26 mars 2014

Municipales: après la raclée, la gueule de bois

Le président français a interrompu un G7 à La Haye, soit-disant à cause du résultat calamiteux des candidats socialistes au premier tour des élections municipales dimanche dernier. C'est la panique. 

Enfin ?


1. La pression est montée d'un cran sur Jean-Marc Ayrault. Un premier sondage, qui en appellera d'autres, proclame les souhaits de la population échantillonnée. Le remaniement, souhaité ou craint, reste un levier dérisoire de l'action institutionnelle disponible. Lundi à midi, quelques ténors étaient avec Ayrault pour déjeuner. Et il paraît qu'ils ont "atterris", qu'ils sont sortis du "déni".

Mardi dans l'après-midi, les chefs de cabinets de quelques ministères auraient été appelés à faire leur bagage. Quelques ministres s'en sortent un peu mieux. Le premier sondage d'après la raclée municipale est sorti dès ce lundi 24 mars, quelques heures après le scrutin. Que retenait-on, à plus ou moins 2,5 point de marge d'erreur ? 79% des sondés veulent se débarrasser du gouvernement actuel.

Mais quelques ministres s'en sortent mieux que d'autres: Manuel Valls chute mais demeure largement en tête, second derrière Juppé. La pugnacité de Najat Vallaud-Belkacem paye. Elle gagne 5 point, et même 12 parmi les sympathisants de gauche.

2. La pression est sur Hollande que d'aucuns jugent désormais responsable de tout. Il faudrait oublier l'atonie de l'opposition de gauche (inversement proportionnelle à la virulence verbale de ses leaders), l'éparpillement des suffrages, et l'abandon abstentionniste. Le Figaro, mardi, avait même trouvé un anonyme "poids lourd PS" qui déclare: "Il est coincé. S'il en fait trop, il est sanctionné par les électeurs. S'il n'en fait pas assez, il est sanctionné par Bruxelles et les marchés."

Hollande devrait donc faire un ménage.

Vraiment ? 

3. Hollande a quitté "précipitamment" la réunion du G7 qui rassemblait les grands de ce monde sauf la Russie, punie d'avoir annexée l'Ukraine la semaine dernière. Au menu de son agenda allégé, des "réunions de travail". Son agenda officiel était vide. Lundi, Ayrault a expliqué à quelques responsables socialistes qu'il avait entendu "le message des Français qui réclament davantage de justice sociale".

Faut-il attendre un changement, une inflexion ? Non. Le Pacte d'(Ir)responsabilité sera présenté en avril. Quelques éditocrates finissent par s'inquiéter qu'un nouveau premier ministre ne soit pas à même de vendre cette affaire.

François Hollande est rentré un peu plus tôt parce qu'il avait un président chinois à accueillir. Le patron de la plus grande dictature du globe est en France, à Lyon, pour 3 jours. Il n'y avait pas de supporteurs socialistes agitant des drapeaux dans les rues, comme lorsque Nicolas Sarkozy recevait le même dictateur en France il y a quelques années. Mais l'accueil sera "exceptionnel".

Real-politik, quand tu nous tiens, tu nous fait honte.

4. Pour une fois, la première sans doute depuis que Hollande encaisse seul, avec Ayrault, le choc d'impopularité (août 2012), nombre d'élus socialistes sont (enfin) paniqués. Le Monde, sous la plume de , commente: "une forme de panique politique a saisi les socialistes, à tous les étages du pouvoir". Ils ont la trouille. Solidariser les élus socialistes, petits ou grands barons, sur le sort de l'équipe qui gouverne est peut-être la meilleure conséquence à attendre de la suite de ce scrutin détestable. La défaite était attendue. Mais "la surprise, c'est l'ampleur" (un conseiller).
"Un peu partout en France, la jeunesse nous a manqué ; les couches populaires se sont détournées ; les classes moyennes nous ont évités ; les banlieues et les campagnes se sont terrées. Il faut savoir entendre les silences."
Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale
6. La victoire médiatique du Front national provoque quelques errements. L'un des combles du ridicule fut atteint et dépassé par le directeur du Festival d'Avignon, terrifié à l'idée que sa ville passe au Front. Courageux, l'homme annonça dès lundi que "son" Festival quitterait la ville si le FN s'emparait de la mairie. Quel courage!

Plus loin, au sein de l'opposition de gauche, on se félicite d'une victoire, on clame que le FN n'a pas gagné, que c'est le réveil de la vraie gauche. La défaite de dimanche n'est pas la victoire de la gauche. Vu de droite, c'est évident. Vu de France, aussi. Additionnez tous les scores que vous souhaitez, la gauche sort perdante.

Au final, toutes composantes confondues, dans son acceptation la plus large, sans faire de tri aucun, les listes de gauche ont rassemblé 37,74% des suffrages. Et l'abstention, qu'on pense importante parmi l'électorat de gauche, a atteint 38,6%.

