13 février 2014

Genre: le dérapage désarmant de l'UMP

Quand ils étaient aux affaires, ils n'étaient pas si cons, ni dangereux sur le sujet. Maintenant qu'ils sont dans l'opposition, ils ne méritent que ce double qualificatif, cons et dangereux.

Divers responsables de l'UMP, de Copé à Chatel, ont décidé d'enfoncer le clou de l'outrance sur cette fameuse et fumeuse théorie du genre. Cette affaire que l'on croyait close ne l'est pas.

"Ce ne sont pas des nazis, ce ne sont pas des fascistes : c’est le courant réactionnaire qui ne pardonne pas à la république de permettre l’alternance politique" écrit notre confrère Politeeks. Effectivement, cette droite-là, hier républicaine, n'écrit plus aujourd'hui que pour contester le résultat d'un vote. Quand Marine Le Pen braille contre le prétendu apprentissage de l'homosexualité à l'école (sic!) un lundi soir sur France 2, Jean-François Copé complète dans le n'importe-quoi le dimanche suivant sur RTL. La belle équipe !

Quand des Suisses (répétons - des Suisses !) votent pour durcir les conditions d'immigration alors que leur pays ne vit que de l'apport étranger, parfois douteux car fiscalement évadé- on se pince d'entendre Fillon trouver cela "normal".

Mercredi matin Michel Sapin rappelle une évidence: "Quand M. Copé s'exprime en s'appuyant sur les haines, sur les peurs, sur des approximations, sur des rumeurs, il tient exactement le même langage, il valide la pensée du Front national." Nul point Godwin, mais un simple constat. A force de rebondir et accepter ma moindre surenchère outrancière frontiste ou, pire encore s'agissant des polémiques sur l'ABCD de l'Egalité, des pires néo-cons du pays, Copé valide une ambiance, un discours, des constats.

Dans les écoles, les véritables stigmatisations sont pourtant nombreuses: homophobie, machisme, racisme, antisémitisme...

Nos établissement scolaires sont un concentré mal socialisé des excès des parents.


12 commentaires:

  1. Juan pouvez vous m'expliquer ce qu'il faut entendre par "Théorie du genre" j'y pige que couic !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.franceinfo.fr/politique/qu-est-ce-que-la-theorie-du-genre-1298677-2014-01-29 ;-))

      Supprimer
    2. Pour faire simple :
      1) le sexe = un garçon/une fille
      2) le genre = une princesse / un héros
      3) les réacs ne voient pas la différence entre les deux, et inventent cette "théorie du genre", qui consisterait donc à gommer les sexes pour obtenir l'égalité, tout comme ils ont inventé "le droit d'un enfant à avoir un père et un mère" pour combattre le mariage pour tous. Le fait qu'une héroïne puisse sauver un prince charmant échappe totalement à leur mode de pensée. Ils croient probablement qu'une femme possède le gêne du passage d'aspirateur et de la cruche qu'il faut sauver en haut d'un donjon.

      Quant aux ABCD de l'égalité, ce reportage en parle très bien : http://www.franceinfo.fr/education-jeunesse/le-plus-france-info/l-abcd-de-l-egalite-immersion-dans-une-classe-du-rhone-1316311-2014-02-13

      Bref, pas de quoi en fouetter un chat. On est dans une hallucination collective qui ne repose sur rien.

      Supprimer
  2. C'est l'histoire du pompier pyromane. Les "socialistes" mettent le feu et, ensuite, interviennent pour l'éteindre. Le premier des principes dans ce genre d'affaire est de faire de la pédagogie en prenant du temps, pas de se prendre pour Mitterrand abolissant la peine de mort contre l'avis majoritaire des Français.

    Pour ce qui concerne la théorie du genre ou les études sur les genre, de quoi s'agit-il ? Voilà une explication que j'extrais d'un article sur le sujet : "l'identité sexuelle de l’être humain ne dépendrait donc plus du lien entre son genre social et son sexe anatomique, mais de la perception subjective que chaque individu se fait de son identité, lui permettant ainsi de déterminer librement son orientation sexuelle quelle que soit sa réalité biologique et anatomique : celle-ci pourrait donc avoir des formes diverses (hétérosexuel masculin, hétérosexuel féminin, homosexuel, lesbienne, bisexuel, neutre) tout comme elle pourrait évoluer dans le temps". Ce choix vous convient-il ? Faut-il que chaque Français partage ce point de vue ?

