10 février 2014

Déficits: ce que François Hollande a réussi.

C'était la première année, 2013, de ce quinquennat Hollande. L'heure du premier bilan sur l'un de aspects les plus importants des ambitions de l'occupant élyséen, le redressement des comptes publics.

Il y a certes bien d'autres choses à commenter en matière économique dans cette première année: la progression ralentie mais continue du chômage, les lois de flexi-sécurité (ANI) et sur les retraites, ou le Crédit d'Impôt Emploi Compétitivité. Mais l'évolution budgétaire est tout aussi centrale que la lutte contre le chômage dans l'agenda de François Hollande.

Le ministère des finances vient justement de publier le bilan 2013 des comptes de l'Etat.

1. Le gouvernement a réduit le déficit budgétaire de 12 milliards d'euros en un an:  Selon les données publiées ce vendredi par le ministère de l’Economie, le déficit budgétaire budget en 2013 était de 74,9 milliards d’euros (contre 91 milliards en 2011 ou 87 milliards en 2012). "Ce déficit budgétaire est supérieur de 2,7 milliards d’euros à la prévision retenue dans la loi de finances rectificative pour 2013 (arrêtée en novembre), principalement en raison de rentrées fiscales moindres qu’escompté".

2. Les dépenses publiques n'ont pas été réduites en 2013. Elles ont même cru de 3 milliards d'euros, pour atteindre 377 milliards. Plus précisément, les dépenses de personnel sont restées quasi-stables, à 120 milliards (+0,5%); les dépenses de fonctionnement ont cru dede un milliard d'euros (-3%). La charge de la dette a baissé de près de 2 milliards (à 45 milliards). Les investissements de l'Etat se sont contractés de 10% (soit -1 milliard). Les prestations et subventions ont légèrement baissé, d'un peu moins de 1 milliard (à 66 milliards au total). La contribution française à l'Union européenne a cru de 18%, soit 2 milliards (22,5 milliards au total).

3. Les recettes fiscales ont augmenté. A force de cris d'orfraie et de théâtralisation systématique du ras-le-bol fiscal, on avait fini par croire que l'impôt ne rentrait plus dans les caisses de l'Etat. Bien au contraire ! En 2013, elles ont atteint 301 milliards d'euros, soit 16 milliards de mieux qu'en 2012. Dans le détail, l'impôt sur le revenu a rapporté 8 milliards de mieux qu'en 2012 (66 milliards); l'impôt sur les sociétés 6 milliards de plus (47 milliards); la TVA 3 milliards de plus (136 milliards);

 

3 commentaires:

  1. Ô joie.
    Le déficit baisse, ce qui signifie qu'il a encore fallu s'endetter de 75 Mrds pour couvrir les dépenses de l'Etat seulement.
    On dirait Michel Sapin qui nous explique, plein de joie et d'allégresse, que le chômage diminue alors que la hausse se poursuit à peine atténuée. La dette continue d'augmenter et si d'aventure les taux d'intérêt augmentent.... Oulala.
    En effet le déficit de l'Etat baisse légèrement, seulement si l'on considère la situation globale avec les dépenses sociales la situation ne présente plus du tout le même coté joyeux et optimiste.
    Par ailleurs on se demande toujours où et comment les 50 Mrds et quelques d'économies annoncées vont se traduire concrêtement. Bigre le suspens devient insoutenable.
    La journée commençait pourtant bien.

    RépondreSupprimer
  2. Pour paraphraser Keynes : « A long terme nous serons tous morts, et la dette sera (un peu) remboursée. »

    RépondreSupprimer
  3. "Sarkozy et Hollande, c'est la même chose, la même ligne" (Michel Onfray). J'allais le dire. Dans le fond, Sarkozy était social-démocrate sans le savoir, mais Hollande il a roulé tout le monde dans la farine. Le père Mélenchon était loin de se douter que le capitaine de pédalo ferait de la triangulation pour se déplacer au milieu des requins au risque de perdre ses électeurs. Ne parlons pas de ses convictions, car pour les perdre, il faut déjà en avoir.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.