Qui ose donc crier victoire ?









11 commentaires:

  1. La France s'est levée ce matin, contente et mécontente.
    Contente d'être mécontente... Mécontente d'être contente
    Plus divisée que jamais... comme toujours
    Pour et contre toute attente... Sur le pied de guerre.
    Des gants mais pas de mains pour signer la paix
    On la croit, on a cru la voir triangulaire :
    Gauchère, droitière et identitaire.
    Mais en clair, la France reste binaire, toujours binaire.
    Mais d'une toute autre manière, quasi-révolutionnaire, quasi-réactionnaire
    Puisqu'elle s'est réveillée comme dédoublée
    Mais avec un voile progressiste comme toile de fond
    Une gauche adroite et une gauche maladroite (je détache les syllabes)
    La gauche adroite est édifiante vis à vis de ses propres enfants.
    La gauche maladroite est indifférente par rapport à ses propres enfants.
    La première vise le singulier. La seconde n'a toujours pas atteint l'universel.
    Oui, vous n'avez pas l'air d'y voir clair mais j'identifie la droite identitaire à une gauche adroite. Celle de demain... pas celle d'hier.
    La France, je le crains, ne dispose plus d'hémisphère droit (plus de droite) mais de deux hémisphères gauches.
    Elle sera doublement intelligente diront les vainqueurs ou doublement inintelligentes diront les vaincus.
    Mais dans les deux cas de figure, la droite a été anéantie.
    Il n'y a plus que la gauche droitière (la plus populaire) et la gauche gauchère (la moins populaire). Les deux sont populistes.
    C'est toute la France qui se soulève contre la Finance. Tous en bas! Plus personne en haut!
    C'est le peuple qui a gagné. C'est le peuple qui a perdu.
    Gagné en identité. Perdu en universalité.
    Famille je vous aime. Famille, je vous hais. Merde, je ne sais plus où j'en suis!
    Où j'en étais ?
    Qui ne saute pas, n'est pas français. Qui est français ne saute pas, mais fait tout sauter, nos espérances et nos désespérances.
    Français d'un coté... Français au carré de l'autre côté.
    Parce qu'il paraît que le premier est étranger sur sa propre terre. C'est ça qui va changer nous dit la gauche droitière : on va devoir, savoir, pouvoir servir le peuple de France.
    Non ce n'est pas de l'extrémisme, mais du patriotisme affirmé et confirmé par les urnes, par le vote des français amoureux passionnés de leur identité.
    Les deux frères ennemis ne sont pas prêts à faire la paix et ne seront jamais réconciliés parce qu'ils ne travaillent pas dans la même société, ne se nourrissent pas des mêmes valeurs et ne rêvent pas de la même grandeur.
    Maintenant qu'ils se sont débarrassés de la droite ringarde, ils vont pouvoir ouvrir les vraies hostilités et se faire une vraie guerre : Caen et Abel parce que la vie est loin d'être belle!

    RépondreSupprimer
  2. Quand Marine le Pen se lâche (un peu) : http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/03/26/25002-20140326ARTFIG00084-marine-le-pen-et-le-festival-d-avignon-qu-olivier-py-demissionne.php faisant craquer le vernis policé du FN.
    Ce qu'Olivier Py peut être très énervant quand même avec son air ingénu, soit volontairement soit à son propre insu, en tout cas merci à lui pour faire jaillir à nouveau la vraie nature du parti d'extrême-droite.

    RépondreSupprimer
  3. Contrairement à vous je pense, j'approuve la décision du directeur du festival. Il faut montrer aux électeurs que leur vote a des conséquences et lesquelles. Cela vient contrer le discours "tous les mêmes" qui est aussi un des atouts du FN.
    Le FN crache sur les bobos intellos à longueur de temps? Pourquoi s'étonner que ces "bobos intellos" n'aient pas envie de travailler dur à organiser un festival dans une ville FN? Et la nouvelle municipalité pourra toujours, si elle le souhaite, organiser elle-même avec les moyens du bord son propre festival, sans la participation de ces gauchistes honnis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà ! Chat échaudé craint l'eau froide, et là, il n'est pas sûr qu'elle ne serait pas bouillante. Après l'expérience des Chorégies d'Orange et du Théâtre de Châteauvallon, l'attitude d'Olivier Py est parfaitement compréhensible.

      Supprimer
  4. Bon. Maintenant que tout le monde est enfin à peu près d'accord, on fait quoi concrètement pour "l'inflexion" ?

    Pour rigoler un peu, la pépite suivante n'est pas une vidéo des voeux du PCF, mais un texte de Riché (qui vire FdG) :
    http://rue89.nouvelobs.com/2014/03/24/quand-hollande-commentait-message-municipales-2008-250928

    RépondreSupprimer
  5. Il faudrait quand même se réveiller et constater que le PS n'est plus de gauche, s'il l'a jamais été.
    Les français l'ont compris.