    Demos

    RépondreSupprimer
  3. puisque la droite a basculé, selon votre thèse, dans la fachosphere, alors vous devriez etre content, en tant que porteurs de valeurs de gauche : le PS (et alliés), si on poursuit la thèse, est le dernier parti à porter des valeurs républicaines ? J'ai bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je connais fort heureusement de sympathiques sympathisants de droite qui sont horrifiés par les dérives de ces quelques dirigeants de l'UMP. Quand j'évoque le spectre de la tea-partisation, mon propos est justement de circonscrire ces dérapages et outrances à quelques neo-réacs et non la droite toute entière.

      Supprimer
    2. Il n'y a pas de tea partisation de la droite française, qui reste ultra étatiste dans sa grande majorité.
      Quand à ces sympathisants de droite qui sont horrifiés par les dérives de ces quelques dirigeants de l'UMP, pourquoi ne soutiennent-ils pas l'UDI ?

      Sinon, je repose ma question : tant mieux pour le PS, si l'UMP se radicalise, non ?

      Supprimer
  4. A propos du genre, vous pouvez utilement lire un article intéressant sur le blog "Descartes" intitulé "dogme contre dogme".
    Descartes y dit que "l’école est là pour enseigner les connaissances acceptées – sinon partagées – par tous. Elle n’a pas à se faire l’héraut d’une opinion, d’un dogme particulier". Il y explique parfaitement son point de vue, avec pondération, en citant Jules Ferry, sur lequel Hollande, Peillon et leurs collègues devraient prendre exemple, Jules Ferry, qui s'adresse aux instituteurs : "Si parfois vous étiez embarrassé pour savoir jusqu’où il vous est permis d’aller dans votre enseignement moral, voici une règle pratique à laquelle vous pourrez vous tenir. Au moment de proposer aux élèves un précepte, une maxime quelconque, demandez-vous s’il se trouve à votre connaissance un seul honnête homme qui puisse être froissé de ce que vous allez dire. Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu’il vous entendrait dire. Si oui, abstenez-vous de le dire, sinon, parlez hardiment : car ce que vous allez communiquer à l’enfant, ce n’est pas votre propre sagesse ; c’est la sagesse du genre humain".
    On est loin de ce respect de l'autre avec les méthodes des socialistes bien-pensants, qui veulent imposer leurs idées et principes. Là comme ailleurs.

    RépondreSupprimer
  5. "Si chacun s'accorde autour de la lutte contre les inégalités et discriminations à l'école, la suspicion est de rigueur dès lors que les mots «genre» et «déconstruction des stéréotypes» sont prononcés. En cause, ces gender studies autour de la construction sociale de l'identité sexuée et sexuelle nées aux États-Unis dans le sillon du mouvement féministes, et, surtout, une «théorie du genre», qui remettrait en cause l'altérité sexuelle et pénétrerait subrepticement les écoles et établissements scolaires" (Le Figaro). Vallaud Belkacem est en pointe sur le sujet et fait tout pour imposer ces choix pour "déconstruire les stéréotypes" selon son jargon, ce qui explique qu'elle soit encore sur ce blog pour pérorer.

    Hier, avec Sarkozy, nous étions victimes d'une atteinte à notre identité politique et nous pouvions entendre s'indigner et piailler les "socialistes". Aujourd'hui, avec Hollande et Vallaud Belkacem, nous sommes victimes d'une atteinte à notre sexuation. Pour Vallaud Belkacem, il ne faut plus que les hommes soient des hommes et les femmes des femmes pour que cessent les discriminations. Cela me rappelle un livre de Boris Vian où les gens se crevaient les yeux pour continuer à être heureux après avoir connu le bonheur dans la pénombre.

    Comme l'a écrit un sociologue, "là est le tournant du postmodernisme : le parlant se prétend plus fort que le vivant, voire le vivant est la simple conséquence du parlant". Quand la politique devient une religion et que ses ministres se prennent pour Dieu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. t'es tombé amoureux de la Rochère, ma parole

      Supprimer
    2. Hé bob, dis-moi, vaut-il mieux en pincer pour une bigote ou en avoir pincé pour La Merluche ? Alors, qu'est-ce qu't'en penses ?
      Sans compter que la mère La Rochère, sous des dehors pudibonds, elle a p'tête des atouts qu'on ignore.

      Supprimer
    3. comme le chantait l'ami Georges
      " y a des jours où Cupidon s'ennuie"

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.