimes de Sarkozy. A l'exemple de Ramon Fernandez.
    Il n'y a donc aucune contradiction, ni empêchement pour Hollande de mener sa politique avec les experts qu'il souhaite recruter et, s'il pouvait "licencier" Noyer, il n'en ferait rien.
    On ne voit vraiment pas pourquoi il se priverait des compétences de financiers, qui servent ses desseins et qui se sentent tellement puissants qu'ils se permettent de s'exprimer avec cynisme et arrogance dans les médias sans provoquer la moindre réaction d'un pouvoir élu démocratiquement.

    RépondreSupprimer
  5. Dans tout ce contexte foutraque et souvent charabiatesque , j'ai trouvé ma boussole !
    2017 : 2.5 M de chômeurs ( = -800 000 ) : je vote Hollande sans réfléchir !
    au dessus : je réfléchis !
    Et si c'est Valls je ne réfléchis pas : je dégueule !

    RépondreSupprimer
  6. De Jack Dion dans Marianne : "Avoir combattu le Sarkozysme, comme l’a fait François Hollande, pour mener une politique économique qui en est la copie conforme, c’est une réhabilitation du Sarkozysme et une Bérézina politique pour ceux qui avaient mis un espoir même faible dans la victoire de la gauche". Bien vu, Jack !

    RépondreSupprimer
  7. Great job, as usual, Juan.

    Juste, sur C Noyer, son indépendance et la façon dont il en use
    1) son indépendance est dans la loi (depuis une réforme du 4 août 1993)
    http://goo.gl/nvqVQ3
    alors, non pas son « licenciement »
    mais qu’il soit mis un terme à ses fonctions par le conseil général de la Bdf, comme le prévoit l’article L 142-8 du Code monétaire financier http://goo.gl/LcOF0q s'il commet une « faute grave ».
    Pourquoi pas, après tout ?
    On arrive bien à soulever la question de l’application de certaines règles élémentaires à l’actuel boss du conglomérat Caisses d’Epargne/Banques Populaires.
    Suffit de demander.
    Que, déjà, on applique la loi, et, si on n’en est pas content, qu’on la change.
    2) une indépendance du gouverneur de la BDF, bonne pour la communautarisation des idées ?
    Petit rappel, on met des Banques nationales indépendantes en 1993, dans la logique future d’une monnaie unique, et de régulateurs monétaires nationaux indépendants des élus nationaux.
    Bien entendu qu’on peut le discuter.
    Mais encore faut-il rappeler pourquoi on a mis le doigt dans ce mécanisme.
    Mécanique communautaire, pas spécifique au domaine des banques, tendant à réclamer/imposer l'indépendance d'organes de régulations internes aux Etats pour les en rendre imperméables.... et devenant progressivement plus perméables aux seuls idées et droits venant de l'Europe.
    3) et si on posait la question de l’idéologie exprimée par Christian Noyer ?
    Comment la banque de France se nourrit-elle intellectuellement ? Quelles sont les idées économiques que ses membres acceptent d’entendre, en dehors de celles arrivant de nos partenaires européens ?
    Je suis pour tout dire ravi que des institutions, comme la Cour des comptes et son président ou la Banque de France et son gouverneur puissent s’exprimer en tout indépendance.
    Mais comment les idées qui sont les leurs viennent par eux à s’exprimer "en tout indépendance" ?
    Vrai enjeu de citoyenneté, me semble-t-il.
    Sans (trop) puiser dans l’effarement de journalistes comme L Mauduit ou T Bronnec sur l’uniformisation/paupérisation des idées économiques et financières dans la Haute administration économique française, ce serait déjà un grand pas de mettre au clair la façon dont les idées économiques circulent – et doivent circuler – dans les organes indépendants. Et comment le citoyen peut y trouver un début de place et y accorder un crédit largement épuisé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu calmes un peu mon indignation. Pourquoi ces "autorités indépendantes" sont-elles toutes sous la même influence ? La question que tu poses est peut-être la seule qui vaille.

      Supprimer
  8. "La "gauche de la gauche" s'indigne si fort qu'on regrette son absence de mobilisation quand il fallait défendre le projet."

    Pourquoi la gauche de la gauche se serait-elle mobilisée pour défendre un projet qui n'était attaqué que par quelques zozos, qu'elle aurait voté si les fantoches du gouvernement ne l'avaient courageusement retirée à la surprise de tout le monde parce que quelques pelés, quelques tondus avaient fait un peu de bruit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous y regardez de plus près, ce n'est ni plus, ni moins que la stratégie de communication "socialiste", qui est reprise ici par notre cher Juan. Hum, hum ... étrange, non ?

      Supprimer
  9. Comme le fait remarquer Nitro-politic, les deux débats télévisés de cette semaine ont systématiquement opposés le PS à l’extrême-droite. Les tendances minoritaires (centristes, écologistes ou Front de Gauche) ne sont pas considérées par le spectacle comme sérieuses et aptes au débat. L’idée véhiculée est que seul le PS fait rempart à l’extrême-droite et, inversement, que seule l’extrême-droite mène une critique du système. Le désastre est immanquable.

    RépondreSupprimer
  10. Je me suis arrêter de bloguer parce que je voulais éviter d'avoir à écrire des réquisitoires de cette nature. Hélas totalement juste est ce constat d'un passage à un régime post démocratique que nous impose l'entêtement sur l' Euro mais que j'avais du mal à imaginer si profond

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.