    RépondreSupprimer
  6. Changer de gouvernement pour faire la même politique ? Le PS a la trouille ? Mais on avait oublié qu'il était encore un parti politique...Et si "atonie" de l'opposition de gauche il y a peut être eue, c'est carrément de l'autisme dont a fait preuve le PS depuis l'élection du Président...Normal, comme tout parti au pouvoir depuis la constitution de la Vè République, il se comporte en bon godillot...Dommage qu'il faille recevoir un bon coup de pied au cul pour commencer à réagir...

    RépondreSupprimer
  7. "Qui ose donc crier victoire ?". Certainement pas les nombreux Français, qui continuent à s'enfoncer dans les difficultés, l'inquiétude, voire dans la pauvreté, grâce à l'UMP, puis au PS, uniquement préoccupés par leurs intérêts et ceux de leurs mécènes.

    Pourquoi se poser des questions sur Hollozy, sur celui qui déclarait il y a quelques mois, que nous sommes peureux et conservateurs ? Pense-t-il aujourd'hui que les Français mécontents ont quelques raisons de l'être ? Quel est le vrai Hollozy ? L'ennemi de la finance ou l'ami des riches et des patrons, qui a maintenu des sarkozystes militants aux postes-clés du pays ?

    Rendons-nous à l'évidence, mon cher Juan, opération gadget ou pas (nouveau gvt), Hollozy est carbonisé et c'est tant mieux. Il nous a pris pour des c... en s'imaginant que c'était vrai avec l'appui de ses courtisans. Il va comprendre qu'il existe une forme de sagesse populaire.

    Une seule question compte pour nombre d'entre nous, sois en certain : existe-t-il une alternative politique porteuse d'idées de gauche, c-a-d, de préoccupations sociales, économiques (promotion de notre industrie, défenses de nos produits), culturelles ..., une alternative, qui ne soit pas dans la galaxie néo-libérale, qui n'ait pas comme seul objectif l'enrichissement des plus riches et des multinationales, mais plutôt la solidarité, le partage et qui ait le courage d'agir au service du plus grand nombre ? Une alternative aux clowns pitoyables comme Moscovici, Hollande etc ... Je te laisse compléter le liste.

    RépondreSupprimer
  8. J'ajoute pour conclure, aujourd'hui en tout cas, que ce pays n'appartient pas aux classes dirigeantes, mais que nous sommes dans un système représentatif. Même si les moyens à la disposition du peuple sont faibles et l'expression de ses choix parfois bafouée, il reste celui qui décide. Et il me semble que le peuple en a assez, pour rester poli, de voir défiler des privilégiés, toujours de la même caste, qui se servent au lieu de servir.

    Le pays peut fonctionner autrement. Les privilégiés, les riches, ceux qui sont au pouvoir et les multinationales peuvent et doivent consentir des efforts et contribuer au même titre de n'importe lequel d'entre nous. Les leçons de morale et les sacrifices pour les autres, ça n'a que trop duré !










    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les privilégiés, les riches, ceux qui sont au pouvoir et les multinationales peuvent et doivent consentir des efforts et contribuer au même titre de n'importe lequel d'entre nous."

      Ben c'est pas gagné... Il n'y a rien à attendre des élus politiques actuels :

      Jacques Myard était interrogé sur l'éventualité de la réduction du salaire des représentants de l'état ,conformément aux propositions du parti socialiste.
      Sa réaction a été très virulente : il s'est insurgé vivement contre la suppression de ses privilèges : selon lui "le SALAIRE des députés est amplement mérité" et ne doit donc supporter aucune modification ! Et d'ajouter "les députés travaillent 7 jours sur 7 !" Ce serait là une mesure "démagogique".

      C'est, bien entendu, aux autres de faire des efforts, de payer des impôts plus lourds !Monsieur Jacques Myard est allé même jusqu'à réfuter la valeur de l'exemple dans une situation de crise. Bravo ! Les politiques, il est vrai, et les faits lui donnent raison, n'ont pas à donner l'exemple, ni pour la moralité ni pour les dépenses publiques.

      On peut préciser que le salaire de député s'élève à 5126€, nets d'impôts. Il faut également ajouter 6223€ qui constituent des indemnités de frais de mandat, non imposables, et qui servent à couvrir les frais divers.

      Quel citoyen dispose de tels privilèges ?

      Supprimer
  9. Les commentaires sont de plus en plus empreints de retenues.
    Il est clair que l'effort de FH n'est pas apprécié à sa juste valeur, mais ce n'est pas une surprise. L'ampleur de la défaite du premier tour, si .
    Dommage pour tous ces militants qui ont fait un travail énorme pour compenser les difficultés.
    Les gens ont fait la grève du vote...d'autres, beaucoup d'autres n'ont rien compris, ils attendaient le deuxième tour...c'est trop tard pour plus de 80% des communes...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.